Ce bon docteur O. Uplavici ou comment un auteur peut naître d’une référence bibliographique fautive

Il y a bientôt deux ans, pour une chronique sur la rédaction des références bibliographiques (laquelle est d’ailleurs le plus gros succès de ce carnet…), j’étais tombé sur ces articles concernant la vie édifiante du docteur O. Uplavici :

Clifford Dobell. « Dr O. Uplavici (1887-1938) ». Parasitology  juin 1938, vol. 30 n° 2, p 239-241 et Isis, mai 1939, vol. 30 n° 2, p. 268-272. Reproduit dans l’article ci-dessous d’André Lienhart.

François Lapèlerie(1)« La vie édifiante du Docteur O. UPLAVICI ». BBF, 1992, vol 37. n° 6, p.30. Publié sous la forme d’un encart dans l’article « Trois ans de CD-Rom dans une bibliothèque universitaire », BBF, 1992, n° 6, p. 20-32, ce texte figure aussi en ligne en format html sur une page d’archive de l’INSA de Lyon sur les références bibliographiques reprise dans le site de Patrick Saint-Jean.

André Lienhart. « Ces auteurs qui n’ont jamais existé : Student, N. Bourbaki et la figure emblématique de la référence erronée, O. Uplavici ». Site Histoire de l’anesthésie et de la réanimation.

L’histoire en une phrase (mais cela ne vous dispense pas de lire les articles…) :

Le docteur O. Uplavici est né en 1887 de l’erreur de bibliographes peu férus en langue tchèque lors du signalement d’un article sur la dysentrie (en tchèque : o uplavici) et a poursuivi sa carrière dans les revues scientifiques, nombreux étant ses citateurs, jusqu’en 1938, année où le biologiste Clifford Dobell révèle toute l’affaire.

Morale de l’histoire :

Evitez de commettre des erreurs dans la rédaction de références de documents en langues étrangères ou même dans notre propre langue – ne pas confondre nom et prénom, erreur classique pour les Occidentaux citant des auteurs chinois ou japonais, ou le titre avec le nom de l’auteur comme pour le docteur Uplavici – et ne citez que les documents que vous avez réellement  consultés, ce qui évite ce genre de confusion regrettable, une bibliographie devant être rigoureuse tant pour l’usage qu’en fera la communauté scientifique que pour la crédibilité de la personne qui l’a rédigée.

 ______________

(1) Et non Lapellerie comme il est indiqué par certains pour signaler ce document. C’est en tout cas l’orthographe utilisé dans l’article initial.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *