Il s’appelait Simon Nizard

Mon grand-père avait un ami, juif tunisien naïvement confiant dans les valeurs de la France. Vous savez : liberté, égalité, fraternité, Lumières et autres totems auxquels il convient de sacrifier sans y adhérer vraiment… Mais lui y croyait et jugeait invraisemblable que les autorités de Vichy puissent s’en prendre à lui, honnête citoyen innocent. Nous étions au début de 1943. La zone sud avait été envahie au mois de novembre précédent et le 22 janvier débuta à Marseille une grande rafle dont beaucoup ne revinrent pas. Simon Nizard était de ceux-là(1).

En 1994, alors que je subissais ma formation de bibliothécaire à Villeurbanne, je retrouvais son nom dans un épais classeur inventoriant les “passagers” des différents convois “Nuit et brouillard” partis de France pour se perdre dans l’archipel d’Auschwitz. Le terminus pour lui fut Sobibor(2).

Ces évènements remontent à soixante-neuf ans, c’est à dire hier. Il ne me semble pas inutile de s’en souvenir autrement que par le biais de succès cinématographiques régulièrement diffusés et encensés par la critique(3). Le génocide des juifs d’Europe n’est pas une fiction même si certains voudraient le faire croire(4). Les personnes qui en furent victimes étaient des gens comme vous et moi.

______________________________________________________

  1. Outre l’article de Wikipedia, voir le site Anonymes, Justes et persécutés durant la période nazie où vous trouverez des informations sur cette rafle accompagnée de la destruction du quartier du Vieux-Port… et également sur Simon Nizard et sa famille ainsi que bien d’autres victimes.
  2. Ce classeur se trouvait au musée du Centre d’histoire de la résistance et de la déportation. Je ne l’ai pas retrouvé en ligne. Peut-être ai-je mal cherché. Il se peut aussi que ce document ne soit pas (encore) numérisé. Une liste de tous les convois de déportation partis de France établie par Serge Klarsfeld avec le nombre des personnes déportées et le camp de destination est consultable sur le site Mémoire juive et éducation. Voir aussi sur le site Les morts des camps la liste des déportés nés en Tunisie.
  3. Je pense notamment, dans deux styles bien différents, à La liste de Schindler par Steven Spielberg et à La vie est belle.de Roberto Benigni.
  4. Sur les persécutions et les rafles en France : le dossier réalisé par des Chemins de la mémoire. Sur les camps : le dossier réalisé par Daniel Letouzey sur le site de Clioweb. Sur le négationnisme : les textes de Pierre Vidal-Naquet, le dossier sur le négationnisme par le CRDP de Reims, le site de Michel Fingerhut et Pratique de l’histoire et dévoiements négationnistes qui nous mettent en garde contre les assassins de la mémoire fort actifs sur la grand toile (cf. sélection de liens répertoriés par le site négationniste VHO).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

5 réflexions sur “ Il s’appelait Simon Nizard ”

  1. Bonjour,

    Je tombe par hasard sur votre billet (un peu ancien apparemment) mais qui m’intéresse au plus haut point. Il se trouve que dans le cadre de recherches généalogiques, j’ai retrouvé la trace d’un grand oncle “Henri Isaac Nizard” qui semble avoir eu le même destin que ce monsieur “Simon Nizard”. C’est très curieux et pose question. Etaient-ils frères ? je n’ai pas connaissance de Simon. Ont-ils été raflés en même temps ? dans le convois 52, Simon ne semble pas y être.

    Merci de me recontacter

  2. D’après ce que j’ai pu trouver sur la famille Nizard (http://www.ajpn.org/personne-Simon-6199.html), son frère Armand avait un fils nommé Henri, mais apparemment, celui, encore enfant , a pu être caché avec ses frères au collège cévenol du Chambon sur Lignon, échappant ainsi à la déportation. Evidemment, il serait tentant de voir dans votre Henri Isaac un parent de Simon, d’Armand et de ce jeune collégien, le même prénom ayant tendance à se répéter dans les familles, de grand-père à petit fils, d’oncle à neveu. Mais je n’en sais pas plus…

    Cependant un doute me saisit : Simon est né a Tunis en 1900 et votre Henri Isaac a également vu le jour dans cette même ville le 6 janvier 1900 (du moins s’il s’agit du Henri Isaac Nizard figurant de l’arrêté du 3 juillet 1995 portant apposition de la mention “mort pour la France” sur les actes et jugements déclaratifs de décès, document que vous pouvez consulter sur Legifrance : http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000371712). Et si c’était la même personne ? Mon père le saurait peut-être. Il faudra que je l’interroge à ce sujet.

    Cordialement.

  3. Suite à ce post, j’ai entrepris de contacter Maitre Serge Klarsfeld pour l’interroger sur ces personnes, ce qu’il a très gentiment fait. Il m’a ainsi expliqué que selon ses archives Henri Isaac Nizard avait bien fait parti du convoi 52 pour Sobbibor, qu’il avait bien été raflé à Marseille en Janvier 1943 et qu’il avait été gazé immédiatement à son arrivée au camp en Mars 1943. Quant à Salomon (dont on ne sait pas le lien de parenté avec Henri), il a fait parti du convoi 53 et qu’il était accompagné de Marthe et d’Armand Nizard. Il semble qu’ils aient eu un sort analogue à mon grand oncle.

    Reste cette interrogation, se connaissent-ils, faisaient-ils parti de la même famille ? Sachant qu’ils étaient originaires de Tunis, ont-ils émigré en France en même temps ? Sachant que je suis toujours en recherche de cette généalogie.

    Voilà ou j’en suis de mes recherches pour l’instant. Bien à vous.

  4. Je vous remercie pour ces précisions.

    Comme complément d’information, je vous renvoie, sur le site Les morts des camps, à la liste des déportés nés en Tunisie où figurent entre autres
    - Henri Isaac Nizard, né le 6 janvier 1900 à Tunis, décédé le 28 mars 1943 à Lublin-Maidanek (Pologne)
    - Simon Nizard, né le 7 août 1922 à Tunis, décédé le 1er avril 1943 à Lublin-Maidanek (Pologne). Le mystère s’épaissit, car ce Simon Nizard ne peut être celui né en 1900, ami de mon grand-père.

    A noter que dans cette liste, ce n’est plus Sobibor, mais Maidanek où ils sont décédés.

  5. En effet ce n’est pas simple de remonter le temps et en particulier cette période tant les événements ont déchiré les communautés et le souvenir reste encore un sujet délicat. Mais pour Sobibor/Maidanek j’ai bien la confirmation par Serge Klarsfeld lui même (les documents d’Henri mentionnant également Maidanek) que c’est une erreur de l’administration française des années 50 et que c’est bien Sobibor le camp terminal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">