Lieux communs

Vous connaissez tous sans doute le Dictionnaire des idées reçues de Gustave Flaubert. Or qu’est-ce qu’une idée reçue si ce n’est un lieu commun. Ce terme dont le sens a dérivé de développement oratoire dans la rhétorique grecque à celui de rubriques d’indexation de répertoires au XVI siècle (cf. Cahiers de l’Association internationale des études francaises, 1997, n°49), est aujourd’hui synonyme de cliché, poncif, platitude, banalité. Comme tels, les lieux communs ont fait l’objet des critiques plus ou moins vigoureuses ou ironiques et je voudrais vous proposer sur le sujet une petite bibliographie.

Yves Guyot. Les lieux communs : précédés de l’histoire d’un petit chapitre, d’un petit journal et d’un grand général. Paris, Le Chevalier, 1874.

Lucien Rigaud. Dictionnaire des lieux communs de la conversation, du style épistolaire, du théâtre, du livre, du journal, de la tribune, du barreau, de l’oraison funèbre, etc. . etc. Paris, Paul Ollendorff, 1881. Voir sa critique dans l’article de Ferdinand Brunetière, « Théorie du lieu commun », Histoire et Littérature, Calmann Lévy, éditeur, 1884, p. 31-54. Lucien Rigaud a également publié en 1878 un Dictionnaire du jargon parisien : l’argot ancien et l’argot moderne. et en 1881 un Dictionnaire d’argot moderne réédité en 1888.

Léon Bloy. Exégèse des lieux communs. Paris, Société du « Mercure de France », 1902. Voir aussi sur Wikisource.

Jacques Ellul. Exégèse des nouveaux lieux communs. Paris, Calmann-Lévy, 1966. , Collection Liberté de l’Esprit, Réédité en 1994 et 2004 à  La Table Ronde / La petite vermillon. Voir le résumé et la table des matières.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *