Bases en ligne et éclatement des collections de périodiques numérisés : quelques exemples de complémentarités en droit, économie et géographie

Cette chronique a été réalisée en vue d’une formation interne à mon établissement. Mais comme le sujet peut intéresser un peu plus de monde que mes collègues immédiats, je vous la propose, lecteurs bienveillants de ce carnet.

Le sujet abordé ici l’a déjà été plus brièvement voici  quelques années dans une de mes chroniques : il s’agit de la dispersion des collections en ligne pour une même revue et de la complémentarité pouvant exister entre certaines bases pour la diffusion du texte intégral en ligne de ces collections.

Nous verrons successivement

les complémentarités existant entre les bases Persée, Revue.org et Cairn

d’autres complémentarités où apparaissent l’INSEE, Gallica, la Banque de France, Legifrance et Dalloz.fr

une bases de données permettant de mieux repérer ces complémentarités : Mir@bel

Les complémentarités de Persée / Revues.org / Cairn

Brève présentation de ces trois bases

Ces bases ont été créées à l’initiative

soit d’éditeurs pour Cairn (Belin, De Boeck, La Découverte et Erès ), avec quand même un partenariat avec la BNF à partir de 2006,

soit d’institutions publiques de l’enseignement supérieur et de la recherche pour les deux autres :

Persée est réalisé par l’UMS 3602 Persée, service de l’Université de Lyon, du CNRS et de l’ENS de Lyon avec soutien du Ministère de l’Education Nationale et de  l’Enseignement Supérieur et de la Recherche ;

Revue.org  est une des 4 plateformes d’OpenEdition, projet développé le Centre pour l’édition électronique ouverte (Cléo – UMS 3287), un centre associant le CNRS, l’université d’Aix-Marseille, l’EHESS et l’Université d’Avignon et des Pays de Vaucluse.

(Qu’est-ce qu’une UMS ? Réponses : CNRS | Wikipédia)

Ces bases ont en commun de proposer de la documentation en ligne de niveau universitaire dans le domaine des sciences humaines et sociales, notamment des collections de périodiques accessibles selon diverses modalité :

Persee.fr offre un accès libre et gratuit à ses collections de revues.

Cairn a opté pour le principe dit de la « barrière mobile » : le texte intégral des articles datant de 2 à 5 ans (selon les revues) est consultable en accès libre, alors que celui des numéros les plus récents est proposé dans le cadre d’un abonnement à la base entière ou à certains « bouquets ».

Revue.org propose des modalités d’accès variés aux 455 revues proposées :

Open access (184)

Open access Freemium (154)

En bref sur le projet OpenEdition Freemium : les contenus diffusés en libre accès sont complétés par des services et formats premium mis à disposition exclusivement pour les institutions et leurs usagers.

Barrière mobile (59)

Barrière mobile avec accès commercial via Cairn (50)

Barrière mobile avec accès abonnés (6)

Les mêmes titres peuvent se trouver dans ces trois bases avec des collections qui se complètent selon des modalités variées que nous allons aborder ci-dessous.

Une dernière remarque : les modes de recherche des trois bases se ressemblent : 

recherche type Google ;

recherche par disciplines sur Persée, Cairn et Revues.org (qui propose aussi une recherche par thèmes) ;

recherche par ordre alphabétique sur Cairn et Persée

Répartition des années en ligne en texte intégral

Répartition du texte intégral sur les 3 bases

La revue conserve en ligne sur son site une partie de ses collections tout en confiant les années les plus ancieenes à Persée et les derniers fascicules parus à Cairn avec accès aux seuls abonnés.

Revue d’économie industrielle

Persée : accès aux   fascicules parus de 1977 à 2008, ceux des années  de 2006 à 2008 se trouvant en fait dans Revues.org.

Revues.org : accès aux fascicules parus de 2006 à aujourd’hui, ceux parus les 3 dernières années se trouvant en fait sur Cairn.

Cairn : accès aux fascicules parus de 2006 à aujourd’hui, ceux parus avant les 3 dernières années se trouvant en fait sur Revue.org.

Répartition du texte intégral sur deux bases et des sommaires sur la dernière

Le cas est plutôt rare, mais une revue peut a fait le choix de ne conserver que l’accès aux sommaires des derniers numéros et de confier ses fascicules en texte intégral à Persée et à Cairn :

Droit et société

Persée : accès aux fascicules parus depuis 1985, sachant qu’à partir de 2001 il s’agit de liens vers Cairn.

Cairn : accès aux fascicules depuis 2001 et au lien vers Persée pour les numéros antérieurs.

Revue.org : accès aux sommaires des derniers numéros et lien vers Persée et Cairn.

Répartition du texte intégral entre Persée et Revue.org sans Cairn

Ayant fait le choix de l’Open access Freemium, la revue conserve la partie la plus récente de ses collections sur son site et confie les années antérieures à Persée :

Géocarrefour

Persée : de 1926 à 2002 et liens vers Revue.org pour les numéros parus de 2003 à 2008.

Revue.org : depuis 2003 et des liens par décennies vers les numéros antérieurs à cette date figurant sur Persée.

Répartition du texte intégral entre Persée et Cairn sans Revue.org

Des revues n’ayant pas adhéré à Revues.org et souhaitant conserver une barrière mobile peuvent faire le choix de répartir leurs collections en texte intégral en ligne entre Persée et Cairn.

Politix

Persée : accès aux fascicules parus depuis 1988, sachant qu’à partir de 2005 il s’agit de liens vers Cairn.

Cairn : accès aux fascicules depuis 2005 et au lien vers Persée pour les numéros antérieurs.

Point faible : un signalement aléatoire des complémentarités entre ces trois bases

La théorie

Persée est partenaire des principales plateformes francophones de diffusion de publications en SHS : Érudit, Revues.org et Cairn.info. Le signalement réciproque des revues et l’indexation des métadonnées et du texte intégral garantissent aux chercheurs la continuité de consultation des revues à travers différents portails de diffusion.

Extrait de la rubrique A propos de Persée

(Parenthèse : Érudit, vous donne un accès numérique à la recherche et à la culture francophones d’Amérique du Nord en sciences humaines et sociales avec notamment la diffusion numérique de revues savantes et culturelles. Je ne m’y attarde pas ici. Peut-être dans une prochaine chonique…)

Un exemple conforme à la théorie : Droit et société

Les 2 bases donnant accès au texte intégral, Persée et  Cairn, donnent accès réciproquement aux années figurant sur l’autre base et le site de la revue sur Revue.org renvoie à ses partenaires.

Un exemples contraire avec 3 bases : Etudes rurales

Persée : accès au texte intégral des   fascicules parus de 1969 à 1999…. et c’est tout, pas de mention des années sur Revues.org et sur Cairn !

Revues.org : accès aux sommaires de 1961 à 1972, aux sommaires et résumés de 1973 à 1999 et au texte intégral à partir de 2000 avec un renvoi vers les numéros parus les 3 dernières années accessibles sur Cairn… et aucune mention des fascicules se trouvant sur Persée !!!

Cairn : accès au texte intégral à partir de 2000, sachant que seuls les fascicules parus les 3 dernières années se trouvent sur Cairn, ceux des années précédentes se trouvant sur Revue.org… et ici encore aucune mention des fascicules se trouvant sur Persée !!!

Un exemples contraire avec 2 bases : Revue géographique des Pyrénées et du Sud-Ouest

Persée : de 1998 à 2008 sans la moindre indication des fascicules parus après.

Revues.org : depuis 2009  sans la moindre indication des fascicules parus avant.

Point fort : les titres successifs d’une même revue bien répertoriés dans Persée

Persée tient compte des changements de titre d’une revue, ce qui facilite bien la recherche. En voici un exemple  :

Revue de géographie de Lyon

Faire une recherche dans tout Persée reprenant ce titre.

Parmi les résultats obtenu choisir un numéro de la revue (attention de ne pas les confondre avec les comptes rendus, les articles et les tables et index)

Cliquer en haut à gauche sur Retour à la collection.

Vous avez les fascicules des différents titres portés par cette revue, aussi bien dans sous les titres précédents (Les études rhodaniennes…) que sous le titre suivant (Géocarrefour).

Autres bases, autres complémentarités

Complémentarité INSEE / Epsilon / Persée

Economie et Statistique

Voici ce que vous pouvez trouver sur le site de l’INSEE dans la notice concernant la revue à Historique du titre :

Economie et Statistique du N°1 (1969) au N°490 (2016)

ISSN 0336-1454 ; e-ISSN : e-1777-5574

Economie et Statistique / Economics and Statistics à partir du N°491-492 (2017)

ISSN 0336-1454; e-ISSN 1777-5574

Tous les articles sont accessibles en ligne :

pour les articles publiés depuis septembre 2001, sur le site internet de l’Insee

pour les articles antérieurs, sur Epsilon, le portail d’archives des publications de l’Insee

Deux précisions :

1° Pour être plus précis, Epsilon, la bibliothèque numérique de la statistique publique française, n’est pas seulement un portail d’archives pour pour l’INSEE, mais aussi pour divers organismes gouvernementaux producteurs de statistiques.

2° S’agissant d’Economie et statistique, en fait ce sont tous les articles parus depuis 1969, année de « naissance » de ce titre jusqu’au dernier numéro paru, et pas seulement avant septembre 2001, qui figurent dans Epsilon. De plus, Persée n’est pas signalée sur le site de l’INSEE, alors que sont disponibles sur cette base non seulement tous les article parue dans la revue de 1969 au dernier numéro paru, mais aussi les articles parus depuis 1946 dans La Conjoncture et Etudes de conjoncture, les « ancêtres » de cette revue. Encore en déficit d’information…

Complémentarités INSEE / Gallica

Annuaire statistique de la France

La dernière version papier de ce périodique date de 2007. Depuis, il n’existe que sous format électronique en ligne. La division s’est donc faite naturellement.

Sur Gallica, les collections papier numérisées des titres successif de cet annuaire :

De 1878 à 1899Annuaire statistique de la France

De 1900 à 1951  Annuaire statistique

De 1952 à 2007 Annuaire statistique de la France

Sur le site de l’INSEE, la publication en ligne à partir de 2008 semble avoir cessé à partir de 2013 (cf. notice SUDOC) et s’est dissoute dans la partie statistiques du site et je ne l’ai pas trouvé dans Epsilon.

De plus, les fascicules se trouvant sur Gallica ne sont pas signalés sur le site de l’INSEE.

Complémentarité Gallica / Banque de France

Rapport annuel de la Banque de France et ses titres précédents

Gallica :

De 1800 à 1945Assemblée générale des actionnaires de la Banque de France

De 1945 à1973 – Compte rendu des opérations

De 1974 à 1993Compte rendu ….

Sites rattachés à la Banque de France

De 1994 à 2008 sur Archipel, une base de données de la Banque de France, pour des publications annuelles (notamment des rapports) de la Banque de France et des commission, comités et conseils qui lui sont affilié.

Depuis 1994 sur le site de l’Institut Bancaire et Financier International (IBFI) : vous aurez compris que c’est là qu’il faut aller pour compléter au mieux les fascicules numérisés sur Gallica.

Depuis 2005 sur le site dédié aux publications de la Banque de France.

Dans aucun des sites de la Banque de France ne sont mentionnés les fascicules numérisés dans Gallica.

De l’utilité du SUDOC pour une recherche sur une revue ayant changée de titre

J’ouvre ici une parenthèse. Si j’ai pu connaître les titres antérieurs du Rapport annuel de la Banque de France, ce n’est ni dans Gallica, ni dans les sites de la Banque de France, mais grâce au SUDOC, le catalogue collectif de l’enseignement supérieur.

C’est seulement dans ce catalogue qu’on trouve des notices bibliographiques permettant de connaître pour une revue

le titre précédent dans la rubrique Suite de

le titre suivant dans la rubrique Devient

Ceci permet d’établir toute une succession de titres quand la revue en a changé plusieurs fois. Voir les notices SUDOC

du Rapport annuel de la Banque de France,

du Compte rendu …. ,

du Compte rendu des opérations 

et de l’Assemblée générale des actionnaires de la Banque de France

Le SUDOC est un outil indispensable pour une recherche complète quand la revue recherchée ne figure pas dans Persée. Bien évidemment, il faut après compléter cette recherche d’information sur la revue par une recherche dans les bases susceptibles de la proposer en texte intégral.

Complémentarité Gallica / Légifrance / sites des assemblées parlementaires

Elle porte essentiellement sur les différentes séries du Journal officiel de la République Française.

Complémentarité lacunaire Gallica / Dalloz.fr

Recueil des arrêts du Conseil d’Etat

Gallica

De 1821 à 1847 : Recueil des arrêts du Conseil, ou ordonnances royales, rendues en Conseil d’État sur toutes les matières du contentieux de l’administration par M.L. Macarel :

De 1848 à 1939 : Recueil des arrêts du Conseil d’Etat : ce périodique a été édité jusqu’en 1954, avant de faire place au Recueil des décisions du Conseil d’Etat ou Recueil Lebon publié à Dalloz (voir ci-dessous)…

Base Dalloz  : depuis 1965 de façons complète, et de façon plus ou moins lacunaire depuis 1874 (réservé aux abonnés)

Recueil Dalloz

Gallica :

Journal des audiences de la Cour de cassation, ou Recueil des arrêts de cette cour, en matière civile et mixte : numérisé de 1802 à 1824

Jurisprudence générale du royaume… : numérisé de 1825 à 1902  + tables 1841-1856 et 1845-1867

Dalloz. Jurisprudence générale : numérisé de 1903 à 1943

Dalloz. Recueil hebdomadaire de jurisprudence… : numérisé de 1924 à 1942

 Base Dalloz : depuis 1990 (réservé aux abonnés)

Un mot sur la recherche dans Google en guise de conclusion partielle des deux premières parties.

Ce qui précède était destiné  à vous faire apparaître tout la difficulté de la recherche de périodiques en ligne dans les bases.

Quant à la recherche directe avec Google, elle est souvent parcellaire, insuffisante, frustrante, ne donnant et, pire encore, donne l’impression que seuls les résultats obtenus parmi les premiers sont pertinents. Oui, je sais, une recherche sur la revue Hérodote peut donner des résultats satisfaisants dès le début de la première page (site de l’éditeur, Cairn, Gallica). Cependant, c’est loin d’être avec tous les périodiques et le risque est grand de passer à côté de ce qui peut être vraiment intéressant.

Faites l’essai avec le Rapport annuel de la Banque de France. Certes, vous avez en premier résultat obtenu la page du site dédié aux publications de la Banque de France où se trouvent les rapports depuis 2005. Mais où trouverez-vous dans le joyeux bazar des autres résultats  les années de 1994 à 2008 sur Archipel ou depuis 1994 sur le site de l’Institut Bancaire et Financier International (IBFI), sans parler de toutes les années présentes dans Gallica ?

Et remarquez-vous Mir@bel vers le bas de la deuxième page, quand ce n’est pas sur la troisième ? Non ? C’est dommage, car ce site, précisément conçu faciliter l’accès aux revues en ligne, constitue la suite de cet exposé.

Mir@bel, un site pour faciliter l’accès aux revues en ligne

Présentation rapide du réseau Mir@bel

Encore une initiative d’institutions de la recherche et de l’enseignement supérieur : lancé en 2009, Mir@bel est piloté par Sciences Po Lyon, Sciences Po Grenoble, la MSH Dijon/RNMSH et l’ENTPE et soutenu la Région Auvergne Rhône-Alpes.

Les informations y sont mises à jour par ses différents partenaires (surtout des centres de documentation de grandes écoles, ) et par le moissonnage semi-automatisé d’un certain nombre de ressources (Cairn.info, Érudit, Persée, Revues.org, Sign@l).

Points forts

La recherche avancée permet notamment de chercher les revues

par titre

par thématique

par collections (= bouquets de Cairn) : essayez avec

Bouquet Economie et gestion

> voir le résultat Gérer et comprendre

Bouquet Sciences économiques, sociales et politiques

> voir le résultat Hérodote

par ressource : essayez avec

LexisNexis

> voir le résultat Journal du droit international Clunet

Dalloz

> voir le résultat Recueil Lebon

Ebsco – BSP

> voir le résultat Revue d’économie financière

Parmi les notices correspondant aux périodiques indiqués ci-dessus, certaines correspondent pleinement aux objectifs de la base :

Pour chaque revue Mir@bel propose des liens vers le texte intégral en ligne, les sommaires, les résumés ou l’indexation des articles et vous permet de rebondir sur de nombreux sites complémentaires.

Cela vaut notamment pour les périodiques qui sont suivis par un partenaires. Ils sont signalés d’un point orange dans les listes de résultats et au bas chaque notice, il est indiqué si la revue est suivie ou non.

Cependant des lacunes ou des inexactitudes les informations peuvent apparaître, que le périodique soit suivi ou non par un partenaire de Mir@bel.

Exemple pour un périodique suivi par un partenaire

Recueil Dalloz : les collection numérisées dans Gallica (voir plus haut) n’y sont pas signalées.

Exemple pour un périodique non suivi par un partenaire

Rapport annuel sur la Zone franc, une publication de la Banque de France :

Les fascicules numérisés jusqu’en 1993 dans Galica sont bien signalés, ainsi que ceux disponibles à partir de 2006 sur le site dédié aux publications de la Banque de France.

Par contre ceux depuis 1994 présents sur celui de l’Institut Bancaire et Financier International (IBFI) ou de 1994 à 2007 dans Archipel ne sont pas signalés.

Recueil Lebon : il est indiqué que la base Dalloz.fr le reprend depuis 1874, ce qui n’est pas tout à fait exact, car de 1873 à 1964, la couverture reste assez lacunaire…

Pour aider à améliorer la base si on n’est pas partenaire, il est possible faire des suggestions en cliquant su les icônes Ajouter , Modifier ou @

En guise de conclusion

Vous l’aurez compris, malgré l’existence de Mir@bel, la recherche du texte intégral de périodiques en ligne reste parsemée d’embûches. Que vous conseiller ? Sans doute de commencer par Mir@bel, les recherches  dans telle ou telle base ou directement dans Google, trop aléatoires, pouvant se faire dans un second temps. De plus, même si cette base n’est pas encore parfaite, chacun peut contribuer à l’améliorer en signalant en faisant des suggestions pertinentes. C’est en tout cas ce que j’ai l’intention de faire, d’autant plus que, si j’en crois le courriel de Sophie Fotladi ci-dessous, les personnes qui sont à l’initiative de Mir@bel me semblent particulièrement réactives et ouvertes.

_________________________________

Annexe ajoutée après coup

Christine André. « Mutualisation du signalement des contenus de périodiques en sciences humaines et sociales ». Bulletin des bibliothèques de France (BBF), 2009, n° 2, p. 116-117.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

9 réflexions au sujet de « Bases en ligne et éclatement des collections de périodiques numérisés : quelques exemples de complémentarités en droit, économie et géographie »

  1. Petit retour d’un membre du réseau Mir@bel pour qui la lecture de votre article conforte le besoin d’utiliser et de contribuer à Mir@bel.

    Si l’accès à Gallica n’est pas signalé pour le Recueil Dalloz dans Mir@bel, c’est parce que la « revue » y débute en 1965 et que les accès à Gallica sont antérieurs. Ce n’est donc pas une erreur, mais les titres antérieurs ne se trouvent pas (encore?) dans Mir@bel (puisqu’il ne s’agit pas d’un simple historique qui aurait vocation à apparaître dans cette page, mais de fusions de plusieurs titres qui dans Mir@bel seraient d’autres « revues » parmi toutes celles qui n’y sont pas encore).

    Mir@bel propose d’ailleurs systématiquement des liens rebonds vers le SUDOC, ce qui est utile pour les historiques de titres simples ou complexes.

    Les collections de Gallica quant à elles ne sont que partiellement signalées dans Mir@bel, puisque nous n’avons pas de solution jusqu’à présent pour l’automatiser et qu’aucun des contributeurs de Mir@bel ne s’est engagé à tout couvrir pour le moment. Avis aux volontaires !

    Pour les accès dispersés sur les sites de la Banque de France : ils viennent d’être ajoutés à Mir@bel suite au signalement dans votre article. Et pour les accès lacunaires au Recueil Lebon sur Dalloz, c’est également complété grâce à votre vigilance et à votre proposition de modification dans Mir@bel. Merci !

    Si chacun le décide et y contribue, Mir@bel peut donc être la bonne porte d’entrée pour s’y retrouver dans l’éclatement des collections de périodiques numérisés.

    Merci de cet article, et soyez le bienvenu pour contribuer à la mise à jour des informations partagées dans Mir@bel !

  2. Je suis heureux d’avoir pu aider un petit peu à l’amélioration de votre base qui est un merveilleux outil, pas assez connu. Je l’ai moi-même découvert récemment en préparant cet atelier d’auto-formation pour mes collègues. Si j’avais connu votre existence, ma chronique du 30 avril 2013, sur le même sujet, aurait eu une autre conclusion…

    En tout cas, je vais essayer de convaincre ma hiérarchie de signaler votre base dans la carte heuristique de nos ressources en ligne et dans notre catalogue. Je viens juste de créer la notice de Mir@bel dans le SUDOC où les bases de données (Epsilon, Archipel…) sont d’ailleurs absentes… Ce serait encore un chantier à lancer… 🙂

    En attendant mes contributions ultérieures, je me permets de vous signaler trois de mes chroniques, portant sur des sujets pouvant peut-être vous intéresser :
    Journal officiel de la République française
    Périodiques juridiques anciens dans Gallica
    Publications annuelles de la Banque de France

    Bien cordialement.

    Jean Stouff

  3. La situation est même encore plus complexe pour certaines revues qui se retrouvent par ailleurs diffusées par des agrégateurs comme JSTOR, Proquest ou EBSCO. En complément de Mir@bel une autre source sur laquelle vous pouvez vous appuyer pour constater cela est BACON, porté par l’ABES. Le webservice http://bacon.abes.fr/id2kbart/ vous permet en effet de voir toutes les plates-formes et toutes les offres commerciales qui proposent une revue donnée, avec les états de collection correspondant. Par exemple pour Politix (https://bacon.abes.fr/id2kbart/0295-2319) on s’aperçoit que ce titres est disponible chez EBSCO pour les années 2007-2016.
    Même si notre base de connaissance est maintenant riche de la description sous le format KBART de plus de 400 bouquets différents nous avons encore des lacunes (par exemple Gallica) que nous comblerons au fur et à mesure.
    Enfin, il n’y a pas d’interface graphique permettant d’afficher les informations de manière lisible, mais avec un peu de bricolage à base de python et de bibliothèques javascript on peut arriver à quelque chose de rapidement satisfaisant ( ex : https://twitter.com/bbober/status/790479875232636928)

  4. Je vous remercie pour l’info, mais cela m’a l’air un peu obscur pour l’instant, non ? A moins que ce soit un problème d’affichage sur mon ordi ?…

    bacon>0295-2319CAIRNCAIRN_GLOBAL_REVUES-ECOSOCPOL_2017-03-15Politix0295-23191953-8286200520051http://www.cairn.info/revue-politix.htmrevue-politixfulltextDe Boeck SupérieurserialPCAIRNCAIRN_GLOBAL_REVUES-GENERAL_2017-03-15Politix0295-23191953-8286200520051http://www.cairn.info/revue-politix.htmrevue-politixfulltextDe Boeck SupérieurserialPCAIRNCAIRN_GLOBAL_REVUES-SHS_2017-03-15Politix0295-23191953-8286200520051http://www.cairn.info/revue-politix.htmrevue-politixfulltextDe Boeck SupérieurserialPCAIRNCAIRN_GLOBAL_ALLJOURNALS_2017-03-15Politix0295-23191953-8286200520051http://www.cairn.info/revue-politix.htmrevue-politixP3YfulltextDe Boeck SupérieurserialFPolitix0295-23191953-8286200520051http://www.cairn.info/revue-politix.htmrevue-politixR3YfulltextDe Boeck SupérieurserialPEBSCOEBSCO_COUPERIN_POLITICAL-SCIENCE-COMPLETE-POH_2017-02-20Politix0295-231920072016http://search.ebscohost.com/direct.asp?db=poh&jid=2Z2L&scope=site2Z2LabstractsLibrairie Armand ColinserialPPERSEEPERSEE_GLOBAL_ALLJOURNALS_2017-03-07Politix0295-23191953-828619881120041768http://www.persee.fr/collection/polixpolixfulltextAssociation des étudiants en science politique de Paris 1serialF

  5. J’aurais dû aller un peu plus dans mes explications, désolé. Le lien que j’ai mis est la réponse à un webservice (ici en XML mais on peut aussi obtenir une réponse en json) dont les utilisateurs premiers ne sont pas des humains (vous vous êtes bien rendu compte que l’information, bien que structurée, est assez indigeste) mais des machines, plus précisément des programmes qui vont mettre en forme, habiller cette réponse.
    Comme je l’indiquais, aujourd’hui l’ABES ne propose pas d’interface exploitant directement ces flux, mais les données sont là, à disposition de tout un chacun.

  6. Mais qui détient les programmes qui vont mettre en forme, habiller [la] réponse ? Et d’ailleurs, comment cherche-t-on dans cette base ? Par exemple, pour Politix, comment avez-vous procédé ? J’avoue que c’est pour moi assez obscur…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *