Mirame ou Richelieu dramaturge

Je voudrais vous proposer ici un extrait des Trois mousquetaires que je suis en train de (re)lire. Il s’agit de la fin du chapitre XXXIX et vous ne serez pas étonnés de ce que l’ouvrage figure dans Gallica :

L’huissier rentra et fit signe à d’Artagnan de le suivre. Il sembla au jeune homme que les gardes, en le regardant s’éloigner, chuchotaient entre eux.

Il suivit un corridor, traversa un grand salon, entra dans une bibliothèque et se trouva en face d’un homme assis devant un bureau et qui écrivait.

L’huissier l’introduisit et se retira sans dire une parole. D’Artagnan resta debout et examina cet homme.

D’Artagnan crut d’abord qu’il avait affaire à quelque juge examinant son dossier, mais il s’aperçut que l’homme de bureau écrivait ou plutôt corrigeait des lignes d’inégale longueur, en scandant des mots sur ses doigts ; il vit qu’il était en face d’un poète. Au bout d’un instant le poète ferma son manuscrit, sur la couverture duquel était écrit MIRAME, tragédie en cinq actes, et leva la tête.

D’Artagnan reconnut le cardinal.

Mirame est en fait une tragicomédie écrite par Jean Desmarets de Saint-Sorlin sur une idée et avec une large contibution de Richelieu qui rejoint ainsi les hommes d’Etat et autres tyrans ayant eu des velléités littéraires et artistiques(1). La pièce récemment rééditée par les Presses universitaires de Rennes, est également accessible sur Gallica (édition de 1641), sur le site de la Médiathèque Grnd Troye (édition de 1780) et sur Google livres (édition de 1830). Sa représentation en janvier 1641 a inauguré le théâtre du Palais Royal, construit sur les ordres du cardinal-duc. Voici ce qu’en dit Voltaire, qui par ailleurs ne pensait pas grand bien du talent littéraire de Richelieu(2), dans sa Vie de Molière (Google livres)(3) :

Dès lors la troupe de Molière prit le titre de la Troupe de Monsieur, qui était son protecteur. Deux ans après, en 1660, il leur accorda la salle du Palais-Royal. Le cardinal de Richelieu l’avait fait bâtir pour la représentation de Mirame, tragédie dans laquelle ce ministre avait composé plus de cinq cents vers. Cette salle est aussi mal construite que la pièce pour laquelle elle fut bâtie, et je suis obligé de remarquer à cette occasion, que nous n’avons aujourd’hui aucun théâtre supportable : c’est une barbarie gothique que les Italiens nous reprochent avec raison. Les bonnes pièces sont en France, et les belles salles en Italie.

Le scénographe est Georges Buffequin dit Petit Paris, ancien décorateur du théâtre de l’Hôtel de Bourgogne(4) et un assistant du Bernin, Gian Maria Mariani, spécialiste des effets de machinerie, effectue le déplacement de Rome pour créer le mouvement du soleil(5).

Représentation de Mirame au palais Cardinal devant Louis XIII, Anne d'Autriche et Richelieu, par Jean de Saint-Igny (vers 1600-1647) Représentation de Mirame au palais Cardinal devant Louis XIII, Anne d’Autriche et Richelieu, Jean de Saint-Igny(6)

Le soin apporté à l’éclairage frappa du reste les contemporains.. La Gazette de France du 19 janvier 1641 rapporte à propos de la représentation :

Après la comédie circonscrite par les loix de la poësie dans les bornes de ce jour naturel : les nuages d’une toile abaissée cachèrent entierement le théâtre. […] & peu après sortit de dessous cette toile un pont doré conduit par deux paons qui fut roulé depuis le théâtre jusques sur le bord de l’eschaffaut de la Reine, & aussitost la toile se leva, & au lieu de tout ce qu’avoit esté veu sur le théâtre, y parut une grande salle en perspective, dorée et enrichie des plus magnifiques ornemens, éclairée de seize chandeliers de cristal »(7)

Dans l’édition in-folio parue en cette occasion subsiste le souvenir de ces décors « à l’italiennne » grâce au frontispice et aux 5 planches signées Stefano Della Bella et illustrant chacun des actes(8)

___________________________

(1) Les cas ne manquent pas, hélas, de Néron à Hitler, en passant par Napoléon. Je crois me souvenir, à ce propos, d’Ignazio Silone fait quelques remarques sur le sujet dans.L’école des dictateurs.Il faudra que je le relise…

(2) Lettre au duc la Vallière, mai 1759 (Google livres) :

Avez-vous la tragédie de Mirame, dont les trois quarts sont du cardinal de Richelieu ? c’était un détestable rimailleur que ce grand homme.

Le goût de Richelieu pour la rime est encore connu d’Edmond Rostand quand il écrit en 1897 son Cyrano de Bergerac (Wikisource)

Acte II. Scène VII

[…]

DE GUICHE, nonchalamment assis dans un fauteuil que Ragueneau a vite apporté
Un poète est un luxe, aujourd’hui, qu’on se donne.
— – Voulez-vous être à moi ?

CYRANO
                                 Non, Monsieur, à personne.

DE GUICHE
Votre verve amusa mon oncle Richelieu,
Hier. Je veux vous servir auprès de lui.

LE BRET, ébloui
                                            Grand Dieu !

DE GUICHE
Vous avez bien rimé cinq actes, j’imagine ?

LE BRET, à l’oreille de Cyrano
Tu vas faire jouer, mon cher, ton Agrippine !

DE GUICHE
Portez-les-lui.

CYRANO, tenté et un peu charmé
                   Vraiment…

DE GUICHE
                                   Il est des plus experts.
Il vous corrigera seulement quelques vers…

CYRANO, dont le visage s’est immédiatement rembruni
Impossible, Monsieur ; mon sang se coagule
En pensant qu’on y peut changer une virgule.

(3) Voir aussi cet extrait du Bossu de Paul Féval (Wikisources)

Ce fut la tragédie qui fonda le Palais-Royal. Armand du Plessis, cardinal de Richelieu, immense homme d’État, lamentable poëte, acheta du sieur Dufresne l’ancien hôtel de Rambouillet, au marquis d’Estrées le grand hôtel de Mercœur. Sur l’emplacement de ces deux demeures seigneuriales, il donna l’ordre à l’architecte Lemercier de lui bâtir une maison digne de sa haute fortune. — Quatre autres fiefs furent acquis pour dessiner les jardins. Enfin, pour dégager la façade où étaient les armoiries des Du Plessis, surmontées du chapeau de cardinal, on fit emplette de Sillery, en même temps qu’on ouvrait une grande rue pour permettre au carrosse de son Éminence d’arriver sans encombre à ses fermes de la Grange-Batelière.

La rue devait garder le nom de Richelieu ; la ferme, sur les terrains de laquelle s’élève maintenant le plus brillant quartier de Paris, baptisa longtemps l’arrière façade de l’Opéra ; le palais seul n’eut point de mémoire.

Tout battant neuf, il échangea son titre de Cardinal pour un titre plus élevé encore. Richelieu dormait à peine dans la tombe, que sa maison s’appelait déjà le Palais-Royal.

Il aimait le théâtre, ce terrible prêtre ! on pourrait presque dire qu’il bâtit son palais pour y mettre des théâtres. Il en fit trois, bien qu’à la rigueur, il n’en fallût qu’un pour représenter sa chère tragédie de Mirame, fille idolâtrée de sa propre muse.

Elle était en vérité trop lourde pour exceller au jeu des vers, cette main qui trancha la tête du connétable de Montmorency. Mirame fut représentée devant trois mille fils et filles des croisés qui eurent bien le cœur d’applaudir. Cent odes, autant de dithyrambes, le double de madrigaux tombèrent le lendemain en pluie fade sur la ville, célébrant les gloires du redoutable poëte, — puis, tout ce lâche bruit se tut. — On parla tout bas d’un jeune homme qui faisait aussi des tragédies, qui n’était pas cardinal et qui s’appelait Corneille.

Un théâtre de deux cents spectateurs, un théâtre de cinq cents, un théâtre de trois mille, Richelieu ne se contenta pas à moins. Tout en suivant la politique pittoresque de Tarquin, tout en faisant tomber systématiquement les têtes effrontées qui dépassaient le niveau, il s’occupait de ses décors et de ses costumes comme un excellent directeur qu’il était. — On dit qu’il inventa la mer agitée, qui fait vivre maintenant dans le premier dessous tant de pères de famille, les nuages de gaze, les rampes mobiles et les praticables. — Il imagina lui-même le ressort qui faisait rouler le rocher de Sisyphe, fils d’Éole, dans la pièce de Desmarest.

On ajoute qu’il tenait bien plus à ces divers petits talents, y compris celui de danseur, qu’à sa gloire politique : c’est la règle.

Néron ne fut point immortel, malgré ses succès de joueur de flûte. Richelieu mourut. Anne d’Autriche et son fils Louis XIV vinrent habiter le Palais-Cardinal. La Fronde fit tapage autour de ces murailles toutes neuves. Mazarin, qui ne faisait point de tragédies, écouta plus d’une fois, riant sous cape et tremblant à la fois, les grands cris du peuple ameuté sous ses fenêtres.

(4) Il meurt en mars 1641, peu de temps après la représentation. Je n’ose supposer que Richelieu et ses sbires y soient pour quelque chose, mais quel roman à écrire si j’étais Dumas… En attendant ce jour, je vous invite à lire  :

Marc Bayard. « Les faiseurs d’artifices : Georges Buffequin et les artistes de l’éphémère à l’époque de Richelieu », Dix-septième siècle 1/2006 (n° 230), p. 151-164. Disponible sur Cairn.

Marc Bayard. Feinte baroque. Iconographie et Esthétique de la variété au XVIIe siècle. Somogy / Académie de France à Rome, 2010, collection d’histoire de l’art n° 12. Compte rendu dans La Tribune de l’art et le compte rendu par Florence Chantoury-Lacombe (Université de Montréa) dans Histara.

Alan Howe. Le Théâtre professionnel à Paris, 1600-1649. Paris, Centre historique des Archives nationales, 2000, p. 50-51. Cité dans la base César.

Hélène Visentin. « Décorateur à la cour et à la ville : un artisan de la scène nommé Georges Buffequin (1585? – 1641)».  Dix-septième siècle , t. XLIX, 1997, p. 325-339.

(5) Marc Bayard, «Le décor comme objet dans l’esthétique théâtrale irrégulière du XVIIe siècle», Agôn, Pour une archéologie de l’objet théâtral, n°4 : L’objet. En ligne

Elaborée avec science, la question de l’éclairage et de ses effets sur scène a été l’enjeu d’une politique artistique ambitieuse de Richelieu : quand il décide d’ouvrir la première grande salle à l’italienne dans son Palais, il fait tout son possible pour faire venir Le Bernin d’Italie. L’architecte-sculpteur de la famille Barberini est reconnu pour ses inventions mais aussi pour ses scénographies, en particulier dans la technique du coucher du soleil sur scène. Si le romain refuse de venir à Paris (voyage qu’il effectue tout de même en 1665 pour Louis XIV), il envoie néanmoins un de ses assistants, Gian Maria Mariani, spécialiste des effets de machinerie, qui effectue le déplacement pour créer le mouvement du soleil dans Mirame, pièce qui inaugure en janvier 1641 le grand théâtre du palais cardinal.

(6) Sur l’image, Richelieu et Louis XIII sont assis « côté Roi » = « côté cour », Anne d’Autriche est placée « côté Reine » = « côté jardin » (cf. l »article D’où vient la terminologie « côté cour, côté jardin » ? sur Copie double)

(7) Marc Bayard, « Le décor comme objet dans l’esthétique théâtrale irrégulière du XVIIe siècle », Agôn, Pour une archéologie de l’objet théâtral, n°4 : L’objet. En ligne. L’auteur continue ainsi :

Sur cette soirée, voir : Marc Bayard, « Le roi au cœur du théâtre : Richelieu met en scène l’Autorité », L’image du roi de François Ier à Louis XIV, Thomas W. Gaehgtens et Nicole Hochner [dir.], Actes de colloque 2001, Centre Allemand d’histoire de l’art/Éditions de la Maison des sciences de l’homme, Paris, 2006, p. 191-208. 

(8) Cette édition est accessible sur Gallica et les planches sont également visibles dans la base César ou, pour 4 d’entre elles sur Wikicommons. Pour en savoir plus sur ces illustrations, voir l’article suivant :

Catherine Guillot. « Les illustrations de Mirame de Desmarets par S. Della Bella  »,  Revue d’histoire du théâtre, 2003, no2, pp. 145-160, p. 204-205. Résumé sur le site de l’INIST.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *