Archives de catégorie : Histoire et géographie

Luddisme et résistance à la technique

Trouvant son origine dans le nom du mythique ouvrier anglais, John ou Ned Ludd (parfois appelé « King Ludd » ou « General Ludd »), qui aurait détruit deux métiers à tisser en 1780, le terme luddisme a d’abord désigné un mouvement ouvrier en Angleterre dans les années 1811-1816, avant d’être utilisé plus généralement pour stigmatiser ceux qui s’opposent aux nouvelles technologies. Cependant, plus qu’une simple néophobie, le luddisme peut aussi être interprété non comme un refus des techniques, mais une résistance à certains aspects asservissants du machinisme aux mains du patronat.

Présentation générale

Une bibliographie commentée : « Luddisme. Machine arrière ! » (BM de Lyon)

Deux articles :

Frédérique Roussel, « Rage against the machines », Ecrans, 21 juillet 2007

Louise Demory, « Une révolte anti-moderne : le luddisme », Novopress|Québec, 28 août 2008

Le premier luddisme et ses suites

Kevin Binfield

« Luddites et luddisme », Tumultes 2/2006 (n° 27), p. 159-171. Accessible sur Cairn.

Writings of the Luddites, Baltimore, The Johns Hopkins University Press, 2004.

Sur ce livre :

Francois Jarrige, « Kevin Binfield (ed.), Writings of the Luddites, Baltimore/Londres, The Johns Hopkins University Press, 2004, 279 p. ISBN : 0-8018-7612-5. 49,95 dollars », Revue d’histoire du XIXe siècle, 31 | 2005. Accessible sur Revues.org.

Vincent Bourdeau et al.

« Le passé d’une désillusion : les luddites et la critique de la machine », Actuel Marx 1/2006 (n° 39), p. 145-165. Article accessible sur Cairn.

Les luddites : bris de machines, économie politique et histoire, Ere, 2006. Collab. : François Jarrige et Julien Vincent. Aperçu sur Google livres.

Sur ce livre :

La présentation sur le site de l’éditeur

Philippe Minard, « Le retour de Ned Ludd. Le luddisme et ses interprétations », Revue d’histoire moderne et contemporaine 1/2007 (no 54-1), p. 242-257. S’intéresse aussi à l’ouvrage de Kevin Binfield. Accessible sur Cairn.

Iorwerth Prothero traduit par Judith Lyon-Caen, « Vincent Bourdeau, Francois Jarrige et Julien Vincent, Les Luddites. Bris de machine, économie politique et histoire, Maisons-Alfort, Éditions Ère, 2006, 160 p. ISBN 2-915453-11-X, 15 euros. », Revue d’histoire du XIXe siècle, 34 | 2007, p.198-200. Accessible sur Revues.org.

Nicolas Chevassus-au-Louis, Les briseurs de machines: de Ned Ludd à José Bové, Seuil, 2006.

François Jarrige

« Une « armée de justiciers » ? Justice et répression du luddisme en Angleterre (1811-1816) », Table ronde organisée par le SNES – Blois, 15 octobre 2010

« Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machines et la genèse de la société industrielle (France, Angleterre, Belgique, 1780-1860) « , Revue d’histoire du XIXe siècle, Thèses et HDR soutenues, 2009. Accessible  sur Revues.org.

Au temps des tueuses de bras : les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle (1780-1860), Presses universitaires de Rennes, 2009

Face au monstre mécanique : une histoire des résistances à la technique, Ed. IMHO, 2009.

Sur ces 2 ouvrages :

« Du misonéisme au luddisme », Le blog de l’histoire, 10 novembre 2009.

Philippe Minard, «  »À bas les mécaniques ! »: du luddisme et de ses interprétations », in La Revue Internationale des Livres et des Idées, 01/06/2010. Accessibles sur Revues des livres.

Eric Hobsbawm, « The Machine-Breakers », Past & Present, n° 1, février 1952, p. 57-70, trad. fr. « Les briseurs de machines », in Revue d’histoire moderne & contemporaine, n° 53-4 bis, supplément 2006, p. 13-28. Accessible sur Cairn

Kirkpatrick Sale, La révolte luddite : briseurs de machines à l’ère de l’industrialisation, traduit de l’américain par , et préf. Celia Izoard, L’Echappée, 2006.

Malcolm Thomis

The Luddites : Machine-Breaking in Regency England, Newton Abbott, David & Charles / Archon Books, 1970.

Luddism in Nottinghamshire, Londres, Phillimore, 1972.

Dans les années 1970, cet auteur a pris le contrepied du mythe luddite, affirmant que « le nombre et la gravité des incidents violents ont été exagérés, et ne voyant dans le luddisme qu’un phénomène purement « industriel » dénué de dimension politique et plus encore de portée révolutionnaire » (cf. Philippe Minard).

Edward P. Thompson, La Formation de la Classe ouvrière anglaise, Paris, Gallimard, 1988 (1963)

Sur l’ouvrage et l’auteur :

Clément Homs, « L’historien du luddisme, Edward P. Thompson, et l’ »économie morale de la foule » », Critique de la valeur, 23 mai 2007 et Décroissance.info, août 2006

Bruno Astarias, « Le luddisme », Echanges, n° 113, été 2005, p. 43. Notes à partir du livre de E. P. Thompson,  La Formation de la classe ouvrière anglaise, Gallimard, 1988, traduit de The Making of the English Working Class. Article accessible sur Mondialisme.org

Le néo-luddisme

Jacques Wajnsztejn, « Néo-luddisme et résistances ouvrières », Temps critiques, février 2001

Un site néo-luddite français : Pièces et Main d’Oeuvre

Deux visions du néo-luddisme : John Zerzan et Theodore Kaczynski (Unabomber)

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Géographie et langue(s)

Le thème énoncé en titre peut se diviser en trois sujets principaux :

  1. Géographie linguistique
  2. Vocabulaire des géographes
  3. Toponymie

Pour une première orientation bibliographique, j’ai notamment utilisé les ressources de la bibliothèque universitaire de Tours où je travaille… A compléter, corriger, etc…

1. Géographie linguistique : langues et territoires du culturel au politique

Documents papier (ouvrages et numéros de périodiques)

Généralités (en ordre chonologique inversé)

Langue et espace. Pessac : MSHA, 2011

Les espaces linguistiques : nouveaux acteurs dans la mondialisation, numéro de Revue internationale de politique comparée, vol. 14, n° 1, 2007

Langues et territoire, numéro de Hérodote, n° 105, 2002

Roland Breton. Géographie des langues. 3e éd. Paris : PUF, 1995

Atlas of the world’s languages. London : Routledge, 1994

Géopolitique des langues, numéro de Hérodote, n° 42, 1986

Sur une aire géographique

Europe orientale : Conflits et minorités dans l’Europe post-communiste, numéro de Géographie et cultures, n° 38, 2001

Méditerranée : Europe and the Mediterranean as Linguistic Areas : convergencies from a historical and typological perspective. Amsterdam : Phi : J. Benjamins Publishing Company, 2007

Sur une langue

Anglais : Géopolitique de l’anglais, numéro de Hérodote, n° 115, 2004

Arabe : Mohamed Benrabah.Devenir langue dominante mondiale : un défi pour l’arabe. Genève : Droz, 2009

Français : Ariane Poissonier, Gérard Sournia. Atlas mondial de la francophonie : du culturel au politique. Paris : Autrement, 2006

Swahili : Pierre Alexandre. Les Swahili entre Afrique et Arabie. Paris : Karthala, 1991

Internet

Ethnologue, languages of the world

L’aménagement linguistique dans le monde,site de l’université de Laval (Québec)

Une curiosité : la première carte linguistique de l’Europe (1741)

Sur le site de l’IGN, voir la carte de la France dialectale

2. Vocabulaire du géographe : des mots pour comprendre

Ouvrages

Voir la cote 910.3

Un exemple spécifique : le vocabulaire de géographie agraire

Voir les publications sur ce sujet de Paul Fénelon (1903-1993), ancien professeur aux universités deTours et d’Orléans.

Sur cet auteur, voir sa notice nécrologique dans les Annales de géographie, 1994, n° 579, p. 507-509, disponible dans Persée

Dans les années 1960, Paul Fénelon a fait paraître dans plusieurs livraisons de Norois, un « Vocabulaire de géographie agraire »

1960, n° 28, p. 428-452 :     Abaca –  Azotobacter

1961, n° 30, p. 230-242 :     Baawande – Besin

*1961, n° 31, p. 353-373 :   Besoche – Bytesarbeid

1962, n° 33, p. 41-56 :        Cabal – Cédrat

1962, n° 34, p. 199-212 :     Céleri – Charrue

*1962, n° 35, p. 332-341 :   Chasé – Chocheron

*1962, n° 36, p. 386-396 :   Chou – Complanteur

1963, n° 37, p. 40-55 :        Compoix – Czarnoziem

1963, n° 39, p. 275-294 :     Daba – Dvor

*1964, n° 41, p. 51-64 :       Eaux et Forêt – Emousse

1964, n° 43, p. 349-369 :     Empaillage – Eyzines

1965, n° 46, p.224-239 :      Fabrecoulier – Floquets

1965, n° 47, p. 368-386 :     Flore – Fuye

1966, n° 50, p. 230-257 :     Gaaing – Guyot

Sauf exception (*), ces fascicules sont accessibles en ligne sur Persée.

En 1970, Paul Fénelon fait paraître son Vocabulaire de géographie agraire. Une 2e édition revue et augmentée paraît en 1989.

Voir aussi son Dictionnaire d’histoire et de géographie agraires multilingue paru en 1989, réédité eb 1991.

 

3. Toponymie : la marque de la langue sur les lieux et inversement

Ouvrages

Pour les ouvrages, voir la cote 910.014

Internet

Sur le site de l’IGN,

soit dans la rubrique Toponymie et noms de lieux

soit dans le site associé IGN Education la rubrique Comprendre la toponymie

voir notamment les brochures suivantes en ligne :

La sciences des noms géographiques

André Bégorier, Les noms de lieux en France : glossaire de termes dialectaux

Le site de la toponymie francophone

Sur Wikipedia, voir les articles

« Toponymie »

« Toponymie française »

La section sur le sujet du site Lexilogos

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (5) Itinéraire(s)

G. Lenotre, dans ses croquis de l’épopée, débute ainsi sa chronique intitulée « L’art de vérifier les dates » :

Dépouillant la correspondance de l’Empereur, imprimée ou encore inédite, les papiers de la secrétairerie d’Etat, le publication de Chuquet, d’Henry Houssaye, de Frédéric Masson, d’Albert Vandal, les registres de la guerre, le Moniteur, le Journal de l’Empire, les bulletins de l’armée, les Mémoires des contemporains, cent et cent autres dcuments, M. Albert Schuermans est parvenu à dresser sous le titre de l’Itinéraire général de Napoléon Ier, un « calendar », du 15 août 1769 au 5 mai 1821, indiquant pour chaque date – sauf, bien entendu, les lacunes obligées des premières années – l’endroit où se trouvait le grand homme et ce qu’il faisait ce jour là.

Continuer la lecture de Napoléon (5) Itinéraire(s)

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoleon (4) Anecdotes

Je suis en train de lire Napoléon, croquis de l’épopée de G. Lenotre. Ce prolifique historien (cf. sa bibliographie réalisée par Georges Fenoglio Le Goff) a sévi entre la guerre franco-prussienne et la Seconde Guerre mondiale. Grand compilateur de sources, il a pu s’attirer ce trait peu amène d’un  de ses contemporains : « Après tout, que fait-il ? Il prend du tien, il prend du mien et il signe Lenotre… » (cf. article de Pierre Assouline, « La peste soit de Roth », daté du 29 décembre 2010). Cela ne l’empêcha pas d’être élu in extremis à l’Académie français, où il n’eut pas le loisir de siéger, étant rattrapé par la grande faucheuse. Continuer la lecture de Napoleon (4) Anecdotes

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (3) Bibliographie(s)

Bibliographies napoléoniennes générales récentes

Il s’est écrit plus de livres sur Napoléon que de jours écoulés depuis sa mort, affirme l’historien Jean Tulard qui a du reste contribué à cette production éditoriale pléthorique (voir sa notice dans Wikipedia).

Est parue dernièrement aux éditions Cléa une Bibliographie napoléonnienne réalisée par Roger Martin et Alain Pigeard et qui référence près de 10 000 titres et comporte Continuer la lecture de Napoléon (3) Bibliographie(s)

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Napoléon (2) Fantaisies littéraires

Le 8 juillet dernier, j’avais consacré une chronique aux caricatures de l’ogre de Corse. En voici une nouvelle, portant cette fois sur deux ouvrages parus au début de la Monarchie de Juillet. D’autres suivront, tant notre premier empereur offre une matière quasi-inépuisable. Continuer la lecture de Napoléon (2) Fantaisies littéraires

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Traversées, récits de voyages des Lumières

Je vous avais signalé, dans une précédente chronique, d’un site de l’université de Poitiers consacré aux premiers socialisme. Cette même université propose, sur un tout autre sujet, Traversées, récits de voyages des Lumières. Voilà la présentation qu’en donne le site du SCD poitevin :

Cette exposition virtuelle, conçue par le Master 2it (UFR Lettres et Langues – Université de Poitiers), accompagne une exposition du SCD de Poitiers réalisée en partenariat avec l' »ACI Lumières Pays de Vienne, Pays de Loire », des enseignants-chercheurs et des étudiants de l’Université de Poitiers.
Les voyageurs des Lumières se trouvent à un moment particulièrement intéressant à observer car tous les modes de voyage cohabitent : découverte, colonisation, dépaysement. L’exposition présente différents types de voyages et de manières de les raconter dans trois parties du monde au XVIIIe siècle : la découverte et l’utopie dans le Pacifique, l’installation et les missions en Asie, en Afrique et en Amérique du Sud et l’émergence du genre du récit de voyage en Europe.
Les livres anciens numérisés sont issus du Fonds ancien du SCD de l’Université de Poitiers et de la Bibliothèque francophone multimédia de Limoges.

Je pense puiser prochainement dans les bibliographies proposées dans les diverses sections de cette très riche exposition et je vous en conseille la visite.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Cartes imaginaires

Tout est parti de la référence ci-dessous :

Jean-Benoît Bouron, « Cartographier l’imaginaire : un exercice géographique », Le monde des cartes, 2005, n° 205, p. 11-24. Disponible sur le site du Comité Français de Cartographie.

Dans sa bibliographie, l’auteur donne des adresses web (ici marquées d’un *) auxquelles j’ai ajouté mes propres trouvailles. Evidemment, cette liste fera l’objet de mises à jour. Dernière mise à jour : 22 janvier 2014.

 

Les cartes dans la bande dessinée

  

La Terre du Mileu

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Archives nationales / Maison de l’Histoire de France

Dossier de presse (mise à jour du 22 octobre 2010)

Avril 2008 : « La Maison de l’histoire de France » rapport d’Hervé Lemoine

D’autres rapports ont suivis. Voci ce qu’il en est dit le 18 octobre 2010 sur le blog des livres de La Recherche :

On a parlé beaucoup, et pour cause, d’histoire aux Rendez-vous de l’Histoire à Blois ce week-end, et de la fameuse « Maison de l’histoire de France » devant s’installer au plus vite dans le quadrilatère parisien des Archives nationales. Le moins qu’on puisse dire est que les rapports de référence – ceux particulièrement d’avril 2008 (par Hervé Lemoine, devenu en janvier 2010 directeur du Service interministériel des Archives de France), et d’avril 2010 (par Jean-François Hébert, chargé de la préfiguration du projet présidentiel) – ne brillent ni par leur érudition ni leur réflexion. Pas d’état des lieux du gros dossier histoire & musées en France, pas de tentative d’élucidation de l’énigme : pourquoi une absence de musée central de l’histoire de France dans un pays si marqué par l’histoire, par le travail historien, et par le centralisme monarchique et républicain. Il existe pourtant une tradition du rapport administratif de référence, tel celui de Guy Braibant sur Les Archives en France en 1996 (édité par La Documentation Française). Le projet, en ce sens, de « Maison de l’histoire de France », est très mal parti, sans parler des attendus idéologiques.

23 septembre 2009 : Nouvel Obs – « La Maison de l’histoire de France franchit un pas »

24 mai 2010 : Le Parisien – « Maison de l’histoire de France : l’Ile Seguin joue la modernité »

12 septembre 2010 : TF1 – « La Maison de l’histoire de France trouve sa place à Paris »

14 septembre 2010 :  Ministère de la Culture – « La Maison de l’histoire de France s’installera aux Archives Nationales »

16 septembre 2010 : Libération – « Les Archives occupées par le personnel »

22 septembre 2010 : HNS Info – « Non à la Maison de l’Histoire de France aux Archives Nationales ! 4ème nuit d’occupation de l’Hôtel de Soubise »

8 octobre 2010 : Archivistes – « La « maison de l’histoire de France » aux Archives nationales ? L’Association des archivistes français prend position »

15 octobre 2010 : Mediapart – Antoine Perrault « Du rififi mémoriel aux Archives nationales contre le musée Sarkozy »

16 octobre 2010 : Bakchich info – Lucie Delaporte « Les historiens disent non au musée Sarkozy »

A suivre…

Voir aussi

un profil Facebook Maison de l’Histoire de France, pas aux Archives

un dossier de Fabula

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts

L’Antiquité en ligne (1) Deux pistes à explorer

Suite à un message concernant ma chronique sur les droits de l’Antiquité, je découvre avec intérêt deux ressources qui me semblent fort intéressantes :

 

La bibliothèque des Sciences de l’Antiquité de l’université de LilleIII propose

un site : voir notamment les bibliographies et les comptes rendus ainsi que de nombreux liens

un tout jeune blog qui a débuté en août dernier

 

AWOL – The Ancient World Online, blog de Charles Ellwood Jones, bibliothécaire à l’Institute for the Study of the Ancient World de l’université de New York.

 

A vous de juger.

Jean Stouff

Ancien étudiant d’histoire. Bibliothécaire.

More Posts