Trois poèmes complémentaires qui nous parlent de la liberté… et de son contraire

Je vous propose ci-dessous trois poèmes sur la liberté et l’ordre établi, le vagabondage et sa répression. Et à toute personne qui trouverait déplacé d’avoir reproduit les textes les plus récents alors qu’il existe des « ayant-droit » – cela m’a déjà été reproché à propos de la chanson Nuit et brouillard de Jean Ferrat – je rétorquerai que ces poèmes sont déjà largement diffusés sur internet et que, si les ayant-droit eux-mêmes me contactent, je veux bien les retirer, mais cela ne m’empêchera pas de faire un lien vers les sites où on peut les trouver….

Ma bohème – Arthur Rimbaud

Je m’en allais, les poings dans mes poches crevées ;
Mon paletot aussi devenait idéal ;
J’allais sous le ciel, Muse ! et j’étais ton féal ;
Oh ! là ! là ! que d’amours splendides j’ai rêvées !

Mon unique culotte avait un large trou.
Petit-Poucet rêveur, j’égrenais dans ma course
Des rimes. Mon auberge était à la Grande-Ourse.
Mes étoiles au ciel avaient un doux frou-frou

Et je les écoutais, assis au bord des routes,
Ces bons soirs de septembre où je sentais des gouttes
De rosée à mon front, comme un vin de vigueur ;

Où, rimant au milieu des ombres fantastiques,
Comme des lyres, je tirais les élastiques
De mes souliers blessés, un pied près de mon coeur !

Procès verbal – Jean Tardieu

Cet individu était seul.
Il marchait comme un fou
il parlait aux pavés
souriait aux fenêtres
pleurait en dedans de lui-même
et sans répondre aux questions
il se heurtait aux gens, semblait ne pas les voir.

Nous l’avons arrêté.

Vos nom, prénom… – Francis Blanche

Ne cherchez pas à lire mon nom sur mes papiers,
J’a lavé mes empreintes et j’ai perdu mon âge.
Appelez moi fumée, appelez moi nuage,
Laissez le reste en blanc sans rien me demander.

Je n’ai jamais volé que mes instants de chance,
Je n’ai jamais tué que le temps qui passait.
Mes poches sont percées, mais je garde en secret,
Le coquillage bleu du fond de mon enfance.

Vous n’avez pas le droit de prendre mes bretelles…
Ouvrez moi cette porte….rendez moi mes lacets!
Je n’ai rien demandé, simplement je passais.
Si je n’ai pas de nom, c’est que nul ne m’appelle.

Je suis très bien ainsi, laissez moi m’en aller.
Je ne mendiais pas, n’étais même pas ivre.
Et s’il faut à tout prix mettre un nom sur vos livres,
Appelez moi nuage, appelez moi fumée.


Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *