Autour de… Littérature et révolution, un livre de Victor Serge publié par la Librairie Valois

J’ai catalogué dernièrement Littérature et révolution, ouvrage de Victor Serge publié par la Librairie Valois. Il s’agit du fascicule n° 10 de la  Série tellière des Cahiers bleus. IIe série, daté du 1er avril 1932.

Si j’ai pris soin de vous faire connaître ces différents éléments repérés sur la page de titre, la couverture et en différents endroits de cet ouvrage, c’est pour vous montrer que tout livre est une conjonction, un carrefour de forces agissantes, et que chacune d’entre elle nous raconte une histoire.

De l’homonymie entre ouvrages révolutionnaires

Certain d’entre vous se seront peut-être dit : C’est curieux, je pensais que Littérature et révolution avait été écrit par Trotsky. Ils n’ont pas tout à fait tort, loin de là. Lev Davidovitch Bronstein a effectivement publié Литература и революция en 1924, ouvrage dont la traduction en français par Pierre Frank et Claude Ligny  sous le titre de Littérature et révolution n’est publiée qu’en 1964.

Victor Serge ne pouvait ignorer l’existence de cet ouvrage. Ne s’est-il pas installé en Russie depuis 1919 ? Il a fait partie de l’opposition de gauche animée par Trotsky et la préface qu’il écrite pour cet ouvrage est daté Leningrad en février 1932. En fait, s’il utilise le même titre en français, c’est sans doute parce que, au-delà d’une analogie du sujet abordé, il entend rendre un hommage appuyé au fondateur de l’Armée rouge alors en exil à Paris. C’est aussi une sorte d’appel à l’aide en direction de ce dernier : Victor Serge vit alors sous surveillance, dans une situation matérielle difficile alors que sa demande d’émigration a été refusée par les autorités soviétiques. L’année suivante, il sera condamné à trois ans de déportation dans l’Oural à Orenbourg, et en réchappera grâce à une campagne internationale menée notamment par Trotsky et Romain Rolland.

De plus, l’emprunt d’un titre à un autre auteur a déjà été pratiqué par Lénine lui-même, lorsqu’il a publié en 1902 Que faire ? (Что делать? ; ancienne orthographe : Что дѣлать?). Il reprenait le titre du roman de Tchernychevski paru en 1863 et dont l’influence sur les révolutionnaires et intellectuels russes de la fin du XIXe siècle fut très importante.

L’écrivain révolutionnaire Victor Serge

Revenons maintenant à Victor Serge (1889-1947). Ce fils d’exilés et éternel exilé lui-même, entre la Belgique de son enfance, le Paris de la bande à Bonnot, la Russie soviétique des lendemains d’Octobre et des débuts de la glaciation stalinienne, ce révolutionnaire né passé de l’anarchisme au parti communiste russe auquel il a adhéré en 1919, cet écrivain qui, en ce début des années 1930 vient de publier sa trilogie révolutionnaire Les Hommes dans la prison, Naissance de notre force et Ville conquise, a surtout été jusqu’à présent l’auteur d’articles et d’essais sur la révolution russe, la police tsariste, les anarchistes.

Partisan de la Révolution russe en ses débuts, il en désapprouve la dérive bureaucratique et se trouve bientôt dans l’opposition de gauche au régime. Lorsque, entre 1927 et 1929, Nikos Kazantzaki et Panaït Istrati entreprirent un  voyage en URSS, ce fut lui qui leur révéla la réalité de la dictature stalinienne et il participa avec Boris Souvarine à la rédaction de Vers l’autre flamme : confession pour vaincus, témoignage désillusionné paru dès 1930 sous la signature d’Istrati.

Il lui reste encore à connaître la détention à Orenbourg, puis l’exil à Paris et au Mexique où il finira ses jours. Il lui reste surtout à écrire  les grands romans de la fin de sa vie : S’il est minuit dans le siècleL’affaire Toulaév, Les années sans pardons

Pour compléter le tableau, j’ajouterai que ses Mémoires d’un révolutionnaires, parus pour la première fois en 1951, ont fait l’objet de deux rééditions récentes, chez Robert Laffont en 2001 et aux éditions Lux de Montréal en 2010 Enfin, ses carnets écrits de 1936 à 1947 ont été édités en 2012 chez Agone.

Le surprenant directeur de la Librairie Valois

Victor Serge faisant l’objet d’une étroite surveillance, le manuscrit de Littérature et révolution est sans doute parvenu en France clandestinement. Est-ce l’auteur qui a choisi la Librairie Valois pour le publier ? Lorsque j’ai vu ce nom, j’ai bien pensé qu’il me disait quelque chose. Puis j’ai lu au revers de la couverture que Georges Valois en était le directeur. Je me suis alors souvenu de lectures faites lors de mes années agrégatives, et notamment Ni droite, ni gauche, l’idéologie fasciste en France. C’est dans cet ouvrage de Zeev Sternhell, que j’ai rencontré pour la première fois le fondateur du Faisceau, premier mouvement français se référant au fascisme italien.

Anarchiste en ses jeunes années, Georges Valois a également été marqué par les théories de Georges Sorel sur le syndicalisme révolutionnaire. Lorsqu’il adhère à l’Action française en 1906, il voit dans ce mouvement nationaliste une arme contre le capitalisme. Il reste d’ailleurs soucieux des questions ouvrières et sociales avec la publication en 1909 de l’enquête La monarchie et la classe ouvrière et la création du Cercle Proudhon en 1911 : il y regroupe syndicalistes révolutionnaires et nationalistes maurrassiens dans l’espoir de réaliser d’une synthèse  des deux mouvements. Cette tentative infructueuse s’achève avec les débuts de la Grande Guerre.

A la Nouvelle Librairie Nationale qu’il dirige depuis 1912, il continue d’éditer un choix éclectique de monarchistes de l’Action française, d’anciens boulangistes, d’antidreyfusards, de syndicalistes révolutionnaires… Cette maison d’édition devient la Librairie Valois lorsqu’il rompt avec l’Action Française pour céder à l’illusion fasciste avec la création du Faisceau en 1925. Mais ce sera encore un échec, dû  aux tensions existant au sein du mouvement entre une droite réactionnaire et nationaliste et les anciens communistes et socialistes,  et à la déception de Valois lui-même dont les sincères aspirations sociales et révolutionnaire s’accordent mal avec le tournant réactionnaire de son modèle italien et le soutien de mécènes comme le parfumeurs Coty.

Valois s’éloigne peu à peu de la droite et du fascisme pour tenter de se rapprocher des radicaux, des socialistes et des démocrates-populaires. Il crée en 1928 le Parti Républicain Syndicaliste, puis reprendra en 1934 le quotidien Nouvel Âge, pour le renouvellement du socialisme, « sans technocratie, sans étatisme, par, dans et pour la liberté ». Pendant l’Occupation, il s’engagera dans la Résistance et finira sa vie déportaté à Bergen Belsen.

Orientation bibliographique sur Georges Valois

Alain de Benoist. Les Cahiers du Cercle Proudhon. Avatar éditions, 2007.

Yves Guchet. « Georges Valois ou l’illusion fasciste ». Revue française de science politique, 15ᵉ année, n°6, 1965. p. 1111-1144.

Bernard Lanza. « Georges Valois du Cercle Proudhon au Nouvel âge ». Publié sur le site Fragments-diffusion.

Georges Navet. « Le Cercle Proudhon (1911-1914). Entre le syndicalisme révolutionnaire et l’Action française ». Mil neuf cent : Revue d’histoire intellectuelle, no 10, 1992, p. 46-63.

Géraud Poumarède. « Le Cercle Proudhon ou l’impossible synthèse ». Mil neuf cent : Revue d’histoire intellectuelle, no 12, 1994, p. 51-86.

Zeev Sternhell. « Anatomie d’un mouvement fasciste en France : le faisceau de Georges Valois », Revue française de science politique, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques, no 1,‎ février 1976, p. 5-40.

Les Cahiers bleus

Littérature et culture constitue le n° 10 des Cahiers bleus. Série tellière, la IIe série de l’organe du Parti Républicain Syndicaliste dont le titre complet est Cahiers bleus pour la république syndicale et qui a paru de 1928 à 1932 avant de devenir Chantiers coopératifs (1932-1934) puis Nouvel Âge (1934-1950).

La Série tellière se présente comme une collection de seize monographies parue de façon bimensuelle de novembre 1931 à juillet 1932. En voici la liste en cadeau bonus…

  1. Albert Ayguesparse. Machinisme et culture‎. 15 novembre 1931.
  2. Robert Castex. Le Canal des Deux-Mers. 1931. 1er décembre 1931
  3. Marcel de Coninck. La Mort du rail. La renaissance économique par l’automobile. 15 décembre 1932
  4. Constant Malva. Histoire de ma mère et de mon oncle Fernand‎. Préface de Henri Barbusse. 1er janvier 1932.
  5. André Philip. Sécurité et désarmement : suivi d’une note sur le problème de l’or‎. 15 janvier 1932
  6. Marcel Lapierre. Le cinéma et la paix‎. 1er février 1932.
  7. André Sauger. Dictature ou démocratie‎. 15 février 1932.
  8. Benoît Piégay. Comment j’ai vaincu la misère‎ : souvenirs d’un paysan. Revu et mis au point par Emile Guillaumin. 1er mars 1932.
  9. Stijn Streuvels. L’Ouvrier. Traduit par A. Habaru. 15 mars 1932
  10. Victor Serge. Littérature et culture. 1er avril 1932.
  11. Édouard Peisson. Crise. Légende. 1er mai 1932.
  12. Lucien Laurat. Économie planée contre économie enchaînée. 15 mai 1932.
  13. Lucien Gachon. L’écrivain paysan. 1er juin 1932.
  14. Henry Poulaille et Charles Wolff. Le disque à l’école. 15 juin 1932.
  15. Charles Plisnier. Mesure de notre temps. 1er juillet 1932.
  16. Georges David. Le tambour de Mercure. 15 juillet 1932.

Dernière mise à jour : 19 mai 2017.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Une réflexion au sujet de « Autour de… Littérature et révolution, un livre de Victor Serge publié par la Librairie Valois »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *