Le Neveu de Rameau ou les aléas de la postérité

Qu’il fasse beau, qu’il fasse laid, c’est mon habitude d’aller sur les cinq heures du soir me promener au Palais-Royal. C’est moi qu’on voit toujours seul, rêvant sur le banc d’Argenson. Je m’entretiens avec moi-même de politique, d’amour, de goût ou de philosophie ; j’abandonne mon esprit à tout son libertinage ; je le laisse maître de suivre la première idée sage ou folle qui se présente, comme on voit, dans l’allée de Foi, nos jeunes dissolus marcher sur les pas d’une courtisane à l’air éventé, au visage riant, à l’œil vif, au nez retroussé, quitter celle-ci pour une autre, les attaquant toutes et ne s’attachant à aucune. Mes pensées ce sont mes catins.

Le début du Neveu de Rameau de Denis Diderot me ravit toujours tant je me sens proche alors en esprit du grand maître d’oeuvre de l’Encyclopédie… toute proportion gardée, évidemment.  🙂

Ce dialogue porte le sous-titre Satire seconde parce qu’il vient après la Satire première sur les caractères et les mots de caractère de profession. Le terme de satire peut être entendu dans son sens antique de pot-pourri de libres propos, mais aussi dans son acception actuelle de critique mordante, car le Neveu de Rameau ayant été d’abord une réaction contre les anti-philosophes comme Palissot qui en 1760 avait ridiculisé Diderot et ses amis dans la comédie Les Philosophes. Commencé en 1761, il ne sera publié qu’après la mort de l’auteur, d’abord dans une traduction allemande de Goethe en 1805.

A propos, savez-vous que Fayard publie début novembre une nouvelle édition de ce dialogue subversif ? Une édition bien particulière dont je vous laisse découvrir ci-dessous la présentation  faite par l’éditeur :

Ce bilingue d’un nouveau genre est en français/français. Avec ce Neveu de Rameau, nous sommes en plein roman policier, entre un original disparu et une traduction de traduction.
Diderot écrit un texte subversif, la Satire seconde, qu’il ne montre à personne. Il en fait faire trois copies. À sa mort en 1785, sa fille transfère à Saint-Pétersbourg sa bibliothèque et une collection manuscrite de ses oeuvres. De Russie, une copie parvient jusqu’à Goethe en 1803. Goethe décide de traduire en allemand ce texte que personne en France n’a jamais lu, et qui, sous le titre de Rameau’s Neffe, passe à la postérité. La copie dont Goethe s’est servi a disparu. En 1821, Joseph-Henri de Saur et Léonce de Saint- Geniès retraduisent en français la traduction de Goethe, comme s’il s’agissait du texte authentique de Diderot. Il faut attendre la fin du XIXe siècle pour que soit redécouvert un manuscrit autographe chez un bouquiniste parisien.
Pour la première fois, les trois textes sont réunis ici : en vis-à-vis, l’original de Diderot et la rétrotraduction du texte de Goethe, avec, en rez-de-chaussée, la traduction allemande de Goethe. On touche ainsi l’impalpable distance, violente pourtant, entre un texte et sa, ou plutôt ses traductions, à deux degrés d’éloignement – « l’original est infidèle à sa traduction », disait Borges.
L’histoire hors du commun d’un texte lui-même hors du commun est présentée et commentée par Jacques Berchtold et Michel Delon.

Voici qui est alléchant, non ? Formidable, cette histoire de manuscrit perdu ! A ce propos, si vous souhaitez en savoir un peu plus sur la question, j’ai trouvé l’article suivant :

Roland Mortier. « La tradition manuscrite du « Neveu de Rameau » ». Revue belge de philologie et d’histoire, vol. 32 n° 2 (1954), p. 525-532.

Mais je ne ferai pas ici  une bibliographie sur Le Neveu de Rameau ni pas plus que je ne vous proposerai une analyse  précise ni une présentation générale, car il en existe déjà  ici et  sur internet.

Je n’entreprendrai pas non plus une biographie de Jean-François Rameau le neveu qui servit de modèle à Diderot. Sur cet organiste et compositeur moins heureux que son oncle, je vous renvoie aux documents suivants :

Jean-François Rameau. La Raméide. 1766. Autre accès en ligne.

Jacques Cazotte. « Lettre de l’auteur du poème La nouvelle Raméide à l’éditeur des ses Oeuvres » in Oeuvres badines et morales, historiques et philosophiques, Tome 3. Paris : J. F. Bastien, 1817.

Louis Sébastien Lemercier. Extrait du Tableau de Paris concernant Rameau et son neveu. Cet extrait a été pour la première fois cité par Joseph-Henri de Saur et Léonce de Saint-Geniès dans les notes ajoutées au chapitre « Diderot et son ouvrage intitulé Le neveu de Rameau«  leur traduction de l’ouvrage de Goethe, Des hommes célèbres de France au XVIIIe siècle, et de l’état de la littérature et des arts à la même époque, en 1823.

Ernest Thoinan. « La vie de Jean-François Rameau le neveu » in Denis Diderot. Le neveu de Rameau : satyre… Paris :  Librairie Plon, 1891.

André Magnan (éd.). Rameau le Neveu, Textes et documents, édités par CNRS éditions, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 1993. Présentation de l’ouvrage.

André Magnan. « De Rameau le neveu au Neveu de Rameau », Revue d’histoire littéraire de la France, vol. 93, no 5, septembre-octobre 1993, 659-668

André Magnan. « 30 janvier 1716-30 janvier 2016 : Jean-François Rameau à la fête« , site Profession spectacle, 30 janvier 2016.

Je me contenterai de signaler quelles sont, parmi les très nombreuses éditions de ce dialogue, celles qui sont accessibles en ligne.

1805

Rameaus Neffe. Ein Dialog. Aus dem Manuskript übersetzt u. mit Anmerkungen begleitet von Johann Wolfgang Goethe. Leipzig : Göschen, 1805.

La première édition du dialogue de Diderot dans une traduction du Goethe. Sur cette dernière et sa réception en Allemagne :

Roland Mortier Diderot en Allemagne (1750-1850). Paris : Presses universitaires de France, 1954. Réédition par Slatkine en 1986. Voir notamment le « chapitre V – Diderot romancier » et sa partie intitulée « L’éclatante révélation du « Neveu de Rameau » ; « joyau » ou « livre indigne »« .

Pierre Pénisson, « Goethe traducteur du « Neveu de Rameau »« , Revue germanique internationale, n° 12 (1999), p. 229-239.

1821

Le neveu de Rameau , dialogue, ouvrage posthume et inédit par Diderot. Paris : Delaunay, 1821.

Il s’agit de la rétro-traduction parJoseph-Henri de Saur et Armand Léonce Varanchan de Saint-Geniès d’après la traduction de Goethe.

1823

Œuvres inédites de Diderot. Le Neveu de Rameau. Voyage de Hollande. Paris : J. L. J. Brière, 1821 [i.e. 1823].

Une édition d’après une copie manuscrite venant de la fille de Diderot, Madame de Vandeul. Le texte se trouve dans le tome XXI des Œuvres de Diderot édité par Brière.

1862

 Le Neveu de Rameau, nouvelle édition par Charles Asselineau. Paris : Poulet-Malassis, 1822. Accessible également ici et .

1863

Le neveu de Rameau par Diderot, précédé d’une Etude de Goethe sur Diderot. suivi de l’analyse de « la Fin d’un monde et du Neveu de Rameau » de M. Jules Janin [par Nicolas David].

La Fin d’un monde et du Neveu de Rameau est une suite que l’écrivain Jules Janin a donnée au dialogue de Diderot. La première édition est parue chez E. Dentu en 1861, la seconde en 1873. L’édition originale de 1861 a fait l’objet d’une réédition présentée par Joseph-Marc Bailbé en 1977 chez Klincksieck.

1875

Le neveu de Rameau : satire in Jules Assézat et Maurice Tourneux (éd.). Oeuvres complètes de Diderot : revues sur les éditions originales…. Tome 5. Paris : Garnier 1875. Autre accès en ligne.

Le Neveu de Rameau, publié et précédé d’une introduction par Henri Motheau.  Paris : Librairie des bibliophiles, 1875. Autre accès en ligne.

1876

Le neveu de Rameau, préface et notes par Gustave Isambert. Paris : Librairie illustrée, 1876.

1884

Le neveu de Rameau  : satire par Denis Diderot ; revue sur les textes originaux et annotée par Maurice Tourneux ; portrait et illustrations par F.-A. Milius. Paris : P. Rouquette, 1884.

1891

Le neveu de Rameau : satyre… Paris :  Librairie Plon, 1891.

Première édition de la copie autographe retrouvée chez un bouquiniste des bords de Seine par Georges Monval, avec une introduction et des notes de ce dernier.

Elle contient aussi une « notice sur les premières éditions » et « La vie de Jean-François Rameau le neveu » par Ernest Thoinan.

1950

Le neveu de Rameau, édition critique avec notes et lexique par Jean Fabre. Genève : Droz, 1950. Réédition en 1963 et 1977 (en ligne).

Enfin, voir l’adaptation télévisée qui était passée sur TF1 en avril 1980 avec Michel Bouquet dans le rôle titre: elle est disponible sur le site de l’INA.

 


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *