Les canulars picturaux et l'origine de l'art moderne (1) Monochromes

J'assistais l'autre jour à une fort intéressante conférence-spectacle de Jacques Mougenot sur l'affaire Dussaert, du nom de Philippe Dussaert (1947-1989), fondateur de l'école vacuiste. Si vous avez l'occasion d'y assister, n'hésitez pas. Outre l'agrément du spectacle, cela donne à penser sur le statut de l'oeuvre d'art et celui de l'artiste. Cela m'a donné envie de m'intéresser aux canulars picturaux dans leur rapport avec les origines de l'abstraction. Je commencerai ici par les monochromes.

Avant de devenir l'affaire d'artistes "sérieux" avec le Carré blanc sur fond blanc (1918) de Malevitch et les propositions monochromes d'Yves Klein (1955), le monochrome, forme radicale de peinture abstraite,  a fait les délices des humoristes de la seconde moitié du XIXe siècle, Alphonse Allais n'étant du reste pas le premier, avec sa Première Communion de jeunes filles chlorotiques par un temps de neige (1883).

Voir sur le sujet les sites suivants : L'AlamblogL'imposture en peinture et Radical Art. Il y est notamment question...

... de Bertall, qui dans ses caricatures parues dans l'Illustration, Journal universel présente en 1843 le dessin d'un tableau noir constellé de points blancs avec pour légende : Vue de la hougue (effet de nuit), par M. Jean-Louis Petit ;

... d'un monochrome bleu signalé dans Le Diable au Salon : revue comique, critique et très-chique de l'exposition des Beaux-Arts (Bruxelles, 15 août - 31 octobre 1851) ; avec une foultitude d'illustrations sur pierre et sur bois, par les premiers maçons et les meilleurs charpentiers du pays, parue chez Caquet-Bonbec et Cie éditeurs avec pour auteur Japhet (J.A. Luthereau) et pour illustrateur Félicien Rops ;

... du Combat de nègres dans une cave pendant la nuit exposé par Paul Bilhaud au Salon des Arts incohérents de 1882 (cf. le site Philippe Declerk et Les arts incohérents, site de Catherine Charpin)  ;

... de l'Album primo-avrilesque contenant sept monochromes publié par Alphonse Allais chez Ollendorf, le 1er avril 1897 (cf. l'A.B.C.daire d'Alphonse) et réédité en novembre 1999 par les éditions Climats et  janvier 2005 par les éditions Al Dante (cf. Chronic'art)

... du dessin animé Le Peintre néo-impressionniste d'Emile Cohl (1910) dont vous trouverez ci-dessous un résumé trouvé sur RAForum dans un article d'Isabelle Marinone (NB : un article entier, signé cette fois Denys Riout, lui est consacré dans la revue 1895) :

L’anti-académisme de Cohl ouvre la voie aux avant-gardistes cubistes, futuristes, dadaïstes et surréalistes. L’invention de nouvelles formes plastiques ajoute une cassure des perceptions réalistes au discours ironique du cinéaste sur la société. Le père du dessin animé pense à l’utilisation de la couleur, avec notamment Le peintre néo-impressionniste en 1910, film imprégné d’humour Incohérent. L’œuvre mélange personnages réels en noir et blanc et dessins animés en couleur. L’histoire décrit un peintre néo-impressionniste présentant à un acheteur, un ecclésiastique, ces toiles monochromes qui rapidement s’animent. Chaque tableau fait penser aux œuvres proposées à l’exposition des Incohérents de 1883, par Alphonse Allais. Cohl en donne une nouvelle version en fonction des anciens titres fantaisistes, [44] bien que le plus souvent il illustre le plus fidèlement possible l’idée de base de chaque cadre. Ainsi la toile jaune présente un soleil souriant au visage d’André Gill, la toile verte un diable ventru buvant de l’absinthe, la toile rouge des cardinaux en forme de tomates … Le tout devant le curé ébahi et indigné. Le film se termine sur le peintre riant [45] du religieux, qui part furieux et sans le moindre tableau. Emile Cohl rend ici, de manière claire, un hommage aux Incohérents et aux Néo-impressionnistes, alors composés des artistes anarchistes Paul Signac, [46] Lucien Pissarro [47] et Maximilien Luce. [48] Cohl choisit de placer un homme d’Eglise comme acheteur, et souligne ainsi la provocation du peintre face aux normes établies. Il renforce un aspect anticlérical assez peu visible dans le reste de ses productions.

Grâce à l'ouvrage de Denys Riout, La peinture monochrome : histoire et archéologie d'un genre (J. Chambon, 1996, puis Gallimard, 2006 pour une édition revue et augmentée), j'ai trouvé deux toiles signalées dans le catalogue de l'exposition des Arts incohérents de 1889 : Eclipse totale de soleil en Afrique centrale d'Amillet et Wagon de fumeurs dans un tunnel de Guillon. Leur existence est néanmoins incertaine.

Enfin, parmi les littérateurs, outre Alphonse Allais, Georges Fourest (cf. un article de Laurent Robert sur le site Romanitas où vous trouverez une véritable préhistoire du monochrome littéraire) ou Alexandre Dumas (cf. une précédente  chronique), nous pouvons remonter plus haut que le XIXe siècle et citer, comme le fait Wikipédia,  Vie et opinions de Tristram Shandy, gentilhomme publié en 1760, où Laurence Sterne introduit une page noire au chapitre XII, ou encore Voltaire, qui attribue à Micromégas un ouvrage de philosophie constitué de feuilles blanches.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Une réflexion sur “ Les canulars picturaux et l'origine de l'art moderne (1) Monochromes ”

  1. Bonjour,

    Je me permet de vous écrire suite à votre billet sur les canulars picturaux et l'origine de l'art moderne.
    C'est un peu hors-sujet (nous avons plus tendance à remplir le format qu'à le vider, et nous aurions plutôt quelques siècles de retard que d'avance) mais j'espère que le site de notre prestigieux mouvement de peinture vous fera passer un bon moment.
    http://www.conisme.com

    Bien cordialement,

    Sébastien Brunel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">