Les folies linguistiques d’Henri-Joseph-François Parrat

(Dernière mise à jour : 21 octobre 2016)

Août 1993. Au premier étage de la maison familiale, je me plonge dans la grande armoire bourrée de livres anciens. Je viens d’obtenir le certificat d’aptitude aux fonctions de bibliothécaire et mon intention est alors d’épousseter ces trésors du patrimoine imprimé, de cirer leurs reliures du XVIIe et du XVIIIe siècles et de les cataloguer selon les normes récemment apprises. Ce zèle ne dure pas longtemps. Tel livre entrouvert m’invite à la lecture, tel autre feuilleté à la contemplation de ses gravures. Je commence le Quichotte de Cervantès dans une « belle infidèle » du XVIIIe siècle, découvre des auteurs dramatiques inconnus des manuels scolaires et parcours des recueils de citations et de lieux communs manuscrits.

Parmi tous ces volumes, un attire particulièrement mon attention, non par la beauté de sa reliure qui est des plus médiocres, mais par son contenu. Il regroupe plusieurs brochures de format divers, publiées entre 1851 et 1864. Un titre général figure sur son dos : « Parrat  – Œuvres ». Il s’agit de textes de H.-J.-F. Parrat, « ancien professeur ». Une notice manuscrite de mon arrière-grand-père donne quelques éclaircissements, puisant tant dans la bibliographie locale que dans la mémoire familiale :

Henri Parrat, linguiste, et professeur à Porrentruy,1791-1866. Conseiller d’Etat bernois 1852-1853 et député au Grand Conseil à partir de 1854 . A publié une vingtaine d’études sur les langues orientales Dictionnaire historique et biographique de la Suisse. Marié à Marie Marguerite Béchaux fille de Joseph Thomas, de Porrentruy, et de Marie Anne Nanzé, d’Altkirch, nièce de Sébastien Augustin Béchaux, cousine germaine d’Antoine Béchaux, président du tribunal de Porrentruy .

Plusieurs brochures d’Henri Parrat portent l’ex-libris « De mon oncle, l’avocat Béchaux. Louis Stouff 1914 » : il s’agit en fait d’Auguste Béchaux, le fils d’Antoine. Une grande partie des livres contenus dans l’armoire venaient de cet héritage. S’y trouvaient plusieurs ouvrages ayant précédemment appartenu à Parrat et annotés par ce dernier. La reliure a dû être réalisée après que mon arrière-grand-père ait hérité de cet oncle de Saint-Ursanne, afin de réunir l’ensemble des œuvres de Parrat qu’il avait en sa possession.

Lorsque j’ai entrepris en 2008 de consacrer une  notice à ce personnage dans Wikipédia, pratiquement rien sur lui et ses ouvrages n’existait sur internet, si ce n’est un article du Dictionnaire historique de la Suisse, et aucun de ses livres n’étaient accessibles en ligne, pas même son projet de langue simplifiée ou  Stœchiophonie. Soit je ne savais pas chercher, soit l’efficacité des moteurs de recherche s’est grandement accrue, à moins que la politique de numérisation ait enfin touché cet obscur auteur, car ce n’est plus le cas aujourd’hui lorsque je fait une recherche dans Europeana,  le Karlsruher Virtueller Katalog ou Google livres.  A ma grande surprises, ses livres sont présents, numérisés ou non, dans plusieurs bibliothèques, non seulement  de France, de Suisse, et d’Allemagne, mais aussi d‘Italie, du Royaume-Uni et même d’Israël.

J’ai donc décidé de reprendre ici la notice citée pour la réactualiser et lui donner une nouvelle audience, si d’aventure certains visiteurs de ce carnet s’intéressent aux linguistes hétérodoxes et autres fous de langages. Ne vous étonnez donc pas des redondances entre cette chronique et la notice de Wikipédia, à laquelle je vous renvoie pour les maigres détails biographiques. Seuls m’importe ici ses ouvrages. Et d’abord, de quoi traitent-ils ?

Un orientaliste éclectique

Les brochures de Parrat nous donnent une idée des centres d’intérêt intellectuel de leur auteur. Outre la botanique, la zoologie et la géologie qui semblent avoir retenu son attention entre 1838 et 1842 (dates de parution du Troisième embranchement ou grande division du règne animal. Animaux articulés… et du Tableau circulaire phyllographique), ses préoccupations principales sont d’ordre linguistique, avec en premier lieu la langue chaldaïque (comprenez l’araméen)  qui, selon lui,  serait la clé de la traduction des hiéroglyphes égyptiens. Entre 1851 à 1864, deux ans avant sa mort, plusieurs de ses écrits portent sur cette question et notamment sa Première traduction française de l’inscription hiéroglyphique de la pierre de Rosette qui porte en exergue ce nota bene :

Le texte hiéroglyphique, qui n’a rapport qu’à Ptolémée Lagus (Ptolémée Soter), à lui seulement, n’a jamais été traduit. La traduction française que l’on possède, est celle du texte grec, qui comprend les Ptolémées, successeurs du premier, et n’est pas l’interprétation du texte hiéroglyphique.

Publiée en 1852 dans le Journal du Jura, cette Traduction a été précédée en 1851 par une Inscriptionis Rosettanae interpretatio semitica et latina où le texte hiéroglyphique est superposé à ses traductions en hébreu (ou en araméen ?) et en latin. Une Tabula Rosettana chaldaicè, littera pro signo hieroglifico, expressa paraît également dans les mêmes années.  A cette date, la partie hiéroglyphique de la pierre de Rosette a été traduite par Champollion depuis plus de vingt-cinq ans .  Henri Parrat ne l’ignore pas. Dans un article sur les hiéroglyphes paru dans le Jura en 1852  sous la forme d’un « Dialogue […] entre un Egyptologue et un ancien professeur », il dit bien ce qu’il doit au « créateur de la science hiéroglyphique »… pour mieux mettre en valeur sa propre interprétation :

Le Prof.  Occupé de la comparaison des langues sémitiques et sansécrites , j’ai été obligé de faire quelques recherches sur la structure du caractère de ces langues ce qui m’a amené naturellement à l’examen des signes hiéroglyphiques. J’ai feuilleté les ouvrages de Champollion sans les étudier autrement que par rapport à mes recherches philologiques et sans avoir la moindre idée de traduire un jour des hiéroglyphes. La principale conséquence que j’en avais tirée était que la langue des hiéroglyphes devait réellement être le copte puisque ce créateur de la science hiéroglyphique l’avait vu ainsi, il ne m’appartenait pas à moi novice de voir autrement. J’ai donc, abstraction faite des signes dont un grand nombre me rappelaient des lettres sémitiques, comparé les mots coptes que je connaissais avec les mots sémitiques correspondants : il s’est trouvé que les lettres acrophoniques établies par Champollion, étaient tout aussi propres à l’hébreu qu’à la langue copte, et que les signes s’y adaptaient avec encore plus de facilité qu’à la dernière de ces deux langues […] Je n’ai pas été longtemps sans m’apercevoir que l’hébreu seul n’était pas la langue des hiéroglyphes ; mais bien plutôt le chaldéen […] un signe hiéroglyphique n’est pas autre chose qu’une lettre chaldaïque…

Sa Notice sur la structure et la constitution des hiéroglyphes égyptiens parue l’année suivante se réfère elle aussi à l’œuvre du père de l’égyptologie pour mieux en limiter la portée :

Depuis la découverte de Champollion on a beaucoup écrit sur les hiéroglyphes, mais l’on en a d’autant moins expliqué. Les égyptologues s’étendent sur les attributs des dieux égyptiens, font des descriptions pompeuses de la glyptique […] ; mais des traductions, fort peu ou point ; à moins qu’il ne se trouve à leur disposition une traduction ou prétendue traduction grecque. [Il réaffirme une fois encore que] les inscriptions hiéroglyphiques sont écrites en chaldéen [et non en copte comme le pensait Champollion, d’où les difficultés éprouvées par les égyptologues qui font] du copte avec des lettres acrophoniques chaldéennes, c’est à dire, avec les initiales des mots qui expriment en chaldéen ou en syriaque les signes de l’écriture hiéroglyphique.

Je laisse les spécialistes actuels juges de cette théorie.

Origine et parenté des langues : de l’importance des langues sémitiques

Outre la question du déchiffrement des hiéroglyphes au moyen du chaldéen , il s’est intéressé à l’origine et à la parenté des langues. C’est même cette première recherche qui l’a amené à s’intéresser aux hiéroglyphes. Selon lui, l’étude des langues sémitiques devrait permettre de démontrer qu’elles sont l’origine des langues indo-européennes .A l’époque Il n’est d’ailleurs pas le seul à développer ce genre d’idée(1). Pour lui, « comme il n’y a qu’une seule race d’hommes, doués du même organe vocal, il n’y a pareillement qu’une seule langue mère de toutes les autres, la langue hébraïque » , conviction qui semble plus d’origine religieuse que réellement scientifique. La partie la plus importante de ses Principes d’étymologie naturelle basés sur les origines des langues sémitico-sanscrites (Paris, 1854) est un tableau synoptique des analogies entre hébreu et sanscrit intitulé « Origine sémitique des langues indo-européennes, prouvée par l’analyse du premier chapitre de la Genèse ».

La même année, un critique exécute cet essai dans Zeitschrift der deutschen morgenlaendischen Gesellschaft de Leipzig  (Achter Band, IV. Heft) en une formule assassine :

Ein Specimen extravagenter Sprachmengerei und wild-phantastischer Vergleichung.

Dix ans plus tard, Parrat écrira non sans humour, dans son Introduction à l’homophonie des langues sémitiques, sanscrite, grecque, latine, française et allemande (Mulhouse, 1864) :

C’était vraiment un tour de force de la science moderne ; quatre mots de langues différentes et un hybride dans deux lignes, c’est du génie allemand ; la politesse française n’y parviendra pas.
Ein Specimen (latin) un échantillon,
extravaganter (français) d’extravagant,
Sprachlengerei (allemand) mélange de langues,
und et,
phantastischer (grec) de fantastique,
wildphantastischer (superlatif hybride), sauvage fantastique,
Vergleichung comparaison.

Toujours en 1854, Parrat publie le surprenant Les Tons chinois sont sémitiques. Il sera suivi d’un Novum specimen quo probatur iterùm linguarum indi-europaearum origino semitica (Frankfurt et Mulhouse, 1855), bientôt suivi d’un Tableau étymologique de la langue allemande comprenant ses analogies sanscrites et leurs origines sémitiques (Mulhouse,1859). Ses deux dernières œuvres connues sont l’Introduction à l’homophonie des langues citée ci-dessus et une Homophonia linguarum pars prima. Monographia hebræo-sanscrita (Mulhouse, 1865).

L’inventeur méconnu d’une langue universelle

Qui s’intéresse à l’origine des langues et à leurs plus ou moins grande parenté est amené irrésistiblement à rêver de dépasser ce monde babelisé grâce la création d’une langue universelle. Sa Stœchiophonie dont les deux éditions se situent précisément entre ses premiers et ses derniers écrits sur l’homophonie des langues sémitiques et sanscrites semble correspondre à une telle ambition. Ainsi, Henri Parrat est semblables aux fous du langage partis à la recherche de la langue parfaite décrits par Marina Yaguello(2) et Umberto Eco(3) et appartient, à ce titre, à une catégorie de fous littéraires à laquelle André Blavier(4) consacre un abondant chapitre. Pourtant, aucun de ces trois auteurs ne le mentionnent.

 Il n’est cependant pas totalement inconnu de ceux qui s’intéressent aux langues artificielles, mais les informations qu’ils nous en donnent sont généralement des plus succintes. Le Dictionnaire des langues imaginaires de Paolo Albani et Berlinghiero Buonarroti (Paris, Belles Lettres, 2001) est le seul ouvrage que j’ai pu consulter à comporter une entrée Parrat,H.J.F. [XIXe siècle] sans plus de renseignements si ce n’est un renvoi à l’article sur la Langue simplifiée ainsi rédigée :

« Simplifiée, langue Projet de langue internationale […] élaboré par H.J.F. Parrat dans le livre Langue simplifiée, imprimé à Porrentruy (Suisse) en 1858 (Drezen , 1991, p. 150)».

Sur les pages consacrées par la bibliothèque l’Institut de France à son exposition Langues universelles et artificielles (1er juin au 15 août 2001) comme dans le cours en esperanto de Vera Barndovska-Frank, sa Stœchiophonie est simplement mentionnée parmi bien d’autres projets. Quant au répertoire des fonds manuscrits des bibliothèques suisses, il le qualifie simplement ainsi : « Philologue orientaliste, homme politique. »

Il est vrai que, si grande qu’ait pu être sa notoriété dans le Jura bernois et malgré les liens qu’il a pu avoir avec des savants de France ou d’Allemagne , Porrentruy est bien éloigné des grands centres culturels de l’Europe du XIXe siècle. Si, lors de la publication de ses Principes d’étymologie naturelle, il dit en avoir « distribué plusieurs exemplaires à Paris et ailleurs », il reste aux yeux des savants universitaires des grandes villes un érudit besogneux dont les travaux ne saurait être considéré avec beaucoup de sérieux.

Les lieux de publications de ses œuvres expliquent à eux seuls leur peu d’audience : sur les 29 écrits que j’ai pu répertorier, 12 sont parus dans le Jura Suisse (10  à Porrentruy et 2 à Soleure), 9 à Mulhouse… Un seul est paru à Paris : Principes d’étymologie naturelle, à l’Imprimerie orientale Dondey-Dupré. Chronologiquement, c’est le premier de ses écrits dans le domaine linguistique. Peut-être celui qui aura eu la meilleure diffusion « à Paris et ailleurs », selon son expression. Pourtant, comme il est indiqué à la deuxième page, « CET OUVRAGE SE TROUVE : Chez CREVOT, rue Moncey, 5, à Besançon. MICHEL, imprimeur et lithographe, à Porrentruy, Et, chez l’auteur, à Porrentruy, canton de Berne, en Suisse. » Aucun dépôt n’est mentionné pour Paris où pourtant cet ouvrage a été imprimé : sa zone de diffusion semble se limiter aux deux versants du massif jurassien.

Ainsi Parrat reste-t-il méconnu parmi les inventeurs de langues. Du reste son invention est-elle si originale ? Le philologue imaginaire qui lui sert d’interlocuteur dans son « Avant-propos à l’édition 1858 » semble en douter, le renvoyant à d’autres projets de langues artificielles a priori et notamment à la Pasigraphie de Joseph de Maimieux . Ce terme de pasigraphie – du grec pasi = « à tous ») et graphein = « écrire ») – désigne d’une manière générale « une langue universelle exclusivement écrite […] un système de signes conventionnels écrits […] développé pour permettre à des personnes utilisant des langues différentes de pouvoir communiquer entre elles   ». Cette famille de langues imaginaires est très diverse et on peut distinguer de tels systèmes selon la nature des signes utilisés (numériques, optiques ou alphabétiques) ou selon l’objectif plus ou moins ambitieux.

Aux pasigraphies numériques appartiennent les classifications. Ce ne sont pas à proprement parler des langues, car elles ne visent qu’à classer des objets, des concepts, des êtres dans des catégories, des classes données, et non à construire des discours, à exprimer des sentiments, des idées, des opinions. Il s’agit souvent de classifications à visée pratique. Ainsi, dans le monde des bibliothèques, la Classification décimale Dewey utilisée dans les bibliothèques municipales et les bibliothèques universitaires a-t-elle d’abord une visée bibliothéconomique : le classement des livres en rayons. Cependant, tout comme la Classification décimale universelle (CDU), la Dewey a aussi l’ambition de rendre compte de l’ensemble des domaines du savoir avec parfois une précision qui laisse Georges Perec(5) songeur :

Il y a un vertige taxonomique. Je l’éprouve chaque fois que mes yeux tombent sur un indice de la Classification décimale universelle (CDU). Par quelles successions de miracles en est-on venu, pratiquement dans le monde entier, à convenir que : 668.184.2.099 désignerait la finition du savon de toilette et 629.1.018-465 les avertisseurs pour véhicules sanitaires, cependant que : 621.3.027.23, 621.436 : 382, 616.24-002.5-084, 796.54, 913.15 désigneraient respectivement : les tensions ne dépassant pas 50 volts, le commerce extérieur des moteurs Diesel, la prophylaxie de la tuberculose, le camping et la géographie ancienne de la Chine et du Japon !

D’autres se limitent plus modestement à une science particulière, comme le fait pour la botanique Jean-Pierre Bergeret dans sa Phytonomatotechnie . Les numéros de comptes bancaires,  l’immatriculation à la Sécurité sociale, l’ISBN  appartiennent eux aussi à ce type de classification numérique.

La seconde catégorie de pasigraphies numériques regroupent les langues numériques proprement dites dont le Dictionnaire des langues imaginaires nous donnent plusieurs exemples. De telles langues, dont on trouve des traces dès le XVIIe siècle dans les projets de Cave Beck,  ont un vocabulaire, une syntaxe, et peuvent permettent de former des phrases plus ou moins complexes. Dans le code Gibson, inventé pa un officier d’artillerie côtière des Etats-Unis, les noms commencent par 1, 2 ou 3, les verbes par 4, les adjectifs par 5, et présent et futur sont exprimés par les suffixes -10, -20, -30. La suite « 5-111-409-10-5-516-2013 » signifie-t-elle « Le jeune homme mange la pomme rouge ».

Parmi les pasigraphies optiques,  il convient de citer la  Pasitélégraphie de Firmas-Periès , les signaux à l’usage des navires , la télégraphie sans fil de Chappe.

La Stœchiophonie quant à elle appartient à la famille des pasigraphies alphabétiques. En font également partie la Pasilalie d’Abel Burja dont il entend se démarquer et la langue analytique de John Witkins étudiée par Borges(6).

Notes

(1) Maurice Olender, Les langues du paradis. Ariens et Sémites : un couple providentiel.

(2) Marina Yaguello, Les Fous du langage : des langues imaginaires et de leurs inventeurs. Paris, Seuil, 1984.

(3) Umberto Eco, La recherche de la langue parfaite, Paris, Seuil, 1994.

(4) André Blavier, Les Fous littéraires, Editions des Cendres, 2000.

 (5) GeorgesPerec, Penser/classer

(6) Jorge Luis Borges,: « La langue analytique de John Wilkins », in Enquêtes, suivi de Entretiens, Gallimard, 1986 (Folio), p. 138-143. Voir ici une version en ligne de la traduction anglaise..

Ouvrages d’Henri Joseph François Parrat classés chronologiquement avec liens vers les versions numérisées

La liste ci-dessous a été dressée à l’aide des sources suivantes

le recueil factice

Gustav Amweg. Bibliographie du Jura bernois. Porrentruy : Editions du Jura, 1928

le catalogue de la BNF

le site Antikforever

  1. La Némésis. Journal satirique conservateur paraissant à intervalles irréguliers, autographié et imprimé. De mai 1834 à 1836.
  2. À mes citoyens de Porrentruy (À propos du vote sur l’école normale mixte). 1836. In 8°.
  3. Théorie des courans souterrains ou Notice sur la formation des vallées et des montagnes du Jura suivant un mode naturel analogique.1838. 8 p. In 8°.
  4. Application de la théorie des courans souterrains à la formation des vallées et montagnes des environ de Porrentruy. Porrentruy, G. Fallot, s.d. 10 p. In 8°. Supplément de la brochure précédente.
  5. Troisième embranchement ou grande division du règne animal. Animaux articulés… S.l., 1838. In fol. plano.
  6. Géologie. Registre gr. fol. 1839. Ouvrage manuscrit avec des coupes de terrains. Porrentruy, Bibliothèque Gustav Amweg.
  7. Tableau circulaire phyllographique. Berne, Wehrlin et Bildingmeyer, 1842. In-fol. plano.
  8. Traduction chaldaïque, latine et française de l’inscription hiéroglyphique du grand cercle du zodiaque de Denderah. Porrentruy, V. Michel, 1851. In-fol, 1 p. Autographie.
  9. Principes d’étymologie naturelle basés sur les origines des langues sémito-sanscrites, Paris, Vve Dondey-Dupré, 1851. Numérisé sur la BSB, Bodleian Library, BU de GandGallica et Google livres
  10. Inscriptionis Rosettanæ interpretatio semitica et latina. Porrentruy, impr. V. Michel, 1851. In-fol, 1 f.. avec hiéroglyphes et caractères sémitiques et 1 f. d’introduction adressé au lecteur en latin. Autographié.
  11. Tabula Rosettana chaldaicè, littera pro signo hieroglifico, expressa. Mulhouse, J.-P.Risler,1852. In fol. plano. Caractères hébreux.
  12. Texte chaldéen de l’inscription de la Pierre de Rosette. [Mulhouse], impr. de J.-P. Risler, février 1852.
  13. « Première traduction française de l’inscription hiéroglyphique de la pierre de Rosette », Journal du Jura, 29 avril 1852, Porrentruy, impr. V. Michel. In-fol, plano.
  14. Trois articles « Sur les hiéroglyphes égyptiens », Journal du Jura, Porrentruy, 1852, n° 5 (20 janvier), n° 18 (29 avril) et n° 25 (17 juin). Les deux premiers reprennent 8 et 12 avec des commentaires. Le dernier est un « Dialogue sur le système hiéroglyphique expliqué par le chaldéen entre un égyptologue et un ancien professeur ».
  15. « Traduction de l’inscription de l’obélisque d’Héliopolis par le chaldéen », Revue suisse, Neuchâtel, août 1852, p. 590. Disponible sur Google livres.
  16. « Traduction par le chaldéen d’un Psaume égyptien, tiré du papyrus intitulé Todtenbuch der AEgypter », Revue suisse, Neuchâtel, juillet 1853.
  17. Zwei lithographirte Tafeln, die eine die lateinische übersetzung, die andere,  die chaldäische Umschrift enthaltend mit der Überschrift… Tabula Rosettana chaldaicè, littera pro signo hieroglifico, expressa. Porrentruy ; Mulhausae ; Frankfur a.M. : Volker, 1852. In fol.
  18. Le Nilomètre (ancien), extraits traduits par le chaldéen de la Table isiaque et du Todtenbuch. 20 septembre 1853.
  19. Notice sur la structure et la constitution des hiéroglyphes égyptiens. S.l [Mulhouse, impr. de J.-P. Risler ?], novembre 1853. In 8°, 8 p. Réédition chez le même éditeurs en 1861.
  20. Philologus chaldaicus. Voces graecorum et latinorum quas dicunt ægyptiacas chaldaicè exponens ; sequitur Interpretatio alphabeti hebraici. Mulhouse, impr. J.-P. Risler, 1854. In-4°, 24 p. Disponible sur la BSB et Google livres.
  21. Les Tons chinois sont sémitiques. S.l., n.d. [1854]. In 4° oblong, 7 p. Lithographié. Disponible sur Gallica.
  22. Les 36 000 ans de Manéthon suivis d’un tableau des rois d’Égypte et des Hébreux. Porrentruy, impr. de V. Michel, 1855. In 8°, 34 p. G.31678
  23. Novum specimen quo probatur iterùm linguarum indo-europæarum origino semitica. Confirmation de la théorie émise dans les Principes d’étymologie naturelle. Mulhouse, impr. de J.-P. Risler ; Frankfurt a. M., Buchandlung von Th. Voelker, 1855. In-8°, 51 p. Disponible sur la BSB.
  24. Tables arithmotéliques. Porrentruy, 1855
  25. Psaume égyptien [traduit en chaldéen par H. Parrat]. – Porrentruy, 1857. – 1 vol. ([2] Bl.) ; In-fol. – Traduction d’un extrait du rituel funéraire, p. V. chap. 15. fig. 29-33, contenu dans un ouvrage publié par Richard Lepsius, Das Todtenbuch der Ägypter: nach dem hieroglyphischen Papyrus in Turin (Leipzig, Georg Wigand, 1842).
  26. Nouveau système de traduction des hiéroglyphes égyptiens au moyen de la langue chaldéenne avec l’explication des signes. Porrentruy, impr. de Feusier et Pernot, 1857. In-fol, 54-44 p. Autographie. Disponible sur BSB et Google livres.
  27. Langue simplifiée. Porrentruy, 1858.
  28. Hymne au soleil, traduit d’un stèle hiéroglyphes. Mulhouse, 1859.
  29. Tableau étymologique de la langue allemande comprenant ses analogies sanscrites et leurs origines sémitiques. Mulhouse, J.-P. Risler, [1859]. In-4°, 4 p. Disponible sue la BSB et Google livres.
  30. « Des idiomes patois et du patois de Delémont en particulier », in Actes de la société jurassienne d’émulation réunie à Neuveville le 22 septembre 1859. Porrentruy, 1861
  31. Stoechiophonie oder vereinfachte Sprache. Solothurn, 1861. Préfacier Jacob Matthys. Disponible sur la BSB.
  32. Stoechiophonie ou la langue simplifiée, 2e édition. Soleure, impr. J. Gassmann, 1861. In-8°, viii-43 p. Préfacier Jacob Matthys. Disponible sur la BSB et Google livres.
  33. Le Déluge égyptien, traduit du Todtenbuch. Porrentruy, 1861.
  34. Inscription phénicienne découverte par Mr Mariette dans le sérapium de Memmphis sur une pierre de libation déposée au Louvre. S.l., s.n., 1862. In-fol, 1 p. Lithographié.
  35. Introduction à l’homophonie des langues sémitiques, sanscrite, grecque, latine, française et allemande. Mulhouse, J.-P. Risler, 1864. In-4°, 42 p., planche lithographiée. Disponible sur Archive.org et Google livres.
  36. « Une erreur en hiéroglyphes », Gazette jurassienne, n° 52, Porrentruy, décembre 1864, 1 f.
  37. Homophonia linguarum pars prima. Monographia hebræo-sanscrita. Mulhouse, J.-P.Risler, 1865. In-4°, 4 p.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *