L'araignée salvatrice en terre chrétienne

Peut-être avez-vous lu ma chronique du 20 octobre dernier, où je vous contais comment le thème d'une histoire musulmane (ou juive) - Mahomet (ou David) sauvé de ses poursuivants par une araignée - avait été repris par le cinéma et la bande dessinée dans de tout autre contexte.

Un courriel de Pascal Esnault nous apprenait que cet épisode de la grotte et de l’araignée apparaît également dans les légendes chrétiennes avec la Sainte Famille à la place de Mahomet ou de David. L’épisode n’apparaissant pas dans les évangiles canoniques et aucune indication n’étant donnée sur la première manifestation de cette légende, je ne pouvais que conclure ma réponse ainsi :

Y a-t-il eu influence des versions juives ou musulmanes et à quelle époque (Croisades, Reconquista) ? Ou bien cette légende remonte-t-elle au temps des premiers apocryphes ? A suivre.

Depuis, si je n'ai toujours pas trouvé quand cette légende est apparue, j'en ai trouvé d'autres applications à quelques saints personnages chrétiens. Si j'en crois le tome 2 du Traité d'Iconographie Chrétienne de Xavier Barbier de Montault (Liberius ; Scribd), Camion, évêque en Afrique, a pour emblème l'araignée, car il fut sauvé de ses persécuteurs par sa toile. Il en est de même pour Félix, prêtre à Nole : une araignée tendit sa toile à l'entrée de la grotte où il s'était caché. Idem pour sainte Teuteria de Vérone.

Cela ressemble bien au schéma connu, sauf que cette fois ce ne sont pas les premiers rôles, mais des seconds couteaux qui nous rejouent l'histoire : un obscur évêque d'Afrique, un prêtre d'origine syrienne actif en Campanie au IIIe siècle et une noble anglo-saxonne du VIIe siècle venue à Vérone pour fuir les assiduités d'un roi païen. Rien de commun entre eux, sauf à imaginer que la légende, venue d'Afrique du Nord, serait remontée à partir du Sud de l'Italie jusqu'à la Vénétie et au Trentin. Hypothèse bien fragile...

Dans le même Traité, l'araignée apparait deux fois dans un autre contexte. Ainsi Conrad, évêque de Constance, a-t-il pour emblème le

calice, dans lequel tomba une araignée pendant qu'il célébrait et qu'il avala avec le précieux sang ; il la rendit ensuite par la bouche.

Norbert, évêque de Magdebourg, fut victime d'une pareille aventure, à ceci près que l'araignée lui sortit par le nez. Avec ces saints des Xe et XIIe  siècles, nous constatons qu'en terre allemande, l'araignée n'est plus salvatrice, mais une impureté à rejeter du corps du prêtre comme du sang du Christ. Curieux retournement.

Que conclure ? Pas grand chose, si ce n'est qu'il faut continuer la collecte des informations sur ce thème pour démêler ce fil d'Ariane.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

Une réflexion sur “ L'araignée salvatrice en terre chrétienne ”

  1. J'ai regardé dans la compilation J. Pas de trace de l'araignée. Regarderais également en debut de semaine dans les récits Irlandais.

    Cependant Pascal Ernault parle uniquement de "google" comme source. Et la plupart des sites qui en parle manque comment dire ... de signe de sérieux scientifique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">