Archives de catégorie : Idées, opinions, croyances

Chroniques sur les 3 opiums de l’esprit : la philosophie, la politique et la religion

Développement durable ou décroissance soutenable ?

Deux dates, deux rapports, un constat

 

1972 : le 1er rapport du club de Rome ou rapport Meadows, The limits to growth ? (Halte à la croissance) remet en cause le modèle de croissance dominant. Voir le commentaire approfondi de ce document (cf. Manicore.com, site de Jean-Marc Jancovici).

Mars 2005 : Le rapport de 1300 scientifiques commandé par l’ONU pour évaluer l’état des milieux naturel de la planète constate qu’environ 60 % des écosystèmes permettant la vie sur Terre ont été dégradés et préconise des changements radicaux en matière de développement et d’éducation.

 

Développement durable

Agora21

Association4d

Centre de recherche et d’information pour le développement – CRID

Internationa Institut for Sustainable Devlopment – IISD

Média-terre

Quelques ouvrages sur le sujet

Décroissance soutenable

Biosphère, réseau de documentation des écologistes activistes

Casseurs de pub et la revue La décroissance

Décroissance.info

La décroissance : dix question pour en débattre

La décroissance, une utopie ?

Institut d’études économiques et sociales por la décroissance soutenable – IEESDS

Réseau des Objecteurs de Croissance pour l’Après-Développement – ROCADe

Nicholas Georgescu-Roegen, théoricien de la décroissance (Encyclopédie Agora)

Quelques ouvrages sur le sujet

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Homme et animal

Ayant pris connaissance du dernier billet du blog Terrain, je vous transmets la bibliographie suivante, tournant essentiellement autour des droits des animaux sous leurs différents aspects. A compléter évidemment… (Dernière mise à jour : 9 mai 2012)

Animaux et sociétés

Nathalie Blanc. Les animaux et la ville. O.Jacob, 2000. 232 p.

Robert Sullivan. Rats : une autre histoire de New York. Payot, 2009. 313 p.

Droits des animaux : aspect éthique et philosophique

Homme et animal : la question des frontières. Versailles : Quae, 2009. 214 p.

La question animale : entre science, littérature et philosophie, sous la direction de J.-P. Engélibert, L. Campos, C. Coquio… [et al.] ; colloque « Le sens de l’ animal », Poitiers,3-5 février 2010. Presses universitaires de Rennes, 2011. 304 p.

Jean Birnbaum (dir.). Qui sont les animaux ? [21e Forum Le Monde Le Mans]. Paris : Gallimard, 2010. 261 p.

Florence Burgat. Une autre existence : la condition animale. PUF, 2011. 384 p.

Boris Cyroulnik (dir.). Si les lions pouvaient parler : essais sur la condition animale. Gallimard, 1998. 1503 p.

Isabelle de Fontenay

  • Le silence des bêtes. Fayard, 1998. 784 p.
  • Sans offenser le genre humain : réflexions sur la cause animale. Albin Michel, 2008. 213 p. Recension par la revue Le portique

Jean-Yves Goff. Le philosophe et ses animaux : du statut éthique de l’animal. J.Chambon, 1994. 335 p.

Thierry Gontier. La question de l’animal : les origines du débat moderne. Paris : Hermann, impr. 2011. 244 p.

Jean-Baptiste Jeangène Vilmer

  • Éthique animale. PUF, 2008. Préface de Peter Singer
  • Philosophie animale :différence, responsabilité et communauté, textes réunis, présentés et traduits par Hicham-Stéphane Afeissa et Jean-Baptiste Jeangène Vilmer. Vrin, 2010. (Textes clés). 380 p.
  • L’éthique animale. PUF, 2011. (Que sais-je ?). 127 p.
  • Anthologie d’éthique animale : apologies des bêtes. PUF, 2011. 392 p. Présentation sur le site de l’auteur et recension par Ian Marcil

Dominique Lestel.

  • L’animalité : essai sur le statut de l’humain. L’Herne, DL 2007. 125 p.
  • L’animal est l’avenir de l’homme Texte imprimé munitions pour ceux qui veulent (toujours) défendre les animaux. Fayard, 2010. 187 p.

Alain Leygonie. Les animaux sont-ils bêtes ? Paris : Klincksieck, 2011. 145 p.

Peter Singer.

  • La libération animale. Grasset, 1993. 382 p.
  • L’égalité animale expliquée aux humain-es. Tahin Party, 2007. 75 p.
  • Le Mouvement de libération animale : sa philosophie, ses réalisations, son avenir. F.Blanchon, 1991. 63 p.

Droits des animaux : aspect juridique

Josette Beer-Gabel et Bernard Labat. La protection internationale de la faune et de la flore sauvages. Université de Bruxelles,1999. 266 p.

Florence Burgat. La protection de l’animal. PUF, 1997. (Que sais-je ?). 126 p.

Georges Chapouthier. Les droits de l’animal. PUF, 1992. (Que sais-je ?). 127 p.

Sonia Desmoulin. L’animal, entre science et droit. Presses universitaires d’Aix-Marseille, 2006. 771 p. Texte remanié de : Thèse doctorat : Droit : Paris 1 : 2005

Jean-Pierre Margueneau. L’animal en droit privé. PUF, 1993. Texte remanié de : Thèse doctorat : Droit privé : Limoges : 1987

Laurent Neyret. Atteintes au vivant et responsabilité civile. LGDJ, 2006. 709 p. Texte remanié de : Thèse : Droit : Orléans : 2005

Dossiers et numéros spéciaux de périodiques

L’animal dans nos sociétés, numéro spécial de Problèmes politiques et sociaux, 2004, n° 896, 118 p.Les animaux, numéro spécial de Pouvoirs, 2009, n° 131, 206 p.

Les animaux pensent-ils ?,  numéro spécial de Terrain, 2000, n° 34, 173 p., en ligne sur Revues.org.

Droits de l’homme, droit du singe, droits de l’animal, dossier dans Le débat, 2000, n° 108, p.153-192. Ce dossier donne lieu à un prolongement dans Le débat, 2000, n° 109, p.138-160.

Libérer les animaux ?, numéro spécial de Critique, 2009, n° 747-748, 832 p.

Protéger la nature, est-ce protéger la société ?, numéro spécial de Géographies et cultures, 2009, n° 69, 143 p.

La question animale, numéro spécial de Politix, 2003, n° 64, 223 p.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

In girum imus nocte et consumimur igni, Guy Debord et l’Internationale situationniste

(Dernière mise à jour : 10 juillet 2017)

Une rareté : un film de Debord projeté à l’université de Tours

Jeudi dernier était projeté à l’université François-Rabelais In girum imus nocte et consumimur igni. film de Guy Debord, dont le titre palindrome est emprunté à un vers de l’Enéide.  Cela se passait dans le cadre de la résidence de Marc-Antoine Mathieu à Tours en relation avec son atelier sur le détournement d’images. Continuer la lecture de In girum imus nocte et consumimur igni, Guy Debord et l’Internationale situationniste

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Les quatrains d’Omar Khayyam et leurs traductions en français

(Dernière mise à jour  : 26 septembre 2016)

Je possède quelques traductions des robâiyât d’Omar Khayyam, le célèbre astronome, mathématicien et poète persan des confins des XIe et XIIe siècles, et cela faisait quelques temps que je souhaitais faire une chronique bibliographique à ce sujet.

Or voici que le n° 59 de la Revue de Téhéhran consacre justement un dossier à Khayyam, avec notamment un article sur Sarah Mirdâmâdi sur « Les » lectures de Khayyâm en France. Outre ce dossier récent, la même revue a publié par le passé des articles consacrés à des sujets proches, dont une biographie (une autre figure dans le dossier), un article sur la terre dans les quatrains d’Omar Khayyâm, et deux autres, plus généraux, sur les formes poétiques persanes et la dimension mystique de la poésie classique persane .

Autres sources utilisées :

L’article de Wikipedia et le site Omar Khayyam persan dont les contenus sont pratiquement identiques…

Le site Omar Khayyam Nederland qui offre de nombreuses informations, non seulement en néerlandais, mais aussi en anglais, en français, en allemand…, avec notamment des traductions et des bibliographies.

Le blog Omar Khayyam Rubaiyat créé en avril 2012..

Le catalogue de la BNF et le SUDOC.

Archive Internet, Gallica et Google livres.

La thèse de Karim Hayati Ashtiani, Les relations littéraires entre la France et la Perse de 1829 à 1897, 2004, Université Lumière Lyon 2.

L’article de Sara Saidi Bouroujeni, Etude critique des traductions en français d’un quatrain d’Omar Khayyâm, Archive of SID, Sixième année, Numéro 13, printemps-été 2011, publiée au printemps 2011.

Une chronique de Yoto Yotov sur le site Notes du Montroyal.

Enfin The Rubáiyát of Omar Khayyám : an updated bibliography, ouvrage essentiel de Jos Coumans paru en 2010 aux Leiden University Press. Je n’ai pu y accéder qu’en janvier 2012, bien après la parution en ligne de cette chronique. Je m’en suis largement servi pour ma mise à jour du 20 janvier 2012.

L’objet de cette chronique est essentiellement de faire la liste des principales traductions disponibles sur internet ou en librairie. Je ne m’étendrai donc pas sur la vie de Khayyam (voir les diverses biographies signalées plus haut) ni sur les divergences d’interprétations qui apparaissent dès les premières traductions européennes, l’anglaise de Fitzgerald en 1859 et la française de Jean-Baptiste Nicolas en 1867 (voir notamment « Les » lectures de Khayyâm en France). Il s’agit donc plus d’une bibliographie commentée que d’une étude.

Les traductions sont données dans l’ordre de leur parution avec le nombre de quatrains traduits quand je le connais (l’ouvrage de Jos Coumans donnne à ce sujet de précieuses informations) et l’indication succincte d’éventuelles rééditions. Quand j’ai pu trouver sur Wikipedia ou ailleurs des informations sur les traducteurs et sur les auteurs d’éditions critiques, les liens ont été faits.

Je ferai ultérieurement une chronique sur les différents manuscrits existants.

Enfin, à ceux qui voudraient se lancer dans une recherche sur Khayyam et ses quatrains sur internet ou dans la documentation papier, voici deux petits rappels :

  1. Si la forme internationale translittérée est ´Omar Hayyām (1048-1131), il ne faut pas oublier que, selon les pays, les époques, les traducteurs et les éditeurs, les variantes orthographiques sont nombreuses. En voici un échantillon : ´Omar Khayyām ; Omar Khayam ; ʿUmar Khayyām ; ´Umar-i-Khayyám ; Omar Khèyam ; Omar Kheyyam ; Omar Keyyam ; Omar Xayām ; Omar Chajjám ; Omar Alkhayyámí ; Omar-i-Khajjam ; Omar Qayyam ; Omar Caiiam ; Omar Chiam. A noter qu’en persan, le nom complet du poète, Ghiyās od-Dīn Abol-Fath Omār ibn Ebrāhīm Khayyām Neyshābūri, s’écrit ainsi : غیاث الدین ابو الفتح عمر بن ابراهیم خیام نیشابوری 

  2. Ne pas oublier non plus que ces quatrains sont souvent désignés par leur nom persan, dont les graphies varient elles aussi : rubaiyat ; rubayat ; robaiyat, robaïat, roubaïates, sans oublier le singulier robaï ou rubaï parfois utilisé pour un pluriel… Quant à Sadegh Hedayat, il parle des chants de Khayam. Et en persan, cela s’écrit ainsi : رباعيات

 

Bibliographie chronologique des traductions des quatrains de Khayyam

 

1857 – Joseph Héliodore Garcin de Tassy (1794-1878)

« Note sur les Rubâ’iyât de ‘Omar Khaïyâm ». In: Journal Asiatique, vol. 1, tome 9, p. 548-554. Disponible sur le site Omar Khayyam Nederland, sur Archives Internet, sur Gallica.

Cet article comporte la traduction de quelques quatrains de Khayyam.

1867 – Jean-Baptiste Nicolas (1814-1875)

Les Quatrains de Khèyam, traduits du persan, par J.-B. Nicolas. Paris : Imprimerie impériale, 1867. Disponible sur Archive Internet, sur Google livres ici et et sur Hathi Trust. Le texte est également accessible sur Omar Khayyam Nederland.

La première traduction française importante avec 464 quatrains. Nicolas prend dans sa traduction le contrepied de l’interprétation de Fitzgerald : pour lui, les quatrains de Khayyam doivent être replacés dans la tradition soufie.

 Après presque un siècle, la traduction est reprise plusieurs fois entre 1965 et 1980 dans une adaptation de J.-P. Vibert et Pierre Seghers comportant seulement 179 quatrains.

L’intégralité des 464 quatrains est réédités chez Waleffe en 1967 avec 10 miniatures persanes, en 1987 chez Liber et en 2000 par l’éditeur Jean Maisonneuve qui publie une édition bilingue persan-français reproduisant en fac-simile dans un format réduit l’édition de 1867.

Curieusement, malgré sa conception de  Khayyam comme mystique soufi, c’est sa traduction que les éditeurs de La gloire des athées ont choisi pour les 11 quatrains figurant dans leur anthologie de textes rationalistes et antireligieux paru en 2005 aux Nuits rouges.

A noter qu’Ernest Renan fait une critique élogieuse de cette traduction dans le Journal asiatique, tome 12, 1968, p.56-57.

Jean-Baptiste Nicolas avait publié dès 1863 un article intitulé « Quatrains de Khayam » dans la Revue de l’Orient, de l’Algérie et des colonies, chez B. Duprat, avec la traduction de 50 quatrains.

1900 – Etty Couzyn

Le Rubaiyát d’Omar Khayyám d’après Edward FitzGerald. Traduits en vers libres. [S.l., s.n., circa 1900].

Et une traduction de la version d’Edward FitzGerald ! D’autres suivront…

1902 – Charles Grolleau

Les Quatrains d’Omar Kháyyám, traduits du persan sur le manuscrit conservé à la « Bodleian Library » d’Oxford, publiés avec une introduction et des notes, Paris : Carrington, 1902. Disponible sur Gallica.

L’ouvrage comporte 158 quatrains. A en croire la notice qui accompagne la réédition faite en 2008 par les éditions Allia, bien que ce livre porte la mention « traduit du persan »,

il semble cependant que cet angliciste, auteur par ailleurs de traductions de Chesterton et de Wilde, ait surtout utilisé la version de Fitzgerald – en s’appuyant – il l’avoue lui-même sur la traduction littérale en anglais du même manuscrit, riche en notes, faite par Edward Heron Allen en 1899.

Il s’agirait donc d’une traduction de traduction. Déjà que traduire un texte de poésie est une tâche ardue, se pose ici la question de la fidélité à l’original, qui doit être bien lointaine…

Par contre les notes qui accompagnent le texte de la plupart des rééditions – mais pas de celle des éditions Allia… – ne sont pas sans intérêt pour la compréhension. Il en est de même pour l’introduction (en mode image ; en html) et l’appendice qui contient notamment des articles d’Ernest Renan et de Théophile Gautier et un résumé succinct de la doctrine soufie. Présents encore dans l’édition de 1992 chez Ivrea (qui reprend celle de 1978 chez Champ Libre),  ceux-ci disparaissent par la suite dans les éditions parues chez d’autres éditeurs, comme par exemple en 1995 aux éditions Mille et une nuits (qui comporte quand même une postface de Chochana Boukobza, une Vie de Khayyam et des repères bibliographiques). Quant à la bibliographie donnée dans l’édition de 1902, cela fait longtemps qu’elle a disparue…

La traduction de Charles Grolleau a fait l’objet d’éditions illustrées par Ciolkowski (G. Crès, 1922) ou Nathalie Jonckheere (les Points cardinaux, 1998).

La dernière édition date de 2013, réalisée par Georges Nataf chez Berg international.

1903 – Fernand Henry

Les « Rubáiyát » d’Omar Keyyam, le poète-astronome de la Perse, traduits en vers français d’après la version anglaise d’Ed. Fitz-Gerald, avec notices, texte anglais en regard, commentaire, notes, bibliographie et index, par Fernand Henry. Paris : J. Maisonneuve, 1903.

Encore une traduction de traduction, et en plus en vers français… Elle ne semble pas avoir fait l’objet de rééditions. Mais je serais curieux de consulter l’appareil critique.

1907 – Jean Lahor [Henri Cazalis]

Oeuvres de Jean Lahor. En Orient. Les quatrains d’Al-Ghazali. Quatrains d’Omar-Kheyam. Le Cantique des Cantiques. L’Idole. Publication : Paris, A. Lemerre, 1907.  L’ensemble de l’ouvrage est accesible sur Archive.org , la partie concernant Khayyam sur Notes du Mont Royal et sur Remacle.

1910 – Robert Delpeuch

Rubáiyat, poème d’Omar Khayyám, traduction française de M. Robert Delpeuch d’après la version de Edward Fitzgerald. Paris : Edition du Studio : P. Ollendorff, 1910.

Encore du Fitzgerald traduit.

1910 – Jules de Marthold

Rubaiyât d’Omar Kháyyâm mis en rimes françaises d’après le manuscrit d’Oxford par Jules de Marthold. Paris, Ch. Carrington,1910.

1916 – Frédéric Roger-Cornaz

Les Rubaiyat, traduction nouvelle par Roger-Cornaz Frédéric. Paris, Librairie Payot et Cie, 1916.

Encore une traduction de l’anglais de Fitzgerald.

1920 – Claude Anet (1868-1931) et Mirza Muhammad

Les 144 quatrains d’Omar Khayyam, traduits littéralement par Claude Anet et Mirza Muhammad. Paris : la Sirène, 1920. Le texte est accessible sur le site Omar Khayyam Nederland en htm |en pdf.

Selon Armand Robin, ce serait « la meilleure traduction, de fort loin […] ; elle est jolie plutôt que forte ». En 1957, au Club des libraires de France, cette traduction fait l’objet d’une nouvelle édition accompagnée d’une étude et de la traduction nouvelle de 22 quatrains par Gilbert Lazard. En 1988 paraissent aux Nouvelles éditions Tchou Robâ’iyât du sage Khayyam, avec seulement 16 quatrains.

1921 – J. Carpentier

Roubayyat de Hafiz et d’Omar Khayyam, traduction de J. Carpentier d’après l’adaptation anglaise de J. L. Cranmer Byng pour Hafiz et d’après la version poétique anglaise d’Edward Fitzgerald pour Omar Khayyam. Paris, Francis Lebègue éditeur, 1921.

Toujours d’après Fitzgerald.

1922 – Yvonne Ferrand-Weyther

Doubles-quatrains d’après Omar Kheyam. Paris, Gallimard, 1922.

De la même traductrice : La vigne d’Omar Kheyam. St. Félicien en Vivarais, Pigeonnier, 1933.  Edition en vers illustrée de gravures sur bois.

1922 – A. Dubout

« ‘Omar Hayyam. Poémes », in la Revue mondiale, août 1922, p. 271-277, 399-402.

1923 – Iwan Gilkin

Soixante-dix quatrains d’Omar Khayyam. Bruxelles, Editions de la « Vie Intellectuelle », 1923. Disponible sur Omar Khayyam Nederland.

Tiré à 310 exemplaires.

1924 – Franz Toussaint (1879-1955)

Rubaiyat de Omar Khayyam, traduits du persan. Paris : L’édition d’art H. Piazza, 1924. Collection Ex Oriente lux.

Le texte est accessible dans la Grande bibliothèque poétique de Damien Bardot.

Traduction depuis le texte original persan de 170 quatrains rendus dans une prose poétique. Largement diffusée et rééditée de 1924 à 1979 par les Editions d’art Henri Piazza aujourd’hui disparues. C’est dans cette traduction que  des générations de lecteurs francophones (ma mère, moi…) ont abordé les poèmes de Khayyam.

Une édition, parue en 1957 chez Lubineau et tirée à 550 exemplaires, comporte 200 quatrains.

Voici deux rééditions récentes des traductions de Franz Toussaint :

La corde de la sagesse, traduction du perse en français Franz Toussaint, traduction du perse en arabe Ahmed Sâfi an-Najafi, préface Abou Hafs Abdeljalil. Paris : Bachari, 2008.

Rubaiyet Omar al-Khayyam, calligraphie Salah Moussawy, traduction française Franz Toussaint, traduction arabe Ahmed Sâfi an-Najafi, introduction Abou Hafs Abdejalil. Paris : Bachari, 2010.

Certains quatrains ont été mis en musique par Jean Cras en 1925 :

Robaiyat : quatrains persans du XIe siècle de Omar Khayyam, traduction de Franz Toussaint ; musique de Jean Cras. Paris : M. Senart, 1925.

1925 – François Arousseau

Les Quatrains d’Omar Khayyām, traduction de F. Aurousseau, d’après la 4e édition anglaise d’Edward Fitz Gerald ; illustrations de Henri Bey.  Foix : Éditions du « Domaine », 1925.

Toujours Fitzgerald… 101 quatrains.

1926 – Henri Jaccard

Les Quatrains d’Omar Khayyamm,rendus en vers français par Henri Jaccard. Lausanne : Payot, 1926.

1931 – Abolgassem Etessam-Zadeh

Les Rubaiyat d’Omar Khayyam, texte persan et traduction en vers français par A.-G. E’tessam-Zadeh. Téhéran, Librairie-Imprimerie Béroukhim, 1931.

Cette traduction a été éditée en France dès 1934 chez Maurice d’Hartoy. L’ouvrage est alors couronné par l’Académie française. Une réédition réalisée en 1987 par l’Association pour le rayonnement de la culture iranienne, avec le texte persan et la traduction française en regard

Elle est reprise aussi dans une édition que je possède, parue vers 1960 à Téhéran chez Tahrir Iran Co,  The Quatrains of Abolfat’h Ghia’th-E-Din Ebrahim Khayam of Nishabur,  avec des traductions en anglais, français, allemand, arabe, le texte persan et des illustrations de Mohammad Akbar Tadjvidi.

1935 – Arthur Guy

Les Robaï d’Omer Kheyyam‎, étude suivie d’une traduction française en décalque rythmique avec rimes à la persane‎, Arthur Guy. Paris‎ :Société française d’éditions littéraires et techniques‎, 1935.‎

328 quatrains.

Réédition en 1938 chez Malfère

En 1949 paraît aux Editions de l’Empire Omar Kheyyam. Les Robaï illustrés de pointes sèches originales d’Oscar Spielmann.

1936 – Enrique Uribe White

Rubaiyata, de Omar Khayyam, traduit en français par Enrique Uribe White. Bogotá, Editorial Minerva, 1936.

1942 – Edouard Rolland

En relisant Omar Khayyam. Rabat : F. Moncho, [1942].  Adaptation en vers français. Précédé d’un article de Théophile Gautier, extrait du «Moniteur universel» du 8 décembre 1867.

1946 – Yves-Gérard Le Dantec

Omar Khayyâm. Les Roubáiyát, traduits en vers français d’après la version anglaise d’Edward FitzGerald. Paris, Jacques Haumont, 1946.

Une nouvelle traduction de la version de Fitzgerald.

1947 – Jacques Broussier

Quatrains adaptés d’Omar Khayyam. Bruxelles, Editions d’art et d’histoire, 1947.

1951 – Sylvain Nassi

Chajjam, Omar. Choix de quatrains,  versifiés et classés par S(ylvain) Nassi. Lausanne, Held S.A., 1951.

1954 – Eléonore Niquille

Rubaiyat d’Omar Khayyám. Aurillac, Clairac 1954.

1957 – Richard Bak

La Robayat d’Omar Kheyyam. Du persan. Version française. [S.l., s.n.], 1957. Impr. Desclée & Cie.

77 quatrains.

1958 – Pierre Pascal

Les Robâ’iyyât d’Omar Khayyâm de Neyshaboor; pour la première fois, traduits en vers français par Pierre Pascal; d’après les plus anciens manuscrits, récemment découverts, de la Bibliothèque de l’Université de Cambridge [MS. Or. 1724] et de la Bibliothèque de Chester Beatty de Dublin, le codex Khayyamien de Mohammed Ali Furughi et divers manuscrits de la Bibliothèque nationale de Paris [Suppl. Persan 1417 et 1477]; fac-simile du manuscrit de la Bibliothèque de l’Université de Cambridge [et du manuscrit supp. Persan 1477 de la Bibliothèque nationale] ; illustrations photographiques du traducteur. Rome: Éditions du coeur fidèle, 1958.  Réédition en 1966 chez le même éditeur.

400 quatrains.

1958 – Armand Robin (1912-1961)

Rubayat, présentation et texte français d’Armand Robin. Paris : Club français du livre, 1958.

260 quatrains. Réédition chez Gallimard en 1994, avec une préface d’André Velter. Une nouvelle édition en 2003, à Meknès, sans la préface d’André Velter. Personnellement, je possède l’édition de 1994 et je trouve la note d’accompagnement d’Armand Robin très intéressante, notamment sur les vicissitudes du texte original.

1959 – Emile Désiron

Les Roubâiyât d’Omar Kheyyâm / [traduction anglaise] d’Edward Fitzgerald ; traduction en vers français par Émile Désiron. Louvain : Nauwelaerts ; Paris : B. Nauwelaerts, [1959?]

Est-ce une traduction de l’anglais ? Vraisemblablement.

1959 – Otoman Zar-Adusht Ha’nish (1856-1936) / Pierre Martin

Omar Khayyam dans ses Robaiyat, avec une biographie du poète, astronome et homme d’État persan, par le Dr Otoman Zar-Adusht Ha’nish ; traduit de l’anglais par Pierre Martin. [Genève‎ : Ed. Mazdaznan ; Paris‎ : Aryana, G. Vidal‎, [ca 1959]

Encore une traduction de l’anglais. Je la cite comme curiosité, à cause de la personnalité d’Otoman Zar-Adusht Ha’nish (1856-1936), fondateur d’un culte syncrétique mêlant christianisme et zoroastrisme : mazdanan. La traduction de Pierre Martin est disponible sur le site Mazdeen.

1960 – Mahdy Fouladvand

Les Quatrains d’Omar Khayyam, nouvelle traduction littérale, suivie de notes et de la concordance du texte persan en transcription, par Mahdy Fouladvand, Paris : G. –P. Maisonneuve, Besson et Chantemerle, 1960.

Comporte 3 séries :

  • 1ère série : 128 quatrains
  • 2e série : 75 quatrains
  • 3e série (Ecole de Khayyam) : 40 quatrains

Du même traducteur, avec une préface datée de 1965, traduction française et texte persan en regard :

Quatrains khayyamiens, nouvelle traduction classée selon l’ordre alphabétique, suivie de notes, accompagnée du texte persan, par Mahdy Fouladvand. [Téhéran,] : Impr. du Ministère iranien de la culture et des arts, s. d. [1965 ?]

Une nouvelle traduction paraît en 1995 aux Editions du Rocher :

Omar Khayyaâm. Les quatrains.

Comporte 2 séries :

  • 1ère série : 155 quatrains
  • 2e série : 93 quatrains

1961 – Christovam de Camargo

Les roubaïates d’Omar Khayyam, présentation et traduction d’après l’original persan par Christovam de Camargo. [S.l.], Seghers, 1961.

182 quatrains.

1964 – Roger Lescot

Anthologie de la poésie persane : XIe-XXe siècle, textes choisis par Z. Safâ, traduits par G. Lazard, R. Lescot et H. Massé. Paris : Gallimard, 1964.

Cet ouvrage, réédité en 1987, comporte une trentaine de quatrains de Khayyam traduits par Roger Lescot.

1965 – J.-P. Vibert

Omar Khayyam. Les Roubaïates, traduit du persan par J.-B. Nicolas, adaptation par J.-P. Vibert et Pierre Seghers.Paris: Seghers [Gerard & Co., Verviers], 1965.

Réédité en 1973, 1979 (SNED), 1980.

1969 – Victor Bernard

Les Rubaiyat d’Omar Khayyâm, retraduits d’après [la traduction anglaise d’] Edward Fitzgerald, par Victor Bernard ; avant propos d’Abel Doysié. – [Paris]: Le Cerf-volant, [1969].

Fitzgerald a encore frappé !…

1969 – Maurice Chapelan (1906-1992)

Cent quarante deux robaï d’Omar Khayyâm, [adaptation poétique de] Maurice Chapelan. Paris : B. Grasset, 1969.

Dans son article sur « Les » lectures de Khayyâm en France, Sarah Mirdâmâdi estime que cette traduction est une des plus belles. Cependant, selon la notice trouvée dans le SUDOC, elle résulte d’une  comparaisons de traductions en français et en anglais, dont celle de Edward Fitzgerald. Elle n’a pas été rééditée…

1970 – Auguste Testuz

Les quatrains d’Omar Khayyam. Genève, Avec une préface de Marc Chesneau. Genève, [s.n.], 1970.

124 quatrains. Ouvrage tiré à 300 exemplaires.

1971 – Taha ben Kempta

Omar Keyyam. Robayyat(extraits). [S.l.], Nouvelles Editions Polaires, 1971.

12 quatrains.

1977 – Roland Bauza

Omar Khayyam. Vingt quatrains. Les Baux-de-Provence, Atelier Louis Jou, 1977.

Tiré à 100 exemplaires. 20 quatrains.

1979 – Jacques Gaucheron

Omar Khayyâm. Robaïat. Avant lecure et transcription poétique […] Suivi d’un tombeau d’Omar. Paris, Les Editeurs français réunis, 1979.

Réédition en 2002 et en 2012 par Le Temps des cerises.

80 quatrains.

1983 – Vincent-Mansour Monteil (1913-2005)

Quatrains [d’] Omar Khayyam [et] Ballades [de] Hafez de Shiraz ; introduction et choix de poèmes traduits du persan par Vincent Monteil ; calligraphies de Blandine Furet. Paris : Sindbad, 1983.

Comporte 172 quatrains avec le texte persan en regard de la traduction. Trois rééditions : une chez Sindbad en 1998 ; deux chez Actes Sud en 1996 et 2004.

1987 – Pierre Seghers

Omar Kayyâm. Sa vie et ses quatrains Rubâ’iyât. Paris, Seghers, 1987.

161 quatrains.

1987 – Ibrahim Dossa

Omar Khayyam. [Paris], Slallow, [1985].

1988 – Fuad Rouhani

Le Vin de Nishapour: promenades photographiques dans les « Rubâiyât » du poète Omar Khayyâm; [photogr. de] Shahrokh Golestan; [calligr. de Nasrollah Afjei]; nouv. trad. de Fuad Rouhani. – Paris, Souffles, 1988.

72 quatrains.

1990 – Frank Lalou

Omar Khayyam. Ne blâme pas ceux qui s’enivrent. Bordeaux, Blake, 1990.

1992 – Hassan Rezvanian

Les quatrains du sage Omar Khayyâm de Nichâpour et de ses épigones, présentation, traduction et notes [par] Hassan Rezvanian. Paris : Imprimerie nationale, 1992.  (La Salamandre)

637 robâyât traduits. Deux rééditions : en 1993 à l’Imprimerie nationale et en 2008 chez Actes Sud., dans la collection Babel.

1993 – Sadegh Hedayat (1903-1951) / M.F. Farzaneh et Jean Malaplate

Les chants d’Omar Khayam, édition critique [par] Sadegh Hedayat ; traduit du persan par M.F. Farzaneh et Jean Malaplate. Paris : J. Corti, 1993.

Il s’agit de la traduction de l’édition des Tarânehâ yè Khayyam publiée par l’écrivain iranien Sadegh Hedayat (1903-1951) en 1934. En fait, seul Jean Malaplate a traduit les 143 quatrains, M.F. Farzaneh s’étant chargé du texte de Sadegh Hedayat qui s’inscrit dans la tradition du Khayyam sceptique ennemi des dévots.

1995 – Pierre Lesinge

Les Rubaiyats d’Omar Khayyam, [trad. par] Pierre Lesinge [d’après la trad. anglaise d’Edward Fitzgerald]. Paris, la Pensée universelle, 1995.

Encore Fitzgerald traduit…

1997 – Gilbert Lazard

Cent un quatrains, trad. du persan et présenté par Gilbert Lazard. Paris, la Différence, 1997.  Texte persan et trad. française en regard.

En 2002, Gallimard publie cette traduction sous le titre Cent un quatrains de libre pensée. Mais en fait, dès 1957, Gilbert Lazard publie la traduction de 22 quatrains de Khayyam dans une réédition de la traduction de Claude Anet et Mirza Muhammad.

2000 – Jean Rullier

Les quatrains : robaïyat, nouvelle version établie et présentée par Jean Rullier. Paris, le Cherche Midi éd., 2000.

182 quatrains.

2001 – Abolgassem Parviz

Omar Xayam. Quatrins. Paris, RAC, 2001.

Edition bilingue français-persan.

2005 – Hussein Sadeghi

Ruba’iyat, avant-propos, introduction, traduction et notes de H. Sadeghi ; illustrations de M. Farshchian, calligraphies de Gh.H. Amir-Khani ; message de Federico Mayor ; préface de Mohammad-Ali Eslami Nadoushan. Téhéran : Yassavoli, 2005. Réédition en 5 langues (persan, anglais, français, arabe et allemand) en 2011.

Ouvrage publié pour la première fois en 1999 avec le soutien de l’Unesco, pour la commémoration de la disparition d’Omar Khayyam. Poèmes en persan, avec traduction en français et en anglais sur la page opposée, et numérotation double en chiffres persans et arabe. la version anglaise est, bien sûr, d’Edward Fitzgerald avec une introduction de celui.

Et merci à Ghassem Abbassian qui m’a indiqué cette référence.

2005 – Omar Ali Shah (1922-2005) / Patrice Ricord

Les quatrains d’Omar Khayyam, préfacés et traduits du persan par Omar Ali Shah,traduit de l’anglais par Patrice Ricord. Paris : Albin Michel, 2005.

Et une dernière traduction de l’anglais, l’édition originale étant de 1964… Intéressante néanmoins pour le point de vue du maître soufi Omar Ali Shah (1922-2005) qui « propose une édition critique des 111 quatrains originaux, d’après un manuscrit familial datant de 1153 ». L’idée qu’il se fait de Khayyam est à l’opposé de l’image du poète libertin et sceptique qu’en avait Fitzgerald dans la toute première traduction anglaise.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Vanités

(Dernière mise à jour : 28 novembre 2012)

J’ai récemment feuilleté à la section Lettres de notre chère bibliothèque universitaire le catalogue d’une exposition qui s’est tenue au musée Maillol jusqu’au 28 juin 2010. Son titre : « C’est la vie ! » : vanités du Caravage à Damien Hirst. L’ouvrage a l’air fort intéressant et documenté et fera certainement partie de mes prochaines lectures. En attendant, glanons quelques renseignements sur ce thème des vanités qui recoupe en partie celui des danses macabres.

A part l’article de Wikipédia, il me faudra sans doute consulter sur le thème les catalogues d’autres expositions :

Les vanités dans la peinture au XVIIe siècle : méditations sur la richesse, le dénuement et la rédemption, au Musée des Beaux-Arts à Caen (27 juillet-15 octobre 1990) et au Musée du Petit Palais à Paris (15 novembre 1990-20 janvier 1991).

Vanitas vanitatum omnia vanitas : anatomie des vanités, à la Maison Erasme à Bruxelles du 12 avril au 13 juillet 2008, autour d’une surprenante Eve anatomique :

,

 Vanité : Mort, que me veux-tu ? à la Fondation Pierre Bergé du 23 juin au 19 septembre 2010. Ne pouvant disposer pour l’instant du catalogue édité aux éditions La Martinières,, je me rabats sur le dossier de presse, les articles d’Exporevue,  de Télérama, du Figaro, de Narthex ou de L’agora des arts ou encore sur le blog de Noémie Levain.

Des images de vanités ne sont pas bien difficiles à trouver via Google ou sur Wikimedia Commons.

Un dossier bien illustré sur le thème figure sur le blog de Wodka.

Voir aussi

Beaux Arts magazine no 282, décembre 2007

Anne-Marie Charbonneaux (dir.), Les vanités dans l’art contemporain, Flammarion, 2005, 231 p.

Delphine Gleizes, « « Vanités ». codes picturaux et signes textuels », Romantisme, 2002, vol. 32, n° 118, p. 75-91. Disponible sur Persée, malheureusement sans les illustrations…

Karine Lanini. Dire la vanité à l’âge classique : paradoxes d’un discours0. Thèse soutenue en décembre 2003, et publiée aux éditions Honoré Champion, dans la collection Lumières Classiques en 2006. Voir son dossier iconographique.

Élisabeth Quin, iconographie d’Isabelle d’Hauteville, Le Livre des Vanités, Paris, Regard, 2008, 359 p. Voir ce qu’en dit Wodka et l’entretien du Nouvel observateur avec Elisabeth Quin, où on voit que le livre se focalise surtout sur les crânes…

 

הֲבֵל הֲבָלִים הַכֹּל הָבֶל 

  

Hevel Havelim, hakol havel

Vanitas vanitatum omnia vanitas

Vanité des vanités, tout est vanité

Extrait de L’Ecclesiaste (קהלת Qohelet).

Texte hébreu et traduction sur Sefarim.

Traductions de Darby, Renan, Segond et Crampon sur Wikisource.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

En feuilletant L’Intermédiaire des chercheurs et curieux ou un forum culturel au XIXe siècle (1). Caricatures contre le Christ

A propos du graffiti Alexamenos sebete theon.

Extraits de L’Intermédiaire des chercheurs et curieux Vol. 9, 1876. Source Gallica. 

N° 184, col.30-31

N° 185, col. 61

N° 186, col. 92

N° 187, col. 115

N° 198, col. 463-464

N° 199, col. 497-498

N° 201, col. 561-562

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Histoire du communisme, ou Réfutation historique des utopies socialistes : un ouvrage oubliable d’Alfred Sudre

Un spectre hante l’Europe : le spectre du communisme. Toutes les puissances de la vieille Europe se sont unies en une Sainte-Alliance pour traquer ce spectre : le pape et le tsar, Metternich et Guizot [1], les radicaux de France et les policiers d’Allemagne.

Quelle est l’opposition qui n’a pas été accusée de communisme par ses adversaires au pouvoir ? Quelle est l’opposition qui, à son tour, n’a pas renvoyé à ses adversaires de droite ou de gauche l’épithète infamante de communiste ?

Il en résulte un double enseignement.

Déjà le communisme est reconnu comme une puissance par toutes les puissances d’Europe.

Il est grand temps que les communistes exposent à la face du monde entier, leurs conceptions, leurs buts et leurs tendances; qu’ils opposent au conte du spectre communiste un manifeste du Parti lui-même.

C’est à cette fin que des communistes de diverses nationalités se sont réunis à Londres et ont rédigé le Manifeste suivant, qui est publié en anglais, français, allemand, italien, flamand et danois.

Vous avez tous reconnu le début d’une brochure célèbre dont le texte intégral peut facilement être trouvé sur internet. Cet opuscule, écrit par Karl Marx et Friedrich Engels et publié en février 1848, a été diffusé à l’origine sous le titre Manifeste du Parti communiste, puis republié sous le titre Manifeste communiste (plus d’infos sur Wikipédia).

Cette même année 1848, Alfred Sudre fait paraître son Histoire du communisme, ou Réfutation historique des utopies socialistes. L’ouvrage embrasse alors toute l’histoire des idées communistes de Sparte… à Proudhon (cf. Gallica). En 1850, la 4e édition comporte un chapitre supplémentaire… sur Pierre Leroux (cf. Google.fr). Pas un mot de Karl Marx et de Friedrich Engels, deux ans après la parution du Manifeste communiste, dont le titre suffisamment explicite aurait dû attirer l’attention de l’auteur… Plus surprenant encore, la 5e édition, parue en 1856, reste muette à leur sujet (cf. Google livres). Continuer la lecture de Histoire du communisme, ou Réfutation historique des utopies socialistes : un ouvrage oubliable d’Alfred Sudre

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Anarchie : petit répertoire à l’usage des curieux, chercheurs ou militants

Je vous l’annonçais dans une précédédente chronique : je souhaite aborder les ressources en ligne sur les différentes écoles de pensée politique et/ou économique. Voici une première sélection sur l’anarchisme. Comme son titre l’indique, elle s’adresse à tous et  pas spécialement aux militants. Personnellement, des trois catégories d’utilisateurs potentiels indiquées ci-dessus, je me situerais plutôt dans la première…

La présente sélection fera l’objet d’une mise à jour plus ou moins régulière. Dernière mise à jour : 26 juin 2017.

Continuer la lecture de Anarchie : petit répertoire à l’usage des curieux, chercheurs ou militants

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Y a-t-il une philosophie chinoise ?

La question posée en titre peut surprendre qui ne fréquente pas les terres de la philosophie et de la sinologie. Elle aurait également surpris les Jésuites qui au XVIIe siècle découvraient la tradition confucéenne et pouvaient écrire, à l’instar du Père Bouvet en 1697,

Il est vrai que depuis longtemps, hors la philosophie, dont on fait la principale étude de la Chine, cette Nation a extrêmement négligé toutes les autres sciences.

Pour les philosophes, de Leibniz à Voltaire, il va de soi que la Chine posséde une solide tradition philosophique et qu’il importe de s’y intéresser. Puis vient Hegel et, avec lui, l’exclusion de la Chine hors du champ philosophique. Depuis, la plupart des philosophes placent la tradition chinoise du côté des sagesses pratiques. L’opinion des sinologues en la matière est tout autre, et sur la frontière entre ces deux domaines, les hésitations et circonlocutions  diplomatiques se multiplient pour qualifier ce commun objet d’étude.

Voici, très grossièrement résumé, l’objet du fascicule 27 de la revue Extrême-Orient Extrême-Occident paru en 2005, intitulé Y a-t-il une philosophie chinoise ? Un état de la question. Je suis en train de le lire sous sa forme papier (c’est quand même moins pénible pour un lunetteux à verres progressifs…), mais il est également disponible sur  Persée,

En consultant Electre, je note que peu d’ouvrages contiennent dans leur titre l’expression « philosophie chinoise ». Il s’agit soit de traductions (le terme « philosophie » en français correspond-il réellement à celui qui lui répond en chinois ?), soit de publications s’intéressant à la « philosophie chinoise moderne », donc passée par l’influence directe ou indirecte de la philosophie occidentale :

Feng, Youlan, Précis d’histoire de la philosophie chinoise, Mail, 1985.

Mou Zongsan, Spécificités de la philosophie chinoise, Cerf, 2003.

La philosophie chinoise moderne, Revue internationale de philosophie, n° 232, 2005/2. Ce fascicule est consultable sur Cairn.

Le terme « pensée chinoise » est souvent préféré à celui de « philosophie ».

Philosophies d’ailleurs. 1, Les pensées indiennes, les pensées chinoises, les pensées tibétaines, Hermann 2009.

Anne Cheng, Histoire de la pensée chinoise, Seuil, 2002. Voir des extraits de l’introduction de cet ouvrage sur le site de l’exposition Chine organisée par la BNF. Voir aussi la page de l’auteur sur le site du Collège de France.

Marcel Granet, La pensée chinoise, 1934. Plusieurs rééditions. Un classique de la sinologie. Cet ouvrage est consultable parmi les Classiques des sciences sociales.

Francois Jullien,

La philosophie inquiétée par la pensée chinoise, Seuil, 2009.

La pensée chinoise dans le miroir de la philosophie, Seuil, 2007.

Voir aussi sur la question la conférence du 24 janvier 2005 faite par Romain Graziani, Du point de vue de la pensée chinoise que vous trouverez parmi Les lundis de la philosophie organisés par Francis Wolff sur le site de l’ENS.

Enfin, Philosophie magazine, dans son n° 20 de juin 2008, propose un dossier sur « La pensée made in China » dont voici la présentation :

La Chine attire, fait peur. D’un côté, nous avons tendance à envisager la tradition chinoise comme une réserve de sagesse millénaire, nous rêvons de trouver, du côté du confucianisme ou du taoïsme, des alternatives à la vision du monde cartésienne et dualiste qui prédomine en Occident. De l’autre, nous nous inquiétons de voir ce pays accéder au rang de puissance mondiale, de sa croissance économique, de son gigantisme, de la répression au Tibet, de son mépris des droits de l’homme. Dans les deux cas, nous ne la percevons qu’à travers des stéréotypes. Loin d’être un empire hermétique, la Chine est en perpétuelle évolution, capable de métamorphoses stupéfiantes, en dialogue depuis plus de deux siècles avec les catégories occidentales. Dans ce dossier, nous entendons faire justice à cette Chine complexe et protéiforme : Jean-Philippe de Tonnac s’interroge sur la portée symbolique et politique de la présence des jeux Olympiques, héritage de la culture grecque, à Pékin ; Michaël Lackner et Ivan Kamenarovic pointent quelques « intraduisibles » ; Jean-Luc Domenach, spécialiste des relations internationales, et Joël Thoraval, anthropologue, livrent leurs regards sur la Chine actuelle ; la philosophe Régine Pietra rappelle les fondamentaux du bouddhisme, du taoïsme et du confucianisme ; les sinologues Vincent Goossaert et Sébastien Billioud en déclinent les formes contemporaines ; enfin la philosophe Anne Cheng revient sur l’invention de la « pensée chinoise ».

Mise à jour du 30 octobre 2012

Marie-Julie Maître. Réception et représentation de la philosophie chinoise en France du seizième au vint-et-unième siècle, thèse de doctorat d’Études des systèmes sous la direction de Bruno Pinchard et Gregory Lee présentée et soutenue publiquement le 7 juillet 2010. Université Jean Moulin Lyon 3. Disponible en ligne en format html et en format pdf.

Mise à jour du 19 novembre 2012

En 1994, la revue Philosophie avait consacré son n°44 à la philosophie chinoise avec les articles suivants :

Jean-François Billeter, « Arrêt, vision et langage : Essai d’interprétation du Ts’i wou-louen de Tchouang-Tseu »

Anne Cheng, « Li ou la leçon des choses »

François Jullien, « Le détour de la parole, ou Confucius face à Socrate »

Ernst Victor Zenker, Histoire de la philosophie chinoise. Payot, 1936 (1ère édition allemande : 1926). Disponible parmi Les classiques des sciences sociales.

Mise à jour du 11 avril 2013

Y a-t-il une philosophie chinoise ? Chine en question, 20 juin 2011

La philosophie chinoise moderne, Revue internationale de philosophie n°232, 2005.

Dossier documentaire & Bibliographie, rubrique « Pensée chinoise », Monde en Question.

Mise à jour du 14 février 2017

4 conférences en ligne sur le site de l’Université ouverte des humanités (UOH) :

Présentation générale des 4 conférences

Évolution du confucianisme coréen

Histoire du confucianisme : vue panoramique

La pensée de Xun zi

Lao zi, Daode jing : le livre de la voie et de la vertu

La pensée chinoise contemporaine : entre modernité et invention d’une tradition, conférence d’Anne Cheng dans le cadre de l’Université de tous les savoirs (UTLS).

Ces 5 conférences sont accessibles à partir de Canal-U.

Ne pas oublier les leçons sur l’histoire intellectuelle de la Chine données par Anne Cheng au Collège de France.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Lettres de quelques juifs à M. de Voltaire

(Dernière mise à jour : 6 juin 2012)

Réédité récemment  aux éditions Kirouv et aux éditions D. Reinharc [mise à jour du 1er février 2011], cet ouvrage est une réponse au Traité de la tolérance (cf Gallica). Attribué à l’abbé Antoine Guénée, il met en avant les erreurs d’interprétation faites par Voltaire au sujet de l’Ancien Testament et souligne combien le grand philosophe est ignorant des langues anciennes.

Il est vrai que l’auteur est bien placé pour en juger. Fils d’un couple d’hôteliers, Antoine Guénée est né à Etampes en 1717. Doué pour l’étude, il a obtenu grâce à l’appui des Barnabites dont il fréquente le collège, une bourse pour étudier à Paris. Considéré comme un des grands spécialistes français du grec et de l’hébreu, il a écrit plusieurs ouvrages sur le judaïsme et les origines de la religion chrétienne faisant autorité dans toute l’Europe.

Je ne rentrerai pas ici dans les détails de sa vie et de ses activités que vous pourrez trouver dans Le corpus etampois avec notamment :

deux notices biographiques, l’une parue la Biographie étampoise par Léon Marquis (1881) et l’autre publiée par Clément Wingler dans l’hebdomadaire Étampes-Info du 16 mai 2003

une bibliographie de ses ouvrages

diverses autres informations

Les Lettres sont accessibles sur Google livres et sur Archive.org, mais curieusement absentes de Gallica, alors que la BNF en possède plusieurs éditions parues entre 1769 et 1863 (voir Annexe 1).

Les philosophes réagissent vigoureusement contre la « troupe théologique », par exemple en avril 1769, dans la  Correspondance littéraire, philosophique et critique, où ils traitent par le mépris ce « recueil d’atrocités et de platitudes » (cf. Annexe 2) et défendent le « patriarche » de Ferney. Ce dernier, ébranlé par les attaques du pére Guénée, y répond dans l’article Juifs des Questions sur l’Encyclopédie, puis, plus tardivemet, dans Un chrétien contre six juifs publié en 1777 : Voltaire joue le rôle du chrétien, et les six juifs sont ceux de Guénée (cf. Gallica : ex. 1 et ex. 2 ; Archive.org ; Google livres : ex. 1 et ex. 2) .

Cependant, le succès des Lettres est certain dans le public cultivé, comme en témoignent deux articles enthousiastes parus dans L’Esprit des journaux du 7 juilletn1772 et 6 décembre 1776, à l’occasion de la parution des 4e et 5e éditions. Leur notoriété durera plusieurs décennies. Le spectateur français au XIXe siècle débute un article 31 décembre 1804 par l’éloge ci-dessous (voir la suite de l’article dans Gallica) :

Et en 1821, dans une Vie de Voltaire guère favorable aux idées du philosophe en matière de religion, François-Antoine-Joan Mazure (1776-1828) dit beaucoup de bien des Lettres et de leur auteur en rappelant combien cette attaque a été sérieuse pour le maître de Ferney (cf. Annexe 3). Les éditions de 1805, 1815, 1817, 1857 et 1863 montrent que l’intérêt pour cet ouvrage et son auteur perdure jusqu’à la fin du Second Empire.

Puis vient l’éclipse, et celle-ci sera durable. Faut-il en accuser les républicains voltairiens ou cette curieuse figure d’abbé ami des juifs, fussent-ils fictifs, ne dérange-t-elle pas les lecteurs catholiques de la presse assomptionniste et antisémite de cette fin du XIXe siècle ? Ne faut-il pas plutôt y voir un désintérêt progressif dans une France sécularisée où la culture religieuse s’efface. Alors parler de  « 160 ans de censure tacite, pour protéger le ‘grand Voltaire’ de la Révolution » ( cf. Aschkel.info) me semble quelque peu exagéré.

Me semble également exagéré, et, plus encore, anachronique le fait de parler, à l’occasion de cette réédition, de l’antisémitisme de Voltaire (cf. Jerusalem post ; Aschkel.info). Faut-il rappeler que l’antisémitisme en tant qu’idéologie raciste date du milieu du XIXe siècle ? Il ne s’agit pas de nier ici l’attitude hostile du philosophe vis à vis des Juifs. Les citations à ce sujet sont nombreuses, à commencer par l’article Juifs du Dictionnaire philosophique (cf. Gallica). Cependant, à y regarder de plus près, il s’agit là plutôt d’une forme d’antijudaïsme, non pas l’antijudaïsme chrétien classique vis à vis du peuple « déicide », mais d’un antijudaïsme « philosophique » dirigé contre ce que Voltaire perçoit comme l’intolérance et la superstition de la religion juive, à laquelle il s’attaque comme il le fait pour le christianisme et pour  l’islam (par exemple avec sa tragédie Mahomet). Pour aller plus loin sur cette délicate question, le mieux est de se reporter à Utpictura18, un programme de recherche développé depuis 2009 dans le Centre Interdisciplinaire d’Étude des Littératures d’Aix-Marseille et hébergé sur les sites de trois universités : Aix-Marseille, Toulouse 2 et Montpellier 3.

Annexe 1. Les éditions des Lettres de quelques juifs conservées à la BNF (extrait du catalogue)

1
Lettres de quelques juifs portugais et allemands à M. de Voltaire, avec des réflexions critiques par l’abbé Guenée, 2nde édit.Paris : Prault, [s.d.]

2
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais et allemands à M. de Voltaire, avec des réflexions critiques, etc., et un petit commentaire extrait d’un plus grand. [Par l’abbé Antoine Guénée.] Lisbonne (Paris : L. Prault), 1769

3
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais et allemands à M. de Voltaire, avec des réflexions critiques, etc., et un petit commentaire extrait d’un plus grand. [Par l’abbé Antoine Guénée.] Isbonne (Paris : L. Prault), 1769

4
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais et allemands à M. de Voltaire… [Par l’abbé A. Guénée.] 3e édition augmentée. Paris : Moutard, 1772

5
Lettres de quelques juifs portugais et allemands à M. de Voltaire, avec des réflexions critiques par l’abbé Guenée, 3e édit. revue, corrigée et augmentée. Paris : Moutard, 1772

6
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire… [Par l’abbé A. Guénée.] 4e édition… augmentée. Paris : Moutard, 1776

7
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire… [Par l’abbé A. Guénée.] 4e édition… augmentée. Paris : Moutard, 1781

8
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonois à M. de Voltaire, avec un petit commentaire extrait d’un plus grand. [Par l’abbé Antoine Guénée.] 5e édition, revue, corrigée et considérablement augmentée. Paris : Moutard, 1781

9
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire… [Par l’abbé A. Guénée.] 6e édition… [Précédé d’une notice sur l’auteur.] Paris : Méquignon junior, an XIII-1805

Voir ce qu’en dit Barbier

10
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques Juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire… 7e édition… Tome I… 1815

11
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire, avec un petit commentaire extrait d’un plus grand, par M. Guénée. 7e édition revue, corrigée d’après les manuscrits de l’auteur et augmentée de ses ″Mémoires sur la fertilité de la Judée″. [Avec une notice sur l’auteur.], Paris : Méquignon junior, père 1815

12
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire, avec un petit commentaire, extrait d’un plus grand… et Mémoires sur la fertilité de la Judée, par M. l’abbé Guénée. 8e édition… augmentée de notes… [Par Beuchot.]. Versaille : impr. de J.-A. Lebel, 1817

Voir ce qu’en dit Barbier

13
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs à M. de Voltaire. 9e édit. 1817

14
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire,… suivi des Mémoires sur la fertilité de la Judée, par M. l’abbé Guénée. Nouvelle édition revue et augmentée… par M. Desdouits,… Lyon : Périsse frères, 1857

15
Guénée, Antoine (1717-1803)
Lettres de quelques juifs portugais, allemands et polonais à M. de Voltaire,… suivi des Mémoires sur la fertilité de la Judée, par M. l’abbé Guénée. Nouvelle édition revue et augmentée… par M. Desdouits,… Lyon : Périsse frères, 1863

Annexe 2. La réaction des philosophes

Extrait de la Correspondance littéraire d’avril 1769, consultable sur Gallica :

Annexe 3. La postérité d’Antoine Guénée

Extrait de la Vie de Voltaire par François-Antoine-Joan Mazure. L’ouvrage entier est consultable sur GallicaBernard Gineste en a réalisé la saisie en mode texte dans Le corpus etampois.

A cette époque Voltaire avoit inondé la France et l’Europe d’un torrent d’idées impies, et l’on avoit point encore vu d’écrivain se dévouer impunément à ses fureurs, à sas calomnies, et au ridicule dont il écrasoit toujours ses faibles adversaires. Il est vrai que Larcher l’avoit attaqué avec succès sur des points de critique et d’érudition historique; l’abbé Foucher lui avoit démontré son ignorance dans ses citations orientales; mais on n’avoit point encore osé l’attaquer de front, ni lutter pour ainsi dire pied à pied contre lui sur ce qui appartient à l’érudition sacrée. Nul n’avoit opposé le texte même aux citations frauduleuses ou aux interprétations forcées, le sang-froid imperturbable de la raison ou d’une plaisanterie toujours décente, aux bouffonneries ou aux injures; l’abbé Guénée publia ses Lettres de quelques Juifs portugais, et ce livre porta un coup presque mortel à Voltaire. On y voit paroître à nu la mauvaise foi qui déshonora si long-temps son beau génie dans tout ce qu’il a écrit contre la religion. Renouveler sans cesse des difficultés résolues, sans faire mention des réponses qu’on y a faites, affecter une immense érudition et n’être que copiste, insulter aux commentateurs mêmes, où il puise ses propres objections, se contredire, louer, blâmer tour-à-tour la même chose, afficher des connoissances qu’il n’a jamais eues, traduire le latin comme un écolier, hébraïser ne sachant pas lire l’hébreu, écrire enfin sur la langue grecque, et ne l’entendre que sur de mauvaises versions latines: tels furent les reproches que l’on osa lui faire, et auxquels il ne put répondre. En effet, l’abbé Guénée, avec une critique toujours sage, toujours décente, toujours pressante, le ramène sans cesse aux faits que son adversaire admet ou rejette tour-à-tour, aux auteurs qu’il cite lui-même, aux textes qu’il falsifie ou qu’il n’entend point, aux suppositions absurdes qu’il présente. Il ouvre les livres dans lesquels Voltaire avoue qu’il a puisé ses objections, et il lui prouve que ces auteurs, tels que Wolaston, Aben-Ezra, Leclerc, Newton, expriment une opinion contraire. En vain d’Alembert, en lui parlant de cet ouvrage, essaie de traiter l’auteur avec mépris, Voltaire, plus juste, lui répond: «Le secrétaire juif, nommé Guénée, n’est pas sans esprit et sans connoissances; mais il est malin comme un singe, il mord jusqu’au sang en faisant semblant de baiser la main.»

L’attaque étoit enfin devenue sérieuse, et Voltaire, pour la première fois, se voyoit réduit à la nécessité de respecter ses adversaires, et de désavouer encore ses écrits avec sa candeur ordinaire. «L’auteur de cette correspondance, dit-il, sous le nom d’un prétendu neveu, a la cruauté d’imputer à sa victime je ne sais quelles brochures, les unes judaïques, les autres anti-judaïques, dont ce cher ami est très-innocent. Il expose un vieillard plus qu’octogénaire, couché déjà peut-être dans le lit de la mort, à la barbarie de quelques persécuteurs qu’il croit animer par ses délations calomnieuses; et c’est en feignant de le ménager, en lui prodiguant des louanges ironiques, en l’appelant [p.266] grand homme, qu’il lui porte respectueusement le poignard dans le cœur.»

Après avoir fait la distinction du vrai philosophe et de ceux qu’il nomme lui-même de misérables charlatans, il ajoute que les philosophes de nos jours sont des hommes d’État, des citoyens illustres, profondément instruits, cultivant les sciences dans une retraite occupée et paisible, des magistrats d’une probité inaltérable. «Ils sont tolérans et vous êtes bien éloigné de l’être, continue-t-il, vous qui employez toutes sortes d’armes contre un vieillard isolé, mort au monde, en attendant une mort prochaine; contre un homme que vous n’avez jamais vu, qui ne vous a jamais pu offenser. Pourquoi faites-vous contre lui trois volumes? pourquoi, dans ces trois volumes, toutes ces ironies continuelles, toutes ces accusations? Je ris quelquefois des calomnies atroces que vous vous êtes permis de recueillir et de répéter contre mon ami; soyez persuadé que je n’en ris pas toujours. Vous lui imputez je ne sais quelles brochures intitulées: Dictionnaire philosophique, Questions de Zapata, Dîner du comte de Boulainvilliers, et vingt autres ouvrages un peu trop gais, à ce qu’on dit. Je suis très-sûr, et je vous atteste qu’ils ne [p.267] sont point de lui. Ce sont des plaisanteries faites autrefois par des jeunes gens. Il y a bien de la cruauté (je parle ici sérieusement) à vouloir charger un homme accablé de soucis et d’années, un solitaire presqu’inconnu, un moribond, des facéties de quelques jeunes plaisans qui folâtraient il y a quarante ans. Vous espérez lui faire intenter un procès criminel par des fanatiques; vous perdrez votre peine; il sera mort avant qu’il soit ajourné, et s’il est en vie, il confondra les calomniateurs… Comment me consolerais-je des calomnies, ajoute le prétendu neveu, dont vous ne cessez d’accabler un homme qui doit m’être cher? que vous a-t-il fait, encore une fois?… Je ne vous dit pas: Vous êtes un calomniateur; je vous dis: Vous êtes la trompette de la calomnie. Il ne convient pas à un homme aussi éclairé et aussi spirituel que vous l’êtes, de répéter des discours de café… Au fonds, votre livre est une facétie; c’est un savant professeur qui représente une comédie où il fait paroître six acteurs juifs; il joue tout seul tous les rôles.»

On voit par ces citations combien le livre de l’abbé Guénée avoit tourmenté Voltaire; et combien, malgré son ressentiment mal déguisé, il paroissoit craindre ce nouvel adversaire. Il ne parloit plus avec le ton si tranchant, si insultant qu’il avoit employé naguère contre le savant et modeste Larcher. «Je vous répète, disoit-il aux six Juifs portugais, ce que mon ami qui aimoit à répéter a dit tant de fois: Le monde entier n’est qu’une famille, les hommes sont frères; les frères se querellent quelquefois, mais les bon cœurs reviennent aisément. Je suis prêt à vous embrasser, vous et M. le secrétaire, dont j’estime la science, et style et la circonspection dans plus d’un endroit scabreux.»

Malgré tous ses désaveux, Voltaire, qui se représente ici comme un solitaire inconnu, comme un moribond que l’on veut accabler par la calomnie et le fanatisme, venoit de publier sa Bible commentée par les aumôniers du roi de Prusse, ouvrage que nulle expression ne peut assez dévouer à l’infamie. Qui, de lui ou des défenseurs du christianisme, troubloit ainsi sa vieillesse, sa retraite profonde, et l’obscurité de sa solitude?

Il se consoloit de ces disgraces par les hommages que le roi de Prusse et l’impératrice Catherine venoient rendre à sa vieillesse et à sa renommée […]

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts