Jacob Matthys, un philologue dans l’Unterwald

En janvier dernier, je vous ai présenté les folies linguistiques d’Henri-Joseph-François Parrat. Parmi celles-ci se trouve sa Stoechiophonie ou la langue simplifiée dont les éditions allemande et française de 1861 ont pour préfacier un certain Jacob Matthys.

J’ai par curiosité cherché qui était ce personnage et je pense l’avoir découvert sur Wikisource où est reproduit un article de Max Buchon paru en 1854 dans le tome 7 de la Revue des Deux Mondes : « Un philologue dans l’Unterwald ». Ce dernier, chapelain de son état, me semble bien être le Jacob Matthys recherché, un de ses correspondants étant un M. Parrot (sic) … un orientaliste remarquable, conseiller d’état du canton de Berne. Cet article a été repris en néerlandais dans le volume de Het Leskabinet de 1855.

Je vous  laisse découvrir qui était ce modeste savant fort doué pour des langues parfois bien exotiques (hébreu, chinois, sanscrit, malais)… tout au moins à l’écrit, car il prétend ne savoir que

 regarder les langues comme un niais.

L’expression est jolie, n’est-ce pas ?

Outre l’article, ci-dessus, voici ses notices biographique dans le Grand dictionnaire universel du XIXe siècle, tome 10 (1873) et tome 17 (2e supplément) (1890). Voir aussi celle du Dictionnaire historique de la Suisse.

MATTHYS (Jacob), philologue suisse, né à Wolfenschiessen, canton d’Unterwalden, en 1802. A seize ans il ne savait pas encore lire. Il apprit seul la lecture, l’écriture et le calcul et se loua, comme garçon de ferme, dans un établissement agricole de la Bavière. Vers 1825, grâce à la charité de quelques personnes, il put faire les études nécessaires pour entrer dans les ordres, il alla étudier à Soleure, puis à Fribourg, et, ordonné prêtre en 1831, il reçut la cure de Nieder-Rickenbach, qu’il abandonna eu 1845 pour celle de Thalwyl, dans le canton d’Unterwalden. Seul et sans la direction d’un maître, M. Matthys parvint à apprendre presque toutes les langues littéraires. Une grammaire et un dictionnaire, quelquefois même un seul de ces deux ouvrages, lui suffisaient pour apprendre une langue au point, non-seulement de la traduire, mais encore de l’écrire assez purement. En 1854, il fut constaté qu’il savait le latin, l’espagnol, le portugais, l’italien, l’anglais, le français, le grec ancien et moderne, l’arabe, l’hébreu, le malais, le sanscrit et le chinois. L’abbé des bénédictins d’Engelbert, frappé de ces dispositions étonnantes pour l’étude des langues, proposa à M. Matthys de le recommander au pape pour obtenir son entrée chez les frères de la Propagande mais le modeste philologue refusa, pour ne pas quitter ses montagnes et ses chères ouailles. Depuis, sa renommée s’est répandue, et un grand nombre de savants suisses ou anglais ont fourni à ce moderne Mezzofanti les moyens de continuer une étude dans laquelle il a apporté tant d’intelligence et de patience. Aujourd’hui, c’est un polyglotte des plus distingués.

MATTHYS (Jacob), philologue suisse, né à Wolfenschiessen en 1802. Il est mort à Paris le 1er novembre 1873.

Mise à jour du 20 juin 2016

J’ai trouvé l’ouvrage suivant :

Iso Baumer.  Jakob Joseph Matthys : Priester – Sprachenkenner – Dialektologe , 1985. 1 vol. (VIII, 296 p.) (Beiträgen zur Geschichte Nidwaldens 42). Contient le texte de l’autobiographie (p. 141-219) et Kleine Grammatik des Nidwaldner Dialekts (p. 221-282).


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *