Pourquoi (faire de) l’histoire ? Parce que…

Comme vous le savez peut-être, si vous êtes familiers de ce carnet, j’ai fait des études d’histoire et je garde un fort attachement à cette science humaine menacée depuis quelques années dans sa légitimité par les tenants de l’histoire bling bling et autres historiens de garde(1) tout en étant sollicitée à contre-emploi comme juge et témoin à l’occasion de commémoration multiples(2), ambiguïtés qui remontent à la naissance du métier d’historien(3).

Si je ne pense pas que cette discipline ait perdu grand chose à ce que j’ai pris une autre voie – je ne suis certes pas un grand théoricien(4) -, je m’y intéresse encore, car l’histoire n’est pas de ces disciplines dont on se détache facilement. Cela me conduit à (re)lire divers ouvrages sur le sujet que je vous invite à (re)découvrir avec moi. Peut-être y trouverez-vous la réponse – votre réponse – à la grande question : Pourquoi (faire de) l’histoire ?

Dernière mise à jour : 17 novembre 2017.

Sommaire

  • Pour commencer
  • De la connaissance historique : les conceptions de quelques grands historiens contemporains
  • L’histoire de l’histoire : historiens et courants historiques
  • Tendances, objets, méthodes de l’histoire depuis 1960
  • Devenir historien : quelques essais d’égo-histoire
  • Lectures supplémentaires
  • Blogs
  • Bibliographies

Pour commencer

Á quoi sert l’histoire aujourd’hui ? sous la direction d’Emmanuel Laurentin. Paris : Bayard, 2010.

Version imprimée de chroniques faites par des historiens dans l’émission La Fabrique de l’histoire (France Culture) entre septembre 2009 et juillet 2010. 43 historiens répondent, chacun à leur manière à la question qui sert de titre au livre.

De la connaissance historique : les conceptions de quelques grands historiens contemporains

1898 – Charles Victor Langlois et Charles Seignobos. Introduction aux études historiques

Par les chefs de file de l’école méthodique proche de la Revue historique.

1946 – Louis Alphen. Introduction à l’histoire

Caractéristique de l’histoire historisante vilipendée par Lucien Febvre dans un article intitulé « Sur une forme d’histoire qui n’est pas la nôtre. L’histoire historisante » Annales (E. S. C.), II, 1947 repris dans Combats pour l’histoire (voir plus bas).

1949 – Marc Bloch. Apologie pour l’histoire ou Métier d’historien

Cet ouvrage posthume a connu de nombreuses éditions depuis la première parue en 1949. La dernière édition à ce jour est celle établie par Annette Becker et Étienne Bloch : elle a été publiée en 2006 dans le recueil L’histoire, la guerre, la résistance chez Gallimard.

1953 – Lucien Febvre. Combats pour l’histoire.

Publié à la fin de sa vie en 1953 par le co-fondateur des Annales d’histoire économique et sociale, ce recueil d’articles parus initialement dans diverses revues spécialisées (Revue de synthèse historique, Revue de métaphysique et de morale) témoigne  des conceptions novatrices et de l’esprit synthétique de son auteur. La dernière édition à ce jour est celle établie par Brigitte Mazon : elle a paru en 2009 dans le recueil Vivre l’histoire chez Armand Colin, qui reprend également  Pour une histoire à part entière, un autre recueil d’articles, paru initialement 1962.

Je vous recommande notamment l’article  « Vivre l’histoire », qui est à l’origine une conférence donnée aux élèves de l’École Normale Supérieure en 1941.

A compléter avec la lecture de l’article de Bertand Müller, « « Histoire traditionnelle » et « histoire nouvelle »: un bilan de combat de Lucien Febvre », Genèses, 1999, n° 34,  p. 132-143.  

1954 – Henri-Irénée Marrou. De la connaissance historique

Cet ouvrage, paru pour la première fois en 1954, ne semble pas avoir été réédité depuis 1975, et c’est bien dommage… [Mise à jour du 10 février 2016 : cet ouvrage a été réédité en format électronique en novembre 2014 et sur support papier début février 2016].

Lire un extrait.

Voir les comptes rendus qui en est fait par

Benoît Lacroix, Revue d’histoire de l’Amérique française, vol. 8, n° 3, 1954, p. 435-441, disponible sur Erudit.org

A. Guillaumont, Revue de l’histoire des religions,  1956,   vol. 149  n° 1,  p. 115-116, disponible sur Persée.

Voir aussi le résumé qui en est fait sur le blog de Lionel Chanel, Thucydide.

1961 – Edward Hallett Carr. Qu’est-ce que l’histoire ?

Conférences prononcées dans le cadre des « George Macaulay Trevelyan lectures » à l’Université de Cambridge, janvier-mars 1961. La 1ère édition anglaise date de 1961. L’ouvrage a été publié en français en 1988 aux éditions La Découverte, puis en 1996 à l’Union générale d’édition.

1971 – Paul VeyneComment on écrit l’histoire

Cet essai épistémologique est paru pour la première fois en 1971. Sa dernière édition date de 1996 aux éditions du Seuil.

Lire un extrait.

1996 – Antoine Prost. Douze leçons sur l’histoire

Ouvrage issu d’un cours donné à la Sorbonne.

Compte rendu de l’ouvrage par Danièle Voldman dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1996, n° 52, p. 174-175.

L’histoire de l’histoire : historiens et courants hitoriques

1988 – L’histoire à l’Age classique

Un ouvrage de Blandine Kriegel paru aux Presses universitaires de France. 1ère édioin en « Quadrige » : 1996.

4 volumes :

1. Jean Mabillon

2. La défaite de l’érudition

3. Les académies d’histoire

4.La République incertaine.

1995 – L’histoire et le métier d’historien 1945-1995

Ouvrage collectif sous la direction de François Bédarida. Paru aux éditions de la Maison des sciences de l’homme à Paris.

1999 – Les courants historiques en France

Ouvrage de Christian Delacroix, François Dosse et Patrick Garcia. Paru chez Armand Colin. 2e édition revue et augmentée publiée en 2005.

2003 – Les historiens

Ouvrage collectif coordonné par Véronique Sales paru chez Armand Colin.

Tendances, objets et méthodes en histoire depuis 1960

1961 – L’histoire et ses méthodes

Sous la direction de Charles Samaran, membre de l’Institut, chez Gallimard dans l’Encyclopédie de la Pléiade.

1974 – Faire de l’histoire : nouveaux problèmes, nouvelles approches, nouveaux objets

Sous la direction de Jacques Le Goff et de Pierre Nora. Dernière édition à ce jour parue en 2011, chez Gallimard dans la collection Folio. Histoire.

1995 – Passés recomposés : champs et chantiers de l’Histoire

Sous la direction de Jean Boutier et de Dominique Julia. Ouvrage paru aux éditions Autrement.

Voir le compte rendu de Nicolas Rousselier dans Vingtième Siècle. Revue d’histoire, 1996, n° 48, p. 198.

1999 – L’histoire aujourd’hui : nouveaux objets de recherche, courants et débats, le métier d’historien

Ouvrage coordonné par Jean-Claude Ruano-Borbalan et paru aux éditions Sciences Humaines.

2010 – Historiographies : concepts et débats

Sous la direction de Christian Delacroix, François Dosse, Patrick Garcia…  paru chez Gallimard (Collection Folio. Histoire). 2 vol.

2013 – À quoi pensent les historiens ? : faire de l’histoire au XXIe siècle

Sous la direction de Christophe Granger, paru aux  éditions Autrement.

Voir le compte-rendu de  Jean-Pierre Costille sur le site des Clionautes.

Devenir historien : quelques essais d’égo-histoire

1980 – Philippe Ariès. L’historien du dimanche

Livre d’entretien avec Michel Winock.

Pierre Nora, à l’occasion d’un séminaire à l’European University Institute, dit ce qu’il doit à cet ouvrage dans « L’ego-histoire est-elle possible ? », Historein, vol. 3, Athens 2001, p. 19-26.

Voir aussi la présentation de l’ouvrage sur le site dédié à Philippe Ariès.

1987 – Essais d’ego-histoire

Pierre Nora a réuni dans ce volume paru chez Gallimard des contributions de Maurice Aghulon, Pierre Chaunu, Georges Duby, Raoul Girardet, Jacques Le Goff, Michelle Perrot et René Rémond.

1991 – Georges Duby. L’Histoire continue

Georges Duby avait rédigé un premier « projet » aboutit à un tapuscrit de quarante pages écrit à la troisième personne qui a paru sous le titre « Ego-histoire. Première version inédite, mai 1983 » dans Le Débat 2011/3 (n° 165) p. 101-120.

1996 – Jacques Le Goff. Une vie pour l’histoire

Ces entretiens avec Marc Heurgon  nous révèlent la personnalité de l’historien médiéviste.

Lectures supplémentaires

Les ouvrages indiqués dans la partie Histoire de La bibliothèque idéale des Sciences humaines

Quelques numéros spéciaux de la revue Le Débat :

Blogs

Actualités de L’Histoire : ce blog n’est plus mis à jour depuis le 28 février 2014

Boîte à outils de l’historien

Devenir historien

L’histoire est un combat

Bibliographies

Ouvrages de

Marc Bloch

Georges Duby

Lucien Febvre

Bertrand Müller. Bibliographie des travaux de Lucien Febvre. Paris :  EHESS, 1990

Jacques Le Goff

Emmanuel Le Roy Ladurie

 ___________________________________________

(1) Cf. William Blanc, Aurore Chéry, Christophe Naudin. Les historiens de garde : de Lorànt Deutsch à Patrick Buisson, la résurgence du roman national. Paris : Inculte, 2013. Cet ouvrage, qui a un prolongement sur un site, est préfacé par Nicolas Offenstadt, lui-même auteur de L’Histoire bling-bling. Le retour du roman national, Paris, Stock, 2009. Cet ouvrage a déclenché une polémique avec les principaux auteurs visés. Sur la polémique déclenchée par ces ouvrages et le renouveau du roman national, voir entre autres : les articles de Johann Michel (La vie des idées), … (Rue 89), Suzanne Citron (Aggiornamento) et les émissions de France culture Le Grain à moudre et La Fabrique de l’histoire.

(2) Bien que, Clio, la muse de l’Histoire soit fille de Mnémosyne, déesse de la Mémoire, la science historique actuelle ne saurait servir de simple caution aux commémorations nationales qui relèvent de la politique tant dans son acception noble que dans ses déviations clientélistes et communautaristes. Cf. Bernard Cottret et Lauric Henneton (dir.). Du bon usage des commémorations : histoire, mémoire et identité, XVIe-XXIe siècle. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2010.

(3) Cf. Gérard Noriel. « Naissance du métier d’historien », Genèse, 1990.

(4) L’écriture du roman national par les Lorànt Deutsch et consorts dans une optique nationaliste, réactionnaire et bout-de-la-lorgnette, entre Lavisse et Gala,  n’est certes pas ma tasse de thé, pas plus que le totémisme mémoriel. Je me fiche comme d’une guigne des supposées mésaventures extraconjugales de Marie-Antoinette et de Fersen, et la soi-disant victoire de Charles Martel n’est pas à mes yeux un épisode fondateur de l’histoire de notre beau pays… Plus que les individualités et les évènements, ce sont les groupes humains (sociétés, classes, nations, etc…) et le temps long d’évolutions peu visibles mais constantes qui sont les objets de l’histoire, cette étude du changement des sociétés humaines dans le temps. Et plus précisément dans le passé, car ce sont les traces du passé dans le présent (archives, témoins archéologiques…) qui la rendent possible en tant que recherche et récit.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *