Le général Pichegru

(Dernière mise à jour : 9 décembre 2014)

J’ai dit dans une précédente chronique l’attachement que j’ai pour Arbois. 

Le général Pichegru est, avec Pasteur, une des grandes figures issues de cette cité jurassienne. Il eut en son temps une renommée nationale lors des guerres menées par la jeune Républiques contre les puissances européennes coalisées contre elle. Cependant, sa mémoire a été mise à mal par sa supposée trahison de 1795 et par sa réelle participation au complot de Cadoudal contre Bonaparte en 1804. C’est à peine si une rue d’Arbois porte son nom et si une plaque commémorative figure sur sa maison natale.

Les quelques références qui suivent ont pour seule ambition de faire un peu mieux connaître ce grand oublié de l’histoire officielle. Elles seront à compléter et toute information sera la bienvenue.

 

Biographies

 

Sur les sites

Wikipedia

Assemblée nationale

Hérodote

1789-1815

Napoléon Bonaparte – L’épopée impériale

Wars175x

 Ouvrages récents

Philippe Arnould. Pichegru, général en chef de la République : imposture et trahison. Paris : Les impliqués, 2014.

Henri Lambert. Accusé Pichegru, levez-vous ! : gloire et misère d’un grand soldat. Bordeaux : les Dossiers d’Aquitaine, 2004. Partiellement consultable sur Google livres.

Bernard Saugier. Pichegru : de la gloire de la Hollande à la prison du temple. Stasbourg : Coprur, 1995.

 Biographies anciennes

Histoire du General Pichegru : précédée d’une notice sur sa vie. Paris : Barba, 1802.

« Pichegru (Charles) », in François-Xavier Feller,François Marie Pérennès, Jean Baptiste Pérennès. Biographie universelle, ou Dictionnaire historique des hommes qui se sont fait un nom par leur génie, leurs talents, leurs vertus, leurs erreurs ou leurs crimes, , tome 10.  Paris : Gauthier frères, 1834. Consultable sur Google livres.

Ne pas oublier les deux chroniques que lui consacre Ernest Girard dans ses Chroniques arboisiennes.

 

Sources iconographiques

 

De la gloire au cachot : principaux épisodes

 La campagne de Hollande et la capture de la flotte hollandaise

Le grand épisode de la campagne de Hollande est la capture de la flotte hollandaise au Helder près de île de Texel (23 janvier 1795), glorifié par représentations iconographiques. Le souvenir en subsiste dans cet extrait de La Chamborant, marche du 2e Hussard (plus d’info ici) :

Fils de ceux dont les grands sabres frappent,

Bousculant les rangs de l’ennemi,

Des héros d’Austerlitz, de Jemmapes,

Friedland et Valmy,

Des houzards qui chargeant botte à botte,

Au Texel au milieu des glaçons

La cernant, virent toute une flotte

Baisser pavillon

La « trahison » de Pichegru

 G. Caudrillier. La trahison de Pichegru et les intrigues royalistes dans l’est avant fructidor. Paris, 1908. Disponible sur Gallica.

H. Bourdeau. Pichegru a-t-il trahi à Mannheim ? (septembre 1795). Paris, 1909. Disponible sur Gallica.

La déportation en Guyane et l’évasion vers l’Angleterre

[A compléter]

De sa participation au complot de Cadoudal à son suicide

Hippolyte Treille. La Vérité dévoilée par le temps, ou le Vrai dénonciateur du général Pichegru signalé. Paris, 1805. Disponible sur Gallica.

Procès instruit par la Cour de justice criminelle et spéciale du département de la Seine, séante à Paris, contre Georges, Pichegru et autres, prévenus de conspiration contre la personne du Premier Consul ; recueilli par des sténographes. (27 pluviôse-4 messidor). Paris, 1804. 8 vol. 4 Tomes 1, 2, 4 et 6 disponibles sur Google livres.

Augustin Charles Guichard. Procès célèbres de la révolution; ou, Tableau historique de plusieurs procès. Paris, 1814. 2 vol. Disponible sur Google livres.

C. M. Pierret. Pichegru, son procès et son suicide. Paris, 1825. Disponible sur Google livres.

Léonce Grasilier. Par qui fut livré le général Pichegru : d’après des documents entièrement inédits. Paris, 1906. Disponible sur Gallica.

Frédéric Barbey. La mort de Pichegru. Paris : Perrin, 1909. Disponible sur Archive.org.

Le souvenir de Pichegru au temps de la Restauration et après

Charles Nodier se fit un ardent défenseur de son compatriote franc-comtois (cf. Souvenirs et portraits. Paris : Eugène Renduel, 1833. Disponible sur Google livres) non sans susciter les critiques de ses contemporains comme  on le voit chez Sainte-Beuve ou dans cette réaction d’un lecteur du Globe en 1826, à la fin de la Restauration , période pourtant très favorable au souvenir de Pichegru.

De ce regain de notoriété attestent les statues élevées à Besançon et à Lons-le-Saunier.

De Pichegru et de sa statue, ou recueil de renseignements relatifs à la vie privée, militaire et politique de ce Gal ; avec des notes historiques et biographiques concernant les souscriptions ouvertes en son honneur…: Par une société de souscripteurs et de gens de lettres. Impriemerie de Sétier, 1828.

Infos complémentaires sur ce monument érigé entre 1826 et 1828 sur la base Mérimée.

Sur sa dernière demeure, voir ce billet du site de Tombes-sepultures.com.

En 1911, Georges Denola tourne un film Pathé  intitulé Bonaparte et Pichegru. Plus d’information.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *