Quelques mots à propos d’Euménie et Gondamir et de son auteur

L’exemplaire de L’amitié Scythe dont je vous ai parlé voici plus de trois ans est relié avec un ouvrage de la même époque, paru à Paris chez Sébastien Jorry en 1766 : Euménie et Gondamir, histoire française du tems où commença la monarchie. Son ton est emphatique comme pour le livre sus-nommé. Il met en scène les amours contrariées de deux jeunes gens, l’une Gauloise et l’autre François, entendez par là Franc, car nous sommes au temps de Childéric, le père de Clovis. Un méchant préfet romain ourdit un soulèvement contre ce bon roi et les deux amoureux se retrouvent dans la tourmente, mais voici que… le livre a fini par me tomber des mains et je ne vous en dirai pas plus sur l’histoire !

Il s’agit d’un ouvrage anonyme, ou tout au moins paru anonymement, car une réédtion parue chez Kessinger Publishing en 2010 l’attribue à Gabriel Mailhol, que l’abbé Antoine Sabatier de Castre exécute ainsi dans Les trois siècles de littérature françoise, ou Tableau de l’esprit de nos écrivains, depuis François I, jusqu’en 1781 :

MAILHOL, [Gabriel] né à Carcassone en 1732. Auteur de plusieurs Romans éphémeres , d’une Tragédie , & de quelques Comédies qui ne sont connues que par leur chute. Ce seroit en dire assez, si nous ne pouvions ajouter à sa louange, qu’il s’est exécuté lui-même & paroît avoir renoncé à la Poésie, & sans doute à la Prose. Combien d’Auteurs aussi malheureux  & plus opiniâtres !

La Biographie universelle, ou Dictionnaire historique de Weiss en 1841 (première citation ci-dessous) et La Biographie universelle, ancienne et moderne de Michaud en 1843 (deuxième citation ci-dessous) sont un peu plus précise :

MAILHOL (GABRIEL), né à Carcassonne en 1725, obtint en 1750 un prix à l’acad. des Jeux-Floraux par un poème intitulé : les Beaux arts placés au temple de Mémoire, vint à Paris, où il travailla pour le théâtre, et publia successivem. un grand nombre d’ouvr. anonymes assez médiocres. Sur la fin de sa vie, il revint dans sa famille, et mourut à St-Papoul en 1791. Ses écrits les plus importants sont : Anecdotes orientales, 1752, 2 vol. in-12. — La Nouvelle du jour, ou les Feuilles de la Chine, 1755, in-12. — Euménide et Gondamir, hist. francaise, 1756, in-12. — Lettres aux Gascons, 1771, in-12, etc. Parmi ses pièces de théâtre, les plus remarquables sont : les Femmes, comédie-ballet, 1755. — Paros, tragédie en 5 actes, 175h. — Les Lacédémoniennes ou Lycurgue, coméd. en 5 actes, en vers libres.— Le Prix de la beauté, ou le Jugement de Pâris, comédie-ballet, 1754. — Ramir, comédie héroïque qui eut du succès. Enfin Mailhol n’a pas craint de mettre en vers l’Avare de Molière : « C’est en 1775 (dit Auger ) qu’a paru ce chefd’œuvre de hardiesse et de sottise. » On trouve des détails sur Mailhol dans les Souvenirs et mélanges littéraires de M. de la Bouisse, 1826, 2 vol. in-8.

Mailhol (Gabriel), neveu du précédent, naquit à Carcassonne en 1724, et cultiva les lettres avec quelque succès : il remporta, en 1750, un prix à l’Académie des Jeux floraux de Toulouse, et un autre à celle de Pau, publia plusieurs romans, des Lettres aux Gascons (1771), divers ouvrages dramatiques, joués à Paris, et dont quelques-uns obtinrent les suffrages du public, entre autres les Lacédémoniennes, comédie, et la tragédie de Paros (1754); enfin il mit en vers L’Avare, de Molière. Mailhol fut député aux états de la province du Languedoc par la ville de Saint-Papoul, où il s’était etabli et où il mourut en 1795, et non en 1760, comme l’avance le dictionnaire de Chaudon.

Vous aurez remarqué qu’un certain flou existe sur ses dates  de naissance et de mort. Vous trouverez beaucoup plus de détails sur cet auteur dans l’introduction écrite par Romuald Fankoua en 2008 pour la réédition chez L’Harmattan du Philosophe nègre ou le secrets des Grecs.

Ce dernier ouvrage a paru initialement en 1764 (tome 1tome 2). Voici ce qu’en dit Voltaire dans sa correspondance littéraire d’avril 1764. Il n’a apparemment pas apprécié l’ouvrage qu’il pouvait percevoir comme un décalque de Candide et dont il ne retient que les « secrets des Grecs », à savoir les trucs des tricheurs professionnels :

Le Philosophe nègre est un détestable roman nouveau en deux parties, dans lequel un détestable auteur, M. Mailhol, a voulu découvrir les friponneries que les joueurs de profession exercent dans les tripots.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *