Paravents nanban

paraventsnanban-chandeigneCet été, dans la librairie du Museu Nacional de Machado de Castro à Coimbra, je remarquais le livre d’Alexandra Curvelo, Chefs-d’œuvre des paravents nanban : Japon-Portugal XVIIe siècle, publié l’an dernier aux éditions Chandeigne.

Il traite d’un des aspects les plus remarquables de l’art nanban développé par l’école Kanō (狩野派) sous l’effet du commerce entre les Japonais et les Européens, et notamment des Portugais, du milieu du XVIe siècle à la première moitié du siècle suivant. Vous trouverez un interview de l’auteur dans le Journal du Japon et voici ce qu’en dit l’éditeur (j’ai rajouté quelques liens dans le texte) :

Dès 1543 – date de l’arrivée des Portugais en terre nippone –, les Japonais entrèrent en contact régulier avec les nanban-jin (« barbares du Sud »), et ce jusqu’à la fermeture durable du pays à partir des années 1640. Ces commerçants et ces missionnaires, en provenance majoritairement du Portugal, furent à l’origine d’une thématique de l’art japonais aux XVIe et XVIIe siècles.
Les peintures qui ornent les byobu (paravents) nanban décrivent une extraordinaire confrontation de civilisations et sont saisissantes par leur beauté.
L’histoire de l’arrivée des Européens, du point de vue oriental, s’y déroule sous nos yeux, notamment dans les oeuvres des peintres de l’école Kanō. Tantôt critiques, tantôt festifs et joyeux, les byobu mettent en images les prémices de l’occidentalisation de l’Asie.
Chefs-d’œuvre des paravents nanban présente treize de ces byobu. Ils sont accompagnés d’un texte sur la passionnante histoire de la rencontre – commerciale, religieuse et culturelle – entre l’Europe et le Japon à cette époque.
Nous avons réuni dans cet ouvrage des paravents du musée Nanban Bunkakan d’Osaka, du Musée municipal de Kobe et du musée national d’Art ancien de Lisbonne – où se trouvent les plus importantes collections d’art nanban –, mais également du Victoria & Albert Museum de Londres, du Rijksmuseum d’Amsterdam, du musée Guimet de Paris, du musée de Soares dos Reis à Porto, du musée d’histoire et de culture de Nagasaki et du musée Idemitsu de Tokyo, ainsi qu’un paravent provenant d’une collection privée aux États-Unis.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *