Le Songe de Poliphile

Dans une vie antérieure, au début des années 1990, quand j’étais étudiant d’histoire, j’ai beaucoup fréquenté le fonds ancien de la bibliothèque municipale d’Aix-en-Provence. Je préparais alors un DEA d’histoire qui portait notamment sur l’impressionnante collection du marquis de Méjanes, bibliophile – voire même bibliomane – de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

C’est là que j’ai vu pour la première fois un exemplaire de l’Hypnerotomachia Poliphili, incunable imprimé par Aldo Manuce (ou plutôt Aldo Manuzio) en 1499. Cet ouvrage raconte la quête en songe du héros-narrateur à la poursuite de sa bien-aimée Polia. Il est à la fois réputé

  • pour son ésotérisme allégorique ;
  • pour la qualité de ses gravures d’architectures antiques dont le dessin a pu être attribué à Mantegna et à Giovanni Bellini ;
  • pour sa langue, un mélange bizarre de latin et d’italien essentiellement, avec des emprunts à l’hébreu, à l »arabe, au grec, qui se rapproche de celle employée dans la littérature macaronique ;
  • pour sa typographie qui rompt les fraktur gothiques employées au début de l’imprimerie, puisque Aldo Manuce a utilisé un caractère romain adapté de l’antiqua de Nicolas Jenson en utilisant une fonte gravée par Francesco Griffo.

L’exemplaire de la bibliothèque Méjanes porte une longue annotation de la main du marquis, avec notamment cette précision :

L’auteur de cet ouvrage est François Columne [c.-à-d. Francesco Colonna] qui ne voulu jamais y mettre son nom, mais il se cache sous cette devise

Poliam frater Franciscus Columna peramavit

qu’on rassemble par les lettres initiales et capitales des trente huit premiers chapitres.

Magnifique acrostiche aux dimensions d’un livre, non ?

Mes recherches dataient d’une époque où internet  n’avait pas bouleversé nos existences. Voici quelques années, j’ai voulu savoir s’il était possible de consulter cet ouvrage en ligne. La réponse est oui, et d’année en année, les possibilités se multiplient.

Mais au fait, combien existe-t-il d’éditions de cet ouvrage ? Deux bibliographies peuvent en donner une idée :

L’édition originale de 1499 et ses reprises

Quelques exemplaires sont accessibles en ligne.

Selon la notice de Méjanes, qui s’appuie sur la Bibliothèque curieuse du libraire G.F. Debure,

Il y en a une seconde aussi de Venise donnée par les Aldes en 1543 folio exactement conforme à celle-cy mais bien moins recherchée. Les lettres initiales des 38 premiers chapitres gravées en bois dans cette édition cy sont sans ornement dans la seconde.

Je n’en ai pas trouvé de version en ligne. S’agirait-il en fait de La Hypnerotomachia di Polifilo, cioè pugna d’ amore in sogno dov’egli mostra che tutte le cose humane non sono altro che sogno et dove narra molt’altre cose degne di cognitione, parue à Venise en 1545 ?

Quelques éditions fac-similé en ont été réalisées à la fin du XIXe siècle et au cours du XXe siècle.

  • En 1888, éditée par J.W.Appell avec une traduction, à Londres, Privy Council, Department of Science and Art in Photo-Lithography ; édition reprise en 1893 à Londre, W.Friggs.
  • En 1901, à Londres, chez Methuen.
  •  En 1963, éditée en 2 volumes par George Painter The Hypnerotomachia Poliphili of 1499: An Introduction to the Dream, the Dreamer, the Artist and the Printer, à Londres, chez Eugrammia Press.
  • En 1969, aux éditions Gregg International,
  • En 1981, à Saragosse, aux éditions Portico , avec une introduction de Peter Dronke. 

Les éditions en français

Les premières éditions dans notre langue sont accessibles sur deux sites liés au Centre d’Études Supérieures de la Renaissance (CESR) de Tours.

Celles qui paraissent ensuite sont de la fin du XVIIIe ou du XIXe siècle.

  • En 1772 paraissent Les amours de Polia ou le Songe de Polyphile traduit de l’italien. Cette édition, signalée dans la bibliographie de Knops, ne figure pas dans le catalogue de la BNF et il m’a été impossible d’en trouver une édition en ligne.
  • Honoré Gabriel Riqueti, comte de Mirabeau, s’inspire de ce qu’il juge être un amas indigeste d’érudition sacrée & profane pour écrire un conte qui parait dans un Recueil de 1780 (cf. Google livres).
  • En 1804 chez Didot un Songe de Poliphile, traduction libre de l’italien par Jacques Guillaume Legrand (cf. Google livres). Cette traduction est  rééditée en 1811, à Parme.
  • En 1883, Le Songe de Poliphile ou Hypnerotomachie, littéralement traduit pour la première fois, avec une introduction et des notes, par Claudius Popelin, est publié à Paris chez I.Liseux. Je n’en ai pas encore trouvé de versions en ligne. Mise à jour du 28 août 2015 : S.Weber m’informe que cet ouvrage est accessible sur Gallica.
  • A ma connaissance, l’édition en ligne la plus récente est celle de Bertrand Guégan en 1926 chez Payot. Elle reprend celle de 1546 avec le  même titre, Hypnerotomachie ou Discours du songe de Poliphile…  (cf. Gallica).

Enfin, je voudrais signaler les éditions françaises toujours dans le commerce.

  • En 1971, L’éditeur Slatkine a reproduit l’édition parue à Paris en 1883.
  • En 1994, les Imprimeries nationales font paraître une nouvelle édition de la traduction de 1546, avec présentation , translittération, notes, glossaire et index de Gilles Polizzi. Elles  la publient de nouveau en 2004.
  • En 2004, Jean de Bonnot donne une réimpression en fac-similé de l’édition de 1546. 

Les édition dans les autres langues

Elles semblent moins nombreuses.

Editions en anglais

  • Dans le domaine anglo-saxon, The Strife of Love in a Dream est édité à Londres en 1592 par « R.D. » (Robert Dallington). Il sera réédité dans la même ville en 1890 par Andrew Lang. Au XXe siècle, deux éditions fac-similé de celle de 1592 sont réalisées à New York : en 1969 chez Da Capo Press, puis en 1976 chez Garland.
  • En 1999, Joscelyn Godwin, du Département de Music de la Colgate University de New York, publie chez Thames and Hudson sa traduction, la première complète en anglais, avec toutes les illustrations. 

Editions en espagnol

  • La première traduction en  espagnol est, semble-t-il, celle de Pilar Pedraza, Sueño de Polifilo, éditée par la Comisión de Cultura del Colegio Oficial de Aparejadores y Arquitectos Técnicos de Murcia en 1981 (cf. article sur le site d’El Pais.), la même année que la parution à Saragosse d’une édition fac-similé de celle de 1499. Cette traduction a été rééditée en 2008 (cf. notice sur le blog littéraire El boomeran(g)).

 Dernière modification : 5 mai 2015


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

5 réflexions au sujet de « Le Songe de Poliphile »

  1. A signaler peut-etre: les variations importantes dans la reproduction des célèbres planches. Par exemple:, dans l’édition française de 1546, Kerver n’a-t-il pas ajouté de planches supplémentaires, reprises dans l’édition de l’Imprimerie Nationale? En revanche, le premier éditeur anglais a limité considérablement le nombre des planches reproduites, lacune pieusement transmise par toutes les éditions en fac-simile qui ont suivi. A vérifier sans doute mais c’est important puisque les illustrations du volume sont au moins aussi importantes que le texte.
    Merci beaucoup d’avoir partagé votre savoir.

  2. Je vous remercie de cette information que j’intègre à ma chronique.
    Cordialement.
    Jean Stouff

  3. A noter également en langue étrangère, l’intéressante édition italienne en deux volumes dont le premier reproduit l’édition de 1499, tandis que le second contient une traduction intégrale en italien contemporain augmenté de nombreuse notes. Deux volumes d’environs 1800 pages, pour un poids de 2,2kg à un prix plus qu’attractif…

    à peine plus de 40 euros port compris en passant par amazon.it : https://www.amazon.it/gp/product/8845919412/ref=oh_aui_detailpage_o04_s00?ie=UTF8&psc=1

    Site de l’éditeur : http://www.adelphi.it/libro/9788845919411
    A noter aussi une édition plus luxueuse et plus ancienne :
    http://www.adelphi.it/libro/9788845914249

    Cordialement
    Marc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *