Mais quel rapport y-a-t-il entre Victor Hugo et le moine bouddhiste Nichiren ?

Curieuse question que celle posée en titre, non ? Vous vous doutez que si je la pose, c’est qu’il y a vraiment un rapport, un peu comme dans ma chronique sur Henri de Balzac (oui, Henri, pas Honoré) et le prix Femina. Pour répondre à cette interrogation qui est devenue la vôtre, laissez moi vous raconter en quelques mots l’histoire de Monsieur Bertin.

ingres-monsieur-bertin-1833Plus d’infos sur ce portait : 01020304

Le portrait ci-dessus a été peint par Jean-Auguste-Dominique Ingres et présenté au Salon de 1833. Il représente Louis-François Bertin, dit Bertin l’’aîné (1766-1841), fondateur et rédacteur en chef du Journal des Débats politiques et littéraires. Cet homme a connu quelques déboires lors du Consulat et de l’Empire (prison du Temple, exil à l’île d’Elbe, confiscation de ses biens), époque où François-Xavier Fabre fait un portrait de lui. Aussi accueille-t-il favorablement la Restauration, même si, restant un partisan de la monarchie constitutionnelle, il s’oppose à Charles X avant de se rallier à l’orléanisme en 1830.

Ce bon bourgeois et solide soutien de la monarchie de Juillet possédait à Bièvres une gentilhommière, le château des Roches, où il recevait ses amis. Parmi ceux-ci, Victor Hugo y fait de fréquents séjours de 1828 à 1837 et écrit de nombreux poèmes, souvent dédiée à Louise, la fille du propriétaire. 

Devenu monument historique en 1966, le château des Roches est acquis en 1991 par la Sōka Gakkai. Or qu’est-ce que la Sōka Gakkai ? Une des émanations du bouddhisme de Nichiren Daishōnin, un moine japonais ayant vécu au XIIIe siècle.

Et pourquoi son dirigeant, Daisaku Ikeda, a-t-il acquis la demeure de Bièvres ? Pour en faire la Maison littéraire Victor Hugo, laquelle est dotée d’une intéressante collection de manuscrits et documents divers. Cependant, comme le remarque Edouard Launet dans un article consacrés aux diverses maisons Victor Hugo, l’endroit est considéré avec suspicion par les hugoliens et son directeur a refusé de s’associer aux autres maisons dans le cadre d’une «Route européenne Victor Hugo».

A propos, et pour conclure, faisons le compte des maisons consacrées à Victor Hugo à part celle de Bièvres :

la maison natale à Besançon ;

l’appartement de la place des Vosges, où Hugo résida de 1832 à 1848 ;

le musée Victor Hugo de Villequier (Seine-Maritime) marquée par la noyade de sa fillle Léopoldine, un peu en amont ;

celle de Guernesey, Hauteville House, où il résida de 1856 à 1870 ;

le musée littéraire de Vianden au Luxembourg, où il fit des passages entre 1862 et 1865, puis en 1871.


Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *