Archives de catégorie : Histoire et géographie

L’Antiquité en ligne (1) Deux pistes à explorer

Suite à un message concernant ma chronique sur les droits de l’Antiquité, je découvre avec intérêt deux ressources qui me semblent fort intéressantes :

 

La bibliothèque des Sciences de l’Antiquité de l’université de LilleIII propose

un site : voir notamment les bibliographies et les comptes rendus ainsi que de nombreux liens

un tout jeune blog qui a débuté en août dernier

 

AWOL – The Ancient World Online, blog de Charles Ellwood Jones, bibliothécaire à l’Institute for the Study of the Ancient World de l’université de New York.

 

A vous de juger.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

25e conférence de l’Association Cartographique Internationale

En 2011 la France accueille la 25e conférence de l’Association Cartographique Internationale et fête à cette occasion les 50 ans de la première assemblée générale de l’association. Durant ces 50 ans, l’ACI a su avec talent conserver ses deux objectifs fondamentaux : être, grâce à un contenu scientifique solide et renouvelé, la conférence internationale de référence en matière de cartographie et de géomatique et rester une conférence ouverte à différents publics : les chercheurs, les décideurs dans le domaine de la géomatique, les enseignants et les amoureux de la cartographie.

[…]

Dates à retenir :

4 octobre 2010 Date limite de soumission des communications

Novembre 2010 Ouverture des inscriptions

Cf. site de la conférence.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les Rroms (ou Roms)

Dernière mise à jour : 12/01/2011

Outre l’article Roms de Wikipédia (voir notamment sa bibliographie) et des liens disponibles sur le site Liens utiles, la présente chronique, qui fera l’objet de mises à jour prochaines, doit beaucoup aux sources suivantes.

Rroms, « tsiganes », « gens du voyage », in Le Tigre, vol. 28, novembre-décembre 2008, excellent dossier d’une revue qui ne l’est pas moins.  Voir le dossier sur le site de la revue qui en décrit ainsi le contenu :

Un pamphlet : Rroms, tsiganes, nomades, gitans, « gens du voyage »… Pour la plupart des gens et, fait plus grave, pour bien des institutions, des médias ou des hommes politiques, ces termes sont équivalents. Et pourtant ils n’ont rien à voir. Le Tigre montre comment l’ignorance, les amalgames, et l’hostilité séculaire vis-à-vis d’un peuple conduisent à une situation de non-droit et d’exclusion. Un entretien avec Saimir Mille, président de l’association La Voix des Rroms, sur les travers de la politique d’expulsion des bidonvilles ainsi que sur l’étau dans lequel sont pris les Rroms, entre la répression et l’assistance. Un état des lieux sur le droit français et les discriminations multiples à l’encontre des « gens du voyage » pointées par la Halde. Et un article historique de Jacques Sigot sur le déni de mémoire d’un camp d’internement de Tsiganes à Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire) pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le site de l’association La Voix des tsiganes avec notamment un intéressant historique sur qui sont les Rroms ?

La revue Etudes tsiganes.

Le site A part entière.

Le site du Conseil de l’Eurpoe avec de nombreuses informations sur les Rroms, notamment ici et .

Marcel Courthiade, professeur de langue et de civilisation rromani à l’Inalco :

L’identité Rromani, série de 6 artiticle datés de mars 2010 et figurant dans les articles de la catégorie Roms, tsiganes et gens du voyage de Differences,la revue du MRAP

« Les Roms, ces boucs émissaires », interview par Olivier Pascal-Moussellard daté de du jeudi 25 août 2010 et disponible sur le site de Télérama.

Emmanuel Guibert, Alain Keler, Frédéric Lemercier, Des nouvelles d’Alain, reportage en bande-dessinée , in XXI, n° 8 à 11, excellentissime revue d’information trimestrielle.

Céline Bergeon, « Roms et gens du voyage : l’histoire d’une persécution transnationale« , jeudi 29 juillet 2010, disponible sur le site du Monde diplomatique.

Bibliographie de référence sur les Roms par Sophie Paglai sur le site de l »association Mesemrom

Exposition Un autre regard sur les gens du voyage par l’association Vent d’Ici & d’Ailleurs avec une bibliographie

Claire Auzias

Les poètes de grand chemin, voyage avec les Roms des Balkans, Michalon,1998

Les Funambules de l’histoire, les Tsiganes entre préhistoire et modernité, La Digitale, 2002

Samudaripen, Le génocide des Tsiganes, L’Esprit frappeur, 2002

Roms, Tsiganes, voyageurs, l’éternité et après ? Ed. Indigène, Montpellier

Morgan Garo

Les Rroms. Une nation en devenir ?, Editions Syllepse, collection Histoire : enjeux et débats, Paris, 2009. Présentation sur le site Cafés géographiques

« La langue rromani au cœur du processus d’affirmation de la nation rrom », Hérodote n°105, 2002, Disponible sur Cairn

« Les Rroms et les organisations évangéliques : entre culte religieux et stratégie « politique » ? », Hérodote n°119, 2005. Disponible sur Cairn

Samuel Delépine, « Tsiganes d’Europe. Une minorité en danger ? », Diploweb, 14 septembre 2008.

Samuel Delépine et Yannick Lucas, « Les Rroms migrants en France ou comment faire d’une population en danger une population dangereuse », Actes du colloque « La fabrique de populations problématiques par les politiques publiques », Nantes, 2007, 10 p.

Grégoire Cousin, « Rroms migrants », EspacesTemps.net, 16 avril 2009.

« Les Tsiganes », page consacrée aux Rroms et à la langue rromani sur le site Aménagement linguistique dans le monde, tenu par le linguiste Jacques Leclerc.

Milena Guest et Alexandra Nacu, « Roms en Bulgarie, Roms en Roumanie – quelle intégration ? », Méditerranée,n°110, 2008. Disponible sur.Revues.org

Jean-Pierre Liégeois, Roms et tsiganes, La Découverte, 2009

Les Rroms (ou Roms, si vous préférez) sont un peuple d’origine indienne venu de la moyenne vallée du Gange, il y a 800 ans environ.  Aujourd’hui dispersés dans le monde entier, ils sont surtout présents en Europe où on en compte environ 12 millions, notamment en Roumanie et en Bulgarie. Ils sont environ un demi-million en France.

Ils se subdivisent en plusieurs groupes.

Rroms dits « orientaux » (85% du total)

Sintés, Manouches, « êtres humains », en France (~ 4%)

Kalés ou Gitans (~10%), présents notamment dans la péninsule Ibérique.

Gypsies ou Romanichals en Grande-Bretagne (~ 0,5%)

Aujourd’hui sédentaires à 96%, contrairement à l’image d’éternels voyageurs qui leur est attachée,  ils sont un peuple sans territoire ni revendications territoriales, mais avec une forte conscience identitaire, notamment fondée sur leur langue, le rromani.

–Motho, manqe, Rrome ! a
Kaj si amari phuv,
Amare plaja, amare lenaˇ
Amare umala thaj amare ves´a
Kaj si amare limóra ?
–Ande lava tale,
ande lava amare cˇhibaˇqere !

« Dis-moi
Dis-moi, le Rrom,
où est notre terre,
nos montagnes, nos fleuves,
nos champs et nos forêts ?
Où sont nos tombes ?
–Ils sont dans les mots,
Dans les mots de notre langue ! »

Eslam Drudak

Parlée en France par 120 000 personnes dans une communauté de 200 000 à 300 000 personnes (cf. Marcel Courthiade, professeur à l’INALCO, L’Humanité, 9/2/2002. NB : les chiffres concernant la population rrom en France varie sensiblement selon les sources…), cette langue est proche de l’hindi. C’est au XVIIIe siècle que Valyi Istvan constate la ressemblance entre le vocabulaire des Rroms de son village natal et des mots du sud de l’Inde. Ecrite depuis le début du XXe siècle en divers alphabets, cette langue dispose depuis 1990 d’une écriture commune visant à permettre une meilleur diffusion de la littérature rrom.

Pour plus d’information sur le sujet voir : Morgan Garo, « La langue rromani au coeur du procesus d’affirmation de la nation rrom », in Hérodote, n° 105, 2002, p.154-165, disponible sur Cairn.

Le mot Tsigane vient du grec Atsinganos, secte qui a disparu au IXe siècle, dans l’Empire byzantin, et pratiquant une variante de la religion persane manichéenne : ses fidèles refusaient le contact physique avec tous les autres, qu’ils considéraient impurs d’où leur nom Atsinganos, « non touchés ». Quand les Rroms sont arrivés d’Asie, comme ils gardaient une certaine distance, les paysans byzantins les ont pris pour un nouveau contingent de cette secte. De ce nom Atsinganoi, dérive Zingari en Italie, Tsigani dans les langues slaves et en roumain, Zigeuner en allemand, Cigane en portugais, Tsigane en français (et Cigains en vieux-français)…

Ce mot n’a pas de définition réelle et plusieurs groupes n’ayant aucun rapport entre eux sont appelés Tsiganes par les populations ignorantes et souvent racistes à leur égard. Ils ont pour principal point commun leur nomadisme.

Les Irish Travellers ou Tinkers,  formés à l’origine par des paysans celtes chassés de leur terres par la famine.

Les Yéniches, issus de populations germaniques déracinées par la guerre de Trente Ans et présents en Allemagne, France, Suisse et Autriche.

Les Balkano-Egyptiens.

Les Quinqui ou Mercheros d’Espagne.

Les Rudar ou Beás, à l’origine des Roumains du sud de la Serbie.

Les Taters de Scandinavie.

Le 1er Congrès International des Rroms (Londres, 1971) a revendiqué le droit légitime de ce peuple à être reconnu sous son véritable nom de « Rrom ».

Outre la langue et cette revendication au nom de Rroms (lequel signifie « hommes » et vient du sanskrit « Ḍomba», qui signifiait « artiste, artisan, qui crée de son esprit, de ses mains »), les divers groupes de ce peuple ont en commun d’avoir connu l’oppression dans les divers pays où ils ont pu s’installer. Réduits en esclavage en Moldavie et en Valachie du XIVe siècle à 1856, mutilés lorsqu’ils étaient surpris à parler leur langue dans l’Espagne du XVIe siècle, ils sont en butte aux lois prises à leur encontre partout en Europe (voir l’exemple de l’Empire autrichien).

De cette méfiance des populations sédentaires vis à vis de ces éternels migrants, Flaubert donne ici un exemple pour la France du XIXe siècle (source : shigepekin).:

Je me suis pâmé, il y a huit jours, devant un campement de Bohémiens qui s’étaient établis à Rouen. — Voilà la troisième fois que j’en vois — Et toujours avec un nouveau plaisir. L’admirable, c’est qu’ils excitaient la Haine des bourgeois, bien qu’inoffensifs comme des moutons. Je me suis fait très mal voir de la foule en leur donnant quelques sous — Et j’ai entendu de jolis mots à la Prud’homme. Cette haine-là tient à quelque chose de très profond et de complexe. On la retrouve chez tous les gens d’ordre. C’est la haine que l’on porte au Bédouin, à l’Hérétique, au Philosophe, au solitaire, au poète — Et il y a de la peur dans cette haine. Moi qui suis toujours pour les minorités, elle m’exaspère — Il est vrai que beaucoup de choses m’exaspèrent. Du jour où je ne serai plus indigné, je tomberai à plat, comme une poupée à qui on retire son bâton.

Gustave Flaubert, lettre à George Sand datée du 12 juin 1867

Extrait de la Correspondance, tome III, janvier 1859-décembre 1868, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1991, 1 744 p. Édition établie par Jean Bruneau..

Entre 1933 et 1945, ils ont perdus de 200 000 à 500 000 des leurs lors du génocide perpétré par les nazis et leurs alliés. Désigné sous le nom de Samudaripen, « meurtre collectif total », celui-ci n’a été reconnu qu’en 1982 par Helmut Kohl. Il fait l’objet d’une journée de commémoration le 8 avril, date d’une très ancienne fête rrom de Transylvanie : le « jour des chevaux ».

Tout d’abord ils sont déclarés asociaux, ensuite on les met dans un camp de concentration, enfin on les extermine.

Un rescapé cité par Claire Auzias, Samudaripen. Le génocide des Tsiganes, L’esprit frappeur, 2004

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Des Arboisiens en Guyane : la colonisation de la Mana

Le saviez-vous ? De 1824 à 1828, trois familles arboisiennes, les Pageoz, les Giboudeau et les Briffe, soit environ 27 individus jeunes, ont été transplantées en Guyane pour participer à la colonisaion de la Mana, à la Nouvelle Angoulême. Ce fut un échec, tout au moins pour eux…

Plus d’informations sur ici ou .

Voir aussi le Précis sur la colonisation des bords de la Mana: à la Guyane française publé en 1835 pa le Ministère de la Marine et des Colonies et disponible sur Google livres.

Mise à jour du 18 novembre 2012

Jean-Maurice Durand, L’autre histoire de la Nouvelle-Angoulême ; une utopie agricole dans la Guyane du XIX siècle, Ibis rouge éditions, 2010 

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Sic transit gloria mundi (3) Paschal Grousset

(Mise à jour : 23/09/2015)

Voici que je découvre, sur le fort intéressant blog Le magasin des enfants, la parution d’une biographie de Paschal Grousset par Xavier Noël.

Cela fait quelques temps que je souhaite consacrer un billet à cet étonnant personnage qui s’opposa à Napoléon III, fut involontairement à l’origine de l’affaire Victor Noir et participa à la Commune de 1871,  avant de s’occuper, sous la IIIe République, de littérature jeunesse et de culture physique  Pour plus d’informations, je vous invite à consulter, outre Wikipédia et la biographie évoquée ci-dessus, le site Brauddurand.net, Le Rocambole n° 51, les actes du colloque de Grisolles et quelques billets de La brochure.

J’avais lu l’été dernier Les exilés de la terre qu’il écrivit sous le nom d’André Laurie, un de ses nombreux pseudonymes, et qui n’est pas sans présenter quelques similitudes avec l’univers de Jules Verne. Et pour cause : n’est-il pas l’auteur des premières versions des Cinq cents millions de la Bégum et de L’Etoile du Sud et les deux hommes n’ont-ils pas cosigné L’Epave de la Cynthia ? Au lendemain de la mort de Jules Verne, Paschal Grousset fait paraître dans Le Temps du 26 mars 1905 un article élogieux que vous pouvez lire dans un dossier du site israelien Zvi Har’El’s Jules Verne Collection.

Une bibliographie de ses ouvrages figure sur  Noosfere et plusieurs d’entre eux sont disponibles sur Gallica et les éditions Des barbares ont récemment réédité Spiridon le muet et Un roman dans la planète Mars.



Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bibliographie historique arboisienne

J’ai quelques attaches à Arbois, capitale du vignoble jurassien. Vous trouverez sur Wikipédia un certain nombre d’informations et de liens sur cette ville. Par ailleurs, le catalogue de la bibliothèque intercommunale Arbois, vignes et villages signale de nombreux ouvrages avec ce mot en sujet ou en titre. Mon propos est ici de tenter une bibliographie sur l’histoire d’Arbois avec, quand cela et possible, des accès aux versions numérisées des ouvrages. Il ne s’agit là que d’une ébauche. Des mises à jour régulières sont prévues. Dernière mise à jour : 13 avril 2017. Continuer la lecture de Bibliographie historique arboisienne

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

De quoi Jura est-il le nom ?

Les vacances sont closes, les chroniques reprennent. Dans mon précédent billet, je prenais congé de vous en vous annonçant mon départ pour le Jura. Mais qu’est-ce que le Jura ? A quoi ce nom vous fait-il penser ?

Si vous êtes Français et que vous connaissez un peu la géographie administrative de notre beau pays, cela évoquera pour vous un des quatre départements de la région Franche-Comté. Et  si vous êtes œnologue, vous n’ignorez pas l’importance de son vignoble, à la différence, hélas, de la plupart de nos concitoyens…

Si vous êtes Suisse, vous viendra d’abord à l’esprit la République et canton du Jura, ou peut-être aussi les trois districts francophones du Jura bernois. 

Si vous êtes géographe, vous penserez à un massif montagneux qui s’étend depuis les environs d’Oyonnax ou de Bellegarde dans l’Ain jusqu’au sud de l’Allemagne (Jura souabe et Jura franconien), et caractérisé notamment par des terrains calcaires datant du… Jurassique, évidemment !

Ce sont là les différents aspects que je souhaiterais développer dans de prochaines chroniques : les deux entités historiques et culturelles que sont, d’une part le Jura français et plus largement, la Franche-Comté, et d’autre part le Jura suisse, et la réalité transfrontalière du massif  jurassien.

La listes de ces chroniques vous sera donnée ci-dessous par ordre de publication. .

  1. Le général Pichegru
  2. Le cahier d’écolier d’Arbois
  3. Le Dictionnaire d’Alphonse Rousset, une référence jurassienne

Voir aussi ces quelques liens.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (1) Caricatures

Je n’apprécie guère, je l’avoue, le supposé grand homme des Invalides. Aussi quel plaisir lorsque je lis dans La mort du Vazir-Moukhtar de Iouri Tynianov (1) :

Cela s’appelle la gloire.L’ombre débile d’un officier nerveux qui s’appelait Napoléon Bonaparte avait autrefois été ainsi remplie de regards humains. Et au Conseil des Cinq-Cents, Bonaparte avait perdu connaissance ; après cela seulement, sa main s’était emparé du secret : celui des mathématiques et de la légèreté militaire. Il avait également pris des leçons au théâtre ; Talma lui avait enseigné son éloquence hachée et même les défauts d’une prononciation que le gens croyaient simple et solennelle.

Je me rappelais avoir vu quelque part – dans un manuel scolaire ? – la gravure ci-dessus, témoignage des leçons du grand acteur Talma au nouvel empereur. Il n’a pas était bien difficile de la retrouver sur la toile. Du coup, j’ai voulu élargir ma recherche aux caricatures anti-napoléoniennes. Voici ce qu’a donné la pêche.

Les caricatures anti-napoléoniennes  (1) Voyage en Napoléonie

La même gravure est notamment reproduite par Napoleon.org en couverture d’un numéro hors-série de Napoleonica : L’Anti-Napoléon, riche en illustrations. Un autre site consacré à Napoléon et son temps, Histoire du Consulat et du Premier Empire propose aussi plusieurs caricatures. Deux représentations satiriques de l’arrivée à l’île d’Elbe, sont visibles sur Napoléon, prisonnier.

Sur Napoléon, il est également utile d’explorer les sites des musées nationaux napoléoniens.

Cependant, le site le plus intéressant sur la caricature anti-napoléonienne est sans doute Napoléon hors légende qui, loin travailler à la gloire du vainqueur d’Austerlitz, se présente comme une véritable charge contre l’ogre corse. Voilà qui nous change un peu de l’éternelle glorification héritée des Victor Hugo, Gérard de Nerval et autres Edmond Rostand…

Les caricatures anti-napoléoniennes (2) Caricatures, histoire, bibliothèques

D’autres sites proposent des caricatures de Napoléon sans être particulièrement centrés sur sa personne ou son époque.

Ce sont d’abord des sites spécialisés dans la caricature. La référence en la matière, Caricature et caricatures propose un article détaillé .

Autres types de sites proposant des caricatures du premier empereur français : des sites dédiés à l’histoire comme L’histoire par l’image et les collectionsmusée de l’Histoire vivante.

Les bibliothèques enfin peuvent proposer des sélection de sites et de références bibliographiques sur Napoléon comme la médiathèque de La Roche sur Yon ou des collections numérisées comme la Brown University Library ou la Bodleian Library.

Une exposition en ligne de la bibliothèque de l’université McGill, La modernité et ses platitudes : James Gilleray and his contemporaries, propose aussi des caricatures de Napoléon, notammment dans sa partie L’art, c’est le réconfort d’un destin glorieux.

Les caricatures anti-napoléoniennes (3) Biblographie chronologique

Champfleury, Histoire de la caricature: sous la République, l’Empire et la Restauration, Paris, E. Dentu, 1877. Voir Google.

J. Ashton, English caricature and satire on Napoleon I, London, Chatto & Windus, 1884, 2 vol. Voir Archive Internet.

John Grand-Carteret, Napoléon en images. Estampes anglaises (Portraits et caricatures), Paris, Firmin-Didot et Cie, 1895.

Broadley, Napoleon in caricature, 1795-1821 ; Londres, 1911. Voir Archive Internet.

Jean Tulard, L’anti-Napoléon, Paris, Julliard, 1965.

Napoléon : caricatures et dessins humoristiques de 1800 à nos jours : exposition, du 17 octobre au 16 novembre 1975, Boulogne-Billancourt,  Bibliothèque Marmottan, 1975

Catherine Clerc, La Caricature contre Napoléon, Paris, Promodis, 1985.

Jérémie Benoît, L’Anti-Napoléon. Caricatures et satires du Consulat à l’Empire, catalogue de l’exposition du musée national des Châteaux de Malmaison et Bois-Préau, 30 Mai-30 Septembre 1996. Paris, Réunion des Musées Nationaux, 1996. Voir la présentation sur le site  des Musées nationaux napoléoniens.

Véronique Fau-Vincenti et Eric Lafon dir., Napoléon Aigle ou Ogre ?, catalogue d’exposition, 11 décembre 2004 – 2 décembre 2005, Musée de l’Histoire vivante de Montreuil. Paris, Musée de l’Histoire vivante et RMN, 2004. Voir le commentaire de Caricature et caricatures.

Mark Bryant. Napoléon 1er en caricatures. Paris, Hugo Images, 2010.

_____________________________________

(1) Ce roman, sorte de chronique d’une mort annoncée, raconte la dernière année de la vie d’Alexandre Griboïedov (1795-1829), immortel auteur de la pièce Le malheur d’avoir trop d’esprit, mais aussi diplomate : c’est lui vazir-moukhtar (ministre plénipotentiaire) tué à Téhéran lors d’une émeute. Aragon conclut ainsi sa préface :

J’aurais voulu avoir écrit ce livre. Que voulez-vous d’autre de moi que ce regret exprimé ?

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

En feuilletant L’Intermédiaire des chercheurs et curieux ou un forum culturel au XIXe siècle (1). Caricatures contre le Christ

A propos du graffiti Alexamenos sebete theon.

Extraits de L’Intermédiaire des chercheurs et curieux Vol. 9, 1876. Source Gallica. 

N° 184, col.30-31

N° 185, col. 61

N° 186, col. 92

N° 187, col. 115

N° 198, col. 463-464

N° 199, col. 497-498

N° 201, col. 561-562

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Jean-Loïc Le Quellec, archéologue saharien et démonteur de mythes

Samedi dernier, j’ai écouté Mauvais genres sur France Culture. L’émission de ce 19 juin dont je vous conseille l’écoute, avait pour titre archéologie fiction. En voici l’argument :

Mondes perdus, sciences maudites et mythologies délirantes à l’affiche ce soir d’un Mauvais Genres qui fera la part belle à deux récentes publications de l’archéologue et saharien Jean Loic Le Quellec: Des martiens au Sahara et La dame blanche et l’Atlantide, tous deux publiés chez Errance-Actes sud. Deux ouvrages qui analysent par le menu toutes les supercheries et hypothèses délirantes néées de la fabrication ou de l’analyse erronnée de preuves archéologiques, la plupart minérales.

 

Sur les ouvrages

Quelques informations complémentaires données par l’éditeur.

Des Martiens au Sahara : chroniques d’archéologie romantique, Actes Sud, 2009

Des Martiens ont atterri au Sahara durant la préhistoire (la preuve : ils sont représentés sur les peintures du Tassili !), les hommes ont connu les dinosaures (on a des traces de pas qui le prouvent !), les géants bibliques ont réellement existé (on a retrouvé leurs squelettes !), l’arche de Noé et le jardin d’Eden ont été retrouvés en Turquie, les lignes de Nazca sont d’anciennes pistes d’atterrissage, les anciens Mayas utilisaient des crânes de cristal aux mystérieux pouvoirs…

Quel point commun entre ces différentes affirmations ? Elles sont toutes fausses ! Et pourtant, elles se prétendent scientifiques. Elles font le bonheur des amateurs (et éditeurs) d’archéologie-fiction. Quand elles ne s’appuient pas sur des manipulations, supercheries ou autres coups montés par des personnages peu scrupuleux, elles continuent de tenir pour acceptables des arguments pourtant démentis depuis belle lurette.

Ou bien elles résultent au mieux d’une lecture naïve pratiquée sur des documents authentiques par des auteurs incompétents mais de bonne foi, au pire de mensonges montés en toute connaissance de cause par de véritables imposteurs. Toutes sont aussi très largement diffusées par des articles, livres et même revues spécialisées dans ce genre de littérature, et aussi par d’innombrables sites Internet et films documentaires.

Mille théories délirantes font ainsi l’objet de livres qui deviennent souvent des best-sellers, alors que les thèses que défendent leurs auteurs sont réfutées depuis long-temps, souvent depuis le XIXè siècle ou le début du XXè. Cet ouvrage fait le tour de quelques-uns de ces véritables « mythes scientifiques » modernes, afin de montrer comment ils se sont construits, d’examiner les données erronées sur lesquelles ils s’appuient et, le cas échéant, de dénoncer les présupposés politiques et raciaux qui les sous-tendent.

Ce livre fait donc oeuvre utile en incitant le lecteur à davantage de vigilance.

La Dame blanche et l’Atlantide : Ophir et le Grand Zimbabwe : enquête sur un mythe archéologique, Editions Errance, 2010.

Cette enquête minutieuse, conduite autour d’une image rupestre célèbre, la « Dame Blanche », permet de faire un point sur les présupposés mythiques infusant nombre de recherches scientifiques, particulièrement dans le cas des études d’art rupestre.

Elle met aussi en lumière l’existence de surprenantes passerelles entre travaux savants et productions littéraires ou artistiques (romans, films, bandes dessinées, récits d’aventures). En effet, le dépouillement des archives et de la correspondance de l’abbé montrent que le moteur premier des travaux qu’il a réalisés en Afrique australe comme de ceux de son élève Henri Lhote au Tassili était la recherche d’anciennes colonies « blanches » disparues, et qui se seraient établies, dès la préhistoire, au coeur du continent Noir.

Tant Breuil que Lhote ont alors retrouvé sur les roches africaines des peintures rupestres qui leur ont paru représenter des « dames blanches » qu’ils ont aussitôt interprétées comme des déesses ou des reines propres aux anciens royaumes dont ils croyaient avoir découvert les vestiges. Ce faisant, ils ressuscitaient et nourrissaient à la fois deux mythes : celui d’une Atlantide saharienne pour Henri Lhote et, pour l’abbé, celui de l’identification des grandes ruines du Zimbabwe à la ville mythique d’Ophir, d’où, selon la Bible, le roi Salomon tirait ses fabuleuses richesses.

Avec le recul, nous voyons bien maintenant que leurs théories n’étaient qu’un reflet maladroit des idées de leur temps, particulièrement du contexte colonial au Sahara et de l’apartheid en Afrique du Sud. A leur insu, la production scientifique de ces deux savants avait pour fonction de justifier la présence blanche en Afrique, et elle fut amplement instrumentalisée dans ce sens. Pourtant, des études récentes ont désormais démontré que la « Dame Blanche » qui fascina tant l’abbé Breuil n’était en réalité ni blanche ni même une femme.

Une question demeure : si une telle interpénétration de la science et du mythe au service du politique fut possible au milieu du XXe siècle, qu’en est-il de nos jours ?

Pour plus d’informations sur cet ouvrage :

Extrait publié dans La Recherche, n°439, mars 2010, p.64-67 

L’abbé Breuil et la Dame blanche du Brandberg. Naissance et postérité d’un mythe,  Les Nouvelles de l’Archéologie,  2007, tome 106 4e trimestre 2006, p. 21-28.

 

Sur Jean-Loïc Le Quellec

Visiter son site, L’esprit des pierres, qui fait la part belle à l’art rupestre saharien, à la préhistoire et à la mythologie. Vous y trouverez par exemple

une bibliographie générale sur la mythologie

des documents bibliographiques introuvables ici et

des ressources télécharchargeables, avec entre autres choses des polices de caractères tifinâgh

Voir aussi la courte notice qui lui est consacrée sur Bibliomonde.

Jean-Loîc Le Quellec préside l’AAARS – Association des Amis de l’Art Rupestre Saharien.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts