L’Ami des enfans de Berquin

Dans la fameuse annexe de la bibliothèque familiale que j’ai plusieurs fois évoquée ici, j’ai découvert douze petits volumes in-16 de L’Ami des enfans (oui, ça s’écrivait comme ça avant la réforme orthographique de 1835) mis en ordre par Jean-Joseph Regnault-Warin (1773-1844) dans une édition de 1824 publiée à Paris chez Louis Mame-Delaunay (1775-1839). En cette période de Restauration, cet imprimeur-libraire royaliste juge bon de réimprimer ce qui fut initialement un périodique pour enfants français paru en en vingt-quatre volumes in-12 aux cours des années 1782 et 1783 et qui eut un succès certain dans les dernières années de l’Ancien Régime. L’écrivain et pédagogue Arnaud Berquin (1747-1791) en était le fondateur ainsi que celui de L’Ami de l’adolescence paru les deux années suivantes. On trouve dans les deux périodiques des histoires morales, des dialogues, des drames en un, deux ou trois actes, des poèmes, visant toujours l’éducation enfantine, ce qui explique qu’après la tourmente révolutionnaire les éditions se succédent pendant tout le XIXsiècle bourgeois et bien pensant jusqu’en 1910. Voici ce qu’en dit le prospectus inséré dans le premier volume en janvier 1782 :

Cet ouvrage a le double objet d’amuser les Enfans, et de les porter naturellement à la vertu, en ne l’offrant jamais à leurs yeux que sous les traits les plus aimables. Au lieu de ces fictions extravagantes et de ce merveilleux bizarre dans lesquels on a si long tems égaré leur imagination, on ne leur présente ici que des aventures dont ils peuvent être témoins chaque jour dans leur famille. Les sentimens qu’on cherche à leur inspirer ne sont point au-dessus des forces de leur âme: on ne les met en scène qu’avec eux-mêmes, leurs parens, les compagnons de leurs jeux, les domestiques qui les entourent, les animaux dont la vue leur est familière. C’est dans leur langage simple et naïf qu’ils s’expriment. […] Il y aura dans tous les Volumes un petit Drame, dont les principaux personnages seront les Enfans, afin de pouvoir leur faire acquérir de bonne heure une contenance assurée, des grâces dans leurs gestes et dans leur maintien, et une manière aisée de s’énoncer en Public .[…]

Berquin précise en note :

II a paru sous le même titre un ouvrage de M. Weisse, l’un des plus célèbres Poètes de l’Allemagne. On en tirera des morceaux choisis,ainsi que des ouvrages de MM. Campe et Salzman.

Effectivement, nombres d’histoires sont des traductions et des adaptations de celles parues dans le périodique de l’écrivain et pédagogue allemand Christian Felix Weiße intitulé Der Kinderfreund publié entre 1775 et 1781. Joachim Heinrich Campe (1746-1818) est notamment l’auteur d’un Robinson der Jüngere. Ein Lesebuch für Kinder (Hamburg 1779-1780) et de la Kleine Kinderbibliothek (Hambourg, 1779-1787). Quant à Christian-Gotthilf Salzmann (1744-1811), c’est un théologien et pédagogue auteur de plusieurs ouvrages sur l’éducation.

Si vous souhaitez en savoir plus et aller plus loin que les liens dont j’ai farci le texte ci-dessus, je vous invite a découvrir les documents suivants.

Des notices de dictionnaires

Berquin (Arnaud) dans la version électronique du Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson.

François Gendon. « Arnaud Berquin (1747-1791) », dans l’édition électronique du Dictionnaire des journalistes (1600-1789) sous la direction de Jean Sgard.

Pénélope Caspard-Karydis. « L’Ami des enfants (1782-1783) », dans l’édition électronique du Dictionnaire des journaux (1600-1789) sous la direction de Jean Sgard.

Des articles et numéros spéciaux de revues

Angus Martin. « Notes sur L’Ami des enfants de Berquin et la littérature enfantine en France aux alentours de 1780 », Dix- huitième siècle, t. VI, 1974, p. 299-308.

Denise Escarpit. Arnaud Berquin. 1747-1791. Bicentenaire de l’Ami des enfants, Pessac, 1983. Numéro spécial de Nous voulons lire.  Comporte une bibliographie bien fournie des œuvres d’Arnaud Berquin p. 18-42.

François Genton. « Arnaud Berquin (1747-1791) et l’influence des auteurs de langue allemande sur la littérature enfantine française à la fin du XVIIIe siècle », Révolution, Restauration et les jeunes. 1789-1848. Ecrits et images, colloque de Metz (5-7 décembre 1986), Paris, Didier Erudition, 1989, p. 47-73.

Francis Marcoin. « L’Ami des enfants  ou le médiateur dans les ouvrages d’Arnaud Berquin », Spirale 17, 1996, p. 51-68.

Béatrice Ferrier. « Les petits drames de L’Ami des enfants de Berquin : l’influence des théories de Diderot sur le théâtre d’éducation », Lumen : Selected Proceedings from the Canadian Society for Eighteenth-Century Studies / Lumen :  travaux choisis de la Société canadienne d’étude du dix-huitième siècle, vol. 28, 2009, p. 83-96.

Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéva. « La presse périodique pour la jeunesse au xviiie siècle : essor et fragilité », Le Temps des médias, n° 21, 2013, p. 24-34.

Isabelle Nières-Chevrel . « Des sources nouvelles pour L’Ami des enfants de Berquin », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 114, 2014, p. 807-828.

Une thèse

Annette Baudron. L’œuvre d’Arnaud Berquin : littérature de jeunesse et esprit des Lumières. Thèse de doctorat : Lettres modernes : Tours : 2009.

Des notices de bibliothécaires ou de libraires concernant des éditions spécifiques

Sabine Buczek. L’Ami des enfants, article dans la Rosalipédie concernant une édition de 1825 conservée à la Bibliothèque municipale de Toulouse.

L’ami des enfants. L’ami de l’adolescence, sur le site Edition-originale.com, concernant la première édition illustrée parue à Genève en 1796.

Une comédie ayant Berquin pour héros et une édition de L’ami des enfans et des adolescens destinée à la jeunesse allemande

Jean-Nicolas Bouilly et Joseph Pain. Berquin, ou l’ami des enfants: comédie en un acte, en prose, mêlée de vaudevilles. Paris : chez Barba, an X – 1802.

J. H. Meynier (adapt.). L’ami des enfans et des adolescens par M. Berquin : Ouvrage aussi instructif qu’agréable, accompagné de l’explication des mots et des phrases les plus difficiles en faveur de la jeunesse allemande. Saint Gall : chez Huber et Compagnie, 1831.


Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *