Le langage des animaux, un conte européen

Voici trois contes, l'un français, le deuxième italien et le troisième allemand, qui pourraient bien n'en former qu'un.

  1. J'ai trouvé le premier sur le site de la bibliothèque électronique de Lisieux. Il s'intitule Le langage des bêtes et a été transcrit par Jean-Joseph-Bonaventure Fleury (1816-1894) dans Littérature orale de Basse-Normandie (Hague et Val-de-Saire) chez Maisonneuve et Cie en 1883, ouvrage accessible dans son intégralité sur Internet Archive.

  2. Par la suite, j'ai découvert qu'Italo Calvino avait lui-même retranscrit pour sa compilation de contes folkloriques du XIXe siècle, Fiabe italiane, un conte intitulé Il languaggio degli animali, traduit par Ugo Pratelli sur son excellent site consacré aux littératures latine, grecque... et italienne (un peu).

  3. Le commentaire que fait Fleury sur le premier conte m'a mis sur la piste de Die drei Sprachen, un conte des frères Grimm. Il est bien difficile d'en trouver une traduction française sur internet. Le texte original se trouve sur Wikisource et sur deux sites germanophones spécialisés dans le domaine du conte : Maerchen.com et 1000 Maerchen.

Je vous laisse lire ces trois contes et nous en reparlons plus loin.

Trois contes, une histoire

Conte 1 : Le Langage des bêtes, conte recueilli par Jean Fleury

UN homme avait un fils très intelligent ; il voulut le faire instruire en toutes choses et l'envoya à l'école. Au bout de trois mois, il lui demanda s'il faisait des progrès.

- Oui, dit-il, j'apprends le parlement (le langage) des chiens et je le sais suffisamment.

Le père se fâche. Le langage des chiens ! Ce n'est pas pour cela que je t'ai envoyé à l'école. Je veux que tu apprennes quelque chose de plus utile.

Il l'envoie chez un autre maître. Au bout de trois mois, il va le trouver.

- Eh bien ! tu t'instruis comme il faut ?

- Oui, mon père, je me suis bien appliqué et je sais le parlement des grenouilles.

- Comment ! c'est à cela que tu passes ton temps ? Après l'avoir bien grondé de ne s'appliquer qu'à des choses inutiles, le père l'envoya chez un autre maître. Au bout de trois mois, il va s'informer de nouveau.

- Eh bien ! qu'apprends-tu maintenant ?

- Mon père, je me suis bien appliqué et je sais maintenant le langage des oiseaux.

- C'est trop fort ! dit le père, je ne veux plus entendre parler de toi, tu me fais honte, et je te tuerai pour te punir de ton obstination.

La mère intercède pour lui, mais le père est inflexible. Il va trouver un voisin, un pauvre homme. Voilà douze cents francs, lui dit-il, je te les donne, si tu veux tuer un fils qui me fait honte. Emmène-le loin et me rapporte son cœur, cet argent est pour toi.

Le voisin ne se souciait pas de se charger de cette commission ; mais il était pauvre, il avait besoin d'argent, il finit par consentir. Il emmena le jeune garçon dans un bois, bien loin, bien loin, sous prétexte d'un petit voyage d'agrément, mais arrivé là, il n'eut pas le courage de le tuer, il lui avoua tout. Le jeune homme fut bien étonné que son père eût donné un tel ordre et il protesta.

- Promettez-moi de ne jamais revenir, lui dit le voisin, je dirai à votre père que je vous ai tué, et je lui porterai le coeur d'une bête en lui disant que c'est le vôtre. Il s'agit seulement de trouver la bête.

Un lièvre passe en ce moment. On cherche à l'attraper. Impossible. On aperçoit une biche, elle est prise, on la tue, et le voisin emporte son cœur pour le montrer au méchant père.

- Maintenant, éloignez-vous du pays au plus vite, et que Dieu vous conduise !

Le jeune homme remercia le voisin charitable ; il lui promit de ne jamais le compromettre en attendant qu'il pût le récompenser, et il se dirigea à travers le bois du côté opposé à la maison paternelle. En chemin, il rejoignit deux prêtres qui suivaient la même direction. La conversation s'engagea.

- Où allez-vous donc de ce pas, Messieurs ?

- Nous allons à Rome. Et vous ?

- Oh moi, je n'en sais rien. Je vais où Dieu me conduira.

- Mais où comptez-vous passer la nuit ?

- Dans le bois probablement. Je ne connais personne dans le pays et je n'ai pas d'argent.

- Il y a dans le voisinage une maison où nous savons qu'on nous donnera l'hospitalité. Venez avec nous.

- Ce n'est pas de refus, Messieurs, si vous voulez bien me prendre sous votre protection.

Arrivés à la maison hospitalière, les deux prêtres présentent leur compagnon.

- Lui permettez-vous de coucher ici ?

- Avec plaisir.

On soupe, puis on assigne une chambre au jeune homme, en lui recommandant bien de souffler sa chandelle aussitôt qu'il sera couché.

- Je crains le feu, lui dit son hôte.

La soirée était belle. Une fois dans sa chambre, le jeune homme se met à la fenêtre en bénissant Dieu de l'avoir arraché à un si grand danger et de lui avoir procuré un bon gîte. Il entend alors les chiens qui causent entre eux, leur conversation l'intéresse et il oublie de souffler sa chandelle.

Le maître de la maison qui voit cette lumière se fâche.

- Comment ! ce jeune homme n'est pas couché ! Sa chandelle brûle encore ! Marianne, va voir ce que cela signifie.

Marianne monte à la chambre du jeune homme.

- Monsieur n'est pas content, lui dit-elle, que vous ayez de la lumière. Pourquoi ne vous couchez-vous pas ?

- J'écoute les chiens de la cour qui ont entre eux une conversation très intéressante.

Marianne éclate de rire et va retrouver son maître.

- Nous avons affaire à un drôle de personnage, lui dit-elle. Il prétend qu'il écoute la conversation des chiens, et que cette conversation est très intéressante.

- Des chiens ! C'est donc un fou. Dis-lui de venir.

L'inconnu descend.

- Vous écoutez les chiens, jeune homme ? Eh bien que disent les chiens ?

- Les chiens se disent entre eux que leur maître court un grand danger et qu'ils ne peuvent rien faire pour l'en défendre. Des voleurs ont creusé un souterrain par lequel ils doivent entrer dans la cave. Comme les chiens sont enchaînés, les voleurs auront tout le temps de faire leur mauvais coup et de s'en retourner par le même chemin.

Le maître de la maison avait commencé par rire, mais il ne riait plus. A tout hasard, il envoie chercher les gendarmes, puis on va explorer la cave. On reconnaît le trou dont les chiens ont parlé, on s'embusque, on éteint la lumière et on attend. Les voleurs ne tardent pas à apparaître par le trou qu'ils ont pratiqué. Ils sont quatre et munis d'une lanterne sourde. Les gendarmes les laissent sortir, et quand ils voient qu'il n'en vient pas d'autres, ils se mettent à l'entrée du trou pour les empêcher de s'échapper, les arrêtent et les emmènent.

On remercie vivement le jeune homme du service qu'il a rendu ; on lui fait accepter une récompense, après quoi il se met en route avec ses compagnons.

On marche, on marche tout le jour. Quand la nuit arrive, on se trouve à l'entrée d'un bois.

- Vous ne pouvez pas rester dans ce bois pendant la nuit, lui disent les deux prêtres. Nous connaissons une maison dans le voisinage. Venez avec nous, nous vous présenterons.

- Ce n'est pas de refus, Messieurs.

On arrive à la maison hospitalière, on le présente, il est bien accueilli ; on soupe, on lui assigne une chambre, on lui laisse une chandelle allumée, en lui conseillant de se coucher bien vite et de la souffler aussitôt.

Comme la nuit précédente, il se met à la fenêtre, il y reste longtemps et oublie de souffler sa chandelle.

- Gertrude, allez voir pourquoi ce jeune homme a encore de la lumière, dit le maître de la maison à une servante.

Gertrude monte, elle trouve le jeune homme à la fenêtre.

- Monsieur vous envoie demander pourquoi vous ne soufflez pas votre chandelle.

- J'écoute ce que disent les grenouilles qui sont dans le fossé.

Gertrude éclate de rire comme avait fait Marianne et va raconter cela à son maître. On prie le jeune homme de descendre.

- Comment ! lui dit le maître de la maison, au lieu de vous reposer, vous vous amusez à écouter ce que disent les grenouilles ! Est-ce que vous comprendriez leur langue, par hasard ?

- Je la comprends, en effet, dit sérieusement le jeune homme.

- Eh bien ! que disent-elles ?

- Elles disent que votre fille est devenue muette.

- Elle est muette, en effet.

- Oui ; mais vous ne savez pas pourquoi et les grenouilles le savent.

- Elles savent pourquoi ma fille est muette ! Les médecins n'y comprennent rien.

- Comment le sauraient-ils ? Votre fille est muette, à ce que disent les grenouilles, parce que le jour de sa première communion, elle a laissé tomber à terre une partie de l'hostie. Une grenouille l'a ramassée, elle l'a encore dans la bouche, et tant qu'elle ne l'aura pas rendue, votre fille restera muette.

- Vous m'apprenez-là de drôles de choses ! Enfin nous examinerons demain les grenouilles.

Le lendemain, dès le matin, on va battre le fossé. Toutes les grenouilles sortent. On en remarque une plus grosse que les autres. On pense que c'est celle-là probablement qui a ramassé la partie de l'hostie tombée à terre. Un des prêtres s'approche d'elle et lui dit de rendre la partie de l'hostie qu'elle garde. La grenouille n'a pas l'air d'entendre. Le second prêtre lui adresse la même demande. La grenouille le regarde avec ses gros yeux et ne donne rien. Un troisième prêtre qui se trouvait là tente la même épreuve et ne réussit pas davantage.

Le jeune homme essaie à son tour, en parlant à la grenouille la langue qu'elle comprend. La grenouille lui rend le fragment d'hostie, et la jeune fille recouvre la parole.

Le jeune homme fut fêté, choyé, comme vous pensez. On voulait le retenir ; mais les deux prêtres ayant annoncé leur intention de continuer leur voyage, il se décida à partir avec eux.

Le voyage fut long, mais il n'offrit pas d'autre incident digne d'intérêt.

En arrivant à Rome, les trois voyageurs apprennent que le pape est mort et qu'il s'agit de lui donner un successeur. Les prêtres s'empressent de rejoindre leurs confrères. Quant au jeune homme, que cette élection intéresse peu, il va se promener tout seul sous les arbres. Les arbres étaient pleins d'oiseaux et les oiseaux causaient sur les affaires du jour.

Ce qu'il entendit l'étonna fort ; mais il n'en dit rien à ses compagnons de voyage lorsqu'il se retrouva avec eux le soir.

Pour eux, ils ne désespéraient pas d'être élus l'un ou l'autre.

- Si je suis nommé pape, disait l'un au jeune homme, je te fais mon décrotteur.

- Et mois je te fais mon trotteur (mon courrier), disait l'autre.

Le jeune homme ne répondait rien, mais il savait à quoi s'en tenir.

Le lendemain, les candidats à la papauté se réunirent dans un jardin ; le jeune homme y entra avec eux.

Une portion du ciel (sic: un nuage, sans doute ?) devait s'abaisser sur celui que Jésus voudrait choisir pour gouverner son église.

Au moment voulu, on vit en effet une portion du ciel s'abaisser. Elle passa sur la tête du premier prêtre, elle passa sur la tête du second et elle se posa sur la tête du jeune homme.

On reconnut ainsi la volonté de Dieu, et le jeune homme fut proclamé pape.

Les oiseaux l'avaient instruit de ce qui l'attendait lorsqu'il était allé se promener seul sous les arbres.

Retournons à ses parents. La pauvre mère était morte de chagrin de voir que son mari dans un accès de colère déraisonnable avait fait tuer leur unique enfant.

Lui-même regrettait profondément ce qu'il avait fait. Personne ne l'avait dénoncé à la justice, mais le remords le tourmentait. Il résolut de s'en ouvrir à un prêtre, et il alla se confesser.

Le confesseur lui déclara qu'il ne pouvait l'absoudre d'un si gros péché et l'engagea à s'adresser à l'évêque. Le père va trouver l'évêque ; mais celui-ci refuse également de l'absoudre et lui dit de s'adresser au pape.

Il se décide à aller à Rome ; il y arrive un jour de fête et demande à parler au pape. On lui répond qu'on ne parle pas ainsi à Sa Sainteté. Il insiste. Le pape entend l'altercation et intervient. Il reconnaît très bien son père, mais il n'en témoigne rien et lui dit de se confesser à un prêtre romain.

Le père se rend en effet au confessionnal. Il s'accuse de son crime, dont il a un profond repentir. Le confesseur lui dit que, pour première pénitence, il doit donner tout son bien à celui qu'il a engagé à commettre un meurtre sur la personne de son fils, et qu'il doit lui-même se retirer dans un cloître. Le père consent à tout. On lui conseille alors de s'adresser au pape qui peut seul lui donner l'absolution. Il se rend au confessionnal du pape. Celui-ci le voit tellement affligé qu'il lui pardonne.

- Votre fils n'est pas mort, lui dit-il. Il occupe un haut rang dont il vous est même redevable. Si vous n'aviez pas été si cruel pour lui, il ne serait pas aujourd'hui souverain pontife. Embrassez-moi, mon père !

(Conté par la mère Georges, âgée de 72 ans ;
elle est repasseuse à Cherbourg,
mais elle a été élevée à la campagne,
et c'est là qu'elle a appris ce conte
et les suivants.
)


Commentaire :

Le cadre de notre conte est le même que celui des Drei Sprachen, n° 33, des frères Grimm. Le début et le dénouement sont à peu près les mêmes, mais les détails diffèrent à partir du voyage du jeune homme. Divers incidents de notre conte se retrouvent dans deux récits recueillis par M. Luzel : Histoire de Christie et Le Pape Innocent, dans Mélusine, col. 299 et 374. Voir aussi les remarques de M. Koehler, placées à la suite de ce dernier conte (col. 384). Mais le récit le plus rapproché du nôtre est celui que M. Sébillot a inséré dans les Contes des paysans et des pêcheurs, sous ce titre : L'enfant qui entend le langage des bêtes. Dans toutes les traditions populaires, les oiseaux sont considérés comme connaissant le présent et l'avenir. 

Les trois principaux incidents de ce conte figurent dans divers autres récits populaires.
I. Berte au grand pied, Geneviève de Brabant, la Fille sans mains (ci-après), nombre d'autres individus des deux sexes conduits dans un bois pour être égorgés, sont laissés en vie par la compassion des meurtriers.
2. Nombre de personnages, sans compter Sigurd, sont tirés d'embarras et guidés dans leurs entreprises, parce qu'ils comprennent le langage des animaux. L'intelligence du langage des animaux tient une grande place dans les contes des Slaves.
3. Les personnages proscrits arrivant à un haut rang et pardonnant à leurs ennemis sont plus nombreux encore, depuis le Joseph de la Genèse. Quelques-unes des circonstances de la reconnaissance du père et du fils figurent dans la légende du pape Grégoire le Grand.

Conte 2 : Il languaggio degli animali, conte recueilli par Italo Calvino.

La traduction d'Ugo Pratelli se trouve ici

Un ricco mercante aveva un figliolo a nome Bobo, sveglio d’ingegno e con una gran voglia d’imparare. Il padre lo affidò a un maestro assai dotto, perché gli insegnasse tutte le lingue.

Finiti gli studi, Bobo tornò a casa e una sera passeggiava col padre pel giardino. Su un albero, gridavano i passeri : un cinguettio da assordare.

— Questi passeri mi rompono i timpani ogni sera, disse il mercante tappandosi le orecchie.

E Bobo : — Volete che vi spieghi cosa stanno dicendo ?

Il padre lo guardò stupito.

— Come vuoi sapere cosa dicono i passeri ? Sei forse un indovino ?

— No, ma il maestro m’ha insegnato il linguaggio di tutti gli animali.

— Oh, li ho spesi bene i miei soldi ! — disse il padre. — Cosa ha capito quel maestro ? Io volevo che t’insegnasse le lingue che parlano gli uomini, non quelle delle bestie !

— Le lingue degli animali sono più difficili, e il maestro ha voluto cominciare da quelle.

Il cane correva loro incontro abbaiando. E Bobo :

— Volete che vi spieghi cosa dice ?

No ! Lasciami in pace col tuo linguaggio da bestie ! Poveri soldi miei !

Passeggiavano lungo il fossato, e cantavano le rane.

— Anche le rane ci mancavano a tenermi allegro... brontolava il padre.

— Padre, volete che vi spieghi... cominciò Bobo.

— Va’ al diavolo tu e chi t’ha insegnato !

E il padre, irato d’aver buttato via i quattrini per educare il figlio, e con l’idea che questa sapienza del linguaggio animale fosse una mala sorte, chiamò due servi e disse loro cosa dovevano fare l’indomani.

Alla mattina, Bobo fu svegliato, uno dei servi lo fece montare in carrozza e gli si sedette vicino ; l’altro, a cassetta, frustò i cavalli e partirono al galoppo. Bobo non sapeva nulla di quel viaggio, ma vide che il servitore accanto a lui aveva gli occhi tristi e gonfi.

— Dove andiamo ? — gli chiese. — Perché sei così triste ?

Ma il servitore taceva.

Allora i cavalli cominciarono a nitrire, e Bobo capi che dicevano :

— Triste viaggio è il nostro, portiamo alla morte il padroncino.

E l’altro rispondeva :

— Crudele è stato l’ordine di suo padre.

— Dunque, voi avete l’ordine da mio padre di portarmi a uccidere ? — disse Bobo ai servitori.

I servitori trasalirono :

— Come lo sapete ? — chiesero.

— Me l’han detto i cavalli, — disse Bobo. — Allora uccidetemi subito. Perché farmi penare aspettando ?

— Noi non abbiamo cuore di farlo, — dissero i servitori. — Pensiamo al modo di salvarvi.

In quella li raggiunse abbaiando il cane, che era corso dietro la carrozza. E Bobo intese che diceva :

— Per salvare il mio padroncino darei la mia vita !

— Se mio padre è crudele, — disse Bobo, — ci sono pure creature fedeli ; voi, miei cari servitori, e questo cane che. si dice pronto a dar la vita per me.

— Allora, — dissero i servitori, — uccidiamo il cane, e portiamo il suo cuore al padrone. Voi, padroncino, fuggite.

Bobo abbracciò i servi e il cane fedele e se andò alla ventura. Alla sera giunse a una cascina e domandò ricovero ai contadini. Erano seduti a cena, quando dal cortile venne il latrare del cane. Bobo stette ad ascoltare alla finestra, poi, disse :

— Fate presto, mandate a letto donne e figli, e voi armatevi fino ai denti e state in guardia. A mezzanotte verrà una masnada di malandrini ad assalirvi.

I contadini credevano che gli desse di volta il cervello.

— Ma come lo sapete ? Chi ve l’ha detto ?

— L’ho saputo dal cane che latrava per avvertirvi. Povera bestia, se non c’ero io avrebbe sprecato il fiato. Se m’ascoltate, siete salvi.

I contadini, coi fucili, si misero in agguato dietro una siepe. Le mogli e i figli si chiusero in casa. A mezzanotte s’ode un fischio, poi un altro, un altro ancora ; poi un muoversi di gente. Dalla siepe uscì una scarica di piombo. I ladri si diedero alla fuga ; due restarono secchi nel fango, coi coltelli in mano.

A Bobo furono fatte grandi feste, e i contadini volevano si fermasse con loro, ma lui prese commiato, e continuò il suo viaggio.

Cammina cammina, a sera arriva a un’altra casa di contadini. È incerto se bussare o non bussare, quando sente un gracidare di rane nel fosso. Sta ad ascoltare ; dicevano :

— Dài, passami l’ostia ! A me ! A me ! Se non mi lasciate mai l’ostia a me, non gioco più ! Tu non la prendi e si rompe ! L’abbiamo serbata intera per tanti anni !

S’avvicina e guarda : le rane giocavano a palla con un’ostia sacra. Bobo si fece il segno della croce.

— Sei anni, sono, ormai, che è qui nel fosso ! disse una rana.

— Da quando la figlia del contadino fu tentata dal demonio, e invece di far la comunione nascose in tasca l’ostia, e poi ritornando dalla chiesa, la buttò qui nel fosso.

Bobo bussò alla casa. L’invitarono a cena. Parlando col contadino, apprese che egli aveva una figlia, malata da sei anni, ma nessun medico sapeva di che malattia, e ormai era in fin di vita.

— Sfido ! — disse Bobo. — È Dio che la punisce. Sei anni fa ha buttato nel fosso l’ostia sacra. Bisogna cercare quest’ostia, e poi farla comunicare devotamente ; allora guarirà.

Il contadino trasecolò.

— Ma da chi sapete tutte queste cose ?

— Dalle rane, disse Bobo.

Il contadino, pur senza capire, frugò nel fosso, trovò l’ostia, fece comunicare la figlia, e lei guarì. Bobo non sapevano come compensarlo, ma lui non volle niente, prese commiato, e andò via. Un giorno di gran caldo, trovò due uomini che riposavano all’ombra d’un castagno. Si sdraiò accanto a loro e chiese di far loro compagnia. Presero a discorrere :

— Dove andate, voi due ?

— A Roma, andiamo. Non sapete che è morto il Papa e si elegge il Papa nuovo ?

Intanto, sui rami del castagno venne a posarsi un volo di passeri.

— Anche questi passeri stanno andando a Roma, disse Bobo.

— E come lo sapete ? chiesero quei due.

— Capisco il loro linguaggio, disse Bobo.

Tese l’orecchio, e poi :

— Sapete cosa dicono ?

— Cosa ?

— Dicono che sarà eletto Papa uno di noi tre.

A quel tempo, per eleggere il Papa si lasciava libera una colomba che volasse nella piazza di San Pietro piena di gente. L’uomo sul cui capo si sarebbe posata la colomba, doveva essere eletto Papa. I tre arrivarono nella piazza gremita e si cacciarono in mezzo alla folla. La colomba volò, volò, e si posò sulla testa di Bobo. In mezzo a canti e grida d’allegrezza fu issato sopra un trono e vestito d’abiti preziosi. S’alzò per benedire e nel silenzio che s’era fatto nella piazza s’udì un grido. Un vecchio era caduto a terra come morto. Accorse il nuovo Papa e nel vecchio riconobbe suo padre. Il rimorso l’aveva ucciso e fece appena in tempo a chiedere perdono al figlio, per spirare poi tra le sue braccia.

Bobo gli perdonò, e fu uno dei migliori papi che ebbe mai la Chiesa.

Conte 3 : Die drei Sprachen, conte recueilli par les frères Grimm.

Pas de traduction disponible sur internet pour l'instant

An der Schweiz lebte einmal ein alter Graf, der hatte nur einen einzigen Sohn, aber er war dumm und konnte nichts lernen. Da sprach der Vater 'höre, mein Sohn, ich bringe nichts in deinen Kopf, ich mag es anfangen wie ich will. Jetzt sollst du fort, und ein berühmter Meister soll es mit dir versuchen.' Der Junge ward in eine fremde Stadt geschickt, und blieb bei dem Meister ein ganzes Jahr. Nach Verlauf dieser Zeit kam er wieder heim, und der Vater fragte 'nun mein Sohn, was hast du gelernt?' Vater, ich habe gelernt was die Hunde bellen' antwortete er. 'Daß Gott erbarm,' rief der Vater aus, 'ist das alles, was du gelernt hast? ich will dich in eine andere Stadt zu einem andern Meister thun.' Der Junge ward hingebracht, und blieb bei diesem Meister auch ein Jahr, und als er zurückkam, fragte der Vater wiederum 'mein Sohn, was hast du gelernt?' Er antwortete 'Vater, ich habe gelernt was die Vögli sprechen.' Da gerieth der Vater in Zorn und sprach 'o du verlorner Mensch, hast die kostbare Zeit hingebracht und nichts gelernt, und schämst dich nicht mir unter die Augen zu treten? Ich will dich zu einem dritten Meister schicken, aber lernst du auch diesmal nichts, so will ich dein Vater nicht mehr sein.' Der Sohn blieb bei dem dritten Meister ebenfalls ein ganzes Jahr, und als er wieder nach Haus kam und der Vater fragte 'mein Sohn, was hast du gelernt?' so antwortete er 'lieber Vater, ich habe dieses Jahr gelernt was die Frösche quacken.' Da gerieth der Vater in den höchsten Zorn, sprang auf, rief seine Leute herbei und sprach 'dieser Mensch ist mein Sohn nicht mehr, ich stoße ihn aus und gebiete euch daß ihr ihn hinaus in den Wald führt und ihm das Leben nehmt.' Sie nahmen ihn und führten ihn hinaus, aber als sie ihn tödten sollten, konnten sie nicht vor Mitleiden und ließen ihn gehen. Sie schnitten einem Reh Augen und Zunge aus, damit sie dem Alten die Wahrzeichen bringen konnten.

Der Jüngling wanderte fort und kam nach einiger Zeit zu einer Burg, wo er um Nachtherberge bat. 'Ja,' sagte der Burgherr, 'wenn du da unten in dem alten Thurm übernachten willst, so gehe hin, aber ich warne dich, es ist lebensgefährlich, denn er ist voll wilder Hunde, die bellen und heulen in einem fort, und zu gewissen Stunden müssen sie einen Menschen ausgeliefert haben, den sie auch gleich verzehren.' Die ganze Gegend war darüber in Trauer und Leid, und konnte doch niemand helfen. Der Jüngling aber, der sich nicht fürchtete, sprach 'laßt mich nur hinab zu den bellenden Hunden, und gebt mir etwas, das ich ihnen vorwerfen kann; mir sollen sie nichts thun.' Weil er nun selber nicht anders wollte, so gaben sie ihm etwas Essen für die wilden Thiere und brachten ihn hinab zu dem Thurm. Als er hinein trat, bellten ihn die Hunde nicht an, wedelten mit den Schwänzen ganz freundlich um ihn herum, fraßen was er ihnen hinsetzte und krümmten ihm kein Härchen. Am andern Morgen kam er zu jedermanns Erstaunen gesund und unversehrt heraus und sagte zu dem Burgherrn 'die Hunde haben mir in ihrer Sprache offenbart warum sie da hausen und dem Lande Schaden bringen. Sie sind verwünscht einen großen Schatz so lange im Thurme zu hüten bis der Schatz gehoben ist, dann kommen sie zur Ruhe. Auf was Art und Weise dies geschehen muß, habe ich ebenfalls aus ihren Reden vernommen.' Da freuten sich alle die das hörten, und der Burgherr versprach ihm seine Tochter, wenn er den Schatz heben könnte. Er vollführte es glücklich, die wilden Hunde verschwanden, und das Land war von der Plage befreit. Da ward ihm die schöne Jungfrau angetraut, und sie lebten vergnügt zusammen.

Über eine Zeit setzte er sich mit ihr in einen Wagen, und wollte nach Rom fahren. Auf dem Weg kamen sie an einem Sumpf vorbei, in welchem Frösche saßen und quackten. Der junge Graf horchte, und als er vernahm was sie sprachen, ward er ganz nachdenklich und traurig, sagte aber seiner Frau die Ursache nicht. Endlich langten sie in Rom an, da war gerade der Pabst gestorben, und unter den Kardinälen großer Zweifel wen sie zum Nachfolger bestimmen sollten. Sie wurden zuletzt einig derjenige sollte zum Pabst erwählt werden, an dem sich ein göttliches Wunderzeichen offenbaren würde. Und als das eben beschlossen war, in demselben Augenblick trat der junge Graf in die Kirche, und plötzlich flogen zwei schneeweiße Tauben auf seine beiden Schultern und blieben da sitzen. Die Geistlichkeit erkannte darin das Zeichen Gottes und fragte ihn auf der Stelle ob er Pabst werden wolle. Er war unschlüßig und wußte nicht ob er dessen würdig sei, aber die Tauben redeten ihm zu daß er es thun möchte, und er antwortete 'ja.' Da wurde er gesalbt und geweiht, und damit war eingetroffen, was ihm die Frösche unterwegs gesagt hatten, und was ihn so bestürzt gemacht, daß er der heilige Pabst werden sollte. Darauf mußte er eine Messe singen und wußte kein Wort davon, aber die zwei Tauben saßen stets auf seinen Schultern und sagten ihm alles ins Ohr.

Quelques mots de commentaires

Ces trois contes comportent un même schéma général :

  1. Le héros un jeune homme, qui connait le langage des bêtes, et plus spécialement celui des chiens, des oiseaux et des grenouilles, autant dire les créatures de la terre, du ciel et de l'eau.

  2. Il est rejeté par son père et épargné par les serviteurs chargés de le tuer.

  3. Il connait diverses aventures, variables selon les versions,  au cours desquelles sa connaissance du langage des animaux lui est fort utile.

  4. Il devient pape, désigné par une colombe dans le conte 2 ou deux dans le conte 3 ou voire même, dans le conte 1, par une "portion du ciel"  (un nuage, une nuée d'oiseaux ?).

L'un deux est-il la source qui aurait influencé les deux autres ? Il serait ici tentant de penser que le conte de Grimm a pu influer les contes français et italien. Deux éléments pourraient le laisser penser.

  1. En effet, les Kinder- und Hausmärchen (Contes de l'enfance et du foyer) paraissent pour la première fois en  1812 à Berlin et la première édition française est de la décennie suivante, donc près de 60 avant la parution de l'ouvrage de Fleury. De même, les éditions italiennes sont elles aussi bien antérieures à l'anthologie de contes italiens réalisé par Italo Calvino dans les années cinquante du siècle dernier.
  2. Fleury tient  Le langage des animaux de la mère George qui lui a aussi conté  La fille sans mains. Or un conte similaire, Das Mädchen ohne Hände,figure aussi parmi ceux des frères Grimm. Est-ce à dire que la mère Georges répéterait comme des contes normands des contes de Grimm entendus dans l'enfance et transformés par la mémoire et l'imagination ?

Oui, il serait tentant de voir dans Die drei Sprachen la source des deux contes français et italien.

Parenthèse. Surtout si on est novice dans le domaine des contes populaires et du folklore comme je l'étais quand j'ai commencé cette petite recherche. Par exemple, La fille sans main évoqué ci-dessus est en fait un des contes les plus répandus au niveau européen et il est bien antérieur aux frères Grimm. Sans cette ignorance initiale, j'aurais pu me douter qu'il pouvait exister d'autres causes aux similitudes constatées entre les trois contes. Mais n'anticipons pas...

Cependant, même en prenant pour hypothèse que  Die drei Sprachen ait été à l'origine des deux autres contes, plusieurs questions se posaient.

  1. De quand date la première édition française de Die drei Sprachen ? En effet, si des contes de Grimm aient été traduits en français dès 1824, cela ne signifie pas qu'ils l'aient tous été.
  2. Quelle a été la diffusion des contes de Grimm au sein de la population française au cours du XIXe siècle ? Rappelons que la mère George, repasseuse à Cherbourg , a été  élevée à la campagne où elle a appris les contes retranscrits par Fleury.
  3. D'où viennent les différences notables concernant les péripéties rencontrées par le héros, notamment entre les versions française et italienne qui sont relativement proches et celle des frères Grimm ? En effet, avant l'élection finale du héros comme pape, commune aux trois contes, la version allemande ne présente finalement qu'une seule mésaventure importante, au cours de laquelle le jeune homme est confronté à des chiens gardant un trésor, épreuve qu'il surmonte, ce qui lui vaut d'épouser la fille du seigneur de la forteresse.

La transmission orale, génératrice de transformation et d'adaptation peut répondre aux deux dernières questions. Mais s'agit-il de la transmission orale d'une version écrite, en l'occurrence celle des frères Grimm, ou de traditions orales antérieures ?

Pour essayer d'avancer, tentons de repérer la première traduction française de Die drei Sprachen.

  1. J'ai essayé dans un premier temps de la repérer dans les éditions disponibles dans Gallica. Ma recherche fut infructueuse.
  2. J'ai alors consulté le catalogue de la BNF. Mais le détail des contes présents dans les différentes éditions n'est pas toujours donné dans les notices bibliographiques.

Or seule la BNF peut donner un panorama complet des éditions françaises des contes de Grimm et ce n'est qu'en en dépouillant tous les sommaires que  je ne pourrais repérer la première traduction de Die drei Sprachen. Mais la BNF ne se trouve pas à Tours et les contraintes professionnelles  ne me permettent pas pour l'instant d'envisager une visite prochaine du site Tolbiac. Que faire ? dirait Vladimir...

Heureusement, SINBAD est là pour nous aider. Non, il ne s'agit pas d'un marin navigant sur la mer des légendes, mais du Service d' INformation Des Bibliothécaires A Distance mis en place par la BNF et j'ai pu en testé l'efficacité en lui posant les deux questions cidessous :

  1. De quand date la première édition des contes de Grimm en français ? Une rapide consultation du catalogue de la BNF suggère 1824, mais je voudrais en être certain.

  2. De quand date la traduction de celui intitulé "Die drei Sprachen" (= "Les trois paroles" ou "Les trois langues") ? Je n'arrive pas à le repérer dans les éditions en ligne sur Gallica et une interrogation du catalogue générale reste vaine, le détail du contenu des différentes éditions des contes de Grimm étant rarement fait dans les notices.

Vu la teneur de ma deuxième question, je me doutais bien que la réponse nécessiterait un certain temps (cf. Fernand Raynaud), voire même un peu plus que le délai maximal de 3 jours ouvrables annoncés. De fait, il a fallu une petite semaine pour que Diane Tridoux, du service des littératures étrangères, en vienne à bout. Cela peut sembler beaucoup à certains lecteurs pressés, désireux de réponses instantanées, mais quand je pense au nombre d'éditions et d'ouvrages de références qu'il lui a fallu dépouiller, je ne peux que saluer le travail accompli. De plus, elle me tenait tenu quotidiennement au courant de l'avancée des reccherches, je pouvais commencer à examiner les pistes qu'elle me proposait. Je tiens donc à réitérer ici tous mes remerciements à SINBAD et à Diane Tridoux.

Quels sont les résultats ? Forts intéressants.

La première édition française des contes de Grimm, Vieux contes pour l'amusement des grands et des petits enfants, traduction de l'anglais publiée en 1824 et réimprimée en 1830, n'est pas une édition "autorisée" : le nom de Jakob et/ou celui de Wilhelm Grimm n'y figurent pas.  La première édition, considérée comme authentique est celle de 1836 (cf. Liselotte Bihl, Karl Epting, Bibliographie französischer Übersetzungen aus dem Deutschen : 1487-1944, Tübingen, 1987)

Le conte Die drei Sprachen ne figure pas dans la première édition allemande des Kinder- und Hausmärchen et porte le numéro 33 dans la seconde édition, où il a pris la place de “Der gestiefelte Kater” (Le chat botté), relegué en 33a. Selon l'ouvrage de Hans Jörg Uther, Handbuch zu den "Kinder- und Hausmärchen" der Brüder Grimm (2008), il aurait été rapporté aux Grimm par le notaire suisse Hans Truffer (1774-1830), originaire de Visp (Haut-Valais). Malgré les très nombreuses de vérifications de Diane Tridoux, aucune traduction en français n'est signalée, ni en France, ni en Belgique ou en Suisse. Ce texte n'a été retenu que pour les traductions intégrales des contes des frères Grimm, celles d' Armel Guerne (1967), de Jean Amsler (1996) et de Natacha Rimasson-Fertin(2008).  Quant à savoir si une traduction figurerait dans une anthologie, comme l'écrit fort justement Diane Tridoux, la recherche prendrait des mois...

Il existe au XIXe siècle d'autres versions françaises du conte, mais qui ne doivent rien à une traduction de Die drei Sprachen. Outre celle  recueillie par Jean Fleury en Basse Normandie, Madame Tridoux m'a permis de prendre connaissance de trois d'entre elles, issues de Haute- et Basse-Bretagne.

  • Celle publiée par Paul Sébillot dans ses Contes populaires de Haute-Bretagne(1881) apparaît du reste dans le commentaire que Fleury à propos du Langage des bête. ll s'agit de L'enfant qui entend le langage des bêtes, histoire d'un enfant devenu pape grâce au langage des animaux. Sébillot précise qu''il lui a été conté en 1880, par Joseph Macé, de Saint-Cast, mousse âgé de 14 ans ; il tient ce conte d'une poissonnière nommée Rose Durand.

  • Celle recueillie par Aldophe Orain parue dans les Contes d'Ille-et-Vilaine (1901) s'intitule Petit jour. Orain le tient de Pierre Patard, cultivateur à la Croix-Madame, commune de Brui.

  • Celle publiée par l'abbé Pierre-Marie Lavenot dans Légendes et contes du pays de Vannes (1895) et initialement parue dans la Revue morbihannaise, 1(1891), 246-252. Contée par François Guyot, journalier à Camors (Morbihan) en février, elle a pour titre "Le Pape Innocent".

Celle-ci  est reprise dans le 2ème tome du Conte populaire français de Paul Delarue et de Marie-Louise Ténèze, où elle trouve, sous la rubrique conte-type 671 (et 517). Je dois dire que cet ouvrage, signalé encore une fois par Madame Tridoux, m'a ouvert bien des perspectives.

  • D'abord, il contient pour ce seul conte une liste des versions très bien fournie et apporte de plus des informations sur ses origines lointaines, comme cela apparait dans l'extrait ci-dessous :

Il semble assuré que le récit, plus particulièrement sous sa forme T. 517 est d'origine littéraire. Il provient d'un conte du célèbre Roman des Sept Sages, recueil venu probablement de l'Inde et a connu en Occident, du XIIe au XVIe siècles, un très grand succès, d'abord sous la forme d'une traduction latine, puis par des traductions françaises dont nous avons de nombreux manuscrits. Aux environs de l'an 1300 Jean Gobi le Jeune a pris le récit dans une de ces rédactions et l'a introduit parmi les exempla de sa Scala Celi.

Mis bien plus que les recueils latins et français à l'usage des clercs, ce sont les impressions du Roman des Sept Sages faites pour le colportage dans de nombreux pays d'Europe [c'est moi qui souligne] - toute fois pas en France - qui ont largement diffusé le conte dans la tradition orale.

Paul Delarue était d'avis que le conte type 671, également issu du conte médiéval, avait subi cependant une importante élaboration folklorique : celle-ci avait fait passer le récit d'une forme simple à une forme ternaire, et d'autre part, l'avait christianisé. Le héros ainsi devient pape dans presque toutes [...] vers. françaises (dans les vers. de Basse-Bretagne, le pape Innocent.

  • Ensuite et surtout, cet ouvrage me semble incontournable pour le grand débutant que je suis dans le domaine du conte populaire et du folklore. Son introduction et sa bibliographie sont une vraie mine où je vais pouvoir puiser et, en tant que collectionneur de classifications, j'ai découvert avec intérêt celle d'Antti Aarne et Stith Thompson utilisée pour le catalogue des contes.

Conclusion provisoire

Parti pour découvrir la filiation des trois contes, m'imaginant naïvement une influence des frères Grimm, j'ai dû constaté, outre ma grande ignorance initiale, la grande diversité des versions existantes, rien qu'en France, et l'ancienneté et la grande diffusion de ce thème à travers l'Europe et ce bien avant les frères Grimm et autres grands collecteurs de contes du XIXe et du début du XXe siècle.

J'ai découvert un domaine, celui du conte populaire, que j'entends bien explorer dans les mois à venir, notamment en poursuivant ma recherche des versions des Trois langages non seulement en France, mais aussi en Europe. Je vais commencer par l'Italie et l'Allemagne en essayant de repérer d'autres recueils que ceux des frères Grimm et d'Italo Calvino.

Enfin, j'ai pu apprécier l'efficacité d'un service d'aide en ligne auquel je pense bien avoir recours à l'avenir. Je pense bien aussi tester ceux d'autres bibliothèques.

Annexes

Annexe 1 : L'enfant qui entend le langage des bête, conte recueilli par Paul Sébillot dans ses Contes populaires de Haute-Bretagne (1881)

J'ai retrouvé ce livre, encore inconnu sur internet, dans une annexe estivale de la bibliothèque familiale. En voici une tentative de numérisation avec mon appareil photo... 

IMG_2382

IMG_2381

IMG_2380

Annexe 2 : Petit jour, conte recueilli par Adolphe Orain dans Contes d'Ille-et-Vilaine (1901)

Texte récupéré sur Archive Internet

On apprit un jour, en Bretagne, que le pape venait de mourir, et qu'on faisait à sçavoir, dans le monde entier, à tous ceux qui se croyaient assez savants, et assez pieux, pour briguer l'honneur de le remplacer, qu'ils devaient se rendre, sans retard, à Rome, pour y subir les épreuves nécessaires à cet effet.

Deux jeunes gens, les deux frères, répondant à cette invitation, se mirent en route, et ne tardèrent pas à rencontrer un pauvre garçon, sorte d'illuminé, qui, son chapelet à la main, s'en allait, lui aussi, vers la capitale de la chrétienté.

Lui ayant demandé son nom il leur dit s'appeler Petit Jour.

Il leur apprit aussi qu'il comprenait le langage de tous les animaux, ce qui les fit beaucoup rire ; mais ils ne tardèrent pas à avoir la preuve de ce que Petit Jour avançait.

Ils eurent à traverser un étang dans lequel des grenouilles coassaient.

— Que disent ces bêtes ? demandèrent les deux voyageurs à leur compagnon.

— Elles chantent la mort d'une jeune fille qui s'est noyée il y a un mois.

Informations prises, le fait fut reconnu exact, ce qui remplit d'étonnement les deux frères.

Une nuit qu'ils couchaient dans une ferme, ils furent réveillés par un chien qui hurlait.

— Que dit donc encore cet animal qui nous réveille si mal à propos ?

— Il prévient que des voleurs s'approchent de la ferme pour la dévaliser.

Tout le monde fut debout dans un instant et put s'armer promptement, chasser les brigands qui venaient avec l'intention de mettre l'habitation au pillage.

Enfin les voyageurs continuèrent leur route, et en arrivant près de Rome, ne furent pas peu surpris de s'entendre saluer par le chant mélodieux d'une bande d'oiseaux aux couleurs éclatantes.

— Qu'ont donc ces oiseaux à nous saluer ainsi ?

— C'est, répondit Petit Jour, qu'ils reconnaissent dans l'un de nous celui qui doit être élu pape.

— Lequel de nous désignent-ils ?

— Je ne sais pas encore, répondit le savant, qui s'était cependant aperçu que c'était à lui que s'adressaient les louanges des oiseaux du ciel.

Lorsqu'ils eurent pénétré dans la basilique de Saint-Pierre de Rome, et répondu aux questions qui leur furent posées, la couronne d'or suspendue à la nef, et qui devait orner le front du représentant de Dieu sur la terre, vint se poser d'elle-même sur la tête de Petit Jour, qui n'était autre que saint Pabu, premier évêque de Saint-Pol-de-Léon.

(Conté par Pierre Patard, cultivateur à la Croix-Madame, commune de Brui)


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">