Charles Toubin, archéologue et linguiste jurassien

Connaissez-vous Charles Toubin (1820-1891) ? Ce natif de Salins, a été professeur à Bastia (1840) puis àTarbes (1843) avant de venir préparer l’agrégation d’histoire à Paris. Ami de Courbet, il est le  rédacteur avec Champfleury et Baudelaire du Salut public, éphémère périodique du temps de la révolution de 1848.

Revenu à Salins en 1852, il publie bientôt chez l’imprimeur Javel d’Arbois un ouvrage en 50 exemplaires intitulé Scarabées, ou Récits des champs (1856). Il est aussi l’auteur de récits jurassiens, parus d’abord en plusieurs livraisons dans la Revue des deux mondes entre 1854 et 1861 avant de faire l’objet d’une publication en un volume en 1869. Son Chansonnier salinois clôt en 1882 sa production « régionaliste ».

Parallèlement il a contribué au débat sur l’emplacement d’Alésia, avec Alesia, Alaise Séquane. Alise en Auxois paru à Besançon en 1857), sa préférence allant à la localité franc-comtoise. A cette production historico-archéologique appartiennent les trois titres suivants, que j’ai trouvé reliés ensemble dans une annexe de la bibliothèque familiale : 

Étude sur les champs sacrés de la Gaule et de la Grèce, et en particulier sur celui des Séquanes. Paris : Dumoulin, 1861.

Le Champ sacré des Séquanes, réponse à M. le président Clerc. Paris : Dumoulin ; Besançon : Bulle, 1862. Extrait du Recueil de l’Académie de Besançon.

Du Culte des arbres chez les anciens, étude archéologique. Paris : Dumoulin, 1862.

Voir le compte-rendu de ces ouvrages par Alexandre Tuetey dans Bibliothèque de l’école des chartes, vol. 25 n° 1 (1864), p. 64-67.

Dans les deux premiers, il défend l’idée que la forêt des Moidons sur l’actuelle commune de Molain aurait abrité le mediolan (= lieu sacré central) des Sequanes. Par la suite, il rédigera plusieurs articles parus dans les Mémoires de la Société d’émulation du Jura entre 1869 et 1875 sur les fouilles qu’il a réalisées dans la forêt de Moidons.

« Rapport sur les fouilles faites près des Moidons », Mémoires de la Société d’émulation du Jura,  1869-1870, p. 25-28.

« Nouvelles fouilles dans la forêt des Moidons », Mémoires de la Société d’émulation du Jura, 1874, p. 52-55.

« Fouilles dans les Moidons »,  Mémoires de la Société d’émulation du Jura, 2e série 1er vol. 1875, p. 7-9.

« Fouilles sur le territoire de Cernans, dans la commune de Clucy », Mémoires de la Société d’émulation du Jura, 1880, p. 212-218.

Les recherches linguistiques ont retenu aussi son attention :

Recherches sur la langue Bellau : argot des peigneurs de chanvre du haut Jura. Besançon, 1868.

Dictionnaire étymologique et explicatif de la langue française et spécialement du langage populaire. Paris, 1886.

Essai sur la dénomination aryenne. Mâcon, 1888.

Essai d’étymologie historique et géographique. Paris, 1892.

Je terminerai la liste de ses ouvrages par ses Lectures algériennes à l’usage des collèges arabes-français et des écoles indigènes qu’il fait paraître en 1870 à Alger où il a été nommé. Deux autres éditions suivront en 1876 et 1880.

Pour être complet, j’ajouterai que Charles Toubin avait un frère, Edouard (1824-1906), professeur comme lui, ce qui entraîne parfois une certaine confusion dans l’attribution des livres et articles à l’un ou à l’autre.


Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *