Archives de catégorie : Histoire et géographie

Bibliothèque orientale elzévirienne

C’est à la suite de ma recherche d’ouvrages du XIXe siècle sur la bouddhisme que j’ai découvert la Bibliothèque orientale elzévirienne, collection de livres consacrée à l’Orient, le terme «oriental» étant à entendre au sens large. Publiée par les éditions Ernest Leroux, son  premier volume est paru en 1873, le quatre-vingt-dixième et dernier volume en 1916. On y trouve des œuvres de spécialistes bien connus, pour la plupart français (philologues, orientalistes, fonctionnaires coloniaux, diplomates, etc.). La série visant un large public, son niveau scientifique est en partie inégal.

Ce qui précède et ce qui suit suit est en bonne partie une adaptation d’une notice de Wikipedia en allemand que je tente d’adapter et d’enrichir. Vous trouverez ci-dessous une liste des ouvrages parus dans cette collection avec les accès au texte intégral  quand j’ai pu les trouver. Continuer la lecture de Bibliothèque orientale elzévirienne

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’histoire en bande dessinée

Dans un article intitulé  « L’Histoire par la bande » paru dans le LivresHebdo n° 1143 (29 septembre 2017), Anne-Laure Walter présente une nouvelle collection L’histoire dessinée de la France, issue de la collaboration de l’équipe de la Revue dessinée et des éditions La découverte. Elle en profite pour faire un bref panorama des éditeurs de bandes-dessinées qui dédient actuellement des collections à l’histoire : Continuer la lecture de L’histoire en bande dessinée

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les Histoires et paraboles du Père Bonaventure et leurs suites

Un petit livre très-naïf et, dans le genre qui lui est propre, très-curieux, est : Les Paraboles du père Bonaventure, in-18,12 pag., Pont-à-Mousson, 1841; in-18, 10 pag., Épinal, Pellerin, S. D. Le véritable auteur est le père Giraudeau, jésuite, qui le publia en 1760, sous le pseudonyme de père Bonaventure. On l’a bien souvent réimprimé, notamment dans la Bibliothèque bleue de la veuve Oudot, et dernièrement encore la Société de Saint-Victor pour la propagation des bons livres, en a donné une édition complète sous le titre de: Histoires et paraboles du P. Bonaventure-Giraudeau, in-12, 261 pag., Plancy, 1850. Mais il n’y a peut-être pas deux exemplaires de ces éditions qui se ressemblent ou qui soient conformes à l’original. Il a été continué par Champion de Nilon, autre jésuite, en 1786. Dans les éditions que j’ai sous les yeux, il se compose de trois paraboles seulement (on en compte ordinairement environ une quarantaine), suivies chacune d’un commentaire ou paraphrase qui en explique le sens moral […]

Histoire des livres populaires et de la littérature de colportage par Charles Nisard

Une annexe de la bibliothèque familiale recèle un exemplaire des Histoires et paraboles du Père Bonaventure Giraudeau. Il s’agit d’une édition imprimée par J. Petit à Besançon en 1824, édition qui n’est visiblement pas celle que Charles Nisard a sous les yeux, car elle contient bien plus que trois paraboles. De 1766 à 1903, ce livre a connu plus de cent tirages ou rééditions, avec de fortes variations de contenu.

Continuer la lecture de Les Histoires et paraboles du Père Bonaventure et leurs suites

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Drapeaux de l’Alsace

Voici un peu de documentation sur les drapeaux de l’Alsace. Eh oui, il en existe plusieurs.

Le Rot ùn wiss
Rot un wiss
Rot un wiss

Ce drapeau est celui de l’identité régionale et de la résistance face aux pouvoirs centralisateurs français et prussien. A ce titre, il est généralement mal vu des autorités politiques et administratives qui tenteront de lui en substituer d’autres. Comme son nom l’indique, il est formé de deux bandes rouge et blanche, ces deux couleurs étant fort prisées en Alsace depuis le XIe siècle  puisqu’elles figurent notamment dans les blasons de plusieurs villes alsacienne. Il a été interdit par le gouvernement français entre les deux Guerres. Il est aujourd’hui utilisé dans plusieurs villages alsaciens. Continuer la lecture de Drapeaux de l’Alsace

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Des assassins nommés Ronsard : un fait divers de 1573

En feuilletant Adorable Touraine de Roland Engerand, j’ai pu lire ceci concernant un cousin du poète Ronsard ;

Philippe de Ronsard [était] l’un des cent gentilshommes du Roi et -titre moins flatteur – le père de ces deux futurs assassins de la Desinière, dont André Hallays, dans son En flânant à travers la Touraine, a retracé le geste sanglant.

Ai-je bien lu ? Des assassins chez les Ronsard ? Hélas, oui, et ayant trouvé en ligne sur Gallica toute la série des En flânant écrits par le critique littéraire et artistique André Hallays ,  je découvre dans celui consacré à la la Touraine et à l’Anjou un fait divers bien sordide et bien sanglant advenu le 14 avril 1573 à la Denisière, manoir situé à un quart d’heure de la Poissonnière où naquit le poète, et ce sont bien quatre membres de la famille Ronsard qui y furent impliqués. Mais lisez plutôt…

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’Alsace en 1903 et en 1910

J’ai trouvé dernièrement dans Gallica un ouvrage d’André Hallays paru en 1911, En flânant à travers l’Alsace. L’auteur y évoque plusieurs voyages successifs et y confie ses réflexions sur l’état de cette province perdue, notamment dans deux chapitres intitulés « L’Alsace en 1903 » et « L’Alsace en 1910 » que je vous invite à découvrir. Ils constituent tout autant un témoignage sur l’Alsace de l’époque que sur ce que pouvait en penser un visiteur français cultivé plutôt bien informé.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les ancêtres du blabla

En faisant une recherche sur l’alsacien, langue régionale à laquelle je consacrerai prochainement une chronique,  j’ai découvert par hasard le mot bàbbla qui, selon les traductions, signifie parler ou papoter. Je me suis alors demandé si ce vocable ne se trouverait pas son origine de blabla, qui est pourtant réputé être une création du journaliste Paul Gordeaux,

Un couple de mots pourtant pourrait s’inscrire dans cette généalogie : il s’agit du substantif  babil et eu verbe babillerAntoine de Rivarol le définie ainsi Dictionnaire classique de la langue française :

Le babil est un excès de paroles, qui n’a pour but que le plaisir de parler ; le bavardage est un flux de paroles, qui prend sa source dans la sottise ; le caquet prend sa source dans une vanité ridicule et puérile.

Et d’où vient babil ? De Babel ? Allez savoir.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’atlas des paysages d’Indre-et-Loire

Sur le site de la Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) du Centre-Val de Loire, j’ai trouvé, parmi les atlas des paysages disponibles, celui concernant l’Indre-et-loire, département où je vis depuis bientôt un quart de siècle. A propos, qu’est-ce qu’un atlas des paysages ?

Comme le format zip utilisé ne rend pas la consultation aisée, multipliant les étapes pour accéder aux documents, j’ai cherché sur internet des accès un peu plus direct. Vous les trouverez ci-dessous. Continuer la lecture de L’atlas des paysages d’Indre-et-Loire

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’art pariétal préhistorique aux origines du cinéma ?

J’ai vu ce soir sur la chaîne Histoire un fort intéressant documentaire intitulé Quand Homo Sapiens faisait son cinéma centré sur le travaux du préhistorien Marc Azéma sur la représentation du mouvement dans l’art  paléolithique, notamment à la grotte Chauvet. Continuer la lecture de L’art pariétal préhistorique aux origines du cinéma ?

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts