Peinture et bande-dessinée : quelques pistes

Un article intitulé « L’édition d’art mise sur le neuvième de ses arts »  paru dans le Livres hebdo n° 1041 (8 mai 2015) me fournit la matière et l’envie d’écrire cette chronique.

Les auteurs de bandes dessinées n’ont pas attendu les dernières années pour s’intéresser aux peintres et à la peinture. Ainsi, sur les 41 albums la série Les grandes bibliographie en bande dessinée parus en 1983 et 1984 à Edito-Services SA, quatre sont consacrés à des peintres : Léonard de Vinci, Michel ange, Picasso et Van Gogh, ce dernier étant du reste un peintre qui apparaît relativement souvent en bande-dessinée…

Depuis quelques années, il faut noter le rôle joué par la collection Futuropolis/Musée du Louvre (le même éditeur travaille aussi avec le musée d’Orsay – Moderne Olympia de Catherine Meurisse  – et avec celui de Cluny), mais aussi évoquer la toute récente collection Les grands peintres chez Glénat. A noter, chez ce même éditeur, une nouvelle série sur Le Caravage par Milo Manara et un manga intitulé Les deux Van Gogh.

C’est également avec Vincent Van Gogh (Vincent et Van Gogh) que Gradimir Smudja a commencé chez Delcourt ses séries consacrées à l’art, les suivantes étant dédiées à Toulouse-Lautrec (Le bordel des muses) et l’histoire de l’art (Au fil de l’art). Chez le même éditeur, Jean Dytar a publié en 2014 La vision de Bacchus autour Giorgione et d’Antonello de Messine.

Chez Casterman sont parus notamment un Rembrandt par Typex et Kiki de Montparnasse par Catel et José-Louis Bocquet. Dupuis, en partenariat avec le Centre Georges Pompidou, publie un Dalí signé Baudouin.

Chez Fluide Glacial Binet propose Un jour au musée avec les Bidochon (2 volumes parus), alors qu’un éditeur de livres d’art comme Hazan publie Je l’appelle Monsieur Bonnard de Joan Sfar.

Ce panorama serait incomplet s’il n’évoquait pas quelques pures fictions ayant, au moins partiellement, le monde de l’art pour objet. En voici quelques exemples : L’écorché et L’angélus scénarisés par Frank Giroud ; La vengeance du Comte Skarbek de Sente et Rozinski ; Le maître de peinture de Makyo, Richaud et Faure ;  Les voleurs d’oreilles, tome 2 des aventures de Dick Hérisson par Didier Savard où plane encore l’ombre de… Vincent Van Gogh, comme elle plane dans L’Arlésien de Jean-Pierre Autheman avec son histoire de faux…

Enfin ne pas oublier les auteurs de bandes-dessinées  qui ont développé une activité proprement picturales : Enki Bilal qui expose à la Biennale d’art contemporain de Venise, Philippe Druillet avec ses peintures autour du monde de Sloane, Laurent Parcelier qui depuis bientôt vingt ans est passé de la bande-dessinée à la peinture impressionniste…

Pour aller plus loin

Comme je suis en train de terminer cette chronique, je découvre les dossiers suivants :

Quand la bande-dessinée se fait peinture de la médiathèque de Châteauroux

Peinture et tableaux en bande dessinée disponible sur BD-Theque


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *