La Flore générale des environs de Paris et la justesse des mots

La Flore générale des environs de Paris de François Fulgis Chevallier est un ouvrage qui a connu deux éditions l’une en 1826, l’autre en 1836. Si je vous le signale, c’est pour bien rappeler la distinction entre tome et volume, car nous sommes ici confrontés à un ouvrage en 2 tomes et en 3 volumes.

Je remarquai que quelque chose clochait dans l’exemplaire de l’édition de 1836 que j’avais en main lorsque je constatai que sur les 990 pages annoncées dans la notice bibliographique du Sudoc pour le volume 2,  je n’en avais que 416. C’est que le soi-disant 2e volume de la notice bibliographique est en fait un tome 2 divisé en deux volumes avec une pagination continue. Et en l’occurrence, il manquait le 2e volume du tome 2, qui constituerait alors le volume 3 de l’ouvrage.  Vous suivez toujours ?… C’est méritoire !

Une recherche sur internet m’a permis de confirmer mes soupçons en trouvant deux exemplaires complets de cet ouvrage, l’un sur Gallica, l’autre sur la Biblioteca Digital del Real Jardi Botanoco CSIC. Dans les deux cas, nous avons 3 volumes dont les volumes 2 et 3 correspondent au tome 2.

C’est simple, non ? Sans doute, mais il faut un peu clarifier les termes.  Les mots tome et volume recouvrent en effet deux acceptions distinctes, comme le rappellent les définitions ci-dessous, extraites l’ouvrage de Jean-Philippe Accart et Marie-Pierre Réthy, Le métier de documentaliste.

Tome : « Division intellectuelle d’un ouvrage d’après son contenu. Cette division ne correspond pas toujours à la division en volume. Un volume peut comprendre plusieurs tomes et inversement. »

Volume : « Division matérielle d’un ouvrage, d’un périodique, par opposition à un tome, qui peut comprendre plusieurs volumes. »

Il arrive ainsi qu’un même tome soit divisé en plusieurs volumes, comme dans le cas évoqué plus haut, mais aussi qu’un même volume contienne plusieurs tomes.

En fait, dans la pratique, ces termes sont fréquemment confondus. C’est notamment le cas quand il s’agit désigner l’ensemble des fascicules d’un périodique parus au cours d’une même année. De plus, toujours pour les périodiques, année est souvent utilisé à la place de tome ou de volume. C’est ainsi qu’en 2008 sont parus les fascicules du tome 79 de la Revue générale du droit des assurances, du volume 15 de la Revue internationale de politique comparée et de la 86e année du Bulletin de l’Association de géographes français. De sorte qu’à la fin règne la plus grande confusion terminologique.

Or n’importe-t-il pas d’utiliser les mots justes pour savoir de quoi on parle et se comprendre ? A ce propos, je vous laisse méditer cet extrait du Lun yu, les Entretiens de Confucius :

XIII.3. Tzeu lou dit : « Si le prince de Wei vous attendait pour régler avec vous les affaires publiques, à quoi donneriez-vous votre premier soin ? – A rendre à chaque chose son vrai nom », répondit le Maître. « Vraiment ? répliqua Tzeu lou. Maître, vous vous égarez loin du but. A quoi bon cette rectification des noms ? » Le Maître répondit : « Que tu es rustre ! Un homme honorable se garde de se prononcer sur ce qu’il ignore.

Si les noms ne sont pas ajustés, le langage n’est pas adéquat. Si le langage n’est pas adéquat, les choses ne peuvent être menées à bien. Si les choses ne peuvent être menées à bien, les bienséances et l’harmonie ne s’épanouissent guère. Les bienséances et l’harmonie ne s’épanouissant guère, les supplices et les autres châtiments ne sont pas justes. Les supplices et les autres châtiments n’étant plus justes, le peuple ne sait plus sur quel pied danser. Tout ce que l’homme honorable conçoit, il peut l’énoncer, et l’énonçant il peut le faire. L’homme honorable ne laisse rien à la légère. »


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *