Misanthropie littéraire. 1. Personnages et œuvres

Dernière mise à jour : 03/12/2011

Lorsque je commençais à rédiger cette chronique, je m’intéressais principalement à repérer les suites données à la pièce de Molière afin d’en trouver des versions en ligne. Cependant, j’ai rapidement compris que la célèbre comédie de notre répertoire ne pouvait être séparée du thème de la misanthropie dans la littérature.

Plusieurs sources internet m’ont permis de réaliser un premier inventaire des œuvres pouvant m’intéresser. Il s’agit notamment des documents suivants

A voir aussi, sur support papier :

  • Daniel-Henri Pageaux (ed.). Le Misanthrope au théâtre : Menandre, Molière, Griboedov. Ed. Jose Feijoe, Mugron, 1990. 307 p.
  • La Misanthropie au théâtre, sous la direction de Juliette Vion-Dury, Sedes, coll. « Lettres », 2007, 240 p. Voir sur Fabula le sommaire de l’ouvrage et le compte rendu par Patricia Carlier.

  • Paul Aron et Jacques Espagnon, Répertoire des pastiches et parodies littéraires des XIXe et XXe siècles, Paris, PUPS, 2009.

Il s’agit surtout ici d’établir un corpus des œuvres accessibles en ligne sur internet. Qu’on ne s’attende pas de ma part à une étude comparative très approfondie, tout au moins pour l’instant.

J’ai organisé cette rubrique en quatre parties :

  

Alceste avant Molière

Le mot grec αλκηστιs signifie fort, courageux et a servi à nommé une héroïne d’Euripide, qui a inspiré de nombreuses œuvres lyriques et dramatiques.

Au XVIe et au XVIIe siècle, plusieurs personnages masculins portent ce nom (1).

  • Les Admirables faits d’armes d’Alceste servant l’infidèle Lydie, de Des Escuteaux (2).
  • En 1623, dans un épisode de la Polyxène de F.H. de Molière d’Essertines, un personnage nommé Alceste est présenté comme jaloux et querelleur (2).  Accessible sur Google livres.
  •  Dans La vraye suite des advantures de la Polyxène du feu sieur de Molière publiée par Charles Sorel en 1634, on trouve, rencontre peut-être fortuite, un personnage nommé Philinte (2).    
  • L’annnée suivante, c’est aussi le nom d’un personnage d’une tragi-comédie en cinq actes et en vers donnée par Charles Beys, Le Jaloux sans sujet.Cette pièce sera imprimée en 1637 (3). 

(1) La page consacrée au Misanthrope réalisée par Jacqueline Razgonnikoff

 (2) Emile Roy, La vie et les œuvres de Charles Sorel, sieur de Souvigny (1604-1674), Paris, Hachette, 1991, p. 179. Gabrielle Verdier, « Sorel romanesque et le mystère de la Polyxène », in Charles Sorel polygraphe, Montréal, PUL, 2006, p.287-310

(3) Georges Doutrepont, Les types populaires de la littérature française, Bruxelles, Albert Dewit, 1926-27, vol. 2, p. 457

 

Alceste après Molière

Une soirée perdue

J’étais seul, l’autre soir, au Théâtre Français,
Ou presque seul ; l’auteur n’avait pas grand succès
.

Ce n’était que Molière, et nous savons de reste
Que ce grand maladroit, qui fit un jour Alceste,
Ignora le bel art de chatouiller l’esprit
Et de servir à point un dénoûment bien cuit.
Grâce à Dieu, nos auteurs ont changé de méthode,
Et nous aimons bien mieux quelque drame à la mode
Où l’intrigue, enlacée et roulée en feston,
Tourne comme un rébus autour d’un mirliton.
J’écoutais cependant cette simple harmonie,
Et comme le bon sens fait parler le génie.
J’admirais quel amour pour l’âpre vérité
Eut cet homme si fier en sa naïveté,
Quel grand et vrai savoir des choses de ce monde,
Quelle mâle gaieté, si triste et si profonde
Que, lorsqu’on vient d’en rire, on devrait en pleurer !

[…]

Alfred de Musset

Je souhaitais commencer cette partie sur les continuateurs du Misanthrope par cet hommage critique rendu par un poète romantique du début du XIXe siècle au grand dramaturge contemporain de Louis XIV.

La pièce de Molière n’est pas très difficile à trouver sur internet, que ce soit dans Gallica ou Google livres pour les éditions anciennes numérisées ou sur Wikisources et les sites spécialisés dans les œuvres de Molière (Toutmoliere.net, Site-moliere.com) où le texte de la pièce est accessible en format html.

Elle est à l’origine d’autres œuvres littéraires.

  • Certaines sont des réécritures de la comédie de Molière, comme Le Misanthrope en opéra-comique, comédie en 1 acte en vers de Charles Maurice, créé par la troupe de l’Odéon au théâtre Favart, le 27 juin 1818.
  • D’autres s’intéressent aux circonstances de sa création et de sa représentation, telle La Première du Misanthrope, comédie en 1 acte en prose d’Armand Ephraïm et Adolphe Aderer. Théâtre de l’Odéon, 15 janvier 1886.
  • Enfin, celles qui m’intéressent plus particulièrement se proposent de nous peindre le sort d’Alceste après le dernier acte, lorsque qu’il part

[…] chercher, sur la terre, un endroit écarté,
Où d’être homme d’honneur on ait la liberté.

 Je connaissais initialement deux suites à la pièce de Molière, toutes deux du XXe siècle :

  • La plus récente, Célimène et le cardinal, jouée en 1992, est une comédie en vers de Jacques Rampal. Elle a été éditée l’année suivante à la Librairie Théâtrale (Paris).
  • La Conversion d’Alceste est parue en 1905 sous la plume de Geoges Courteline. Comme pour la pièce de Molière, il n’est pas bien difficile de la trouver sur Gallica.

Cependant, les hasards de la « navigation » et l’utilisation des documents cités en introduction m’ont permis d’identifier les suites suivantes à la pièce de Molière :

  • Alceste ou le Misanthrope amoureux,1746.
  • Le Misanthrope corrigé, conte moral de Marmontel, 1775. Accessible sur Gallica et sur Google livres.
  • Le Philinte de Molière ou la Suite du Misanthrope,comédie en 5 actes en vers de Fabre d’Eglantine. Création : le 22 février 1790. Accessible sur Google livres. Selon Jacqueline Razgonnikoff, cette pièce dériverait de la conception cynique du personnage de Philinte donnée par Jean-Jacques Rousseau dans sa Lettre à d’Alembert sur les spectacles, 1758 :

Ce Philinte est le sage de la pièce : un de ces honnêtes gens du grand monde, dont les maximes ressemblent beaucoup à celles des fripons, de ces gens si doux, si modérés, qui trouvent toujours que tout va bien, parce qu’ils ont intérêt que rien n’aille mieux ; qui sont toujours contents de tout le monde, parce qu’ils ne se soucient de personne ; qui, autour d’une bonne table, soutiennent qu’il n’est pas vrai que le peuple ait faim ; qui, le gousset bien garni, trouvent fort mauvais qu’on déclame en faveur des pauvres ; qui, de leur maison bien fermée, verraient piller, égorger, massacrer tout le genre humain sans se plaindre, attendu que Dieu les a doués d’une douceur très méritoire à supporter les malheurs d’autrui.

  • Alceste à la campagne, ou Le Misantrope (sic) corrigé, de C.A. Desmoustier. Cette comédie, représentée à Paris en 1790, et remise au théâtre en 1793, est parue à Paris, chez Barba, en 1798. Elle s’inspire du conte de Marmontel. Accessible sur Gallica et sur Google livres.
  • Le Mariage d’Alceste,comédie pastiche en 1 acte de Charles Joliet. Paris, Jouaust, Librairie des Bibliophiles, 1874.
  • Alceste converti, hommage en vers de Roger-Milès. Création le 15 janvier 1891.
  • Alceste régénéré, par Pierre Vebern, paru dans la Revue blanche, n° 8, 15 mai 1892, et repris dans L’innocente du logis, 1895,  p.105-120. Ce dernier ouvrage est accessible sur Archive Internet.
  • La Revanche d’Alceste, par Paul Hippeau. Paris, Stock, 1903
  • La Revanche de Célimène, comédie en 1 acte en vers. Paris, Alphonse Lemerre, 1906
  • Célimène ou le Retour d’Alceste, pièce en vers en 4 actes par Claude Labarraque-Reyssac ; préface de Paul Guth, Paris, Debresse, 1956.

Timon d’Athènes

Avant Alceste, puis concurremment à lui, le modèle du misanthrope est Timon, un Athénien qui vécut au Ve siècle. Voici ce qu’en dit Plutarque dans sa Vie d’Antoine (cf. «Notice sur Timon d’Athènes», introduction à Timon d’Athènes de Shakespeare sur le site In libro veritas).

Quant à Antonius, il laissa la ville et la conversation de ses amis, et fit bâtir unemaison dedans la mer, près de l’île de Pharos, sur certaines chaussées et levées qu’il fit jeter à la mer, et se tenait céans, comme se bannissant de la compagnie des hommes, et disait qu’il voulait mener une telle vie comme Timon, pour autant qu’on lui avoit fait le semblable qu’à lui, et pour l’ingratitude et le grand tort que lui tenaient ceux à qui il avait bien fait, et qu’il estimait ses amis ; il se défiait et se mécontentait de tous les autres.

Ce Timon estoit un citoyen d’Athènes, lequel avoit vescu environ la guerre du Péloponèse ; comme l’on peult juger par les comédies de Platon et d’Aristophanes, esquelles il est moqué et touché comme malveuillant et ennemy du genre humain, refusant et abhorrissant toute compagnie et communication des autres hommes, fors que d’Alcibiades, jeune, audacieux et insolent, auquel faisoit bonne chère, et l’embrassoit et baisoit volontiers, dequoy s’esbahissant Apémantus, et lui en demandant la cause pourquoi il chérissoit ainsi ce jeune homme là seul, et abominoit tous les autres : « Je l’aime, répondit-il, pour autant que je sçay bien et suis seur qu’un jour il sera cause de grands maulx aux Athéniens. » Ce Timon recevoit aussi quelque fois Apémantus en sa compagnie, pour autant qu’il étoit semblable de moeurs à luy, et qu’il imitoit fort sa manière de vivre. Un jour doncques que l’on célébroit à Athènes la solennité que l’on appelle Choès, c’est-à-dire la feste des morts, là où on fait des effusions et sacrifices pour les trespassez, ils se festoyoient eulx deux ensemble tout seuls, et se prit Apémantus à dire : «Que voici un beau banquet, Timon » et Timon lui respondit : « Oui bien, si tu n’y estois point. » L’on dit qu’un jour, comme le peuple estoit assemblé sur la place pour ordonner de quelque affaire, il monta à la tribune aux harangues, comme faisoient ordinairement les orateurs quand ils vouloient haranguer et prescher le peuple ; si y eut un grand silence et estoit chacun très-attentif à ouïr ce qu’il voudroit dire, à cause que c’étoit une chose bien nouvelle et bien estrange que de le veoir en chaire. A la fin, il commence à dire : « Seigneurs Athéniens, j’ai en ma maison une petite place où il y a un figuier auquel plusieurs se sont desjà penduz et étranglez, et pour autant que je veulx y faire bastir, je vous ai bien voulu advertir devant que faire couper le figuier, à cette fin que si quelques-uns d’entre vous se veulent pendre, qu’ils se dépeschent. » Il mourut en la ville d’Hales, et fut inhumé sur le bord de la mer. Si advint que, tout alentour de sa sépulture, le village s’éboula, tellement que la mer qui alloit flottant à l’environ, gardoit qu’on n’eût sçeu approcher du tombeau, sur lequel il y avoit des vers engravés de telle substance : Ayant fini ma vie malheureuse, En ce lieu-cy on m’y a inhumé ; Mourez, méchants, de mort malencontreuse, Sans demander comment je fus nommé. On dit que luy-mesme feit ce bel épitaphe ; car celui que l’on allègue communément n’est pas de lui, ains est du poëte Callimachus : Ici je fais pour toujours ma demeure, Timon encor les humains haïssant. Passe, lecteur, en me donnant male heure, Seulement passe, et me va maudissant.

Il eut une certaine postérité dans la littérature.

  • Aristophane avant Plutarque, et plus tard Libianos l’ont mentionné.
  • Lucien a écrit un dialogue intitulé Timon le misanthrope, disponible, entre autres, sur le site de Philippe Remacle.
  • Dans ses Apophtegmes, Érasme rapporte une parole de Timon

On demandait à Timon d’Athènes, appelé le misanthrope, pourquoi il haïssait tous les hommes. Je hais les méchants, répondit-il, parce qu’ils le méritent, et les autres parce qu’ils ne haïssent pas les méchants.

  • William Shakespeare reprend ce personnage dans The Life of Timon of Athens. Le texte original est sur Wikisource, Open source Shakespeare, le site de l’université d’Adelaide, etc. Des traductions en français se trouvent sur In Libro Veritas, Google livres, Gallica etc. Voir aussi l’article et la bibliographie de François Laroque sur le site de la Société française de littérature comparée.
  • Ensuite il faut attendre 1712 pour le voir réapparaître dans les Dialogues des morts de Fénelon, où il est confronté à Socrate et Alcibiade. Ce texte est accessible Google livres et sur Méditerranée.net.
  • En 1722, une pièce de La Drevetière-Delisle reprenant ce personnage fut jouée avec un certain succès par troupe de Luigi Riccoboni. Elle connut plusieurs éditions au cours du XVIIIe et fut un des grands succès de l’auteur. Elle a été réditée en 2000 par Ola Forsans chez la Société des Textes Français Modernes.(Cf. Jean-Yves Masson, Bibliographie générale sur le thème de la misanthropie).
  • En 1794, c’est au tour de Louis-Sébastien Mercier. Sa pièce est disponible sur Gallica.
  • Enfin, c’est sous le double patronnage des misanthropes de Shakespeare et de Molière qu’Armand Charlemagne fait paraître en 1834 Timon-Alceste, ou le Misanthrope moderne, roman philosophiquedont les tomes 1et 2sont accessibles sur Gallica.

 

Autres figures de misanthropes

Dans l’Antiquité

  • Le Dyscolos [le Bourru],comédie de Ménandre, dont le texte a été retrouvé en 1958. Le t exte en a été établi et publié par J.M. Jacques. (Les Belles Lettres, 1963), mais une nouvelle traduction annotée deMarie-PauleLoicq-Berger (juin 2005) est accessible sur l’excellent site Bibliotheca Classica Selecta de l’université de Louvain. Vous trouverez une présentation par Alain Blanchard sur le site de la Société française de littérature comparée.

En Angleterre

  • The Plain dealer (L’Homme franc),de William Wycherley (ou Wicherley), 1676. Le texte original est accessible sur Internet Archive. La Bibliographie universelle de Michaud (cf. Google livres), cette pièce a été  traduite par M. E. Mennechet, et  figure dans les Chefs-d’œuvre des théâtres étrangers (Paris, 1822-1823). Il s’agit d’une collection de 25 volumes dont 7 seulement figurent dans Gallica. Voir le résumé qu’en donne Hippolyte Lucas dans Curiosités dramatiques et littéraires, ouvrage paru en 1855 et disponible sur Gallica. Ou encore ce qu’en dit Voltaire dans ses Lettres philosophiques, Lettres XIX  Sur la comédie, disponible sur Voltaire intégral.

En Allemagne

  • Der Menschenfeind (Le Misanthrope), pièce inachevée de Friedrich von Schiller, 1790. Accessible sur Wissen-in-Netz et Google livres,
  • Menschenhass und Reue (Misanthropie et repentir), drame de Kotzebue, 1790. Une première version française, par Bursay et Julie Molé, créée à l’Odéon en 1798, entre au répertoire de la Comédie-Française le 30 août 1800. Gérard de Nerval en donne une nouvelle adaptation, créée le 28 juillet 1855. Une autre traduction en est donnée par Alphonse Pagès en 1862. Le texte allemand est sur Google livres. La traduction par Bursé et Julien Molé sur Google livres et sur Gallica. Charles Monselet a consacré une notice à cette pièce dans Les premières représentations célèbres.
  • Der Alpenkönig und der Menschenfeind, de Ferdinand Raimund. Disponible en allemand sur le Projekt Gutenberg.
  • Der Schwierige (L’homme difficile), de Hugo de Hofmannstahl, 1918. Voir la présentation par Jonna Rajkuma et l’orientation bibliographique de Jean-Yves Masson sur le site de la Société française de littérature comparée.

En Russie

  • Горе от ума (Le Malheur d’avoir trop d’esprit), comédie d’Alexandre Griboïedov, 1822. Le texte original russe est accessible dans la Fundamental digital library.

En France

  • Le personnage de Mégabate dans Artamène ou le Grand Cyrus de Madeleine de Scudéry (1653). Ce personnage est inspiré du duc de Montausier pour la rigueur de ses mœurs. Or, selon Jacqueline Razgonnikoff dans sa page consacrée au Misanthrope, ce même duc aurait également servi de modèle à Molière. Le texte du roman a été mis en ligne dans le cadre de la plate-forme CEPM (Corpus Électroniques de la Première Modernité) de l’Université Paris-Sorbonne
  • La Femme misanthrope ou le Dépit d’amour, comédie en 3 actes en vers d’Alexandre Duval. Création le 22 avril 1811. Accessible sur Gallica
  • Le Misanthrope et l’Auvergnat, comédie en 1 acte mêlée de couplets, d’Eugène Labiche et Paul Siraudin. Création, Théâtre duPalais-Royal, 19 août 1852. Accessible sur Gallica.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts