Sur les transformations de la langue à la fin du XVIIIe siècle

En lisant la chronique « Bibliopolie lisable » sur le blog d’Ivres de livres, j’ai pris connaissance d’un ouvrage de Louis-Sébastien Mercier paru en en l’an IX (1801) et intitulé Néologie, ou Vocabulaire de mots nouveaux, à renouveler ou pris dans des acceptions nouvelles. J’ai évidemment chercher à savoir s’il était numérisé et disponible en ligne. La réponse est oui, et même plusieurs fois, de sorte que je vais pouvoir le lire soit dans un  volume relié réunissant les tomes 1 et 2, soir dans le  tome 1 et le tome 2  séparés. Notez qu’une nouvelle édition établie, présentée et annotée par Jean-Claude Bonnet est parue cher Belin en 2009.

Au fil de ma navigation sur le net, je suis tombé sur un livre de F. Gohin, Les Transformations de la langue française pendant la deuxième moitié XVIIIe siècle (1749-1789), paru en 1903. Ferdinand Brunetière lui consacre deux ans plus tard un long article dans la Revue des Deux Mondes, article où il est également question La grammaire du Purisme et l’Académie française au XVIIIe siècle d’Alexis François. Si j’ajoute à cela les ouvrages indiqués dans la bibliographie du livre de F. Gohin et l’ouvrage d’Henriette Walter, Des mots sans-culottes, paru en 1989, me voici avec quelques références sur la langue française à la fin du XVIIIe  siècle. Reste à les lire…


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *