Le point de vue de Gérard Filoche sur la loi El Khomri et quelques considérations personnelles sur la mobilisation actuelle et les attentistes

En cette période de mobilisation contre la loi El Khomri, je ne pense pas inutile de vous signaler ce qu’en dit Gérard Filoche  sur son blog ou dans deux vidéos, la première de vingt minutes…

… la seconde d’un peu plus d’une heure lors d’une conférence à l’université Segalen de Brest.

Et n’oubliez pas que, contrairement à ce que prétendent nos poujadistes nationaux, ce ne sont pas les opposants à la loi El Khomri qui bloquent l’Euro, mais bel et bien le gouvernement qui laisse pourrir la situation et joue la montre.

D’autre part, contrairement à ce que disent certains collègues  affirmant que les fonctionnaires ne seraient pas concernés, je ne pense pas que cela soit exact, car la fonction publique sera inévitablement touchée (ou impactée si vous préférez l’anglicisme en vogue). De toute façon, nous sommes tous touchés, car nous avons tous des parents, des amis dont les conditions de travail seront dégradés par la nouvelle législation.

Et aux indifférents qui ne se sentent jamais concernés par quoi ou qui que ce soit, je rappellerai ce qu’a écrit le pasteur anti-nazi Martin Niemöller :

Quand les nazis sont venus chercher les communistes,
je n’ai rien dit :
je n’étais pas communiste
Quand ils sont venus chercher les sociaux-démocrates,
je n’ai rien dit :
je n’étais pas social-démocrate.
Quand ils sont venus chercher les juifs,
je n’ai rien dit :
je n’étais pas juif
Quand ils sont venus chercher les catholiques,
je n’ai rien dit :
je n’étais pas catholique.
Et, puis ils sont venus me chercher.
Et il ne restait plus personne pour protester

Als die Nazis die Kommunisten holten,
Habe ich geschwiegen ;
Ich war ja kein kommunist.
Als sie die Sozialdemokraten einsperrten,
habe ich geschwiegen ;
ich war ja kein Sozialdemokrat.
Als sir di Juden holten,
Habe ich geschwiegen ;
Ich war ja kein Jude.
Als sie die Katholiken holten,
habe ich nicht protestiert ;
Ich war ja kein Katholik.
Als sie mich holten, gab es keinen mehr,
der protestieren konnte.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *