Inouïsme et éloges paradoxaux

Depuis quelques temps, un pamphlet écrit par un éditeur officiant chez Gallimard fait un certain bruit dans le landerneau littéraire. Je préfère ici taire son nom ainsi que celui du sinistre Norvégien dont il dit faire l’éloge littéraire. N’est-ce pas leur faire à l’un comme à l’autre une publicité déplacée ? Même si c’est sans doute lui faire beaucoup d’honneur, je voudrais replacé cet écrit dans deux traditions littéraires distinctes et complémentaires : l’inouïsme et les éloges paradoxaux.

J’ai déjà abordé brièvement les seconds dans ma chronique à propos de deux concours de plaidoiries. Il s’agit d’une pratique de virtuosité rhétorique consistant à faire l’éloge d’idées, de personnes, de choses généralement négligées, méprisées, voire même honnies comme par exemple :

A des siècles de distance, Fronton(1), Rabelais et Octave Mirbeau font figures de spécialistes de ce genre où tout peut servir de sujet… ou rien, comme le démontre brillamment l »auteur anonyme de l’excellent Eloge de rien(2). Il s’agit généralement de textes pétillants d’humour et d’ironie. Aussi peut-on douter que l »éloge du massacreur scandinave cité plus haut puisse réellement s’inscrire dans cette noble tradition. Il lui manque ce pas de côté, cette distance entre ce qui est dit et ce qui est réellement pensé par l’auteur.

Il s’inscrirait plutôt dans la tradition de l’inouïsme, cette recherche du sensationnel et du scandaleux à seul fin de faire parler de soi. Si le mot, attesté dans  le dictionnaire de l »Académie française depuis 1694, n’est pas vraiment récent bien que d’usage limité, le comportement auquel il se rapporte est fort ancien, comme l’attestent les exemples d’Alcibiade coupant la queue de son chien et d »Erostrate brûlant le temple d’Artémis.

Le ridicule s’arrête où commence le crime.

Cette citation de Casimir Delavigne figure dans l’article que Maurice d’Hartoy consacre à la question(3). Celui-ci prend la forme d’un dialogue entre un érudit bibliophile et un jeune écrivain en quête de notoriété nommé Lucien. Pour cela, il entend écrire prendre le contre-pied des principes les plus chers des « bôrgeois », l’Eglise lui paraissant une cible attrayante. Ce à quoi l’érudit lui répond que bien des écrivains ont déjà eu cette idée dont Horne en Angleterre avec le caïnisme. Quant au diable, il a déjà fait l’objet d’un Hymne à Satan par José Carducci. Lucien envisage alors de s’attaquer au soleil. Hélas, Nestor Roqueplan s’y est déjà essayé. Alors, il fera mieux que lui en prouvant l’inexistence de l’astre du jour ! Malheureusement, l’aveugle Alcide Morin a déjà commis quelques travaux sur le sujet… etc.

Il est bon de lire ce type d’essais pour remettre à leur juste place les excès de certains. Au reste, outance ne rime-t-elle pas avec insignifiance ?

_____________________________________

(1) Eloge de la négligence et autre textes, traduction du grec et du latin, préface et notes par Nicolas Waquet, Payot et Rivages, coll. « Rivages Poche/Petite Bibliothèque », n° 588, Paris, 2007

(2) Louis Coquelet. Eloge de rien. Troisième edition, peu revûë, nullement corrigée, et augmentée de plusieurs riens. A Paris chez Antoine de Heuqueville, 1730. Disponible sur Google livres. Réédition par les éditions Allia en 2008. Vous trouverez sur Bibliomab plus d’informations sur l’auteur et ses ouvrages.

(3) Maurice d’Hartoy. De l’inouisme et de quelques autres complexes en littérature. Avignon : Aubanel, 1949. 118 p. L’auteur, fondateur des Croix de feu, n’est sans doute pas très recommandable selon les critères politiquement corrects actuels, mais ses essais littéraires sont malgré tout dignes d’intérêt.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *