La parabole des trois anneaux

En lisant l’introduction que Raoul Vaneigem donne à son édition des Trois imposteurs, je me suis souvenu d’une pièce de Gottlob Ephraim Lessing, Nathan le Sage et surtout de sa scène 7 de l’acte III avec la fameuse parabole des trois anneaux.

Sur cette dernière, dont le texte allemand est accessible sur Zeno.org ou Archive.org, je vous renvoie à la note ci-dessous, extraite d’un article de Michel Tardieu,  « Le pluralisme religieux » (La pluralité interprétative, Paris, Collège de France, 2010). J’y ai rajouté quelques liens vers les documents indiqués quand ils existent en ligne.

Sur cet apologue chez Lessing (dialogue entre le juif Nathan et Saladin, le souverain musulman) : Georges Pons, Gotthold Ephraïm Lessing et le christianisme, Paris, Didier, 1964, p. 413-415. La source de Lessing est Boccace, Decamerone, I 3 (histoire racontée par le juif Melchisédech à Saladin, sultan de Babylone, qui fait la guerre aux sarrasins et aux chrétiens). Formes médiévales de l’apologue (réponse du juif à Pierre Ier [1068-1104], roi d’Aragon et de Navarre, l’un des premiers artisans de la reconquête espagnole) publiées par G. Paris, « La parabole des trois anneaux », dans : La Poésie au Moyen Âge, Paris, 1895, II, p. 131-163. L’apologue figure dans la classification internationale des contes de tradition orale comme conte type n° 920E : The Three Rings (Hans-Jörg Uther, The Types of International Folktales, I, Helsinki, Suomalainen Tiedeakatemia, 2004, p. 543 [bibliographie et variantes]). Article de synthèse : H. Hudde, « Die drei Ringe », Encyklopädie des Märchens, XI/2, Göttingen, de Gruyter, 2004, col. 696-699.

Cependant, comme internet est parfois instable et éphémère et que les liens peuvent ainsi se retrouver brisés, j’ai repris ci-dessous les versions de Lessing et de Boccace. Quant à l’article de Gaston Paris, il est trop long pour être reproduit ici.

Une remarque encore. Quand un texte passe à la postérité, ce n’est plus un plagiat, non, l’auteur s’est simplement inspiré d’une source antérieure…. Des mots, des mots, des mots !!!

Gottlob Ephraim Lessing,  Nathan le Sage

Traduction d’Hermann Hirsch

Acte III, scène 7 : extrait

NATHAN

Jadis, dans les siècles reculés, vivait, en Orient, un homme qui possédait une bague d’une valeur immense, provenant d’une main chère. La pierre, une opale, brillant de cent belles couleurs, avait la vertu secrète de rendre agréable devant Dieu et devant les hommes celui qui la portait avec confiance. Ce n’est donc pas merveille qu’il ne la quittât jamais et qu’il donnât les ordres nécessaires pour qu’elle fût conservée éternellement dans sa famille. — il fit donc ainsi : Il légua la bague à celui de ses fils qu’il aimait le plus ; et disposa que celui-ci, à son tour, la laisserait en mourant à celui des siens qu’il préférerait ; et ainsi de suite, elle passerait toujours à celui qui serait préféré par son père, et qui, sans égard à la naissance, en vertu de la bague seule, deviendrait le chef de la maison. —Entends-moi bien, Sultan !

SALADIN

Je te comprends. Allons !

NATHAN

De celte façon, la bague passa de fils en fils jusqu’à ce qu’elle vînt en la possession d’un homme ayant trois fils, trois fils également obéissants à leur père qui, par conséquent, ne pouvait que les aimer lous également. Cependant, lorsque chacun d’eux se trouvait seul avec lui, son cœur le préférait, oublieux des deux absents, et, tantôt celui-ci, tantôt celui-là, tantôt le troisième, lui pa raissait le plus digne de la bague. Il eut donc la pieuse faiblesse de promettre la bague à chacun d’eux. Cela allait ainsi tant que cela pouvait aller. Mais voilà que la mort approche et le bon père est dans l’embarras. Il ne veut pas affliger deux de ses fils qui se fient à sa parole.,— Que peut-il faire? En secret il fait venir un artiste, et lui commande deux autres bagues, d’après le modèle de la sienne, en lui enjoignant de n’épargner ni frais ni peine afin de les faire pareilles, absolument pareilles à celle-ci. L’artiste réussit. Quand il rapporta les bagues au père, celui-ci ne put lui-même reconnaître sa propre bague. Plein de joie, il appelle ses fils, chacun en particulier ; à chacun il donne sa bénédiction — et sa bague, — et meurt. — Écoutes-tu, Sultan ?

SALADIN, qui s’est détourné, confus.

J’écoute, j’écoute ! Finis ton conte, enfin ? — Est-ce fini ?

NATHAN

J’ai fini, car ce qui suit s’entend de soi-même. Le père, à peine mort, chacun arrive avec sa bague et veut être le prince de la maison. On cherche, on se dispute, on porte plainte. En vain ! on ne peut trouver laquelle était la vraie bague. (Pause. Il attend la réponse du Sultan.) La preuve en fut aussi difficile à trouver que, pour nous, maintenant… la vraie religion.

SALADIN

Quoi ? ce serait là la réponse à ma question ?

NATHAN

C’est là seulement mon excuse, si je n’ose pas distinguer les bagues que le père fit fabriquer afin qu’on ne pût les distinguer l’une de l’autre.

SALADIN

Les bagues ? —Ne te joue pas de moi ? Il me semble qu’on peut distinguer assez bien les religions que je t’ai nommées : par les vêtements, même par la nourriture.

NATHAN

Mais point par leurs bases. Toutes ces religions ne se fondent-elles pas sur l’histoire écrite ou traditionnelle ? Et toute histoire, n’est-ce pas, doit-être crue de bonne foi ? De quelle foi, enfin, doute-t-on le moins ? De celle des siens, assurément, dont le sang coule dans nos veines, qui, dès notre enfance, nous ont donné des preuves de leur amour, qui ne nous ont jamais trompés que lorsqu’ils croyaient devoir le faire pour notre bien. Par quelles raisons devrais-je avoir moins foi en mes pères que toi en tes ancêtres ? De même pour la proposition contraire. De même pour les chrétiens, n’est-ce pas ?

SALADIN, à part.

Par le Dieu vivant ! cet homme a raison. Il faut me taire.

NATHAN

Retournons à nos bagues. Je l’ai dit : les fils portèrent plainte, et chacun fit serment devant le juge d’avoir reçu la bague directement de la main du père ; — et c’était vrai ; — après avoir reçu de lui, depuis longtemps, la promesse qu’il jouirait un jour des prérogatives de la bague ; — ce qui n’était pas moins vrai ; — le père, chacun d’eux l’assurait, était incapable de le tromper ; et, avant de soupçonner un père aussi cher d’une telle fausseté, il accuserait plutôt. ses frères de fraude,  quoiqu’il les crût honnêtes. En tous cas, il saurait bien démasquer les traîtres, et se venger.

SALADIN

Enfin, et le juge ? — Il me tarde d’entendre ce que tu feras dire au juge. Parle !

NATHAN

Le juge parla ainsi : « Je vous renvoie de mon tribunal, à moins que vous ne fassiez paraître devant moi votre père. Croyez-vous que ce soit mon affaire de résoudre des énigmes ? Ou voulez-vous attendre jusqu’à ce que la vraie bague ouvre la bouche ? — Mais tenez ; j’entends dire que la vraie bague possède la vertu merveilleuse de rendre agréable à Dieu et aux hommes, de faire aimer celui qui la porte. Cela doit être décisif ! Eh bien ! lequel d’entre vous est-il le plus aimé des deux autres ? — Vite, répondez ! — Vous vous taisez ? Ainsi les bagues n’ont qu’un effet intérieur, non extérieur ? Chacun n’a de préférence que pour lui-même ? — Vous êtes donc tous trois des trompeurs trompés ! Aucune de vos trois bagues n’est authentique. La vraie bague probablement fut perdue. Pour cacher cette perte et la réparer, votre père fit faire les trois bagues que vous possédez. »

SALADIN

C’est excellent ! excellent !

NATHAN

« Or, continua le juge, ma sentence est : « Retirez-vous « chacun de votre côté ! » Mais si vous désirez un conseil, le voici : acceptez franchement l’affaire telle qu’elle est. Si chacun de vous tient sa bague du père, chacun croira être sûr que la sienne est la seule authentique. Il est. possible que le père n’ait plus voulu souffrir dans sa maison la tyrannie de cette bague unique ! — Et, assurément, il vous a aimé tous les trois, et également : c’est pourquoi il n’a pas voulu mortifier deux d’entre vous pour en favoriser un seul. — Allez donc ! appliquez-vous chacun selon votre libre inclination, selon votre amour sincère, non corrompu par des préjugés, empressez-vous, chacun à l’envi, de mettre au jour la vertu de votre bague ! Aidez la force de la pierre par votre douceur, votre charité, votre bienfaisance, votre sincère dévouement à Dieu ! Si, de la sorte, les vertus de vos bagues se manifestent un jour chez vos arrière-petits-fils, je les assigne de nouveau, à quelques milliers d’années d’ici, devant ce tribunal. Alors, un homme plus sage que moi occupera ce siège et il jugera. Partez ! » — C’est ainsi que parla le modeste juge.

Boccace, Decamerone

Traduction de Sabatier de Castres

Nouvelle III. Les trois anneaux ou les trois religions

Saladin fut un si grand et si vaillant homme, que son mérite l’éleva non-seulement à la dignité de soudan[2] de Babylone, mais lui fit remporter plusieurs victoires éclatantes sur les chrétiens et sur les Sarrasins. Comme ce prince eut diverses guerres à soutenir, et que d’ailleurs il était naturellement magnifique et libéral, il épuisa ses trésors. De nouvelles affaires lui étant survenues, il se trouva avoir besoin d’une grosse somme d’argent ; et ne sachant où la prendre, parce qu’il la lui fallait promptement, il se souvint qu’il y avait dans la ville d’Alexandrie un riche juif, nommé Melchisédec, qui prêtait à usure. Il jeta ses vues sur lui pour sortir d’embarras. Il ne s’agissait que de le déterminer à lui rendre ce service ; mais c’était là en quoi consistait la difficulté, car ce juif était l’homme le plus intéressé et le plus avare de son temps, et Saladin ne voulait point employer la force ouverte. Contraint cependant par la nécessité, et prévoyant bien que Melchisédec ne donnerait jamais de son bon gré l’argent dont il avait besoin, il s’avisa, pour l’y contraindre, d’un moyen raisonnable en apparence. Pour cet effet, il le mande auprès de sa personne, le reçoit familièrement dans son palais, le fait asseoir auprès de lui et lui tient ce discours : « Melchisédec, plusieurs personnes m’ont dit que tu as de la sagesse, de la science, et que tu es surtout très-versé dans les choses divines : je voudrais donc savoir de toi laquelle de ces trois religions, la juive, la mahométane ou la chrétienne, te paraît la meilleure et la véritable. »

 Le juif, qui avait autant de prudence que de sagacité, comprit que le soudan lui tendait un piège, et qu’il serait infailliblement pris pour dupe, s’il donnait la préférence à l’une de ces trois religions. Heureusement il ne perdit point la tête, et avec une présence d’esprit singulière : « Seigneur, lui dit-il, la question que vous daignez me faire est belle et de la plus grande importance ; mais pour que j’y réponde d’une manière satisfaisante, permettez-moi de commencer par un petit conte.

 « Je me souviens d’avoir plusieurs fois ouï dire que, dans je ne sais quel pays, un homme riche et puissant avait, parmi d’autres bijoux précieux, un anneau d’une beauté et d’un prix inestimables. Cet homme, voulant se faire honneur de ce bijou si rare, forma le dessein de le faire passer à ses successeurs comme un monument de son opulence, et ordonna par son testament que celui de ses enfants mâles qui se trouverait muni de cet anneau après sa mort fût tenu pour son héritier, et respecté comme tel du reste de sa famille. Celui qui reçut de lui cet anneau fit, pour ses successeurs, ce que son père avait fait à son égard. En peu de temps, ce bijou passa par plusieurs mains, lorsque enfin il tomba dans celles d’un homme qui avait trois enfants, tous trois bien faits, aimables, vertueux, soumis à ses volontés, et qu’il aimait également. Instruits des prérogatives accordées au possesseur de l’anneau, chacun de ces jeunes gens, jaloux de la préférence, faisait sa cour au père, déjà vieux, pour tâcher de l’obtenir. Le bonhomme, qui les chérissait et les estimait autant l’un que l’autre, et qui l’avait successivement promis à chacun d’eux, était fort embarrassé pour savoir auquel il devait le donner. Il aurait voulu les contenter tous trois, et son amour lui en suggéra le moyen. Il s’adressa secrètement à un orfèvre très-habile, et lui fit faire deux autres anneaux qui furent si parfaitement semblables au modèle, que lui-même ne pouvait distinguer les faux du véritable. Chaque enfant eut le sien. Après la mort du père, il s’éleva, comme on le pense bien, de grandes contestations entre les trois frères. Chacun, en particulier, se croit des droits légitimes à la succession ; chacun se met en devoir de se faire reconnaître pour héritier et en exige les honneurs. Refus de part et d’autre. Alors chacun de son côté produit son titre ; mais les anneaux se trouvent si ressemblants, qu’il n’y a pas moyen de distinguer quel est le véritable. Procès pour la succession ; mais ce procès, si difficile à juger, demeura pendant et pend encore.

 « Il en est de même, seigneur, des lois que Dieu a données aux trois peuples sur lesquels vous m’avez fait l’honneur de m’interroger : chacun croit être l’héritier de Dieu, chacun croit posséder sa véritable loi et observer ses vrais commandements. Savoir lequel des trois est le mieux fondé dans ses prétentions, c’est ce qui est encore indécis ; et ce qui, selon toute apparence, le sera longtemps. »

 Saladin vit, par cette réponse, que le juif s’était habilement tiré du piège qu’il lui avait tendu. Il comprit qu’il essayerait vainement de lui en tendre de nouveaux. Il n’eut donc d’autre ressource que de s’ouvrir à lui ; ce qu’il fit sans détour. Il lui exposa le besoin d’argent où il se trouvait, et lui demanda s’il voulait lui en prêter. Il lui apprit en même temps ce qu’il avait résolu de faire dans le cas que sa réponse eût été moins sage. Le juif, piqué de générosité, lui prêta tout ce qu’il voulut ; et le soudan, sensible à ce procédé, se montra très-reconnaissant. Il ne se contenta pas de rembourser le juif, il le combla encore de présents, le retint auprès de sa personne, le traita avec beaucoup de distinction et l’honora toujours de son amitié.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *