Bande dessinée : la quête du savoir

« Les sciences humaines sont la dernière terra incognita pour la bande dessinée! »

David Vandermeulen.

La présente chronique reprend éhontément le titre et une partie de la matière d’un article paru dans le Livres hebdo n° 1068 du 15 janvier dernier dont est tiré l’extrait ci-dessus. Elle complète aussi ce que j’ai pu écrire voici bientôt six ans sur la bande dessinée et les sciences humaines et sociales.

Depuis, les éditeurs de bande dessinée ont multiplié les documentaires. Ce sont d’abord des reportages, souvent pré-publiés dans XXI ou La Revue dessinée, par des auteurs comme Etienne Davodeau, Joe Sacco… Des biographies paraissent également chez différents éditeurs : Freud, Marx ou Einstein par Corinne Maier et Anne Simon chez Dargaud.  Les essais connaissent aussi un certain succès comme ceux publiés aux éditions Futuropolis sur la géopolitique du monde arabe (Les meilleurs ennemis, par David B et Jean-Pierre Filiu), l’économie (La survie de l’espèce, par Grégory Maklès et Paul Jorion) ou le risque nucléaire (Un printemps à Tchernobyl par Emmanuel Lepage). De plus, cette année verra la naissance de deux collections de vulgarisation scientifiques :  La petite bédéthèque du savoir aux éditions du Lombard ou Sociorama chez Casterman.

De leur côté, des éditeurs non spécialisés dans ce support ont fait paraître des bandes dessinées sur l’économie (Economix aux Arènes), le cerveau (Neurocomix chez Dunod), les mathématiques et la logique (Logicomix chez Vuibert), la politique (Démocratie, signé par les auteurs de Logicomix chez Vuibert) et la biographie (celle du physicien Richard Feynman chez Vuibert,  celle du père de l’informatique, Alan Turing,  aux Arènes). Il s’agit souvent de traductions,

Lenin-fur-AnfangerCela me conduit à faire une suggestion. Et si les éditions La Découverte avait la bonne idée de rééditer les titres de la collection Pour débutants ? Consacrée tant à des personnalités éminentes de l’histoire de la pensée (Marx, Lénine, Trotsky, Brecht, Nietzsche, Freud, Darwin) qu’à des grandes questions (le judaïsme, la paix, la génétique), celle-ci proposait notamment des traductions des titres publiés par For Beginners, LLC a partir de la fin des années 1970. Les éditions Rowohl firent de même en Allemagne et je garde de mon année universitaire 1985-1986 à Göttingen un Lenin für Anfänger des plus instructifs.

Chronokids-Inventions
cliquez sur l’image pour lire les premières pages

Concluons maintenant avec une bande-dessinée de vulgarisation plus spécifiquement destinée à la jeunesse, comme l’était Les belles histoires de l’oncle Paul publiées jadis dans Spirou. Evidemment, le ton a quelque peu changé, comme vous le constaterai en feuilletant l’album que je voudrais vous présenter. Il s’agit des Grandes inventions publié par Zep, Stan et Vince avec les fameux Chronokids. Si l’humour en est un peu potache (que dire de la couverture ?…), la lecture n’en est pas moins agréable et instructive. Si, si…


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *