Archives de catégorie : Histoire et géographie

Napoléon (1) Caricatures

Je n’apprécie guère, je l’avoue, le supposé grand homme des Invalides. Aussi quel plaisir lorsque je lis dans La mort du Vazir-Moukhtar de Iouri Tynianov (1) :

Cela s’appelle la gloire.L’ombre débile d’un officier nerveux qui s’appelait Napoléon Bonaparte avait autrefois été ainsi remplie de regards humains. Et au Conseil des Cinq-Cents, Bonaparte avait perdu connaissance ; après cela seulement, sa main s’était emparé du secret : celui des mathématiques et de la légèreté militaire. Il avait également pris des leçons au théâtre ; Talma lui avait enseigné son éloquence hachée et même les défauts d’une prononciation que le gens croyaient simple et solennelle.

Je me rappelais avoir vu quelque part – dans un manuel scolaire ? – la gravure ci-dessus, témoignage des leçons du grand acteur Talma au nouvel empereur. Il n’a pas était bien difficile de la retrouver sur la toile. Du coup, j’ai voulu élargir ma recherche aux caricatures anti-napoléoniennes. Voici ce qu’a donné la pêche.

Les caricatures anti-napoléoniennes  (1) Voyage en Napoléonie

La même gravure est notamment reproduite par Napoleon.org en couverture d’un numéro hors-série de Napoleonica : L’Anti-Napoléon, riche en illustrations. Un autre site consacré à Napoléon et son temps, Histoire du Consulat et du Premier Empire propose aussi plusieurs caricatures. Deux représentations satiriques de l’arrivée à l’île d’Elbe, sont visibles sur Napoléon, prisonnier.

Sur Napoléon, il est également utile d’explorer les sites des musées nationaux napoléoniens.

Cependant, le site le plus intéressant sur la caricature anti-napoléonienne est sans doute Napoléon hors légende qui, loin travailler à la gloire du vainqueur d’Austerlitz, se présente comme une véritable charge contre l’ogre corse. Voilà qui nous change un peu de l’éternelle glorification héritée des Victor Hugo, Gérard de Nerval et autres Edmond Rostand…

Les caricatures anti-napoléoniennes (2) Caricatures, histoire, bibliothèques

D’autres sites proposent des caricatures de Napoléon sans être particulièrement centrés sur sa personne ou son époque.

Ce sont d’abord des sites spécialisés dans la caricature. La référence en la matière, Caricature et caricatures propose un article détaillé .

Autres types de sites proposant des caricatures du premier empereur français : des sites dédiés à l’histoire comme L’histoire par l’image et les collectionsmusée de l’Histoire vivante.

Les bibliothèques enfin peuvent proposer des sélection de sites et de références bibliographiques sur Napoléon comme la médiathèque de La Roche sur Yon ou des collections numérisées comme la Brown University Library ou la Bodleian Library.

Une exposition en ligne de la bibliothèque de l’université McGill, La modernité et ses platitudes : James Gilleray and his contemporaries, propose aussi des caricatures de Napoléon, notammment dans sa partie L’art, c’est le réconfort d’un destin glorieux.

Les caricatures anti-napoléoniennes (3) Biblographie chronologique

Champfleury, Histoire de la caricature: sous la République, l’Empire et la Restauration, Paris, E. Dentu, 1877. Voir Google.

J. Ashton, English caricature and satire on Napoleon I, London, Chatto & Windus, 1884, 2 vol. Voir Archive Internet.

John Grand-Carteret, Napoléon en images. Estampes anglaises (Portraits et caricatures), Paris, Firmin-Didot et Cie, 1895.

Broadley, Napoleon in caricature, 1795-1821 ; Londres, 1911. Voir Archive Internet.

Jean Tulard, L’anti-Napoléon, Paris, Julliard, 1965.

Napoléon : caricatures et dessins humoristiques de 1800 à nos jours : exposition, du 17 octobre au 16 novembre 1975, Boulogne-Billancourt,  Bibliothèque Marmottan, 1975

Catherine Clerc, La Caricature contre Napoléon, Paris, Promodis, 1985.

Jérémie Benoît, L’Anti-Napoléon. Caricatures et satires du Consulat à l’Empire, catalogue de l’exposition du musée national des Châteaux de Malmaison et Bois-Préau, 30 Mai-30 Septembre 1996. Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1996. Voir la présentation sur le site  des Musées nationaux napoléoniens.

Véronique Fau-Vincenti et Eric Lafon dir., Napoléon Aigle ou Ogre ?, catalogue d’exposition, 11 décembre 2004 – 2 décembre 2005, Musée de l’Histoire vivante de Montreuil. Paris, Musée de l’Histoire vivante et RMN, 2004. Voir le commentaire de Caricature et caricatures.

Mark Bryant. Napoléon 1er en caricatures. Paris, Hugo Images, 2010.

_____________________________________

(1) Ce roman, sorte de chronique d’une mort annoncée, raconte la dernière année de la vie d’Alexandre Griboïedov (1795-1829), immortel auteur de la pièce Le malheur d’avoir trop d’esprit, mais aussi diplomate : c’est lui vazir-moukhtar (ministre plénipotentiaire) tué à Téhéran lors d’une émeute. Aragon conclut ainsi sa préface :

J’aurais voulu avoir écrit ce livre. Que voulez-vous d’autre de moi que ce regret exprimé ?

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

En feuilletant L’Intermédiaire des chercheurs et curieux ou un forum culturel au XIXe siècle (1). Caricatures contre le Christ

A propos du graffiti Alexamenos sebete theon.

Extraits de L’Intermédiaire des chercheurs et curieux Vol. 9, 1876. Source Gallica. 

N° 184, col.30-31

N° 185, col. 61

N° 186, col. 92

N° 187, col. 115

N° 198, col. 463-464

N° 199, col. 497-498

N° 201, col. 561-562

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Jean-Loïc Le Quellec, archéologue saharien et démonteur de mythes

Samedi dernier, j’ai écouté Mauvais genres sur France Culture. L’émission de ce 19 juin dont je vous conseille l’écoute, avait pour titre archéologie fiction. En voici l’argument :

Mondes perdus, sciences maudites et mythologies délirantes à l’affiche ce soir d’un Mauvais Genres qui fera la part belle à deux récentes publications de l’archéologue et saharien Jean Loic Le Quellec: Des martiens au Sahara et La dame blanche et l’Atlantide, tous deux publiés chez Errance-Actes sud. Deux ouvrages qui analysent par le menu toutes les supercheries et hypothèses délirantes néées de la fabrication ou de l’analyse erronnée de preuves archéologiques, la plupart minérales.

 

Sur les ouvrages

Quelques informations complémentaires données par l’éditeur.

Des Martiens au Sahara : chroniques d’archéologie romantique, Actes Sud, 2009

Des Martiens ont atterri au Sahara durant la préhistoire (la preuve : ils sont représentés sur les peintures du Tassili !), les hommes ont connu les dinosaures (on a des traces de pas qui le prouvent !), les géants bibliques ont réellement existé (on a retrouvé leurs squelettes !), l’arche de Noé et le jardin d’Eden ont été retrouvés en Turquie, les lignes de Nazca sont d’anciennes pistes d’atterrissage, les anciens Mayas utilisaient des crânes de cristal aux mystérieux pouvoirs…

Quel point commun entre ces différentes affirmations ? Elles sont toutes fausses ! Et pourtant, elles se prétendent scientifiques. Elles font le bonheur des amateurs (et éditeurs) d’archéologie-fiction. Quand elles ne s’appuient pas sur des manipulations, supercheries ou autres coups montés par des personnages peu scrupuleux, elles continuent de tenir pour acceptables des arguments pourtant démentis depuis belle lurette.

Ou bien elles résultent au mieux d’une lecture naïve pratiquée sur des documents authentiques par des auteurs incompétents mais de bonne foi, au pire de mensonges montés en toute connaissance de cause par de véritables imposteurs. Toutes sont aussi très largement diffusées par des articles, livres et même revues spécialisées dans ce genre de littérature, et aussi par d’innombrables sites Internet et films documentaires.

Mille théories délirantes font ainsi l’objet de livres qui deviennent souvent des best-sellers, alors que les thèses que défendent leurs auteurs sont réfutées depuis long-temps, souvent depuis le XIXè siècle ou le début du XXè. Cet ouvrage fait le tour de quelques-uns de ces véritables « mythes scientifiques » modernes, afin de montrer comment ils se sont construits, d’examiner les données erronées sur lesquelles ils s’appuient et, le cas échéant, de dénoncer les présupposés politiques et raciaux qui les sous-tendent.

Ce livre fait donc oeuvre utile en incitant le lecteur à davantage de vigilance.

La Dame blanche et l’Atlantide : Ophir et le Grand Zimbabwe : enquête sur un mythe archéologique, Editions Errance, 2010.

Cette enquête minutieuse, conduite autour d’une image rupestre célèbre, la « Dame Blanche », permet de faire un point sur les présupposés mythiques infusant nombre de recherches scientifiques, particulièrement dans le cas des études d’art rupestre.

Elle met aussi en lumière l’existence de surprenantes passerelles entre travaux savants et productions littéraires ou artistiques (romans, films, bandes dessinées, récits d’aventures). En effet, le dépouillement des archives et de la correspondance de l’abbé montrent que le moteur premier des travaux qu’il a réalisés en Afrique australe comme de ceux de son élève Henri Lhote au Tassili était la recherche d’anciennes colonies « blanches » disparues, et qui se seraient établies, dès la préhistoire, au coeur du continent Noir.

Tant Breuil que Lhote ont alors retrouvé sur les roches africaines des peintures rupestres qui leur ont paru représenter des « dames blanches » qu’ils ont aussitôt interprétées comme des déesses ou des reines propres aux anciens royaumes dont ils croyaient avoir découvert les vestiges. Ce faisant, ils ressuscitaient et nourrissaient à la fois deux mythes : celui d’une Atlantide saharienne pour Henri Lhote et, pour l’abbé, celui de l’identification des grandes ruines du Zimbabwe à la ville mythique d’Ophir, d’où, selon la Bible, le roi Salomon tirait ses fabuleuses richesses.

Avec le recul, nous voyons bien maintenant que leurs théories n’étaient qu’un reflet maladroit des idées de leur temps, particulièrement du contexte colonial au Sahara et de l’apartheid en Afrique du Sud. A leur insu, la production scientifique de ces deux savants avait pour fonction de justifier la présence blanche en Afrique, et elle fut amplement instrumentalisée dans ce sens. Pourtant, des études récentes ont désormais démontré que la « Dame Blanche » qui fascina tant l’abbé Breuil n’était en réalité ni blanche ni même une femme.

Une question demeure : si une telle interpénétration de la science et du mythe au service du politique fut possible au milieu du XXe siècle, qu’en est-il de nos jours ?

Pour plus d’informations sur cet ouvrage :

Extrait publié dans La Recherche, n°439, mars 2010, p.64-67 

L’abbé Breuil et la Dame blanche du Brandberg. Naissance et postérité d’un mythe,  Les Nouvelles de l’Archéologie,  2007, tome 106 4e trimestre 2006, p. 21-28.

 

Sur Jean-Loïc Le Quellec

Visiter son site, L’esprit des pierres, qui fait la part belle à l’art rupestre saharien, à la préhistoire et à la mythologie. Vous y trouverez par exemple

une bibliographie générale sur la mythologie

des documents bibliographiques introuvables ici et

des ressources télécharchargeables, avec entre autres choses des polices de caractères tifinâgh

Voir aussi la courte notice qui lui est consacrée sur Bibliomonde.

Jean-Loîc Le Quellec préside l’AAARS – Association des Amis de l’Art Rupestre Saharien.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Cartes géographiques humoristiques

En feuiletant récemment L’ Epopée cartographique : 100 exemples de cartes qui ont dessiné le monde (Parragon books, 2006), je suis tombé en arrêt devant des cartes d’Aleph, alias William Harvey (1796-1866), extraite de Geographical fun by (Hodder and Stoughton, 1869). Voulant en savoir plus, j’ai récolté informations et images sur le site de la bibliothèque du Congrès, American memory

Pour compléter, sur le thème de la carte géographique satitique, voir par exemple ce billet de BibliOdyssey. Dans le même blog, vous trouverez, dans un billet consacré à la caricature en 1870, la carte ci-dessous.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Un petit tour virtuel dans l’histoire de la Savoie (2)

Pour servir de complément à un précédent billet, voici l’exposition virtuelle Le ramoneur, la marmotte et la montagne. Entre clichés et réalité, naissance de la Savoie française. Celle-ci est illustrée par des documents provenant de la Médiathèque de Chambéry, mais aussi du Musée savoisien (Chambéry, collections départementales), de la Bibliothèque municipale de Bourg-en-Bresse, de la Bibliothèque historique de la ville de Paris et des Archives municipales de Saint-Étienne. Elle comporte cinq extraits musicaux, résultat d’un partenariat entre la Médiathèque de Chambéry et le Centre des musiques traditionnelles en Rhône-Alpes.

Informations provenant d’un message d’Antoine Fauchié dans bibliopat

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Cartes géographiques anciennes (2) Bibliographie sommaire – Parties 6 à 9

6. Les milieux naturels : la mer, la montagne et la géologie dans les cartes anciennes

Les mers et les côtes

L’âge d’or des cartes marines. Quand l’Europe découvrait le monde, catalogue de l’exposition sous la direction de Catherine Hofmann, d’Hélène Richard et d’Emmanuelle Vagnon, Editions de la BnF, 2012. Continuer la lecture de Cartes géographiques anciennes (2) Bibliographie sommaire – Parties 6 à 9

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Cartes géographiques anciennes (2) Bibliographie sommaire – Parties 1 à 5

1. Histoire des cartes et de la cartographie

Bulletin du Comite francais de cartographie, Paris : Editions Inter-nationales, 1962-2002. Devient : Le Monde des cartes, bulletin du Comité français de cartographie. Paris : Comité français de cartographie, 2002-2011. Devient : Cartes & géomatique. Saint-Mandé : Comité français de cartographie, 2011- Continuer la lecture de Cartes géographiques anciennes (2) Bibliographie sommaire – Parties 1 à 5

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Cartes géographiques anciennes (2) Bibliographie sommaire – Table des matière

La présente bibliographie complète la sélection de sites dont elle reprend la structure en 9 parties.

  1. Histoire des cartes et de la cartographie
  2. Recueils et collections de cartes anciennes
  3. Englober le monde : la Terre et ses continents
  4. Autres traditions cartographiques
  5. Cartes anciennes à l’authenticité douteuse
  6. Les milieux naturels dans les cartes anciennes
  7. Géographie humaines et cartes anciennes
  8. Les cartes de France
  9. Arpentage et cadastres

Elle ne peut être que sommaire, mais sera régulièrement remise à jour. Si vous avez vous-même des références bibliographiques, n’hésitez pas à m’en aviser.

Mise à jour du 11 février 2011 : Comme cette bibliographie devenait un peu lourde à mettre à jour, je l’ai scindée en trois : cette table des matières, une première section incluant les parties 1 à 5, une seconde section pour les parties 6 à 9.

Dernière mise à jour : 14 avril 2017.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’empire du milieu

Empire du milieu : l’expression est connue pour désigner la Chine. Elle traduit littéralement 中国 Zhōngguó. Voyez ci-dessous ce qu’en dit Jean Pierre Guillaume Pauthier dans un ouvrage sur la Chine de 1837 accessible sur Google livres. La transcriptition est d’époque et les caractères non simplifiés. Continuer la lecture de L’empire du milieu

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

BibNum, bibliothèque numérique d’histoire des sciences

Ce court billet reprend le titre d’un article du BBF 2010 , t. 55, n° 3.

L’auteur en est Alexandre Moatti qui est entre autre créateur du portail Sciences.gouv.fr, membre du Cerimes (Centre de ressources et d’information sur les multimédias pour l’enseignement supérieur) et concepteur de  BibNum.

Je vous laisse découvrir ici le site et l’article.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts