Der Bücherwurm et les autres : représentations de lecteurs... et de lectrices jusqu'au début du XXe siècle

(Dernière mise à jour : 18 juillet 2012)

En cherchant sur la grande toile quelques images du Bücherwurm de Spitzweg, j'ai découvert quelques tableaux portant le même nom.

 

Comme vous le voyez, le même mot peut renvoyer à des réalités bien différentes. C'est que l'allemand Bücherwurm, littéralement  "ver de livre", est l'équivalent de la locution française utilisée pour désigner un gros lecteur "dévoreur de livre" : rat de bibliothèque.

Or les réalités et surtout les représentations culturelles de la lecture sont multiples. Au sein de la société européenne du XIXe siècle, ces peintures représentent la lecture savante et attentive de l'érudit bibliomane (voir Spitzweg et Schleicher) et celle rêveuse de l'enfant et de la femme. Notons en passant que nudité et sensualité semble un complément si naturel de la lecture féminine qu'aujourd'huiencore, dans la catégorie d'images sélectionnées par la version anglo-saxonne de Wikipedia sur les représentations  de lectrices, il existe une sous-catégorie Nude females reading in art.

 

Celle-ci n'a pas d'équivalent dans la sélection concernant les lecteurs masculins. ‎ La représentation picturale de lecteurs nus semble du reste rare sur internet (et peut-être aussi dans l'histoire de la peinture ?) à quelques exceptions plus récentes comme la peinture de  Chirico ci-contre.

La lectrice nue, quant à elle, semble être un lieu commun éculé, qui remonte à loin. C'est que la lecture féminine a longtemps été tenue pour une activité immorale et dépravée les incitant à négliger leurs devoirs publics et privés, une activité qui met en péril non seulement les lectrices elles-mêmes, mais également la famille et la société toute entière, menacées avec l'impudeur, la lascivité et l'adultère.

Voilà qui renvoie à la vision de la femme tentée et tentatrice dont le premier avatar est Eve avec le fruit de l'arbre du savoir. Bref, pour reprendre le titre d'un livre bien connu, les femmes qui lisent sont dangereuses.

D'autres représentations de la lecture féminine existent pourtant. Ainsi la Bible ayant longtemps été la seule lecture qui leur fût autorisée, des représentations de femmes plongées dans les Saintes Ecritures ne manquent pas, au premier rang desquelles la Vierge (Virgin Mary reading constitue d'ailleurs une sous-catégorie de la sélection de Wikipedia) et Marie-Madeleine suivies par toute une série de saintes et également de pieuses personnes, souvent d'un certain âge...

Il n'en reste pas moins que la lecture féminine, lorsqu'elle n'a pas la légitimité que lui confère la religion et qu'elle ne verse pas dans les excès de la lascivité et de l'érotisme, reste désordonnée ou rêveuse (cf. le titre de la peinture illustrant la couverture des Femmes qui lisent sont dangereuses). C'est notamment la lecture de romans, dont le lectorat féminin assure le succès à partir du XVIIIe siècle..

Elle s'oppose à la  concentration des lecteurs masculins à la recherche de savoir et d'information plus que de rêve et d'évasion. Au Moyen-Age, les saints et les ecclésiastiques sont  d'abord les seuls à être représentés lisant. Par la suite les hommes de pouvoir (rois, nobles, hommes politiques) et de savoir (philosophes, littérateurs et savants en tous genres) viennent les concurrencer, avant que la représentation de la lecture ne s'étende au simple particulier. Dans le même temps, nous passons du livre au journal.

Toutes les considérations ci-dessus sont à prendre pour ce qu'elles sont : des approximations sommaires sur l'histoire de la lecture et de ses représentations. N'y voyez qu'un prétexte pour aborder ce thème multiforme et son traitement sur internet où  il est présent sur de nombreux sites : Portraits de lecteurs ou Reading and Art y sont entièrement consacrés ; des sélections d'images sont proposées sur le blog de Patricia Putoy dans une série intitulée Energie renouvelable : la lecture, mais aussi dans Mes petites idéesFluctuat, La petite maison des arts, Les mille étangs, Harriet Devine's Blog... Cependant, si vous souhaitez une sélection à la fois très étendue et bien référencée, je vous conseille de visiter la base Joconde et sa sélection sur la lecture.

Pour la lecture féminine spécifiquement, voir les sélections qui accompagnent des recensions des ouvrages de Stefan Bollmann sur La marchande de nuages, Thé au jasminL'internaute, Enigm-art... Pour une étude d'un portrait de lectrice en peinture, voir l'article d'Odete Jubilado, "Lorsque le tableau est une fenêtre ouverte sur la lecture...", consacré en bonne partie à La liseuse de Fragonard.

Vous aurez remarqué que les représentations de lecteurs que je vous ai présentées sont essentiellement des tableaux. Et qu'en est-il de la sculpture ? Les documents sur le sujet semblent plus rares et il  me faudra sans doute y revenir. En attendant, je vous propose de rechercher dans la base Joconde ou de découvrir les quelques lectrices statufiées sélectionnées par Wikipedia.

A voir aussi,  L'éducation maternelle du sculpteur Eugène Delaplanche, qui n'est pas sans rappeler la représentation traditionnelle de Sainte Anne faisant lire la Bible à Marie.

Enfin je vous renvoie à une statue en bronze réalisée en Allemagne au début du XXe siècle et intitulée ... Bücherwurm ! Et la boucle est bouclée...

Bibliographie succincte

Il n'y a pas qu'internet et pour approfondir  ce qui précède,  voici une petite bibliographie à compléter au fil de mes propres découvertes et de vos suggestions.

Sur la lecture et sa représentation en générale

François Dupuigrenet Desroussilles (dir). La symbolique du livre dans l'art occidental du haut Moyen Age à Rembrandt. Bordeaux : Société des Bibliophiles de Guyenne ; Paris : Institut d'étude du livre, 1995.

Alberto Manguel. Une Histoire de la lecture,  essai traduit de l'anglais par Christine Le Boeuf. Arles : Actes Sud, 1998.

Fritz Nies. Imagerie de la lecture : exploration d'un patrimoine millénaire de l'Occident. Paris : Presses universitaires de France, 1995.

Sur la lecture féminine

Les ouvrage sur le sujet sont nombreux. Je rappellerai d'abord ceux de Stefan Bollmann, préfacés par Laure Adler, Les femmes qui lisent sont dangereuses (2006)et sa suite, Les femmes qui lisent sont de plus en plus dangereuses (2011). Il s'agit de beaux livres, l'essentiel de l'ouvrage étant consacré à l'iconographie. Voir leur présentation sur le site de Flammarion et sur Parutions.com.

Voici quelques autres ouvrages, plus universitaires :

Lectrices : au miroir des femmes, textes rassemblés par Marianne Camus et Françoise Rétif. Dijon : Éditions universitaires de Dijon, 2004.

Lectrices d'Ancien Régime, actes du colloque, 27-29 juin 2002, UFR ALC, Université de Rennes II, sous la dir. de Isabelle Brouard-Arends. Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2003.

Livres et lectures de femmes en Europe entre Moyen-Âge et Renaissance,  colloque international tenu à l'Université de Lille 3, les 24, 25 et 26 mai 2004,  textes réunis par Anne-Marie Legaré. Turnhout : Brepols, DL 2007.

Sandrine Aragon. Des liseuses en péril : les images de lectrices dans les textes de fiction de "La Prétieuse" de l'abbé de Pure à "Madame Bovary" de Flaubert (1656-1856). Paris : H. Champion, 2003. Texte remanié de la thèse de l'auteur.

Jean Mainil. Don Quichotte en jupons ou Des effets surprenants de la lecture Texte imprimé essai d'interprétation de la lectrice romanesque au dix-huitième siècle. Paris : Éditions Kimé, 2007.

Noë Richter. Les femmes et la lecture au dix-neuvième siècle. Bernay : Société d'histoire de la lecture, 2004.

Alexandre Wenger. La fibre littéraire : le discours médical sur la lecture au XVIIIe siècle. Genève : Droz, 2007. Texte remanié d'une thèse de doctorat soutenue à Genève en 2005.


Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire à l'université de Tours.

More Posts

Imprimer ce billet Imprimer ce billet