Tintin et le monde réel : deux exemples d’inspiration pris par Hergé dans l’actualité de son temps

Dans la collection d’ouvrages dont je vous ai parlé au sujet du livre de Chris Marker Le fond de l’air est rouge, j’ai trouvé deux perles pour tintinophiles, touchant des personnes réelles ayant inspiré à Hergé deux de ses personnages.

Auguste Piccard / Tryphon Tournesol

Piccard-Tournesol

APiccard-BatyscapheParu chez Arthaud en 1954, Au fond des mers en bathyscaphe a été écrit par Auguste Piccard (1884-1962). Ce fameux savant helvétique est le modèle du non moins célèbre professeur Tryphon Tournesol qui apparaît pour la première fois dans Le Trésor de Rackham le Rouge.

Cependant, comme il avait un frère jumeau, je me demande s’il ne serait pas également à l’origine du professeur Nestor Halambique auquel a été substitué son frère Alfred dans Le Sceptre d’Ottokar.

Jumeaux-PiccardJumeaux-Halambique

Basil Zaharoff / Bazaroff

lewinsohn_zaharoff_2Ecrit par le journaliste allemand Richard Lewinsohn, Zaharoff l’Européen mystérieux est paru en 1929 chez Payot. Son sujet ; Basil Zaharoff (1849-1936). Ce marchand de canons était très connu dès la fin du XIXe siècle et plus encore après la grande boucherie de 14-18. Dans L’Oreille cassée, publiée un après sa mort en 1937, Hergé le transforme en Bazaroff qui vend indifféremment ses armes à deux pays belligérants : le San Theodoros (capitale bazaroffLas Dopicos) et le Nuevo Rico (capitale Sanfacion) lors de la guerre du Gran Chapo, ou, si vous préférez, la Bolivie (capitale La Paz)  et le Paraguay (capitale Asunción) pendant la guerre du Chaco (1932-1935).

Film-noirHergé n’est pas le seul à s’être inspiré de Zaharoff. Dernièrement, l’écrivain grec  Stefanàkis Dimitris a fait paraître Film noir, roman inspiré par la vie de ce triste sire, roman qui comporte une solide bibliographie. Et puisque le mot film a été écrit, notons pour le cinéma  un des projets inaboutis de Sergei Eisenstein, Zaharoff, l’homme de l’ombre, et Monsieur Arkadin d’Orson Welles.

Vous pourrez trouver sur le site de l’INA une archive de 1973 de l’émission Alain Decaux raconte sur cet étrange Monsieur Zaharoff. Enfin, un documentaire passé sur Arte est visible en ligne saucissonné en trois séquences sur Dailymotion,

… ou en entier et en allemand sur Youtube…

… en attendant qu’ils disparaissent pour cause d’atteinte au droit d’auteur…

Dernier détail ; Zaharoff se voulait aussi mécène. C’est ainsi qu’il a été un bienfaiteur de la chaire de littérature française de l’université d’Oxford. Est-ce un hasard si une des collections de la Clarendon Press s’intitule The Zaharoff lecture for ?


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *