Du Surhomme au Tour de la France par deux enfants

Je vous convie ici à suivre avec moi les chemins sinueux d’une recherche sur internet. Tout est parti d’un texte de Léon Trotsky. Il s’agit d’un article sur Nietszche, signé  » Antide Oto « , paru dans Vostotchnoïé Obozriéné (La Revue de l’Orient) d’Irkoutsk, numéros 284, 286, 287, 289 des 22, 24, 25 et 30 décembre 1900 et repris en 1926 dans Sotchiniénia, T. XX : Koultoura starogo mira (La culture de l’ancien monde). Intitulé « A propos de la philosophie du surhomme » et accessible dans la section française de Marxists International Archive, c’est une véritable démolition de l’auteur d’Also sprach Zarathustra et de son mythe du surhomme.

Voici qui m’incite à chercher avec un moteur de recherche bien connu des informations sur la philosophie du surhomme. Je trouve alors parmi les premières réponses, outre le texte de Trotsky et un article de Wikipedia, des liens concernant le tome 7 de la Contre-histoire de la philosophie d’un philosophe bien connu, notamment sur le site officiel de Michel Onfray et sur Banquet par Onfray. Et c’est là que j’apprends l’existence d’un Nietzsche français, Jean-Marie Guyau (1854-1888), dont l’œuvre aurait influencé le philosophe allemand. Si je savais ce que Nietzsche pouvait devoir à Schopenhauer et à Stirner, j’avoue mon ignorance sur ce philosophe tuberculeux mort à 33 ans qui avait développée une philosophie vitaliste exigeante.

Ma curiosité piquée à vif par les biographies trouvées sur Wikipédia, Les classiques des sciences sociales ou la Revue des ressources, je commence une recherche sur lui, découvrant ainsi

que ses nombreux ouvrages sont nombreux, certains édités après sa mort par son beau-père (entendez le second mari de sa mère), le philosophe Alfred Fouillée, et sont en bonne partie disponibles sur Gallica ou dans Wikisource ;

qu’un site lui est consacré  par Laurent Muller, professeur de philosophie ;

que son Esquisse d’une morale sans obligation ni sanction  parue pour la première fois en 1885 chez Alcan où elle connaîtra  chez cet éditeur 21 éditions jusqu’en 1925  (la 1ère et la 16 sont sur Gallica)  a été rééditée plusieurs fois ces dernières années :

chez Allia en 2008 ;

 chez Encre marine en la même année, ce dernier éditeur publiant également un ouvrage de Philippe Saltel intitulé La puissance de la vie. Essai sur l’Esquisse d’une morale sans obligation ni sanction de J.-M. Guyau (cf. le compte rendu de , Archives de Philosophie 3/2009 (Tome 72), p. 551 disponible sur Cairn ; des extraits de cet ouvrage sont disponibles sur le site Tiens etc où il es beaucoup question de Guyau) ;

chez Payot en 2012 avec les textes de Nietzsche et de Kropotkine ;

que son article « Critique de l’idée de sanction », initialement paru en 1883 dans la Revue philosophique de France et de l’étranger, a été repris sous le titre Contre l’idée de sanction aux éditions de l’Herne…

De nombreux articles lui sont consacrés et la liste ci-dessous est loin d’être exhaustive :

Jean-Claude Leroy, « Jean-Marie Guyau, précurseur de l’esthétique moderne », in revue Semiosis (1998).

M. Lochu, « Jean-Marie Guyau, philosophe (1854-1888) », in Le Mouton fiévreux (1ère série) n° 8 (2003).

Jean-Paul Lambert, « L’irréligion de l’avenir. Jean-Marie Guyau et l’option nominaliste », Revue du MAUSS 2/2003 (no 22), p. 305-313.

Simone Manon, « Experience de la mort au coeur de la vie. Jean-Marie Guyau », 30 novembre 2009, Philolog.

Et pourquoi Le Tour de la France par deux enfants figure-t-il dans le titre de cette chronique ? C’est que la mère de Jean-Marie Guyau, Augustine Tuillerie en est l’auteur, sous le pseudonyme de G. Bruno. Ce bréviaire laïque des écoliers de la IIIe République, publié initialement en 1877 a connu de très nombreuses nombreuses éditions jusque dans les années 1930 et au-delà : les 128e (1884), 191(1889) et 386e (1922) sont numérisées dans Gallica et la 326e est reproduite dans Wikisource.

_______________________________________________________________

PS. Cette chronique aurait dû paraître en novembre 2012, mais est resté jusqu’ici à l’état de brouillon. En fait, depuis la décembre 2009, j’ai publié publié 404 billets sur ce carnet… et il reste actuellement 409 brouillons en réserve !


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *