Encore quelques mots sur le fanatisme religieux et ses expressions politiques

Non, la combinaison du mysticisme religieux et des assassinats politiques ne sont pas une spécificité islamique. Voltaire nous le rappelle dans son Dictionnaire philosophique quand il écrit notamment que 

Le plus détestable exemple de fanatisme, est celui des bourgeois de Paris qui coururent assassiner, égorger, jeter par les fenêtres, mettre en pièces la nuit de la Saint Barthélemiy leurs concitoyens qui n’allaient point à la messe.

Je voudrais vous inciter à consulter sur ce sujet l’ouvrage d’Emmanuel Régis (1855-1918), Les régicides dans l’histoire et dans le présent : étude médico-psychologique(1) et plus précisemment la partie consacrée aux motivations mystico-religieuses des régicides. Il y apparait qu’ils furent nombreux dans les siècles passés à avoir pensé gagner le Ciel par l’assassinat politique…

Cela, nous le savions déjà, n’est-ce pas ? Alors accuser une religion en particulier, comme ne s’en prive pas certains politiciens et littérateurs, est sans doute un peu facile, pour ne pas dire franchement démagogique. Les causes du terrorisme ne sont-elles pas avant tout sociales (misères, chômage, déclassement, délinquance…), une forme dégradée de la religion n’étant finalement que le prétexte du passage à l’acte ?

Peut-être peut-on invoquer ces raisons, si on souhaite absolument sauver l’idée de religion comme valeur positive. Cependant, en poussant les choses à l’extrême, certains peuvent penser que ce sont les religions en elles-mêmes qui sont haïssables comme le suggèrent les caricatures de Kupka dans L’Assiette au beurre ou le Traité des Trois Imposteurs, .

Mais revenons à Voltaire et à sa réponse à l’auteur de ce traité d’athéologie. Outre la fameuse phrase Si Dieu n’existait pas il faudrait l’inventer, mille fois répétée hors contexte et comprise souvent de travers, que nous dit-il en substance ? Ne jetons pas le bébé avec l’eau du bain ou, selon une formule un peu mieux tournée,

Pourquoi, pauvre ennemi de l’essence suprême,
Confonds-tu Mahomet avec le Créateur,
Et les oeuvres de l’homme avec Dieu, son auteur ?…

Comme je suis moi-même quelque peu agnostique et sceptique, même si la question de l’athéisme et celle apparemment opposée mais en fait complémentaire du mysticisme m’intéressent fort, je proposerai la devise

Tolérance et laïcité

qui n’a d’ailleurs rien de neuf et dont  les deux termes – tout comme ceux de la trilogie républicaine Liberté, égalité, fraternité – ne sont pas toujours bien faciles à faire coexister(2).

_______________________________________

(1) Paris, Maloine, 1890. Paru précédemment sous forme d’article dans Les Archives d’anthropologie criminelle et des sciences pénales, tome 5, 1890.

(2) Lire à ce propos, l’article d’Olivier Abel, « Tolérance et laïcité », dans Laïcité, numéro thématique d’Archives de philosophie du droit, n°48 (2004), dont voici incipit :

Le problème que pose ce titre, presque au départ d’un colloque sur la laïcité, est de jeter un doute effrayant, une incertitude quant au lien entre les deux termes : il y a eu et il y a des formes de tolérance non-laïque ; il y a eu et il y a des formes de laïcité non-tolérantes. Pour réduire ce doute, nous tenterons de montrer que la laïcité est une des formes de tolérance, ou plus exactement une des façons de répondre au problème de l’intolérance.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *