Archives de catégorie : Non classé

Trois traductions du vieux français et quelques pistes sur la musique médiévale

Lors de mes récentes pérégrinations sur internet, j’ai pu découvrir trois sites fort bien faits conçus et illustrés par Dominique Tixhon.

Les  deux premiers, La chanson de Roland et Le voyage de saint Brendan, s’appuient sur les traductions bilingues de Ian Short qui a fait du reste paraître des éditions papier de ces mêmes titres :

La chanson de Roland, éd. critique et trad. de Ian Short. Paris : Librairie générale française, 1990. 282 p. Le livre de poche. Lettres gothiques ; 4524.

La chanson de Roland, présentation et trad. de Ian Short. Paris : Librairie générale française, 1997. 190 p. Classiques médiévaux.

Le voyage de Saint Brendan, [version de] Benedeit ; texte et traduction de Ian Short ; introduction et notes de Brian Merrilees. Paris : Union générale d’éditions, 1984. 141 p. 10-18 ; 1652. Bibliothèque médiévale.

Le voyage de Saint Brendan, [version de] Benedeit ; texte, traduction, présentation et notes par Ian Short et Brian Merrilees.  Paris : H. Champion, 2006. 206 p. Champion classiques. Moyen âge ; 19.

Le troisième, concernant la chante fable Aucassin et Nicolette, bénéficie de la musique et des recherches musicales de Marcel Arnoux, expert en matière d’instruments de musique médiévaux, comme l’atteste son site, Musique et poésies médiévales.

Bonne occasion pour faire une rapide recherche sur ce sujet. Outre l’article de Wikipédia sur la musique médiévale, voici déjà quelques sites :

APEMUTAM. Association Pour l’Etude de la Musique et des Techniques dans l’Art Médiéval

Instruments pour jouer les musiques du Moyen-Age

Musicastallis. Iconographie musicale dans les stalles médiévales

Portail francophone des musiques médiévales

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Collection des meilleurs dissertations, notices et traités particuliers relatifs à l’histoire de France

En préparant ma chronique sur le procès fait au cadavre de Jacques Clément, j’ai pris connaissance de cet intéressant recueil de documents que je vous invite à découvrir.

Constant Leber, Jacques-Barthélémy Salgues et Jean Cohen. Collection des meilleurs dissertations, notices et traités particuliers relatifs à l’histoire de France : composée, en grande partie, de pièces rares, ou qui n’ont jamais été publiées séparément, pour servir à compléter toutes les collections de mémoires sur cette matière. Paris : G.-A. Dentu, 1838. 20 vol. Disponible sur Gallica.

 

Parties de l’ouvrage et tomes correspondants

Origines ; préliminaires de l’histoire de France : tome 1 et tome 2

Géographie :  tome 2

Culte : tome 3

Organisation sociale : tome 4 ; tome 5 ; tome 6 ; tome 7 ; tome 19 ; tome 20

Civilisation : tome 8 ; tome 9 ; tome 10 ; tome 11 ; tome 12 ; tome 13

Sciences, lettres, arts : tome 14 ; tome 15 ; tome 16

Evènements fameux : tome 17 ; tome 18

Mélanges :  tome 18

 

Extrait de la préface du tome 1 où Constant Leber annonce le plan général de l’ouvrage :

 

PREMIÈRE PARTIE.

ORIGINES; PRÉLIMINAIRES DE L’HISTOIRE DE FRANCE.

Les origines forment le premier anneau de la chaîne des faits; et conséquemment le premier objet qui se présente dans l’étude distributive des parties de l’histoire. Le peuple dont nous sommes issus n’avait pas les Gaules pour berceau comment et dans quel temps s’y est.il établi ? d’où venait-il alors? quels évènemens ont préparé ou signalé sa conquête ? quels furent ses premiers rois et son existence politique dans sa nouvelle patrie? C’est ce dont traitent les ouvrages réunis sous le titre d’Origines.

DEUXIÈME PARTIE.

GÉOGRAPHIE.

De la connaissance des peuples conquérans, nous devons passer à l’exploration du pays conquis. Nous avons à examiner sa situation, son étendue, ses limites ses rapports géographiques avec des voisins rivaux ou amis. C’est le théâtre des scènes qui vont se développer pour bien comprendre ce qui s’y passe, il faut en connaître le plan et les issues. D’ où Géographie.

TROISIÈME PARTIE.

CULTE.

Vient ensuite la religion, le premier besoin ft disons la première loi des sociétés. Elle est, en effet, le fondement des plus anciennes institutions monarchiques. C’est dans sa croyance et le sentiment des devoirs qu’elle lui impose, qu’il faut d’abord étudier un peuple, pour pénétrer le fond de son caractère et le mobile de ses activons. D’où Culte.

QUATRIÈME PARTIE.

ORGANISATION SOCIALE.

Après la loi divine, ce sont les lois humaines qui appellent immédiatement notre attentiori. Les actes constitutifs etrégulateurs de la société le principe fondamental du gouvernement; l’autorité et les devoirs du chef; les droits et les obligations du sujet; les formes de la représentation nationale; le mode d’administration de la justice; les distinctions qui sont la marque du pouvoir ou la récompense de grandes vertus; la force qui défend les droits ou protège les entreprises du corps politique toutes ces institutions sont autant d’élémens ou de dépendances de Organisation sociale.

CINQUIÈME PARTIE.

CIVILISATION.

L étude des mœurs suit naturellement celle des institutions, qu’il est si difficile d’ en séparer, qui en sont d’ ordinaire ou la règle, ou la conséquence. Ainsi, les grandes solennités; les exercices chevaleresques les signes distinctifs des familles et des castes; les divertissemens publics; les jeux privés les repas; les folles pratiques la  naissance et les progrès du luxe; la rotation des modes; la singularité de certains usages; le caractère superstitieux de quelques autres; et, en général, toutes les circonstances dont le mérite propre est de caractériser l’esprit et les moeurs de nos ancêtres, formeront l’objet du chapitre Civilisation.

SIXIÈME PARTIE.

SCIENCES, LETTRES, ARTS.

L’état des, sciences et des lettres aux principales époques de la monarchie, les variations du langage, les premiers essais et les développemens successifs de l’industrie, et du commerce, se rattachent aussi par les-liens les plus étroits à l’histoire de la civilisation. On trouvera donc la suite nécessaire de ce qui précède, dans la partie Sciences, Lettres, Arts

SEPTIÈME PARTIE.

ÉVÉNEMENT FAMEUX.

Les grands évènemens qui sont la honte ou l’illustration des siècles, peu-vent être considérés comme le produit des institutions et des moeurs. On sent qu’il ne s’agit ici que des faits extraordinaires dont le principe ou la fin plus ou moins déguisée, a paru se dérober à la vue du commun des hommes, et qui ont provoque les recherches particulières des critiques et des savâns. De ce nombre sont les conspirations avortées les actes d’une éclatante justice doit la mémoire pèse encore sur des noms illustres; les fureurs des partis et les sanglantes catastrophes dont ils furent victimes; les crimes d’une ambition toute-puissante ou d’une haute vengeance. C’est ce qu’on a cru devoir comprendre sous le titre d’Evènemens fameux.

HUITIÈME PARTIE.

MÉLANGES.

Nous avons réservé, pour la dernière classe, les observations générales qui se rapportent à tout, et les faits singuliers ou fabuleux qui ne se lient exclusivement à aucune partie d’étude déterminée. Ainsi, les recherches sur des objets de pure curiosité, tels que le chien de Montargis, la fée Mélusine, la reine Pédauqne, le roi d’Yvetot, et les Dissertations complexes qui n’ ont pas dû trouver place dans les parties précédentes fourniront la matière des Mélanges.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Références pour le livre ancien (5) Le papier

Il est inévitable que mon intérêt pour le livre ancien m’amène à m’intéresser  au support principal de « cette marchandise ». Le papier n’a-t-il pas participé depuis la fin du Moyen-Age en Europe à l’explosion de la Galaxie Gutenberg et à la démocratisation du livre ? N’est-il pas lié au destin de ce dernier, en Chine où il a été inventé (IIIe avant notre ère) et dans le monde musulman qui à partir du VIIIe siècle en a permis la diffusion jusqu’en Occident ?

Comme j’avoue avoir un peu de mal à appréhender l’histoire matérielle et les techniques qui y sont étudiées, je laisse les personnes plus savantes que moi en la matière vous en faire, selon les cas, une présentation synthétique ou détaillée. Il ne s’agit ici que de réunir quelques références utiles sur la question. Comme d’habitude, si vous avez des suggestions, elles seront bienvenues.

Quelques livres… sur papier (mais parfois en ligne)

Nous commencerons par deux ouvrages parus en 1999, année du bicentenaire de l’invention de la machine à papier. Ces livres ont fait l’objet d’une note de lecture par Philippe Hoch dans le Bulletin des bibliothèques de France, 2000, n° 1, p. 144-146 :

Lucien X. Polastron. Le papier : 2000 ans d’histoire et de savoir-faire. Paris : Imprimerie nationale éd, 1999. Une présentation sur le site de l’auteur.

Pierre-Marc de Biasi, Karine Douplitzky. La saga du papier. Arte éd., 1999. Une réédition en 2002. Un dossier sur le site d’Arte autour de ce livre et des émissions liées.

Pierre-Marc de Biasi est également l’auteur d’autres textes sur ce thème d’autres ouvrages et articles sur ce thème, lesquels sont indiquées sur son site :

Le papier : une aventure au quotidien. Paris : Gallimard, 1999. (Découvertes Gallimard, 369).

« Le papier, fragile support de l’essentiel », Pouvoir du papier, Cahier de médiologie, n°4, Gallimard, Paris, 1997, (p. 7‑17 ). Article accessible sur le site de l’ITEM – l’auteur en est directeur depuis 2006 (plus d’info) et sur le site de la médiologie avec l’ensemble du fascicule dont il est extrait.

Quelques ouvrages plus anciens

André Blum. Les origines du papier, de l’imprimerie et de la gravure. Paris : Tournelle, 1932.

Charles Delon. Histoire d’un livre. 1884. Voir le chapitre sur la fabrication du papier à la forme et à la machine. Accessible sur Archives.org et sur Textes rares (htm).

Jérôme de Lalande. Art de fabriquer le papier. Paris : J. Moronval, 1820.  Accessible sur Gallica et sur le site du Moulin du Verger (htm).

Pour une bibliographie plus complète, je vous renvoie à celle réalisée par la BNF : L’épopée du papier à travers l’histoire : des origines à l’e-paper.

Quelques sites intéressants

Sites d’historiens :

Association française pour l’histoire et l’étude du papier et des papeteries

Association internationale des historiens du papier

Sites de papetiers

Maison de l’Imprimerie et du Papier, site Jean Pierre Gouy, 

Moulin du Verger 

Le CERIG propose auusi quelques pages sur lhistoire du papier

Quelques aspects particuliers

Filigranes

Formats du papier… et des livres

Papier vergé versus papier vélin, une chronique de Bibliomab ; voir aussi sur la fabrication du papier vergé la présentation faite par Jean Pierre Gouy

Vocabulaire


 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Références pour le livre ancien (4) Héraldique et livres anciens

Prévoyant le cas où vous pourriez être un jour  confronté au problème de l’identification des armoiries d’une reliure, j’ai glané sur internet ou sur les rayons de mes bibliothèques habituelles les quelques ressources ci-dessous. Une telle liste ne pouvant être que lacunaire, toute suggestion sera la bien venue.

Commençons par un document imprimé consulté voici quelques mois.Yves Devaux dans « Héraldique et bibliophilie : dix siècles d’art et d’histoire » (Arts & métier du livre, n° 274, sept-oct 2009, p.34-41) fait une présentation synthétique des principaux ouvrages de références sur la question.

Suivent deux ouvrages initialement imprimés et désormais disponibles en ligne.

Michel Popoff est l’auteur d’une Bibliographie héraldique internationale (Le Léopard d’Or, Paris, 2003) qu’il a gracieusement mis à la disposition de la Société française d’héraldique et de sigillographie

L’Armorial général de France dressé par Charles d’Hozier est disponible sur Gallica. A propos, de quoi s’agit-il ? Voici quelques informations glanées sur le site de la BNF :

L’Armorial général de France ou Armorial d’Hozier, né d’un édit de 1696 portant obligation à tous les sujets du roi de faire enregistrer leurs armoiries, fait aujourd’hui fonction d’armorial quasi officiel de l’Ancien Régime. Il contient plus de 115000 armoiries familiales classées par provinces et 3000 armoiries de villes et communautés. Il regroupe trois séries de manuscrits :

deux séries de textes qui donnent une description des armoiries – l’Armorial général cotes « Français 32146 à 32193 » et l’exemplaire dit « authentique » cotes « Français 32194 à 32227 »,

une série d’illustrations : les blasons coloriés cotes « Français 32228 à 32262 ».

Textes et blasons sont complémentaires. Ils sont classés par provinces puis par généralités.

Il existe deux tables imprimées pour les séries de textes et une table manuscrite pour la série des blasons :

PARIS, Louis, Indicateur du Grand armorial général de France : recueil officiel dressé en vertu de l’édit de 1696, publ. sous la dir. de Louis Paris, Paris, Mme Bachelin-Deflorenne, 1865. Document numérisé

ROBERT, Ulysse, Indicateur des armoiries des villes, bourgs, villages, monastères, communautés, corporations, etc. contenues dans l’Armorial général de d’Hozier, Paris, A. Picard, 1879.
Salle X – Ouvrages de référence par discipline [929.6 ROBE i]

Table des blasons coloriés de l’Armorial général de France
Cette table manuscrite en deux volumes reprend le classement des familles par province et généralité : il vaut donc mieux connaître l’origine géographique de la famille pour ne pas avoir à dépouiller l’ensemble des volumes.
Salle de références de Richelieu [017 MSS HOZI B1-B2]

Pour toute recherche sur les ressources généalogiques du département des Manuscrits :

GERARD, Jean-Philippe, Répertoire des ressources généalogiques et héraldiques du département des manuscrits de la Bibliothèque nationale de France, Versailles : Mémoire et documents, 2003 Salle de références de Richelieu [929.1 GER] Manuscrits occidentaux [8° IMPR 8836 double], à demander à la banque de salledressé en vertu de l’édit de 1696 par Charles d’Hozier est disponible sur Gallica.

Le billet Identifier les armoiries d’une reliure de Pierre Margige, alias aka Reup comporte notamment une étude comparative des meilleurs outils en ligne sur ce thème :

Les meilleurs outils :

Guigard, Joannis. Nouvel armorial du bibliophile. T1 (Maisons souveraines, Femmes & Personnalités ecclésiastiques).

Guigard, Joannis. Nouvel armorial du bibliophile. T2 (Les autres)

Les plus : Assez complet, et spécialisé dans le domaine qui nous intéresse. En fin de volumes, des index des pièces et meubles très utiles.
Les moins : En mode image seulement sur Gallica, et de mauvaise qualité (on n’y voit pas grand chose sur les illustrations). Recherche par mot impossible, donc.

La base Provenance des livres anciens de la bibliothèque de Lyon

Les plus : Richement documentée, spécialisée, illustrée d’excellentes photographies, moteur de recherche efficace, facile d’utilisation… Un modèle.
Les moins : Par nature restreinte aux seules collections lyonnaises, donc parfois insuffisamment riche.

La base blasons sur Euraldic.com

Les plus : Reprend les armoriaux de Rietstap, d’Hozier, et plein d’autres. Le plus riche que j’ai trouvé (il revendique 150.000 blasons !).
Les moins : Une très longue liste triée par noms, sans moteur de recherche.

Le site Armorial général [Ce site semble désaffecté. JS 21/10/2011]

Les plus : Moteur de recherche avancée intégré, nombreuses illustrations.
Les moins : Moins riche que le précédent, et parfois très, très lent, voire inaccessible.

Le site Héraldique Européenne

Les plus : Illustré, organisé, avec des informations sur les détenteurs des blasons.
Les moins : Illustrations modernes et normalisées, parfois éloignées des armoiries anciennes trouvées. Beaucoup moins complet que les autres, et organisation figée donc parfois difficile de s’y retrouver.

Pour effectuer des recherche dans les bases gratuites de blasons, Il a même concocté un moteur Google personnalisé : Akareup-Blasons

Pour approfondire sur l’héraldique en général :

Art du blason et identité graphique

Le hérault d’armes avec son traité d’héraldique où vous trouverez entre autre une bibliographie et des liens

Le site de Laurent Garnier avec son

Les signets BNF sur ce thème

Et ne pas oublier le Traité d’héraldique de Michel Pastoureau.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Références pour le livre ancien (3) Formats des livres

(Dernière mise à jour : 28/11/2011)

Pour commencer : le panorama général donné sur Bibliomab.

Pour approfondir : le livre d’Edouard Rouveyre, Connaissances nécessaires à un bibliophile

Pour préciser quelques questions de vocabulaire :

Cette définition donnée par le glossaire du bibliophile de Galaxidion :

Format

Forme et dimension d’un livre, souvent désignées par les termes: in-folio, in-quarto, in-octavo, etc., Ces termes font référence au nombre de plis dans la feuille imprimée.
Ainsi, in-folio désigne la feuille pliée en deux et formant 4 pages; in-quarto désigne la feuille pliée en quatre et formant 8 pages; in-octavo désigne la feuille pliée en huit et formant 16 pages; etc. Comme le format de la feuille d’origine est variable, la dimension obtenue au pliage l’est aussi.
Les principaux formats de papier sont les suivants, par ordre croissant : pot, couronne, écu, coquille, carré, raisin, jésus, colombier. Ces appellations proviennent des motifs qui étaient autrefois filigranés dans le papier, suivant le format. On parlera donc, pour plus de précision, d’in-octavo jésus, in-octavo couronne, etc. Pourtant ces termes sont de moins en moins utilisés par certains libraires et bibliographes. De nos jours, ceux-ci préfèrent indiquer les dimensions d’un volume en centimètres.
Cependant, voici une désignation moins approximative pour les amateurs de précision :

  • in plano : très grand format ; feuille à plat non pliée
  • in folio : format atlas ; feuille pliée en deux, soit une fois
  • in quarto : format grand cahier ; feuille pliée en 4 soit deux fois
  • in octavo : format petit cahier d’écolier ; feuille pliée en 8 soit trois fois
  • in douze, in seize, in dix-huit : format livre de poche ; feuille pliée en seize ou subdivisée en 6/6 ; 8/4 ; 14/4 ou 12/6 soit quatre fois
  • in vingt et quatre, in trente et deux : très petits formats
  • au-delà on désignera ces ouvrages sous le terme  » minuscule « . Il sera dès lors approprié d’en donner un format en centimètres (on peut toutefois rencontrer des formats très réduits restitués en termes classiques, par exemple, in-364.

Cette précision donnée par Le blog du Bibliophile :

Pour simplifier et codifier les formats, on utilise depuis le 19ème une côte moyenne appelée « format bibliographique », et qui est la suivante, pour les principaux formats:

(la dimension est celle de la hauteur du livre)
Grand in-folio : plus de 40 cm
In-folio : moins de 40 cm
In-4 : moins de 30 cm
In-8 : moins de 25 cm
In-12 : moins de 20 cm
In-16 : moins de 16 cm
In-18 : moins de 14 cm
In-32 : moins de 10 cm.

Voir aussi ce qui concerne le format du papier dans la papeterie ancienne.

 

 

 

 

 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Références pour le livre ancien (1) Quelques pistes

(Dernière mise à jour : 29/02/2012)

Aux temps lointains où je préparais le CAFB option livre ancien, un de mes outils de travail et d’étude était l’ouvrage de Mireille Védrine, 200 références pour le livre ancien : du manuscrit à 1900, qui en était alors à sa 2e édition revue et augmentée par Caroline Durand et Pierre Guinard (Villeurbanne, École nationale supérieure de bibliothécaires, 1990). Continuer la lecture de Références pour le livre ancien (1) Quelques pistes

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts