Arles selon… Alexandre Dumas

Alexandre DUMAS
1802-1870

Alexandre Dumas, auteur d’un nombre considérable de romans, a également écrit plusieurs récits de voyages. Dans l’un d’eux, consacré au Midi de la France, figure une description d’Arles en 1834 précédée d’une longue introduction historico-archéologique.

Bibliographie

Ce texte a eu plusieurs éditions, séparément ou en dans des recueils.

Nouvelles Impressions de voyage (midi de la France). Vol 2. Bruxelles : Hauman, 1841.

Oeuvres complètes d’Alexandre Dumas. Série 8. Paris :  au bureau du « Siècle », 1851.

Le Midi de la France. Paris : Calmann-Lévy, 1887.

Le Midi de la France. Paris : Fabbri, 2004. (Bibliothèque Alexandre Dumas ; 38).

Le Midi de la France. Impression de voyages. Le Joyeux Roger, 2007.

Impressions de voyage. Midi de la France. Bourin éditeur 2011.

ARLES

Arles est la Mecque des archéologues français: c’est la cité antique par excellence. Des monuments romains forment le sol, et autour d’eux, à leurs pieds, à leur ombre, dans leurs crevasses, a poussé, l’on ne sait comment, par la force végétative de la civilisation religieuse de saint Louis, une seconde ville gothique, qui à son tour a donné naissance à des maisons qui, tant bien que mal, ont formé la ville moderne. Au premier aspect, ce sont ces deux dernières que l’on aperçoit; mais l’œil interroge-t-il les fondations, fouille-t-il les ruelles, réunit-il les débris, c’est la ville romaine qui reparaît, avec son théâtre, son cirque, son prétoire , ses thermes , son forum , le palais de ses empereurs, son autel de la Bonne Déesse et son temple de Jupiter Olympien. Le squelette du géant a été mal enseveli, et de tous côtés ses ossements percent la terre.

C’est qu’Arles, s’il faut en croire Ausone, était la reine des Gaules : » Le lieu elle était bâtie, écrivaient Honorius et Théodose à Agricola, préfet des Gaules, était si heureusement choisi, elle avait une si grande foule de commerçans, tant de voyageurs affluaient dans son port, que tout ce qui naissait ailleurs venait à elle : si bien que, devenue l’entrepôt du monde, on eût dit, à la quantité des objets qu’étalaient ses marchés, que ces richesses exotiques étaient le produit de son propre sol. En effet, tout ce que le riche Orient, l’odorante Arabie, la fertile Afrique, la molle Assyrie, la belle Espagne et la Gaule féconde recueillaient dans leurs campagnes, elle le prodiguait, au besoin, au désir ou au caprice du sybarite le plus raffiné, et tout ce qui était produit venait à elle par terre, par mer et par fleuve, dans des barques, dans dés navires et dans des chariots (1).

Aussi la ville d’Arles fut-elle chère à Constantin. Elle balança Byzance dans son esprit ; car un temps il l’avait habitée; il y avait été heureux, et sa femme, Fausta, y avait mis au jour son fils aîné, qui porta le même nom que lui. Quelle fut la cause qui empêcha Arles de devenir la seconde capitale du monde? on ne sait. Constantin s’en dégoûta t-il comme un amant d’une maîtresse, et lui fut-il infidèle en voyant les eaux bleues du Pont-Euxin et les rivages fleuris du Bosphore? Son dégoût lui vint-il du danger qu’il courut dans son palais sur le Rhône, la nuit où, prévenu par sa femme, il vit, caché derrière une tapisserie, son beau-père Maximin Hercule s’avancer vers le lit impérial, son épée à la main, et poignarder un eunuque qu’il avait fait coucher à sa place? Ou bien encore le terrible mistral, le fléau de ces contrées, parut-il un ennemi trop obstiné, un adversaire trop violent, à un homme qui avait respiré le vent frais d’Oslie et. la brise parfumée de Naples ? Ce fut d’Arles que partit Constantin pour aller combattre Maxence ; ce fut pendant le voyage des Gaules à Rome qu’une croix lumineuse lui apparut, avec l’inscription in hoc signo vinces ; et ce fut en double souvenir de sa ville chérie et de sa victoire sainte qu’il fit frapper des médailles d’or, d’argent et de bronze, portant d’un côté une main qui sort d’un nuage tenant une croix, et de l’autre côté une légende com- posée de ces deux mots : Arelas civitas.

Maxence noyé dans le Tibre, et tous les prisonniers élargis, l’empereur, solennellement baptisé par le pape Silvestre, revint à Arles, en 314 il assembla un concile, en 316 fit célébrer les jeux décennaux, et en 324 nomma trois césars : Crispus, qu’il avait eu de Minervine sa première femme; Constantin, qui, ainsi que nous l’avons dit, était à Arles de Fausta, fille de Maximin Hercule, et Li- cinius, son neveu. Puis, voulant consoler la ville qu’il allait quitter de son abandon, ainsi qu’on donne à la femme qu’on répudie un riche douaire, il lui fit venir des bords du Nil un obélisque de granit; il enrichit son palais de magnifiques statues et desplendides colonnades, et fit construire à grands frais un aqueduc au moyen duquel les eaux des montagnes voisines furent conduites dans les réservoirs publics ; puis enfin il y établit le siège du prétoire des Gaules, ce qui la faisait presque grande et auguste à l’égal de Rome et de Constantinople.

Aussi fut-ce à Arles que saint Aignan, évêque d’Orléans, voyant sa ville assiégée par Attila, vint demander secours à Aétius, préfet des Gaules, qui avec le secours de Mere-Wig vainquit le roi des Huns près de Châlons.

La puissance romaine s’éteignit à Arles avec Jules Valère Majorien. Il traversa les Alpes en 438, s’empara de Lyon, et, trouvant, comme Constantin, Arles merveilleusement située, il résolut d’y établir sa cour impériale.

Ce fut pendant son séjour en celte ville et dans le palais de Constantin qu’il invita Sidoine Apollinaire à s’asseoir à sa table ; et c’est à cette circonstance que nous devons la lettre du poète à Montius son ami, lettre dans laquelle il consigne les détails de ce grand festin, sept grands seigneurs avaient assisté, et il fait la description du palais, orné, dit-il, de magnifiques statues placées entre des colonnes de marbre.

Majorien, assassiné à Tortone, perdit avec la vie l’empire d’Occident, et la ville d’Arles, qui était restée seule colonie romaine, passa en 463 sous la domination des Goths ; elle resta sous leur domination jusqu’en 357, époque à laquelle Vittegis céda au roi des Francs Childebert la ville d’Arles et tout ce qu’il possédait dans les Gaules.

Le nouveau maître d’Arles y fit un voyage, y donna des jeux et des combats à l’instar des jeux et des combats romains. Un jour qu’il chassait dans les environs de la ville, il trouva au milieu d’une forêt et sur une petite montagne plusieurs pieux anachorètes. Touché de leur piété, il fonda le monastère de Montmajour.

En 732 les Sarrasins d’Espagne, ayant é battus entre Tours et Poitiers par Karl Martel, refluèrent sur les provinces méridionales, et, furieux de leur défaite, ils pillèrent la ville d’Arles, renversèrent ses monumèns, et ensevelirent sous leurs débris les trésors d’art amassés par cinq siècles de civilisation romaine. Chassés par Karl Martel en 756, ils reparurent en Provence en 797, Karl le Grand les vainquit deux ans après, et leur tua vingt mille hommes près de la montagne de la Corde.

Ce fut en honneur de cette victoire, dit monsieur de Noble de La Hauzière dans son histoire d’Arles, que Karl le Grand  fit construire au bas de la montagne du Montmajour une petite chapelle qu’il dédia à la sainte Croix. Une inscription latine en lettres onciales, dégradée et presque illisible, constate cette érection (2).

Malheureusement pour l’authenticité de cette dédicace, les  nouvelles études historiques ne reconnaissent ni l’inscription, ni la victoire qu’elle consacre. Il est donc probable que les moines de Sainte-Croix, ne voulant pas prier pour Charles Martel, qui avait.fortement rançonné toutes les communautés religieuses au secours desquelles il était venu, auront fait honneur de sa victoire à son petit-fils. D’ailleurs ia véritable date de la conservation de l’église de Sainte Croix, constatée par une charte, est postérieure à Karl-le- Grand de deux cent vingt ans. Élevée par l’abbé Rambert, supérieur du monastère de Montmajour, elle fut dédiée en 1019 par Pons de Marignan, archevêque d’Arles.

Le démembrement de l’empire de Karl le Grand arriva. La Provence, la Bourgogne et l’Empire échurent à Lod-Her. En 833, dégoûté du monde, il prit l’habit religieux, laissant son fils Louis II empereur, son fils Lod-Her II, roi de Lorraine, et son fils Karl, roi d’Arles et de Provence.

Enfin, l’empereur Karl le Chauve démembra de nouveaux états, érigea la ville d’Arles en royaume, et lui donna pour roi Bozon, qui était déjà gouverneur de Provence et d’Italie. Le nouveau royaume dont Arles était la capitale se composait de la Provence, du Dauphiné, du comtat Venaissin, de la principauté d’Orange, d’une partie du Lyonnais et delà Bourgogne, de la Franche-Comté, et du Piémont et de la Savoie jusqu’à Genève.

Le royaume d’Arles subsista pendant deux cent cinquante-cinq ans, et fut gouverné par onze rois (3)  puis il passa sous l’autorité des consuls. Quatre-vingt-neuf ans s’écoulèrent dans des alternatives continuelles de royauté et de république; puis enfin, en 1220, podestat fut établi.

Ce fut pendant cette période et au milieu de ses troubles civils qu’Arles vit s’élever sa splendide basilique de Saint- Trophime, et la première partie de son cloître; elle possédait déjà Montmajour. Ce fut donc du onzième au douzième siècle que la civilisation religieuse porta ses fruits, et que l’art chrétien prit racine sur le sol païen.

Pendant cent quarante-quatre ans, la ville, tantôt république, tantôt commune, et tantôt royaume, passa des mains des podestats dans celles des confrères, des mains des confrères dans celles des consuls, des mains des consuls dans celles des sénéchaux, et des mains des sénéchaux en celles de-l’empereur Charles IV, qui abdiqua en faveur de Charles V. Cette abdication eut lieu à Villeneuve-lès-Avignon, et de ce jour le titre de roi d’Arles s’éteignit pour les empereurs, et la ville retomba sous la domination des comtes de Provence, rois de Naples, de Sicile et de Jérusalem, titre que portait encore en 1480 le bon roi René, l’artiste couronné, qui se consolait avec son pinceau et sa viole de la perte de son sceptre et de ses trois royaumes.

Deux ans après, Louis XI, en sa qualité d’héritier de Charles III, prenait à son tour le titre de comte, de Provence, que portèrent ses successeurs, et réunissait Arles à la France.

Nous demandons pardon à nos lecteurs de cette longue introduction historico-archéologique ; mais elle ne sera pas perdue pour le voyageur qui, comme nous, arrivera le soir à Arles, et qui voudra prendre d’avance une idée de la ville qu’il parcourra le lendemain.

Nous restâmes trois jours à Arles , et il ne faut pas moins que ce temps bien employé pour tout voir et bien voir. Notre première visite fut pour la place des Bonhommes. Dans un rayon de cinquante pas elle nous offrit des restes de trois civilisations distantes l’une de l’autre de mille ans. Le premier est l’obélisque de granit égyptien, le seul que ferait retrouvé en France , et qui est, comme nous l’avons dit, un don de Conslantin à la ville qu’il quittait; une portion de la façade d’un grand-monument, qu’on croit appartenir au Capitole , et dont il ne reste qu’une partie de la frise et les deux colonnes qui la soutiennent; enfin la basilique de Saint-Trophime, merveilleux pendant à celle de Saint-Gilles: ces deux basiliques étant d’autant plus curieuses qu’elles sont, nous le croyons du moins, les deux monuments complets de l’art byzantin en France. Au reste , une chose digne de remarque, c’est qu’on reconnaît dans l’ornementation de la façade de Saint Trophime l’influence que la vue des modèles antiques qu’il avait sous les yeux a exercée sur l’architecte, qui a surmonté sa porte principale d’un fronton triangulaire, pareil à celui que les restes du Capitole lui offraient encore, et qui a orné sa corniche de palmettes rampantes, filles naturelles peut-être, mais à coup sûr filles reconnues , de l’architecture romaine.

Près de l’église de Saint-Trophime s’élève son cloître, moitié roman , moitié gothique, et l’un des plus curieux de France peut-être. A la quantité d’ornements qui couvrent les draperies des personnages sculptés dans les chapiteaux des piliers romains , il est facilede reconnaître le style byzantin du xuesiècle. Conslantinople essayait de dédommager Arles de lui avoir enlevé l’empire du monde.

L’amphithéâtre est plus grand mais aussi plus dégradé que celui de Nîmes. A l’époque où les Sarrasins désolèrent le Midi , une partie de la population se réfugia dans les arènes, et, murant ses arceaux, se fit du monument romain une forteresse impre< nable. Bientôt des tours grandircnt au-dessus des portes, des maisons s’étahlirent avec ordre, une ville enfin ‘s’éleva au milieu de la ville, isolée, mais complète , ayant son faubourg, ses remparts, ses rues, sa place publique et son église. De cette ville étrange , il ne reste plus aujourd’hui qu’une seule maison.

Les autres ont été démolies quand le gouvernement s’est enfin aperçu qu’il possédait à Nîmes et à Arles des merveilles à rendre Rome jalouse.

Après les arènes, le monument le plus important est le théâtre , dont l’érection précède la conquête romaine et remonte à la colonisation grecque. Arles avait reçu , si l’on en croit les vers de Festus Avienus , de ses voisins de Marseille le surnom de Theline (4), à cause de la fécondité de son sol. Les descendants d’Euxène lui avaient déjà donné leurs dieux, ainsi que le prouvent les fragments retrouvés du temple de Diane d’Éphèse. Ils voulurent encore lui faire connaître leurs poètes, et lui firent don d’un théâtre. Il n’était point encore fini lorsque les Romains leur succédèrent. De là la différence de travail qui existe entre les deux colonnes de marbre africain , debout encore, qui supportent un morceau d’architecture avec la frise au-dessus, et la partie opposée, dite aujourd’hui la tour de Roland, et qui est d’un goût tout à fait barbare.

Puis vient la promenade d’Éliscamp, ainsi appelée des deux mots latins Elisei campi. Autrefois ce fut un vaste cimetière où païens et chrétiens vinrent avec une foi différente, mais avec un même espoir, se coucher à côté l’un de l’autre. Leurs tombes sont confondues et entremêlées; mais on reconnaît les uns au D et à l’M quiJes recommandaient aux dieux mânes, ‘et les autres à la croix qui les mettait sous la protection du Sauveur. Presque tous ces tombeaux ont été fouillés : une partie a été emportée par les habitants de la Crau , pour faire des auges et des dalles; d’autres, dont les seuls couvercles ont été utilisés, sont béants et vides; et quelques-uns de ceux-ci montrent encore la séparation de pierre qui empêchait le mari et la femme, quoique couchés dans le même tombeau , de confondre jamais leurs ossements. Enfin , de distance en distance , le sol , retentissant sous les pieds qui le foulent, prouve qu’à côté de ces tombeaux profanés il en reste de vierges et’intacts, que n’ont fouillés encore ni la curiosité ni l’avarice.

Le musée d’Arles, à qui celui de Paris a enlevé son chef-d’œuvre , la Vénus au miroir, s’est enrichi des dépouilles des autres monuments ; tous lui ont fourni leur contingent ‘de débris: mais la plus riche récolte qu’il a faite lui vient du champ de la mort. Là est une collection de tombeaux du Bas-Empire , riche comme je n’en sais aucune autre , et dont les bas-reliefs peuvent servir à l’histoire de la décadence de l’art. Les plus anciens, au reste , ne m’ont paru remonter qu’au commencement du IVe siècle.

Le gouvernement accorde 700,000 fr. par an pour les fouilles d’Arles; il ferait mieux d’y envoyer un préfet artiste, et de mettre à sa disposition un bataillon de pionniers. Nous avons une armée de quatre cent mille hommes , sur lesquels trois cent cinquante mille se reposent. Ne pourrait-on pas sans inconvénient grave en distraire cinq cents, qu’on employerait à déblayer la nouvelle Pompéia ?

 Il est curieux, au reste, de se promener autour des remparts d’Arles; l’enceinte des murailles est presque un second musée. De vingt pas en vingt pas, on rencontre, incrusté dans le mur, un fragment de colonne, un débris de chapiteau. Partout où les Romains avaient élevé des monuments , on a de ces monuments bâti des villes avec leurs églises et leurs remparts , et cependant à peine s’aperçoit-on qu’il manque quelquespierres à ces gigantesques constructions.

L’un des trois jours que nous passâmes à Arles était un jour de fête, ou plutôt de marché ; il y avait une foire de moutons. Cent vingt-cinq ou cent trente mille brebis, descendues des plaines de la Crau, étaient parquées au pied des remparts du midi. Cette circonstance , assez indifférente en elle-même, eut pour ma curiosité de voyageur un excellent résultat : ce fut celui de faire sortir de leurs maisons, et dans leurs costumes de fêtes, les Arlaisiennes , que je n’avais encore vues qu’allant à la fontaine ou filant sur le seuil de leurs portes. Vers les trois ou quatre heures de l’après-midi , abandonnant le bonlevard extérieur aux élégants et aux dandys de la ville, elles se répandirent dans les rues , circulant bras dessus , bras dessous , par rangées de sept ou huit jeunes filles , s’arrêtant de porte en porte, pour commérer, en formant des groupes bruyants et moqueurs. Leur réputation de beauté est tout à fait méritée, et non-seulement elles sont belles, mais encore gracieuses et distinguées. Leurs traits sont d’une délicatesse extrême , et appartiennent surtout au type grec; elles ont généralement les cheveux bruns, et des yeux noirs veloutés , comme je n’en ai vu qu’aux lndiens et aux Arabes. De temps en temps, au milieu d’un groupe ionien , passe rapidement une jeune fille , marquée au type sarrasin , avec ses yeux longs et relevés aux coins , son teint olivâtre, son corsage flexible et son pied d’enfant, ou une grande femme , au sang gaulois, aux cheveux blonds et aux yeux bleus, à la démarche grave et tranquille, comme celle d’une antique druidesse. Presque toutes sont fraîches et épanouies comme des Hollandaises; car l’humidité du climat, qui à trente ans flétrira leur beauté d’un jour, leur donne ce teint blanc et rose qu’ont les fleurs qui bordent les fleuves ou qui poussent dans les marais. Malheureusement pour le peintre et le poète , qui vont cherchantle beau et le pittoresque, ces gracieuses jeunes filles de Bellovèse , d’Euxène , de Constantin et d’Abdérame, ont perdu une partie de leur charme le jour où elles ont renoncé au costume national, qui, résumant pour elles tout le passé, se composait de la tunique courte des jeunes filles spartiates , du corsage et de la mantille noire des’Espagnoles, du soulier à boucle des Romaines, de la coiffe étroite d’anubis et du large bracelet gaulois. De tous ces vêtements pittoresques, les Arlaisiennes n’ont gardé que leur antique et originale coiffure , qui , toute dépareillée qu’elle semble avec la taille longue et la manche à gigot, ne laisse pas que de conserver à leur aspect une physionomie toute particulière , que leurs amants sont loin d’avoir. Les Arlaisiens n’ont rien de remarquable; aussi dit-on généralementleshommes de Tarascon et les femmes d’Arles, commeon ditles Romaines et les Napolitains.

N’est-il pas remarquable que , du costume national , la dernière chose que l’on abandonne soit sa coiffure? Dans tous les ports de mer du Midi, on rencontre parles rues une foule de Turcs et de Grecs qui ont adopté les habits’et le pantalon , et conservent obstinément le turban. Les ambassadeurs de la Sublime Porte eux-mêmes nous offrent tous les jours cette singulière anomalie en se présentant dans nos salons et dans nos spectacles avec le costume français etla tête cachetée de leur calotte grecque comme des bouteilles de vin de Bordeaux.

Lorsque la ville aux vieux débris cesse d’être galvanisée par quelque fête ou par quelque marché, elle se recouche et se rendort dans sa poussière romaine. Bien plutôt pareille à une tente militaire , placée au bord d’un fleuve par une colonie errante et lassée, qu’à une une cité vivace, Arles fut une villa impériale, et non pas une ville souveraine. Embellie et décorée par fantaisie , puis abandonnée par caprice , cette maîtresse royale n’a plus, depuis cinq siècles , une raison suffisante de vitalité. Sa position sur le Rhône, source de richesse pour elle quand ses murs renfermaient un empereur magnifique ou un roi guerrier, n’a plus aucune valeur maintenant qu’elle n’est qu’une ville de troisième ordre. Sous la république et l’empire-, Arles reprit une vie factice et momentanée ; car le commerce , repoussé des mers, reflua dans les fleuves , et, d’exportatif qu’il était, devint intérieur : aussi , comme à Avignon , tout ce qui est marin , portefaix , employé des ports, est-il républicain , tandis qu’au contraire les gentilshommes, les boutiquiers et les paysans sont généralement carlisles. Ces deux opinions se partagent la cité. Comme partout, la ville haute , qui a commencé par être une aire féodale , est aristocrate , tandis que la ville basse, dont les chaumières primitives sont venues se grouper autour du château , et peu à peu s’y sont changées en maison , se souvenant de son origine populaire , est ‘presque entièrement démocratique.

Arles, qui de rétrograde était devenue stationnaire , commence cependant aujourd’hui à marcher, mais lentement encore ,’mais d’un pas embarrassé, et plutôt avec la débilité de la vieillesse qu’avec l’bésitation de l’enfance. Quoique peuplée de dixhuit mille habitants , elle n’a qu’une marchande de modes , qui ne peut pas vivre de son commerce , et, depuis cinq ans seulement , un libraire , qui ne se soutient qu’avec l’aide des maisons d’Aix et de Marseille. Auparavant, les seuls livres qui s’y vendissent étaient des livres de prières colportés par des marchands forains.

Aussi Arles, à notre avis, ne doit-elle pas être considérée comme une ville vivante, mais comme une ville morte ; tout ce qu’on pourrait faire pour ranimer son commerce ou son industrie serait chose inutile et perdue : c’est un pèlerinage d’artiste et de poète, en non pas une station de commerçant ou de voyageur. Jamais les rois de Naples n’on tenté de repeuplcr Herculanum et Pompéia,et ils ont bien fait : un tombeau n’est poétique qu’autant qu’il est muet, et sa plus grande solennité lui vient de son silence et de sa solitude.

Or, Arles est une tombe, mais la tombe d’un peuple et d’une civilisation , une tombe pareille à celle de ces guerriers barbares avec lesquels on enterrait leur or, leurs armes et leurs dieux; la ville moderne est campée sur un sépulcre , et la terre sur laquelle est dressée sa tente renferme autant de richesses dans son sein qu’elle offre de pauvreté et de misère à sa surface.

______________________________________________________________

(1) Vita imp. Honor. et Theod. lib. II, § 3. OEUV. COMPL. —VIII.

(2) Sachent tous que le sêrénissime prince Charles le Grand, roi de France, ayant fait le siège de la ville qui était au pouvoir des infidèles, et s’en étant rendu maître par la force de ses armes, les Sarrasins qui restaient dans ces contrées étant venus en grand nombre pour s’emparer de cette ville et s’y fortifier, le prince s’avança avec son armée pour les combattre, e emporta sur eux une victoire complète pour laquelle voulant laisser un témoignage de sa reconnaissance envers Dieu, il fit dédier le temple en l’honneur -tic la sainte Croix; il prit soin aussi de relever sur ses ruines le présent monastère de Montmajour, dédié à saint Pierre. Ce bâtiment avait été entièrement détruit par ces infidèles et rendu inhabitable; il le rétablit dans son ancienne splendeur, y appela un nombre de religieux pour y faire le service divin, le dota pour l’avenir et lui fit de magnifiques prêsens. On y voit encore cette épitaphe,:

Plusieurs des Français qui ont péri dans ce combat reposent dans la chapelle de ce monastère.

FRÈRES, PRIEZ POUR EUX.

(3) Bozon I, Louis Bozon II, Hugues I, Conrad I, Rodolphe lII, dit le Fainéant, Gérardu, dit l’Usurpateur, Conrad Il, dit le Salique, Henry III, dit le Noir, Henry IV, Henry V et Conrad lII.

(4) Thili, mamelle.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *