Un sculpteur gaucher de la Renaissance

Raffaello Simbaldi dit Rafaello da Montelupo fut un contemporain et un collaborateur de Michel Ange. Il fut aussi gaucher. L’extrait de ses Mémoires que je vous propose est paru  dans le Magasin pittoresque, en 1844.

Un sculpteur gaucher de la Renaissance

Extrait du Mémoire de Raphaël de Montelupo[a]

 Je ne veux pas oublier de dire que la nature m’a fait gaucher : ayant la main gauche plus leste que la droite, j’écrivais avec celle-là sans que mon oncle y prit garde ; il lui suffisait que j’eusse une bonne écriture. Ainsi j’ai toujours écrit, et même, enfant, je dessinais avec la main gauche les batailles du Morgante (1) qu’on lisait à l’école. Cette manière d’écrire avec la main gauche, m’obligeant à tenir devant moi le papier dans le sens de sa longueur, a fait I’étonnement de beaucoup de gens qui m’ont vu à l’œuvre. Il semble que j’use plutôt de la façon des Hébreux que de toute autre (2) , et on n’imagine pas, tandis que j’écris, qu’on puisse ensuite me lire. Pareille chose m’est souvent arrivée. Un jour entre autres, à Florence, au quartier des marchands, un notaire (3) à qui j’avais à faire un reçu de certaine somme, ayant mis la feuille devant moi, et voyant que je la tournais dans le sens de sa longueur, ne voulait pas me laisser faire; enfin, ayant permis que j’écrivisse une ligne, et cherchant à lire, il ne pouvait comprendre que cela fût lisible ; quand j’eus achevé la ligne, il prit le papier, et voyant qu’on le lisait très aisément, il appela peut-être dix notaires pour me voir faire. Lorsque je lui eus donné le reçu, j’écrivis encore avec la main droite, parce qu’alors je m’en servais fort bien, quoique je l’aie abandonnée depuis.

Je veux encore ajouter que je dessine de la main gauche. Une fois, à Rome, comme je dessinais à l’arc des Thraces (4), près du Colysée, vinrent à passer Michel-Ange et fra Bastiano del Piombo (5) : ils s’arrêtèrent pour me voir; étant naturellement gauchers l’un et l’autre, et ne pouvant cependant faire avec la main gauche que les choses de force (6), ils demeurèrent un instant à me regarder, et s’étonnèrent fort. En effet, chose semblable ne fut peut-être jamais possible à un sculpteur ou à un peintre, que l’on sache.[c]

____________________________________

Notes de la publication dans le Magasin pittoresque

(1) Le Morgante maggiore, de L. PuIci, première imitation moitié comique , moitié sérieuse, que l’Italie ait faite des poèmes chevaleresques de la France, parut à Florence vers 1480 , et fut destiné d’abord à amuser les soupers de Laurent de Mcdicis par une parodie élevée des fables romanesques que les aveugles et les mendiants chantaient dans les rues des villes italiennes.

(2) Les Hébreux, comme les Arabes, écrivent de droite à gauche : c’est ce que paraissait imiter le jeune Montelupo en écrivant perpendiculairement sur un papier placé en long devant lui.[b]

(3) Les notaires étaient donc rassembles dans des boutiques en plein veut, au milieu du quartier des marchands dont ils avaient à constater les accords; c’étaient comme les écrivains publies de nos jours.

(4) On l’appelle aujourd’hui l’arc de Constantin, qui l’éleva en effet après ses victoires sur Maxence et Licinins. Son ancien nom lui venait des statues d’esclaves guerriers daces, que le public confondait avec les Thraces, et qui avaient appartenu à un arc de Trajan, dépouillé et détruit pour orner celui de Constantin.

(5) Sebastiano ou Bastiano de Venise est cet artiste heureux que Michel-Ange mit en avant, à Rome, pour l’opposer à Raphaël dans ses derniers jours, et qui, après la mort du divin Sanzio, demeuré le peintre le plus renommé de la capitale du monde, reçut de Clément ‘VII le riche office de percevoir les droits du plomb des butles papales. Ayant pris alors le nom de/rate det Piombo, Bastiano mena une existence voluptueuse qui mit rapidement un ternie à son talent et à ses jours.

(6) On savait que Michel-Ange était gaucher, et on se demandait si c’était avec la main gauche qu’il avait sculpté son Moite et peint le Jugement dernier. L’anecdote de Montelupo lève tous les doutes.

______________________________________

Notes ajoutées pour cette publication dans Biblioweb

[a]   Nous pouvons aussi penser à Léonard de Vinci, autre artiste gaucher de la Renaissance italienne, un peu plus célèbre que Montelupo.

[b]   Selon Philippe Lanthony (Les peintres gauchers, 2005, p.21), cet artiste mineur est le seul à s’exprimer ouvertement sur sa gaucherie avant le XIXe siècle, en tirant même un objet de vanité « en des rodomontade amusantes qui témoignent surtout de son complexe social ».

[c]   Cette anecdote est sujette à caution, alors qu’elle se trouve à l’origine  de la légende de la gaucherie de Michel Ange., ayant été incluse dans une réédition de Vasari au XIXe siècle (cf. Philppe Lanthony ,op. cité, p. 103-105).


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *