Discours véritable contre les chrétiens de Celse

Un fait remarquable des origines chrétiennes est le peu d’intérêt que suscita dans la société païenne la propagation de la nouvelle religion jusqu’au milieu du second siècle. […]

Louis Rougier

Qui s’intéresse, comme Jérôme Prieur et Gérard Mordillat, aux origines du christianisme est nécessairement confronté aux témoignages des païens et notamment aux pamphlets et écrits polémiques visant la religion nouvelle. Certains ont disparus, comme celui du précepteur de Marc-Aurèle, L. Cornelius Fronton. D’autres au contraire ont été préservés de la destruction comme le traité Contre les Galiléens de l’empereur Julien. Beaucoup ne subsistent que sous forment de fragments tel celui de Porphyre.

L’exemple le plus remarquable de cette polémique anti-chrétienne est Discours véritable (Λόγος Ἀληθής) écrit vers 178 par le philosophe Celse ce qui en fait l’auteur le plus ancien pour lequel nous bénéficions d’écrits constituant une polémique argumentée contre la nouvelle sensibilité religieuse. Le texte a été partiellement préservé par celui-là même qui en était le plus farouche adversaire : Origène, auteur d’un Contre Celse écrit vers 248.

Voici ce qu’en dit Louis Rougier, un des traducteurs et restaurateurs de ce texte :

C’est à une curiosité de bibliophile et aux objecta solvuntur d’Origène que nous devons la conservation, en partie du moins, du Discours Vrai. Ambroise, riche Alexandrin à l’affût de toutes les nouveautés religieuses, protecteur et fauteur des études d Origène, découvrit par hasard le livre de Celse environ soixante-dix ans après sa parution et l’envoya à son ami, avec prière instante de le réfuter. […] Origène ne trouva pas mauvais de rédiger, entre les années 246-249, huit livres pour réfuter les quatre de l’original. Sauf au début, il cite l’ouvrage par tranches et le réfute, opposant argument à argument, se lançant dans de prolixes dissertations pour répondre à telle objection plus particulièrement embarrassante. Nous possédons ainsi les neuf dixièmes en substance et les sept dixièmes mot à mot de l’ouvrage de Celse. C’est grâce à cette circonstance qu’on a pu le reconstituer assez exactement

Je voudrais vous proposer ci-dessous les différentes restitutions du Discours véritable qui sont parues depuis la deuxième moitié du XIXe siècle.

1873 – Karl Theodor Keim

Karl Theodor Keim. Celsus’ wahres Wort : aelteste Streitschrift antiker Weltanschauung gegen das Christenthum vom Jahre 178 n.Chr. ; wiederhergestellt, aus dem Griechischen übersetzt, untersucht und erläutert, mit Lucian und Minucius Felix verglichen. Zürich : Orell, Füssli & Co, 1873.

Selon Louis Rougier,

Keim a dépouillé les huit livres du traité d’Origène contre Celse et en a tiré une reconstitution du Discours Vrai de Celse.

1878 – Benjamin Aubé.

Benjamin Aubé. Histoire des persécutions de l’église : la polémique païenne à la fin du IIe siècle. Paris : Didier et Cie, 1878.

C’est la première restauration du texte en français, ce qui permet à Aubé d’écrire en introduction

Nous offrons ici au public un travail qui n’a pas encore été fait, que nous sachions. C’est la restitution et la traduction du livre de Celse contre les chrétiens, intitulé Discours véritable, écrit par l’ami de Lucien entre les années 116 et 180 de l’ère chrétienne.
Les matériaux de ce travail sont épars dans la volumineuse réfutation qu’Origène, à la prière de son ami l’Alexandrin Ambroise, donna sous le titre : Contre Celse, vers la fin de la première moitié du troisième siècle (245-249) : mais personne encore n’avait entrepris de les coudre ensemble et de les présenter dans leur ordre et leur suite continue.

Selon Louis Rougier,

Aubé, en s’aidant du travail de Keim, a donné un essai de reconstitution et de traduction du Dis cours de Celse, que nous avons généralement suivi: la traduction du volume d’Aubé est due à Salomon Reinach.

Dans ce livre de 516 pages (sans compter les 15 de l’Avant-propos) divisé en 9 chapitres, 4 chapitres sont consacrés à Celse et à son Discours véritable, de la page 158 à la page 425. Vous trouverez ci-dessous les liens vers cette partie de l’ouvrage.

IV. Celse : ses opinions, ses ouvrages et le Discours véritable

V. La bibliothèque de Celse

VI. Restitution, plan et divisions générales du Discours véritable

Le Discours véritable de Celse :
essai de restitution et de traduction

Préface

Première partie. Objections contre les chrétiens du point de vue du judaïsme, et traits généraux de la secte et de la propagande chrétiennes

Deuxième partie. Objection contre l’apparition de Dieu ou d’un personnage divin dans le monde, et polémiques contre les légendes puériles et les prétentions orgueilleuses des Juifs

Troisième partie. Objections contre la secte chrétienne, ses divisions, ses enseignement secrets, ses pratiques, sa doctrine morale, théologique, cosmogonique et eschatologique

Quatrième partie. Conclusion ; essai de conciliation et appel à l’esprit de confraternité religieuse et patriotique de tous les chrétiens de bonne volonté

VII. La polémique de Celse

La restitution du Discours véritable par Benjamin Aubé a fait l’objet d’une réédition aux: éditions Sillages en 2014.

Elle est aussi disponible sur le site Arbre d’or.

1878 – Elysée Pélagaud

Elysée Pélagaud. Etude sur Celse et la première escarmouche entre la philosophie antique et le christianisme naissant. Lyon : Gevry, 1878.

Selon Louis Rougier,

Pélagaud a fourni une paraphrase très lâche du texte de Celse.

Cette paraphrase occupe les pages 279 à 305 des 463 pages de l’ouvrage.

1925 – Louis Rougier

Louis Rougier. Celse, ou le conflit de la civilisation antique et du christianisme primitif. Paris : Éditions du Siècle, 1925.

L’ouvrage entier a été réédité sous le titre Celse contre les chrétiens chez trois éditeurs proches de la Nouvelle Droite qui n’est pas insensible à l’héritage païen :

en 1974 par les éditions du Grece

en 1977 par les éditions Copernic

en 1997 par les éditions du Labyrinthe avec une présentation d’Alain de Benoist > voir extraits

Le Discours véritable y occupe les pages 334 à 429. Il a été réédité :

en 1965 par les éditions J.-J. Pauvert > voir texte intégral

en 1999 par les éditions Phébus.

Quelques compte-rendus :

Compte rendu de J. Bizet dans la  Revue belge de philologie et d’histoire1927,  vol. 6 n° 1.

Compte rendu de Jules Toutain dans le Journal des savants, 1929, vol. 1 n° 1.

Compte-rendu par Jean Hadot Jean dans les Archives de sciences sociales des religions, 1975, vol. 40 n° 1

Compte-rendu de Robert Turcan dans la Revue de l’histoire des religions, 1979,  vol. 195 n° 2.


Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *