Lire une carte topographique, c’est aussi apprendre un peu l’histoire d’un territoire

Quand vous utilisez une carte topographique, ou pour mieux dire, quand vous la lisez, ce n’est pas seulement une situation figée à un instant t qui s’offre à vous, mais bien toute l’histoire du territoire représenté, une sorte de paysage du temps.

Voyez telle ou telle grande ville, avec son centre historique densément peuplé représenté en noir, ceinturé par les boulevards qui ont remplacé les anciens remparts et auprès desquels s’est fixée la gare de chemin de fer au cours du XIXe siècle. Au-delà, les anciens faubourgs, puis les barres d’immeubles, les zones commerciales et le mitage périurbain des lotissements récents. Bref, la croissance urbaine des deux derniers siècles et ses dégâts collatéraux…

Sortons de de la ville et observons un peu les axes de circulations. Cette voie sur un remblais qui semble doublonner avec la route principale, ne serait-ce pas  une des voies ferrées du plan Freycinet dont un grand nombre ont été abandonnées dans la seconde moitié du XXe siècle au profit du développement des autocars avant d’être reconverties depuis quelques années en voies cyclables et autres chemins de randonnée ?… Et puisque qu’il est question de chemins de randonnée, voyez ce GR (chemin de grande randonnée) marqué du signe de la coquille : logo-saint-jacquesil reprend le tracé suivi de longue date par les pélerins de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Après les lignes plus ou moins épaisses des routes et chemins, intéressons nous aux surfaces et à leurs motifs illustrant les zones cultivées ou boisées. Les cultures pérennes indiquées (vignes, vergers) nous donnent une idées de l’orientation agricole de la région non seulement aujourd’hui, mais hier, car il a fallu du temps pour les implanter. Les zones de broussailles suggèrent l’exode rural et le vieillissement des agriculteurs.

Rapprochons nous du bourg. Si vous vous trouvez dans le Sud-Ouest, peut-être aura-t-il la forme inhabituelle d’un damier. il s’agit d’une bastide, une de ces villes-neuves fondées au cours des XIIe et XIIe siècle. Ailleurs, tel village situé dans une vaste clairière nous renvoie aux grands défrichements du Moyen-Âge central.

Vous aurez remarqué que jusqu’à présent je ne vous ai renvoyés qu’ aux éléments iconiques de la carte topographique : formes, surfaces, tracés, logo… Or elle aussi saturée de mots. Il peut s’agir de noms communs au sens relativement clair, même s’ils figurent parfois sous forme abrégée :  châteaux d’eau, silos et stations d’épuration modernes côtoient ainsi moulins et  lavoirs, châteaux et abbayes, dolmens et menhirs, témoins de temps plus ou moins lointains. Mais les mots les plus nombreux sont de loin des noms de lieux, toponymes à l’étymologie parfois obscure, qui sont essentiels pour comprendre l’histoire des sociétés humaines sur un territoire donné et qui font l’objet d’une science : la toponymie.

Je me souviens que dans le commentaire de carte tel que nous le pratiquions en khâgne, ce dernier comportait deux parties : la première consacrée à la géographie physique qui s’accompagnait souvent d’, la seconde à la géographie humaine. Cette dernière commençait souvent par une étude des toponymes comme témoins de l’ancienneté du peuplement du territoire représenté. Dans cette étude, les noms de lieux dérivant du suffixe celtique ou gallo-romain -acum – en -ac en langue d’oc ; en -ay, -ey ou -y en langue d’oïl -avait une grande importance. Ils désignent généralement des domaines basés sur le nom de leur propriétaire – par exemple Aurelius pour Aurillac et Orly – et la plus ou moins grande densité ces toponymes sont un indice du développement du territoire après la conquête romaine.

Cependant les toponymes sont extrêmement divers par leur origine et leur ancienneté et la toponymie française ne se limite pas à ceux d’origine celte ou gallo-romaine. Ils peuvent être récents : le toponyme la Californie correspond ainsi à des maisons construites au temps de la ruée vers l’or. Ils sont aussi souvent l’indice d’anciennes activités : moulins des forges et taillanderies avec leur marteau-pilon mû par la force de l’eau aux Martinets, lieu de défense au Plessis, défrichements aux Loges et aux Essarts

Parfois, une incertitude demeure, l’Oiselière pouvant aussi bien faire référence à un élevage d’oiseaux de chasse qu’à une plantation d’osier. D’autre part, certaines interprétations étymologique savantes peuvent parfois surprendre notre bon sens :  Bellevue peut ainsi venir du pré-gaulois ballo (colline, hauteur) et du gaulois vidua (forêt) et désigne alors une colline boisée (ou anciennement boisée…) et non un endroit d’où la vue est belle.

Bref, la toponymie conjuguée avec la lecture d’une carte, c’est fort intéressant et je voudrais conclure cette chronique par une petite sélection de liens sur ce sujet :

Les articles Toponymie et Toponymie française de Wikipedia

La sélection de Lexilogos

Le dossier IGN Comprendre la toponymie

Le Dictionnaire topographique de la France. Voir l’article du Labo des archives le concernant

Les ouvrages sur la toponymie française localisés dan le SUDOC

Un moteur de recherche sur la toponymie

3 listes des abréviations utilisées par l’IGN proposées par Christian Erb, Philippe Hebrard et Chemin faisant

Le document de  Christian Erb intitulé Elements de toponymie

Les ouvrages et articles suivants disponibles en texte intégral (à compléter):

Lucien Gallois. Les noms de pays. In: Annales de Géographie, tome 18 n° 97 (1909),  p. 1-12.

Jules Étienne Joseph Quicherat. De la formation française des anciens noms de lieu : traité pratique ; suivi de remarques sur des noms de lieu fournis par divers documents. Paris :A. Franck, 1867.

Cette chronique fera vraisemblablement l’objet de mises à jour ultérieures. A suivre donc…

Mise à jour du 19 octobre 2016. Les documents de Christian Erb ont été trouvés suite à la lecture du billet intitulé Lire l’histoire grâce aux toponymes de la carte topographique consacré sur Géoconfluences… à la présente chronique. Amusant, non ?

Dernière mise à jour : 14 décembre 2016.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une réflexion au sujet de « Lire une carte topographique, c’est aussi apprendre un peu l’histoire d’un territoire »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *