In girum imus nocte et consumimur igni, Guy Debord et l’Internationale situationniste

(Dernière mise à jour : 10 juillet 2017)

Une rareté : un film de Debord projeté à l’université de Tours

Jeudi dernier était projeté à l’université François-Rabelais In girum imus nocte et consumimur igni. film de Guy Debord, dont le titre palindrome est emprunté à un vers de l’Enéide.  Cela se passait dans le cadre de la résidence de Marc-Antoine Mathieu à Tours en relation avec son atelier sur le détournement d’images.

D’images, justement, nous avons été bombardés, saturés jusqu’à plus soif pendant qu’en voix off Debord laissait libre cours à son mépris de la société marchande et à sa nostalgie du combat mené contre icelle. Et c’est précisément ce que je retiendrai de cet objet culturel non identifié qui utilise les méthodes du cinéma pour les pousser jusqu’à leur point de rupture et nous encourager finalement à fermer les yeux, non à cause de la violence des images, même si la guerre, les guerres, avec Custer, les Sudistes ou le débarquement, y reviennent souvent, mais afin d’écouter, comprendre et réagir plutôt que de regarder passivement. Ce n’est pas tant l’image que le texte qui importe ici, un texte très écrit où, auprès des mots de Debord se trouvent ceux de Khayyam, de l’Ecclesiaste et de tant d’autres sans doute que je n’ai pu identifier, une parole omniprésente dont le flot ne cesse jamais, même lorsque l’écran devient blanc pendant quelques instants, privant volontairement le spectateur d’images.

Tentative de webographie situationniste

Voici une bonne occasion de nous intéresser à l’Internationale Situationniste et à son fondateur, et de voir ce qui les concerne sur la toile, outre les articles de Wikipedia sur l’IS et sur Debord,

Ouvrages sur les situationnistes

Le mouvement situationniste de Patrick Marcolini.

Les situationnistes. Une avant-garde totale  d’Eric Brun.

L’internationale situationniste. De l’histoire au mythe (1948-2013) d’Anna Trespeuch-Berthelot.

Quelques sites qui sont des mines sur le sujet

Situationist International comporte une importante bibliothèque situationniste de texte en anglais et en français.

Situtionist international online propose de nombreuses archives traduites en anglais.

Inventin/constructions des inventeurs d’incroyance avec ici encore de nombreux textes, de nombreux autres documents et une très ample sélection de liens qui débordent d’ailleurs le situationnisme stricto sensus.

Esprit 68 avec notamment trois livrets : une compilation de textes situationistes, une compilation mai 68 et un troisième livret rassemblant le classique de Guy Debord, La société du spectacle suivi des Commentaires sur la société du spectacle

Infokiosques, le site de « brochures subversives à lire, imprimer, propager » comporte une section Situationnistes et apparentés.

Le site Debordiana propose notamment une bibliographie situationniste.

Le site Traces situationnistes comporte de nombreux documents sur l’IS.

La toupie met à notre disposition de nombreuses ressources sur les mouvements politiques subversifs.

La revue des ressources a entre autres une rubrique Guy Debord et une autre sur les Situs de Strasbourg.

Zones subversives propose plusieurs articles sur le mouvement situationniste.

De nombreux sites consacrés à l’anarchisme comportent des informations sur les situationnistes.

Ouvrages et articles de Guy Debord accessibles en ligne (liste non exhaustive)

1959 – « Positions situationnistes sur la circulation », extrait de l’Internationale situationniste, n°3, décembre 1959. Disponible sur  Vie moderne II

1967 – La société du spectacle. Lire sur Infokiosques, Situationist InternationalLes classiques des sciences sociales, Esprit 68. Voir aussi le film de Debord  :

…et la conférence  vidéo de Patrick Marcolini sur Guy Debord (BNF, 2013) :

1967 – « Le point d’explosion de l’idéologie en Chine », extrait de l’Internationale situationniste, n° 11, octobre 1957. Disponible sur Les classiques des sciences  sociales et sur Esprit 68

1969 – « Le commencement d’une époque » extrait de l’Internationale situationniste, n° 12, octobre 1969. Disponible sur Les classiques des sciences sociales et sur Esprit 68

1971 – « La planète malade ». Disponible sur Inventeurs de croyances. Voir l’article de Clément Horms, « Guy Debord, père de la décroissance : sortir de « la croissance des forces productives aliénées », daté de novembre 2006 sur le site 1libertaire.

1988 – Commentaires sur la société du spectacle. Disponible sur Apache-édition ou sur 1libertaire et sur Esprit 68

La revue Internationale situationniste

Elle est notamment accessible en pdf sur Inventin, et Fragment d’histoire de la gauche radicale et en html sur Mouvement Danette (n° 1 seul) et Debordiana (incomplet). Elle a été rééditée par Guy Debord en 1977 chez Fayard (cf.La Toupie).

Numéro 1 – Juin 1958

Numéro 2 – Décembre 1958

Numéro 3 – Décembre 1959

Numéro 4 – Juin 1960

Numéro 5 – Décembre 1960

Numéro 6 – Août 1961

Numéro 7 – Avril 1962

Numéro 8 – Janvier 1963

Numéro 9 – Août 1964

Numéro 10 – Mars 1966

Numéro 11 – Octobre 1967

Numéro 12 – Septembre 1969

Le détournement, un grand moyen d’action des situs

Un des textes fondateur de cette pratique est l’article de Guy Debord et Gil J. Wolman, « Mode d’emploi du détournement », paru dans le n° 8 de la revue Les lèvres nues en mai 1956, réédité par les éditions Allia en 1995 et disponible sur Inventin.

Ses terrains de prédilections.

La bande-dessinée et le roman-photo : j’ai déjà effleuré le sujet à propos de la substitution verbale dans ma chronique sur la bande dessinée détournée.

Le cinéma avec les anti-films et films détournés dont certains sont accessibles sur le site Ubu :

In girum imus nocte et consumimur igni de Guy Debord. Une analyse des films de Debord et quelques liens sur le sujet sont proposés sur le site de L’oBservatoire.

La dialectique peut-elle casser des briques ? de René Vienet, détournement d’un film de kung-fu, Tang shou tai quan dao, qui  détourne les dialogues en faisant des doublages, alors que les films de Guy Debord détournent le sens des films en récitant un texte en voix off. Voir l’analyse plutôt sévère, mais documentée du site Nanarland et celle plus empathique de Zones subversives.

Des analyses de ces deux films figurent dans l’Anthologie du détournement du site Mozinor.

La mouvance post-situationniste et autres hérétiques

Dans un article du 1er mai 1994 à propos du livre de Debord Cette mauvaise réputation, La république des lettres mentionne deux revues néo-situationnistes :

Deux revues issues du milieu néo-situ tentent une critique de L’Internationale situationniste, et inévitablement de Guy Debord. La première, Les mauvais jours finiront, essaie de l’extérieur, et avance des arguments qui méritent attention, mais face auxquels Debord n’a rien à répondre. Il se contente de citer (pour ses archives publiques ?) les passages qui le concernent sans les commenter. Les présenter comme des « propos médiatiques » est en réalité sa seule réplique. Il ne veut plus être critiqué, ou alors seulement par les bouffons médiatiques qui sont, il le sait bien pour en avoir fait la théorie, neutralisés par leur fonction même.

La seconde revue, L’Encyclopédie des Nuisances, tente une critique de l’intérieur. Dans son numéro 15 (1992), elle fait un bilan critique des années situationnistes, qui ont été — pour l’ancien situationniste Sébastiani c’est évident, pour Jaime Semprun, auteur en 1974 de La guerre sociale au Portugal chez Champs Libres, on le devine — aussi les années des animateurs de la revue. Bien que les « encyclopédistes » ménagent Debord et pèsent soigneusement leurs mots quand ils le critiquent: « génie personnel de Debord », « aventure intellectuelle brillamment menée », Guy Debord les malmène sans ménagement. Il ne veut plus être blâmé. Il se contente d’un laborieux et très insuffisant « J’étais comme j’étais et rien de très différent ne pouvait en venir », qui lui évite de s’expliquer davantage. Etant comme il était, il n’a pu faire que ce qu’il devait faire, et par conséquent il n’a pu se tromper ni faire d’erreur. Puisqu’il le dit. Pour clore tout débat avec cette indélicate Encyclopédie qui veut comprendre pourquoi la théorie situationniste en est arrivée là sachant ce qu’elle était à l’origine, il lâche mystérieusement et sèchement qu’il y aurait eu un « désinformateur » au sein de la revue. Ce qui dispense évidemment d’accorder du crédit à ce qu’elle peut dire sur lui-même et sur ce qu’il a fait. De toute façon, comme la précédente revue, L’Encyclopédie des Nuisances n’est que « propos médiatiques ».

Sur L’Encyclopédie des nuisances :

L’article de Wikipedia

« Adresse à tous ceux qui ne veulent pas gérer les nuisances mais les supprimer », Encyclopédie des nuisances, juin 1990. Disponible sur Infokiosques,sur Bibliolib ou sur Pièces et main d’oeuvre

Le blog Debord-encore propose des textes situs et post-situs.

Critique de la valeur reprend certaines thématiques situationnistes dans une perspective critique : voir par exemple l’article La différence entre la critique du capitalisme moderne de Debord et celle de Moishe Postone ou : les limites de la critique de Guy Debord

En fait, la postérité de l’IS et de Debord, pour ne pas parler de leur récupération, déborde largement les post- et néo-stitus militants pour s’étendre aux tenants de la société du spectacle, qu’ils soient marchands, publicitaires, artistes ou universitaires. Voir sur le sujet l’article « L’amère victoire du debordisme » sur le site de la revue Archives et documents situationnistes.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *