L’IGN, ses cartes et le reste

Comme je l’ai fait déjà en mars dernier pour un autre sujet, je vous propose ci-dessous un document réalisé pour une formation interne à la bibliothèque où je travaille. Des fois que cela puisse vous intéresser, lecteurs bienveillants…

Sommaire

Panorama général de l’IGN

Le portail de l’IGN, ses sites, ses offres et ses publics

Les cartes de l’IGN (chronique du 22 octobre 2015 mise à jour )

Lexiques et glossaires

Panorama général de l’IGN
Définition actuelle

Avec l’intégration de l’Inventaire forestier national début janvier 2012, l’Institut géographique national est devenu l’Institut national de l’information géographique et forestière… en gardant le même sigle, même si le logo a changé.Localisé à Saint-Mandé, au sein du Pôle géosciences qui accueille aussi le siège de Météo-France et  l’antenne parisienne du SHOM (Service hydrographique et océanographique de la marine). L’IGN est un établissement public à caractère administratif (EPA) –  ayant pour mission d’assurer la production, l’entretien et la diffusion de l’information géographique de référence en France et placé sous la tutelle du ministère de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie.

Plus d’info sur les EPA sur le site Vie publique

Des origines militaires

La géographie, ça sert d’abord à faire la guerre.

Cette citation d’Yves Lacoste permet d’introduire les circonstance qui sont à l’origine de la création de l’IGN : la défaite de juin 1940.

Un décret le 26 juin 1940 crée l’IGN suite à la dissolution du Service géographique de l’Armée (SGA). Il s’agit d’éviter qu’avions, cartes et matériel de levés ne tombent aux mains de l’ennemi. L’Institut est donc placé sous la tutelle du ministère des Travaux Publics… mais son premier directeur est un militaire, le général Louis Hurault (1886-1973).

Une loi du 14 septembre 1940 définit ses fonctions et des statuts signés signés le 8 avril 1941 mettent notamment en place l’École nationale des sciences géographiques afin de former des ingénieurs cartographes.

Un décret du 8 avril 1946 maintient l’IGN sous la tutelle du ministère des Travaux Publics tout en créant une section géographique de l’état-major de l’Armée ou section géographique militaire (SGM) dont l’actuel établissement géographique interarmées est le successeur.

En 1956, le général Hurault laisse la direction de l’IGN à l’ingénieur général Rumeau. L’Institut échappe ainsi  à l’emprise directe de la géographie militaire. Il n’en constitue pas moins un appui à la Défense nationale,  notamment avec l’exploitation de l’imagerie aérienne et satellitaire.

L’IGN et la photographie aérienne

En 1947, quatorze B17 rachetés aux Américains pour remplacer les quatre avions Potez 540 hérité du SGA. La couverture photographique aérienne systématique au 1:25 000 du territoire national est achevée en 1953 et depuis régulièrement remise à jour. Actuellement, le service des activités aériennes de l’IGN dispose d’une flotte de quatre avions équipés  pour l’imagerie aérienne numérique. Il assure la couverture photographique aérienne du territoire national, mais intervient aussi en urgence à la demande du Service central d’hydrométéorologie et d’appui à la prévision des inondations (SCHAPI) lors des pics de crues.

Toutes ces prises de vues aériennes nourrissent la base orthophotographique et sont essentielles pour la fabrication des cartes. Depuis 2009, avec le lancement du programme de dématérialisation du patrimoine cartographique et photographique, les prises de vue historiques depuis 1920 sont progressivement dématérialisées pour pouvoir être mises à disposition sous forme de fichiers numériques.

Sur la photographie aérienne et la photogrammétrie développée par l’IGN dès ses origines origines, voir : Pierre Laurua. Aperçu historique sur la naissance de L’I.G.N sur le site Anciens aérodromes.

L’IGN et l’espace

L’IGN collabore avec le Centre national d’études spatiales (CNES) au sein du Groupe de recherches de géodésie spatiale formé en 1971 et du programme SPOT lancé 5 février 1978, qui aboutit à la mise en orbite du satellite SPOT-1 a lieu le 22 février 1986.

Créé en 1989, IGN Espace est un centre d’expertise en information géographique, de production et de qualification à partir d’images satellites. En partenariat avec la société SPOT Image, du groupe Airbus Defence & Space, il produit à partir des images SPOT entre autres la Géobase Défense.

Bases de données et référentiels

En 1986, l’IGN a lancé son programme de « bases de données », dont la « BD Topo », base de données topographiques numérisée couvrant l’ensemble de la France et comptant près de deux millions de toponymes.

Ces BD vont servir à partir de 2000 au développement du Référentiel à Grande Échelle (RGE) achevé en 2008 et constamment réactualisé depuis. Il est formé de cinq composantes orthophotographique, topographique, altimétrique, parcellaire et adresse et fournit des informations géographiques superposables destinées à des acteurs publics et privés dans les domaines de la protection de l’environnement, de l’aménagement du territoire, des transports, de l’agriculture et de la prévention des risques.

Sur le RGE, voir aussi le cours de Pascal Barbier (écran | odt) dans la partie sur les bases de données de Géoligne.

En 2014, l’IGN et la Direction générale des finances publiques (DGFiP) ont signé une convention pour la mise en place de la Représentation parcellaire cadastrale unique (RPCU) visant à vise à remplacer l’actuel plan cadastral de la Direction générale des finances publiques et la base de données parcellaire de l’IGN dont les données diffèrent quelque peu, comme le montre l’exemple ci-dessous :

Extrait du plan cadastral de la Direction générale des finances publiques
Extrait du Géoportail : parcelles cadastrales seules
Extrait du Géoportail : parcelles cadastrales surimposées sur la carte IGN

Ce projet de RPCU est actuellement en cours de réalisation et devrait être achevé vers 2020.

L’IGN et le monde extérieur

En 1947, L’IGN a reçu la mission de couvrir l’ensemble de la France, mais aussi de tous les territoires dépendants, d’où des missions outre-mer en Afrique du nord, au Cameroun et en Guyane..

… dont un des résultats est la carte du désert d’Afrique du Nord :

Plusieurs de ces territoires devenant indépendants au cours des décennies suivantes, l’ENSG développe son activité en formant, outre les ingénieurs cartographes de l’IGN, les futurs cadres des services cartographiques de ces nouveaux États.

Par ailleurs l’IGN accroît son activité extérieure par la conduite de grands chantiers de géodésie et de cartographie Voici deux exemples de collaboration avec l’Égypte :

  • en 1964 lors de la construction du barrage d’Assouan

1964

  • en 1976 lors de la restauration de la momie de Ramsès II à Paris :  l’IGN y participe en raison de sa maîtrise de la stéréophotogrammétrie.

1977

En 1986 l’Institut finit par externaliser son activité extérieure avec la création d’une filiale de droit privé IGN France International (IGN FI). Cette dernière crée en 2000 avec les sociétés FIT ESIC, Memoris, et Pixelius  la holding Groupe FIT, structure indépendante qui apporte l’expertise et les services nécessaires à l’aménagement des territoires et à la gestion des patrimoines techniques en France et à l’international. L’IGN n’en est plus qu’un actionnaire minoritaire.

Cependant, l’Institut lui-même conserve un rôle à l’international, notamment en Europe, en contribuant à la définition des politiques paneuropéennes d’information géographique, et aux grands projets de normalisation et de développement comme par exemple :

Eurogeographics, l’association des agences cartographiques ou cadastrales européennes,

EuroSDR qui fédère la recherche européenne dans le domaine de la géomatique,

European Location Framework – ELF (cadre européen de localisation), qui développe un point d’accès unique aux données géographiques de référence pour l’Europe,

le comité d’experts des Nations-unies sur la gestion de l’information géospatiale (UN-GGIM) et son comité régional UN-GGIM Europe,

etc.

L’IGN et la directive européenne INSPIRE

La directive INSPIRE () du 14 mars 2017 a été élaborée par la Direction générale de l’environnement de la Commission européenne et vise à établir une infrastructure de données géographiques dans la Communauté européenne pour assurer l’interopérabilité entre bases de données et faciliter la diffusion, la disponibilité, l’utilisation et la réutilisation de l’information géographique en Europe.

Cela n’est pas sans incidence sur l’activité de l’IGN, qui fait partie des organismes impliqués en France, et  notamment sur  l’organisation des données sur le Géoportail. J’y reviendrai…

Plus d’informations sur la directive INSPIRE et ses conséquences :

Conseil national de l’information géographique

IGN L’Espace Professionnel

INSPIRE Knowledge Base, site européen dédié à la directive et ses conséquences

Évaluation et harmonisation INSPIRE des données – conférence en ligne – 19 juin 2015

Conférence INSPIRE France 2015 – 16 novembre 2015

Pour aller plus loin dans l’information sur l’IGN

Sur le  portail de l’IGN, vous trouverez entre autres

des informations générales sur l’Institut  :

histoire de l’Institut

publications

Web TV IGN

Sur internet, IGNcommunication propose

des vidéos généralement issues de Web TV IGN sur Youtube

des photos sur Flickr

Le portail IGN, ses publics et ses offres

Le portail de l’IGN qui fédère plusieurs sites autour de celui consacré l’Institut.

Missions particulières de l’IGN

ENSG-Géomatique pour la formation au sein de l’École nationale des sciences géographiques

Inventaire forestier, héritage direct de la fusion de 2012 avec de l’Inventaire forestier national.

Voir aussi sur le site de l’Institut :

une présentation succincte

L’iF, un périodique plus ou moins trimestriel

Géodésie

Sites liés à des services généraux

Géoportail, le portail national de la connaissance du territoire, et sa déclinaison,  Remonter le temps.

Pour plus d’infos, voir la chronique sur les cartes de l’IGN.

Web TV IGN

… ou plus spécifiques

Géoservices de l’IGN… développés à partir du Géoportail. Voir ci-dessous une conférence en ligne du 30 mars 2017.

Portail de logiciels gratuits

Sites destinés à des publics particuliers

L’Espace revendeurs

L’Espace professionnels s’adresse à une grande diversité d’utilisateurs et de professionnels issus de tous les secteurs d’activités : services publics, enseignement et recherche, ainsi que les entreprises du secteur privé.

Pour les PME, il existe aussi pour IGNfab, l’accélérateur de projets de géoservices lancé en 2014

Les enseignants et les chercheurs ont intérêt à consulter également :

trois autres sites présents dans le portail :

IGN Education

Edugéo

IGN Recherche

deux sites non signalé sur le portail :

SEIG – Serveur Educatif sur l’Information Géogaphique éducatif, coréalisé par l’IGN et du Ministère de L’Education Nationale, de la Recherche et de la Technologie

GEOligne, bibliothèque de ressources pédagogiques de l’ENSG

IGNrando (ex Espace loisirs) et son complément, la Boutique IGNrando s’adressent au grand public et plus particulièrement aux randonneurs.

A noter qu’existe aussi, pour ceux qui seraient en région parisienne, le Géoroom, l’espace multi-services de l’IGN dédié à l’accueil du public sur son site de Saint-Mandé.

Une offre diverse

Bref, à l’image des publics, l’offre est diverse, ce dont témoigne par ailleurs les catalogues ci-dessous.

 

L’offre IGN ne se limite donc pas à ses seules cartes imprimées sur support papier, même si celles-ci sont Mais c’est d’elles dont je voudrais maintenant vous parler.

Les cartes de l’IGN

(chronique du 22 octobre 2015 mise à jour )

Lexiques et glossaires

Pour terminer, quelques liens sur le vocabulaire utilisé par l’IGN et plus généralement en géographie et en géodésie.

Glossaire de l’IGN

Glossaire de la géodésie

Lexique du SEIG


Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *