Eloge du bouquiniste

Vous ne savez que faire vos livres ? Surtout évitez de les donner à une bibliothèque. Je vous ai parlé une fois du désherbage et de ses rapports étroits avec le pilon. Sachez que cette activité ne s’étend pas aux collections déjà existantes dans une bibliothèque, mais aussi aux dons qui lui sont faits. Si l’ouvrage donné figure déjà à la bibliothèque (doublon),  ou qu’il ne correspond pas à sa politique documentaire (hors sujet), qu’il est considéré comme dépassé (obsolescence), que son état est jugé défectueux (hors usage) ou tout bêtement si la bibliothèque manque de place, il sera impitoyablement pilonné, c’est à dire détruit, et perdra de ce fait toute chance de trouver un lecteur.

Vous me direz que la bibliothèque pourrait les donner. Elle pourrait, mais souvent elle ne le fait pas. Cela coûte cher de donner (frais d’envoi) et s’accompagne de diverses contraintes administratives (listes à établir, courrier, convention…) de sorte qu’il est beaucoup plus simple de les détruire. C’est déplorable, mais c’est comme ça.

Alors, que faire, dirait Vladimir ? Pourquoi ne pas vous adresser à un bouquiniste ? Vous craignez de vous faire truander et de vendre vos livres bien moins que leur valeur ? Je vous répondrai que si vous aviez l’intention de les donner à une bibliothèque, c’est que vous n’espériez pas en tirer un quelconque bénéfice.  Alors qu’importe le prix que le bouquiniste vous en donnera. L’essentiel n’est-t-il pas d’offrir aux livres une seconde vie en leur permettant de trouver de nouveaux lecteurs ? Car comme le soulignait voici quelques années le libraire contemplatif dans uns éloge du bouquiniste auquel je souscrit totalement

Tout ce qui pourrait leur valoir le pilon dans n’importe quel commerce, leur donne ici une valeur sentimentale : celle d’un livre qui a vécu. Quoique sale et cabossé, cet objet s’éloigne du qualificatif de bien de consommation. Il a pour acheteurs tous ces lecteurs passés entre les mailles du filet de la mode et de l’actualité médiatique. Le bouquiniste est fait pour l’individu qui décide un beau jour de lire l’auteur gamma -car tel est son bon plaisir- lorsque tous les regards sont tournés vers l’auteur bêta. A l’heure de la globalisation, le bouquiniste est une sorte de rebelle anarchisant cultivant une certaine culture du désordre.

Evidemment, en ces temps du tout numérique, il peut sembler absurde et ringard de faire l’éloge d’un métier basé sur la défense et l’illustration du livre papier. Pourtant, je persiste, et je vous encourage à fréquenter le marché du livre ancien et moderne d’Aix-en Provence, les bouquinistes des bords de Saône…

ou ceux des bords de Seine, les cités du livre de Bécherel, de la Charité-sur-Loire ou de Montmorillon

Et si vous tenez vraiment à donner vos livres plutôt qu’à les vendre, n’oubliez pas les bouquineries des Compagnons d’Emmaüs, comme celle d’Esteville en Haute-Normandie


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *