La ballade de Mulan (木蘭辭 ou 木蘭詩)

(Dernière mise à jour : 19 mai 2012)

Mulan 木兰 (Magnolia) ou Hua Mulan 花木兰 (Fleur de magnolia) est l'héroïne d'une histoire bien connue en Chine. Digne exemple de piété filiale, elle s'était déguisée en homme pour remplacer son vieux père, servit pendant douze ans dans l'armée des rois Wei au temps de l'empereur Taiwudi ou Tuoba Tao (408–452) et devint général. Cependant, à la fin de la guerre, elle ne demanda rien de plus qu'un cheval (ou un chameau selon les versions) pour regagner le foyer paternel et reprendre ses tâches et vêtements féminins à la grande stupéfaction de ses anciens compagnons d'armes qui pendant toutes ces années n'avaient pas soupçonné qu'elle était une fille (ouf, sa vertu a été préservée). Fin de l'histoire ? Oui, dans la ballade sur laquelle je vais revenir ci-dessous. Malheureusement, si on en croit la suite de la légende, l'empereur Touba Huang apprit que le général Hua était en réalité une femme et voulut en faire sa concubine. Celle-ci refusa plusieurs fois et devant l'obstination de l'empereur, elle finit par se suicider avec son épée. Suivent de superbes funérailles organisées par l'empereur et le rideau peut enfin tomber.(1)

L'histoire a été déclinée sous forme de roman populaire et illustré ou de bande dessinée, de dessin animé disneyen ou non, et de film grand spectacle(2) . Il y aurait sans doute là matière à étude approfondie. Dans Mulan:five versions of a classic Chinese legend with related texts paru en 2010, Shiamin Kwa et Wilt L. Idema se sont ainsi intéressés à deux poèmes de l'époque Tang, une pièce de théâtre du XVIe siècle (Ci Mulan ti fu conjun = La fille Mulan rejoint l’armée à la place de son père), un opéra pékinois de 190? (Mu Lan congjun = Mulan rejoint l'armée)  et un film de 1939. Il faudra sans doute que je me procure cet ouvrage.

Pour l'heure, je voudrais simplement me limiter la recherche de documents sur la ballade de Mulan (木蘭辭 ou 木蘭詩)(3),  un des deux poèmes évoqués ci-dessus, et notamment à la recherche du texte original et de ses traductions en français et éventuellement dans d'autres langues.

Voici la présentation qu'en fait le texte liminaire accompagnant la première traduction par Stanislas Julien :

Mou-lân est le nom d'une fille qui, voyant son père malade et hors d'état de répondre à la conscription, s'enrôla pour lui, et servit, sans être reconnue, pendant douze ans. Cette romance, que quelques auteurs attribuent à Mou-lân elle même, a été composée sous la dynastie des Tang, qui ont régné de 502 à 556. Elle est tirée du Supplément de l'Anthologie chinoise, en 8 volumes, intitulée Thang-chi, c'est-à-dire « Vers de la dynastie des Tang, » sous laquelle fleurirent (de 618 à 904) les poètes les plus célèbres de la Chine. M. Stanislas Julien, à qui nous devons la communication de cette romance, se propose de publier bientôt la traduction francaise de l'Anthologie des Tang.(4)

Le texte chinois de cette ballade peut être consulté sur les sites suivants :

Vent du soir (avec une traduction en français)

Wikisource (avec une traduction en anglais)

China the Beautiful (en caractères traditionnels = fanti , simplifiés = jianti ou calligraphiés et avec une traduction en anglais)

site de du professeur Lu-sheng Chong (fanti, avec une transcription en pinyin  et une traduction en anglais)

Tsoi Dug (fanti, avec une transcription en pinyin  et une traduction en anglais)

Mulan's Corner (fanti, jianti, avec traduction en allemand)

Zhongwen

La première traduction en français est celle de Stanislas Julien, parue en 1832 dans le tome 37 de la Revue de Paris (Gallica et Google livres) et reprise en 1834 dans Tchao-chikou-eul, ou l'Orphelin de la Chine, drame en prose et en vers, accompagné des pièces historiques qui en ont fourni le sujet, de nouvelles et de poésies chinoises (Google livres). Patrice-François-Marie Cruice la publie en 1840 dans ses Études littéraires sur l'apologue, la poésie lyrique, la poésie épique, chez les Français, les Anglais, les Allemands, les Italiens et les Espagnols, et sur la poésie hébraïque et la poésie orientale (Google livres). En 1859, elle figure dans le tome 2 des Avadânas : contes et apologues indiens inconnus jusqu'à ce jour, suivis de fables, de poésies et de nouvelles chinoises traduits par Stanislas Julien (Google livres).(5)

Ce n'est pas cette traduction que j'ai rencontrée sur plusieurs sites web, mais deux autres, à laquelle je rajoute une troisième que m'a signalée Pierre Palpant (mise à jour du 19 mai 2012) .

La première, déjà signalée, est celle figurant sur le Vent du soir, dont l'auteur est Bertrand Goujard, et que vous retrouverez sur divers sites.

La seconde est un peu moins répandue et le nom du traducteur m'est pour l'instant inconnu.

Enfin, la traduction de Sung Nien-Hsu, extraite de son Anthologie de la littérature chinoise des origines à nos jours publiée chez Delagrave en 1932, doit sa présence sur internet au travail de Pierre Palpant qui la met en parallèle avec celle de Stanislas Julien sur le site Chine ancienne(6) .

Pour mémoire, voici les incipits des quatre traductions en français que j'ai pu trouver jusqu'à présent :

Stanislas Julien (le premier vers, qui suggère le bruit de la navette, est parfois absent) :  

Tsi-tsi, puis encore tsi-tsi,

Mou-lân tisse devant sa porte.

On n'entend pas le bruit de la navette,

On entend seulement les soupirs de la jeune fille.

  Bertrand Goujard : 

Grince et crisse, frôle et puis grince et crisse,

C’est Mulan qui à son huis tisse.

On n’entend point métier sonner,

On n’entend que plaintes et soupirs. 

Inconnu (les deux premiers vers sont souvent omis) : 

Mulan tisse sur son seuil, mais ce bruit répété

N'est pas celui de sa navette ; vous n'entendez que ses soupirs.

Pense-t-elle à quelqu'un ? Se souvient-elle de quelqu'un ?

Elle ne pense à personne, elle ne se souvient de personne. 

Sung Nien-Hsu

« Tsi, tsi, »

— devant la porte, Mou lan tisse.

Soudain, le bruit de la navette s’interrompt,

on n’entend plus que les soupirs de la jeune fille.

 En ce qui concerne les traductions en anglais, l'une d'elle, parue parue dans The Asiatic journal, vol.23, mai-août 1837 (Google livres), calque semble-t-il celle de Stanislas Julien. Peut-être est-ce la première traduction en cette langue. En voici l'incipit :

Tsi-tsi;—still, still, Tsi-tsi; Moulan is weaving before the door. One hears not the sound of the weaving-shuttle; nothing is heard but the sighs of this young girl.

D'autres traductions existent dont les auteurs et les incipits sont indiqués ci-dessous :

Traduction de Han H. Frankel (The Flowering Plum and the Palace Lady: Interpretations of Chinese Poetry, Yale University Press, 1976) ;sans doute la plus répandue sur internet :

Tsiek tsiek and again tsiek tsiek,

Mu-lan weaves, facing the door.

You don't hear the shuttle's sound,

You only hear Daughter's sighs.

Traduction de Jack Yuan (2006) ; moins diffusée, c'est celle qui figure dans Wikisource :

The sound of one sigh after another,

As Mulan weaves at the doorway.

No sound of the loom and shuttle,

Only that of the girl lamenting.

Traduction d'un auteur inconnu ; peu d'occurences :

Busily busily cricket sings

By the door the maiden Mulan weaves

Why isn't the shuttle's sound heard

But only the maiden Mulan's sighs?

Traduction de Fook H. Eng (?) ; peu d'occurences :

 The insects chirping happily outside,

Mulan sat opposite the door weaving;

No sound of the shuttle was heard,

Only sighs of the girl.

Fook H. Eng a eu l'excellente idée de regrouper ces quatre traductions sur un même document. Qu'il en soit remercier !

Notes

(1) Si vous souhaitez plus de précision sur cette tragédie, je vous invite à consulter les articles qui y sont consacrés entre autre sur Wikipédia, sur le site de Christèle Herbeaux Del-Pino ou sur China the beautiful. Si vous êtes germanisants, vous pouvez lire, au sujet de la jeune fille qui va à la guerre (Vom Fraünlein das zum Krieg zieht), les remarques faites par Ferdinand Josef Wolf dans le volume 3 de ses Jahrbuch für romanische und englische Literatur paru en 1861 (Google livres) au sujet d'une communication d'Adolf Erbert parue dans ce même volume (Google livres). Où on constate que ce thème est très répandu... en Europe !

(2) Liste non exhaustive (extraite de NationMaster) des films qui se sont inspirés de cette histoire :

The story of Hua Mulan has inspired a number of film and stage adaptations. These include the following:

  • Hua Mulan Joins the Army(1927 film) - a Chinese silent film released by the Tianyi Film Company and directed by Li Pingqian
  • Mulan Joins the Army(1928 film) - Mingxin Film Company production, directed by Hou Yao. The film was a flop, in part due to the Tianyi film that was released the previous year
  • Mulan Joins the Army(1939 film) - popular Chinese film made during the war, directed by Bu Wancang
  • Lady General Hua Mulan(1964 film) - Hong Kong opera film
  • Mulan (1998 film) - Disney animated feature based on the Mulan legend

Note : il faut y ajouter le film de Ma Chucheng, Mulan (2010, Hong Kong)

 (3) Voici ce qui est écrit sur le site Vent du soir au sujet de la distinction entre ces deux termes :

木蘭辭 : on trouve aussi 木蘭詩. 詩 est le terme générique pour poésie ou poème, 辭 désigne des formes poétiques plus irrégulières, on l’a préféré ici.

(4) Des présentations plus développées et plus récentes de la ballade sont donnée dans l'anthologie bilingue de la poésie chinoise tardive, Vent du soir et à la fin de l'article de Thierry Mauffrey, "A propos d’odes et de ballades en Chine ancienne : peut-on parler de poésie héroïque ?", paru en juin 2000 dans Camenae n° 4. Sur le Táng shī (fanti: 唐詩; jianti: 唐诗), voir le site Wengu Zhixin. Voir aussi sur le même site, Poésies de l'époque des Thang (VIIe, VIIIIe et IXe siècles de notre ère), ... avec une étude sur l'art poétique en Chine, par le marquis d'Hervey-Saint-Denys, paru initialement en 1862. Je n'ai pas encore pu trouver le supplément du Táng shī d'où est extraite la ballade de Mulan.

(5) "M. Stanislas Julien vient de publier un recueil de fables indiennes  qu'il a découvertes dans une Encyclopédie chinoise intitulée Yu-lin « la forêt des comparaisons ». Nos lecteurs n'ont assurément pas oublié trois charmantes fables que le savant sinologue a bien voulu extraire de son manuscrit en leur faveur, et qui ont paru dès le mois d'octobre 1858, dans les colonnes de cette Revue. Ils n'ont eu alors qu'un seul regret, celui de ne pouvoir en lire davantage : aujourd'hui ils peuvent se satisfaire amplement, car le recueil de M. Julien renferme plus de 120 apologues variés, presque tous aussi curieux qu'intéressants" (cf. Revue orientale et américaine, Volume 3, 1860, p. 196. livres).

(6) Voir ci-dessous le courriel de Pierre Palpant.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet

2 réflexions sur “ La ballade de Mulan (木蘭辭 ou 木蘭詩) ”

  1. Merci pour votre article. Votre billet m'a suggéré l'idée de reprendre sur le site chineancienne la traduction de Julien, en la mettant en parallèle avec une autre traduction française, disponible dans la bibliothèque du site, mais, je vous l'accorde un peu cachée, qui est celle de Sung Nien-Hsu, et qui est incluse dans son Anthologie de la littérature chinoise, publiée chez Delagrave en 1932.
    Cela a été l'occasion de constater une fois de plus les grandes variations dans les traductions. Par exemple, alors que chez Sung Nien-Hsu, comme d'ailleurs me semble-t-il chez tous les traducteurs anglais, c'est Mou-lan qui défait elle-même son armure, puis se coiffe, chez Julien, c'est la mère de Mou-lan qui lui ôte son costume guerrier, ce sont ses sœurs qui ajustent leur propre coiffure (?). Julien ne saisit pas la belle idée de la féminité reconquise par Mou-lan en se parant elle-même.

  2. Je vous remercie de m'avoir signaler cette traduction que je ne connaissais pas et que je me hâte d'ajouter à mon article.
    Votre site est un vrai bonheur :-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong> <embed style="" type="" id="" height="" width="" src="" object="" allowfullscreen="" allowscriptaccess="" cachebusting="" bgcolor="" quality="" flashvars=""> <iframe width="" height="" frameborder="" scrolling="" marginheight="" marginwidth="" src=""> <object style="" height="" width="" param="" embed=""> <param name="" value="">