Histoire contrefactuelle

Dans la chronique intitulée Voyage en uchronie, je citais l’histoire contrefactuelle parmi les domaines proches de l’uchronie. En fait la différence entre les deux viendrait plutôt de ceux qui pratiquent l’une ou l’autre et si la seconde relève de la littérature et des autres arts, la première est le fait d’historiens considérés comme hétérodoxes en France, alors qu’ils sont mieux reconnus dans les pays anglo-saxons.

Dernière mise à jour : 5 décembre 2017.

Citations

Ces citations ont été glanées dans un dossier de  Bérenger Boudey, L’histoire contrefacuelle (Fabula) et dans un article de Maxime Abolgassemi, La pensée contrefactuelle de l’histoire.

Antoine Prost, 1996, Douze Leçons sur l’histoire :

 «Toute histoire est contrefactuelle. Il n’y a pas d’autre moyen, pour identifier des causalités, que de se transporter en imagination dans le passé et de se demander si, par hypothèse, le déroulement des événements aurait été le même au cas où tel ou tel facteur considéré isolément aurait été différent.»

Paul Lacombe, dans De l’Histoire considérée comme science (1894), dénonce l’«illusion rétrospective» qui consiste à croire

«que les événements historiques ne pouvaient pas être autrement qu’ils n’ont été. Il faut se donner au contraire le sentiment de leur instabilité vraie. Imaginer l’histoire autrement qu’elle ne fut sert d’abord à cette fin.»

Raymond Aron, 1938, Introduction à la philosophie de l’histoire:

 «Tout historien, pour expliquer ce qui a été, se demande ce qui aurait pu être»

Maxime Abolgassemi, La pensée contrefactuelle de l’histoire

La démarche contrefactuelle, qui pourrait sembler très fantaisiste (à quoi bon se demander ce qui se serait passé si Hitler avait gagné la guerre puisque, heureusement, il l’a perdue ?) est au contraire induite par une conception savante de l’histoire.

Certes les historiens se méfient de démarches trop philosophiques voulant tout déduire de lois de l’histoire. Jacques Le Goff écrit ainsi :

Pour saisir le déroulement de l’histoire et en faire l’objet d’une vraie science, les historiens et les philosophes depuis l’Antiquité se sont efforcés de trouver et de définir des lois de l’histoire. Les tentatives les plus poussées et qui ont connu à cet égard le plus grand échec sont les vieilles théories chrétiennes du providentialisme (Bossuet) et le marxisme vulgaire qui s’obstine, bien qu’on ne parle pas dans Marx (au contraire de ce qui arrive à Lénine) de lois de l’histoire, à faire du matérialisme historique une pseudo-science du déterminisme historique chaque jour davantage démentie par les faits et par la réflexion historique[3].

Mais cette réflexion historique s’autorise une lecture tout à fait rationnelle, qu’il appelle de ses vœux :

En revanche, la possibilité d’une lecture rationnelle a posteriori de l’histoire, la reconnaissance de certaines régularités dans le cours de l’histoire (fondement d’un comparatisme historique des diverses sociétés et des diverses structures), l’élaboration de modèles qui refuse l’existence d’un modèle unique […][4].

Et ce comparatisme historique ne place pas seulement en regard divers états historiques factuels, il prolonge parfois aussi sa vision vers des états contrefactuels limites (moyen de prospection fructueux bien connu des traités de stratégie pour lesquels il faut envisager tous les coups possibles, y compris ceux qu’aurait pu faire l’ennemi et qui peuvent se reproduire dans la suite). Rarement comme « histoire fiction » soutenue sur tout un ouvrage, cette approche permet le recours à une expérience de pensée (à l’instar des physiciens et leur Gedankenexperiment), qui vient ainsi valider une thèse.

Biblio-webographie chronologique

R. Fogel, Railroads and American Economic Growth : Essays in Econometric History, Baltimore, 1964. L’auteur étudie l’impact des chemins de fer sur l’évolution économique des États-Unis.

R. Fogel et S. Engerman. Time on the Cross : The Economics of American Negro Slavery, Boston University Press, 1974. Les auteurs imaginent que l’esclavage n’a pas été aboli au terme de la Guerre de Sécession, pour en analyser l’efficacité économique.

Paul Janssens. « Comment vérifier L’explication historique ? » Revue européenne des sciences sociales, t. 19, n° 54/55, Critique des théories du social et Epistémologie des sciences humaines (1981), p. 83-101. Voir notamment la partie consacrée à l’histoire contrefactuelle p. 93-98.

Niall Ferguson, Virtual History : Alternatives and Counterfactuals. 1997.

R. Cowley (ed.)

What if. The World’s foremost military historians imagine what might have been, Putnam’s Sons, 1999

More What if ? Eminent historians imagine what might have been, Putnam’s Sons, 2001

What Ifs? Of American History, Putnam’s Sons, 2003

Anthony Rowley, Fabrice d’Almeida. Et si on refaisait l’histoire ?  Odile Jacob, 2009. Voir la critique par Arnaud Fossier sur le site Non-fiction.

Jacques Sapir, Frank Stora, Loïc Mahé (dir.). 1940 : et si la France avait continué la guerre…  : essai d’alternative historique. Paris : Tallandier, DL 2010.

Voir aussi le site Fantasque Time Line | 1940 – La France continue la guerre.

« Et si… ? » La cause du contrefactuel, numéro thématique de Labyrinthe, n° 39, 2012.

Florian Besson, Jan Synowiecki (dir.). Écrire l’histoire avec des « si ». Paris, Éditions Rue d’Ulm, coll. « Actes de la recherche à l’Ens », 2015.

Quentin Deluermoz, Pierre Singaravélou. Pour une histoire des possibles : analyses contrefactuelles et futurs non advenus. Seuil, 2016.

Des mêmes auteurs.  « Explorer le champ des possibles. Approches contrefactuelles et futurs non advenus en histoire »Revue d’histoire moderne et contemporaine, 3/2012 (n° 59-3), p. 70-95.

Les deux auteurs ont dirigé le séminaire What If… ? Apports, limites et enjeux de la démarche contrefactuelle en histoire en 2009-2010 à l’EHESS.

Interview des auteurs sur France Culture

dans la deuxième partie de La Grande table du 10 février 2016

dans le cadre de la série consacrée en févier 2016 à l’histoire alternative par La Fabrique de l’histoire (France Culture).


Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *