Du plagiat

Un site de référence

L’actualité accorde une place de plus en plus importance aux affaires de plagiat. Auteurs et ouvrages sont mis en cause dans la presse et les recours aux tribunaux pour dénoncer des contrefaçons se banalisent. La question du plagiat littéraire se pose d’autant plus que les possibilités techniques de reproduction de textes sont désormais à la portée de tous (photocopie, numérisation…).

Mais surtout, la notion de plagiat est au coeur du processus de création littéraire : où est la limite entre l’emprunt servile et l’imitation créatrice, entre le plagiat et l’oeuvre originale ?

Le texte ci dessus est extrait du site Le plagiat créé par Hélène Maurel-Indart, professeur à la faculté des Lettres de l’Université François-Rabelais à Tours et auteur de plusieurs ouvrages sur ce thème :

Du Plagiat, Presses Universitaires de France, collection « Perspectives Critiques », 1999, 234 p. Nouvelle édition actualisée et très augmentés de quatre chapitres et d’analyses complémentaires en 2011 dans la collection Folio Essais, Gallimard.

Le Plagiat littéraire, Actes du colloque international de Tours (1-2 février 2001), textes réunis dans Littérature et Nation, n°27, Presses Universitaires François-Rabelais, Tours, 2002.

Plagiats, les Coulisses de l’écriture, Editions de la Différence, 2007 : le thème du plagiat actualisé et élargi aux faux, aux suites, aux écritures collectives, aux nouvelles données juridiques de l’Internet et du monde de l’édition. Présenté le 10 décembre 2005 dans le cadre de l’HDR.

Petite enquête sur le plagiaire sans scrupule, Paris, Éditions Léo Scheer, coll. « Documents », 2013.

Voir aussi son article Les règles du savoir-plagier.

Ressource essentielle sur la question notamment, son site comporte notamment des bibliographies des articles et ouvrages critiques sur le plagiat et des œuvres de fictions ayant ce thème.

Ouvrages et citations

Ce qui précède me donne matière à recherche sur internet pour les ouvrages tombés dans le domaine public disponibles sur internet :

  • Anatole France. « Apologie pour le plagiat », in La Vie littéraire, quatrième série, Calmann-Lévy, 1924, p. 157-167, disponible dans GallicaThe Project Gutenberg, Munseys
  • Rémy de Gourmont, Promenades littéraires, troisième série, chap. 4,  « Propos variés », « La propriété littéraire »,  Mercure de France, 1919, disponible dans Gallica.
  • Marmontel, Éléments de littérature, art. « plagiat », 1787, disponible dans Google livres.
  • Georges Maurevert. Le livre des plagiats. A. Fayard, 1922, disponible sur Archive.org.
  •  Alfred Mortier, Dramaturgie de Paris, chap. IX « Plagiat et imitation », p. 333 et suiv., Ed. Radot, 1917, disponible dans Gallica..
  • Charles Nodier, Questions de littérature légale: du plagiat, de la supposition d’auteurs, des supercheries qui ont rapport aux livres,. 2e éd., Crapelet, 1828, disponible dans Archive.org, Google livres

Voir notamment les notes détaillées où sont présentés plusieurs cas de plagiats. Par exemple :

Note A  : Montaigne plagié par Corneille

Note I : plagiats commis par Voltaire selon Fréron

Note K : Montaigne plagié par Pascal

Voir aussi sa bibliographie, même si celle-ci s’adresse plutôt à des latinistes…

Rééditions récentes chez Droz,en 2003, dans une édition établie, présentée et annotée par par Jean-François Jeandillou (cf. compte-rendus de Daniel Sangsue, Romantisme, 2003, vol. 33, n°  122, p. 149-150, disponible dans Persée et Marc Escola, disponible dans Fabula) et chez Payot en 2011 avec une préface de Maxime Rovere.

  • Joseph-Marie Quérard, Les supercheries littéraires dévoilées, galerie des écrivains français de toute l’Europe qui se sont déguisés sous des anagrammes, des astéronymes, des cryptonymes, des initialismes, des noms littéraires, des pseudonymes facécieux ou bizarres. Paris, 1847-1853. 5 vol. Une 2e édition par Gustave Brunet en 1866 avec de nouvelles notice. Réédition de 1964 chez Maisonneuve & Larose accessible sur Gallica.
  • Jean de Soudier de Richesource (pseudonyme de Jean Oudart), Le Masque des orateurs, Paris, 1667, disponible sur Gallica, Europeana.

Richesource est l’nventeur du plagianisme, « technique d’amplification visant à permettre aux auteurs peu imaginatif de reprendre les textes existants en dissimulant leur source » (cf. Le dictionnaire du littéraire, art. « Plagiat », PUF, 2002). Pour en savoir plus, voir l’article de C. G. Roscioni, « L’Abbé de Richesource e il « Plagianisme » », Micromégas. Rivista di Studi e Confronti Italiani e Francesi Roma, 1978, vol. 5, no1, pp. 25-36. Voici ce que j’ai trouvé sur cet auteur dans une note d’une édition des œuvres de Boileau :

Richesource.  ] JEAN de Soudier, Ecuyer, Sieur de Richesource , étoit un misérable Déclamateur, façon de Pédant, qui prenoit la qualité de Modérateur de l’Académie des Orateurs, parce qu’il faisoit des Leçons publiques d’Eloquence, dans une Chambre qu’il occupoit à la Place Dauphine. Il avait composé quelques Ouvrages parmi lesquels il y en a un de Critique  intitulé Camouflet des Auteurs ; & chaque Critique est une Camouflade. Bross.

Voyez Sat. III. 176 DE ST MARC

  • Voltaire, Dictionnaire philosophique, art. « Plagiat », 1764. disponible su Gallica, Wikisource.
  • Ne pas oublier, que, comme nous le rappelle joliment Jean Giraudoux (Siegfried, acte I, scène 6),

Le plagiat est la base de toutes les littératures, excepté de la première, qui d’ailleurs est inconnue.

Plagiaires et plagiés

Une liste (bien évidemment non exhaustive) de plagiaires et de plagiés des siècles passés complètera prochainement cette chronique. Pour une liste des plagiaires plus récents, voir celle du site Du plagiat.

Alphonse de Lamartine

Molière

Blaise Pascal

Divers aspects du plagiats

Sur le plagiat et la supposition d’auteur, voir aussi sur Fabula, le cours d’Antoine Compagnon Qu’est-ce qu’un auteur ?, avec sa dixième leçon : La disparition élocutoire du poète.

Sur le plagiat par anticipation cher à l’Oulipo, je ne saurais trop vous recommander la lecture du Voyage d’hiver de Georges Perec et de l’ouvrage de Pierre Bayard, Le Plagiat par anticipation, Ed. de Minuit, 2009. Voir aussi l’atelelier de création littéraiure de Fabula..

Cependant, si le plagiat est une des formes des impostures et mystifications littéraires et un des dimensions de l‘intertextualité, c‘est aussi un mal qui touche la science, l’enseignement et la recherche.

Il existe des formations et des sites pour l’éviter et des outils pour le repérer, mais ceci est une autre histoire…

(Dernière mise à jour : 21 octobre 2012)


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *