Sérendipité

Lu dans Livres hebdo, n° 849, 21 janvier 2011

A Rennes, des lecteurs regrettent leur bibliothèque.

« Sous couvert d’études sociologiques attestant la défection des bibliothèques municipales, nous subissons dans notre quartier rennais une amputation « vitale » qui nous condamne à ne plus amener aussi librement ni nous-mêmes ni nos enfants aux joies de la sérendipité… »

La quoi ? Sérendipité. Vite, mon dico. Rien dans le Robert. Idem dans le Larousse. Par contre, dès que je tape dans Google, ce n’est pas le vide, mais le trop plein. Ce mot, apparu au XVIIIe siècle a déjà une longue existence dans le monde anglo-saxon (serendipity), alors que les lexicographes français semblent tarder à l’adopter.

La sérendipité est le fait de réaliser une découverte inattendue au cours d’une recherche dirigée initialement vers un objet différent de cette découverte. Ce concept discuté est, en particulier, utilisé en recherche scientifique.

Extrait de l’article de Wikipédia

Le site Intelligence créative propose plusieurs autres définitions, à commencer par celle de Horace Walpole, inventeur du mot en 1754, défintion qui me semble, ô combien correspondre à ce qu’est une recherche sur internet, au fil des rayons d’une bibliothèque, dans un catalogue ou un dictionnaire :

Le fait de découvrir quelque chose par accident et sagacité alors que l’on est à la recherche de quelque chose d’autre (accident and sagacity while in pursuit of something else).

Ledit Walpole se serait inspiré d’un conte persan,  Voyages et aventures des trois princes de Serendip, paru à Venise deux siècles plus tôt.

Je signalerai encore trois articles qui me semblent bien faits sur le sujet :

  • Le premier, daté du 19 juillet 2009 sur Internetactu, est de Rémi Sussan qui s’intéresse particulièrement à un ouvrage  Pek van Andel, chercheur en sciences médicales à l’université de Groningue, et Danièle Bourcier, directrice de recherche en sciences sociales au CNRS, De la sérendipité dans la science, la technique, l’art et le droit : Leçons de l’inattendu, paru chez L’Act Mem. Voir aussi sur le même site un article de Xavier de la Porte daté du 20 décembre 2010.

  • Le deuxième, daté du 1er février 2005 sur Automates intelligents, est aussi signé par ce même Pek van Andel.

  • Le troisième, daté du daté du 27 novembe 2009 sur le site Les devenirs de la philosophie à Paris 8 est de Anthony Le Cazals.

Sans doute la plupart d’entre vous connaissaient-ils déjà ce mot, mais en ce qui me concerne, j’ai appris quelque chose, et cela par une découverte et une interrogation de hasard. Mais n’est-ce pas là une des formes de la sérendipité ?

(Dernière mise à jour : 9 mars 2011)


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *