Archives de catégorie : Oulipo

Chroniques sur l’Oulipo, ses précurseurs et sa mouvance

La bande dessinée muette : micro-webographie

Quelques études

Le fondateur de Du 9,  Jessie Bi, de son vrai nom jean-Christophe Boudet, a soutenu fin 2000 une thèse de doctorat d’histoire de l’art à Paris I, La bande dessinée muette depuis les années soixante-dix en Europe, aux États-Unis et au Japonil, mise en ligne sous le titre La bande dessinée muette.

Dans un long article en deux parties daté d’octobre 2015, Thierry Groensteen esquisse  une histoire de la bande-dessinée muette qui constitue une des pièces du dossier consacré à ce sujet dans Neuvième art. Du même auteur à ce sujet sur le même site en janvier 2013 un article intitulé  Sans paroles. Continuer la lecture de La bande dessinée muette : micro-webographie

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Un abécédaire de livres

Alors que je préparais ma chroniques sur les abécédaires, mon amie Marie-Françoise m’a suggéré de composer un abécédaire avec des livres dont le titre ne ferait qu’une seule lettre. Si l’idée est moins originale que nous pouvions l’espérer, la liste oulipienne ci-dessous peut être considérée comme le programme polyglotte de lectures futures ou le catalogue d’une collection bibliophilique virtuelle. En cliquant sur les images des couvertures, vous pourrez lire soit un extrait, soit une présentation de l’ouvrage en des langues variées… Continuer la lecture de Un abécédaire de livres

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Musiques et sonorités potentielles

En discutant avec un collègue de l’OuLiPo, de l’OuBaPo et autres OuXPos, je me suis rendu compte que je ne savais rien de l’OuMUPo – Ouvroir de Musique Potentielle, ni même s’il en existe un. La rapide recherche que j’ai alors menée m’a révélé tout un monde à découvrir. Continuer la lecture de Musiques et sonorités potentielles

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le voyage d’hiver & ses suites

VHIl y a bientôt deux ans, dans une précédente chronique, j’ai eu l’occasion d’aborder Le voyage d’hiver de Georges Perec et ses suites, lesquelles étaient alors dispersées dans divers volumes et fascicules de la Bibliothèque oulipienne.

En octobre dernier (oui, je sais, cela m’avait échappé à l’époque…), dans l’excellente collection La Librairie du XXIe siècle, les éditions du Seuil ont réunis l’ouvrage initial de Perec et une vingtaine de ceux qui le suivent et le complètent dans un seul volume intitulé Le voyage d’hiver & ses suites et postfacé – Les voyages différents – par Jacques Roubaud, oulipien bien connu et auteur de la première suite, Le voyage d’hier, et sans doute de quelques autres, car si certains auteurs des suites – Reine Augure, Mikhaïl Gorliouk ou Hugo Vernier lui-même – sont fictifs, ils sont sans doute autant de masques pour Jacques Roubaud, Jacques Jouet, Valérie Beaudouin ou Etienne Lecroart.

Chaque nouvelle peut être considérée comme un chapitre dans un roman collectif nécessairement inachevé, car il est toujours possible d’en imaginer d’autres. Nul doute que d’ici quelques temps, cet ouvrage fera l’objet d’une édition réactualisée, à moins qu’on ne lui ajoute un deuxième volume. Dès cette année, Michèle Audin a publié dans le n° 216 de La Bibliothèque Oulipienne une nouvelle suite, La vérité sur le Voyage d’hiver, et il est peu douteux que d’autres membres de l’Ouvroir la suivront sur cette voie. J’attends avec impatience ces nouveaux chapitres de l’épopées vernierienne.

Pour un complément d’information, voir les sites du Monde et de France Culture.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Curiosités littéraires et autres amusements philologiques

Cette bibliographie fera l’objet de mises à jour régulières.

Alfred Canel, Recherches sur les jeux d’esprit, les singularités et les bizarreries littéraires principalement en France, Evreux, imprimerie Auguste Hérissey, tome 2, p. 157-166. Accessible dans Google livres : t. 1, t. 2.

Louis de Court, Varietez ingenieuses: ou Recueil et melange de pieces serieuses et amusantes, Paris, Christophe David, 1725(1), p. 258-273. Accessible sur Google livres.

Ludovic Lalanne, Curiosités littéraires, Paris, Adolphe Delahays, 1857, p. 28-30. Accessible sur Google livres.

Gabriel Peignot, Amusemens philologiques ou Variétés en tous genres, par G.P. Philomneste,(1)

Dijon, Lagier, 1824. Accessible dans Google livres ;

3e édition revue, corrigée et augmentée, Dijon, Lagier, 1842. Accessible dans Gallica.

___________________________________________________

(1) Nous trouvons, p. 110 de la 1ère édition et p. 128 de la 3e, la lettres sans A présentée dans la chronique Oulipien par anticipation (1). Attribuée à M. Marchand, elle est extraite du tome de l’Encyclopédie méthodique intitulé Encyclopediana ou Dictionnaire encyclopédique des ana, 1791, p. 49 et suivantes (merci à NF pour cette information : voir message ci-dessous).

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Oulipien par anticipation (4) Lipogrammes anciens

Il ne s’agit pas ici de réécrire l’histoire du lipogramme(1), mais simplement de proposer quelques ouvrages d’auteurs s’étant soumis à cette contrainte avant la parution… de La disparition. Bonne lecture.

P. H. M. Le Carpentier, Essais lipogrammatiques et lettres originales, familières et badines, Paris, E. Dentu, 1858. Accessible dans Google livres

Joseph Raoul Ronden, La pièce sans A : comédie en un acte et en prose, précédée d’un prologue…, Paris, Chaunereau [et] Pigobeau, 1816. Accessible sur Archive.org.

Voir aussi ce qui concerne les lipogrammes dans les curiosités littéraires et autres amusements philologiques.

___________________________________________________

(1) Georges Perec l’a fort bien fait dans un article qui fait référence, paru dans l’ouvrage de l’ Oulipo, La littérature potentielle : créations, re-créations, récréations, Gallimard, 1971, p.73-89.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Le voyage d’hiver de Georges Perec : tentative d’épuisement d’un sujet

Tous les amateurs de Georges Perec connaissent Le voyage d’hiver. Sur l’argument de ce texte, je vous renvoie aux articles parus sur Calounet, Voix et silence et Paperblog, ainsi qu’ à Fatrazie. Je voudrais pour l’instant établir quelques listes :

liste des éditions de la nouvelle de Perec

liste des ouvrages homonymes n’ayant a priori rien à voir avec cette nouvelle

liste des  suites oulipiennes de cette nouvelle

(Dernière mise à jour : 21 juin 2017)

Continuer la lecture de Le voyage d’hiver de Georges Perec : tentative d’épuisement d’un sujet

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bibliographie des fous littéraires

 Je vous ai signalé dans une précédente chronique une bibliographie de l’Institut international de recherches et d’exploration sur les fous littéraires dont le site est malheureusement à l’abandon et vérolé par la pub. J’ai entrepris de la compléter avec des liens utiles vers des sites ou des livres numérisés. Autant dire que ce travail fera l’objet de bien des mises à jour… (Dernière mise à jour : 10 septembre 2012)

Je ne me suis attaqué qu’à la partie générale. Pour les ouvrages de/sur tel ou tel fou littéraire, je verrai plus tard au cas par cas.

Enfin, il faudra sans doute compléter cette bibliographie par une chronique sur les « excentriques ». En effet, ce terme est souvent employé par certains auteurs comme synonyme de « fous littéraires », alors qu’il conviendrait de les distinguer.

Institutions et revues spécialisées

Institut international de recherches et d’exploration sur les fous littéraires, hétéroclites, excentriques, irréguliers, outsiders, tapés, assimilés, sans oublier les autres

Publie Les Cahiers de l’Institut. Fontenoy-la-Joûte, IIREFL, 2008-

Collège de ‘Pataphysique

Les Amis de Valentin Brû et leur revue intitulée successsivement :

Les Amis de Valentin Brû (première série). Levallois-Perret : Association des Amis de Valentin Brû, 1977-1986, 34 numéros

Cahiers Raymond Queneau, Levallois-Perret : Association des Amis de Valentin Brû, 1986-1994, 31 numéros

Les Amis de Valentin Brû (nouvelle série). Levallois-Perret : Association des Amis de Valentin Brû, 1994-

Temps mêlés, revue littéraire belge d’avant-garde, fondée à Verviers, Belgique en 1952 par Jane Graverol et André Blavier. Elle fait partie de la mouvance des revues post-surréalistes de l’après-guerre. Marquée par l’esprit ‘pataphysique, elle se transforma en Documents Queneau à partir de son numéro 150 (cf Wikipédia)

Temps mêlés : organe de l’association sans but lucratif du même nom, à Verviers (Belgique). Verviers, Temps mêlés, 1952-1977

Temps mêlés. Documents Queneau. Verviers, Temps mêlés, Centre de documentation Raymond Queneau, 1978-1996

Colloques et numéros spéciaux de revues

Fous littéraires, nouveaux chantiers : André Blavier, Léon Bopp, Auguste Boncors, André Breton, Colins de Ham…, sixième Colloque des Invalides, 29 novembre 2002, textes réunis par Jean-Jacques Lefrère et Michel Pierssens. Tusson, Du Lérot, 2003. 201 p. (En marge).

« Les hétéroclites et les fous littéraires ». Bizarre, avril 1956, n.s. n° 4.

Sur ce fascicule, voir l’extrait reproduit sur le site de Institut International de Recherches et d’Explorations sur les Fous Littéraires.

Sur la revue, voir ma chronique du 21 mars 2011.

« Roussel et les excentriques, Lautréamont, André Blavier, Jean Ferry, Marcel Duchamp, Jean-Pierre Brisset, Jean Dubuffet, Raymond Queneau ». Magazine littéraire, juin 2002, n° 410.

Auteurs ayant écrits sur les fous littéraires

Andrieu, Jules

Excentriques et grotesques littéraires de l’Agenais. Paris, A. Picard et fils, 1895. 50 p.

Blavier, André

Les fous littéraires. Éd. nouvelle, revue, corrigée et considérablement augmentée. Paris, Éd. des Cendres, 2001. 1147 p.

Présentation par Henri-Joris Jespers dans cinq articles datés du 16 au 18 mai 2009 sur le blog de Ça ira et repris le 24 mai 2010 sur le site de l’Institut International de Recherches et d’Explorations sur les Fous Littéraires

À propos des fous littéraires : entretien avec Stéphane Fleury, éd. ornée d’un collage d’André Stas. Paris, Éd. des Cendres, 2001. 59 p. (De trois en trois. Fous).

Les fous littéraires. Paris, H. Veyrier, 1982. – 924 p. (Le Rappel au désordre).

Voir aussi sur André Blavier :

André Blavier, le don d’ubuquité, éd. par Jean-Pierre Verheggen et Alain Delaunois. Bruxelles, D. Devillez, cop. 1997. 122 p.

Le site qui lui est consacré

Le Blavier digital (Philagog) complète certaines notices de Blaver et propose des liens.

Blavier, André ; Queneau, Raymond

Lettres croisées, 1949-1976, correspondance présentée et annotée par Jean-Marie Klinkenberg. Bruxelles, Labor, 1988. 387 p. (Archives du futur).

Boissin, Firmin

Excentriques disparus. Paris, A. Savine ; Toulouse, E. Privat, 1890. Réimpression Bassac, Plein chant, 1995. 174 p. (Gens singuliers).

Visionnaires et illuminés. Paris, Liepmannssohn et Dufour, 1869. 35 p.

Bechtel, Guy ; Carrière, Jean-Claude

Dictionnaire de la bêtise et des erreurs de jugement… Paris, R. Laffont, 1965. 511 p.

Dictionnaire de la bêtise et des erreurs de jugement ; Le livre des bizarres. Ed. revue et augmentée. Paris, R. Laffont, 1991. 790 p. (Bouquins).

Breton, André

Anthologie de l’humour noir. Paris, Éditions du Sagittaire, 1940. 263 p.

Brunet, Pierre-Gustave

Les fous littéraires : essai bibliographique sur la littérature excentrique, les illuminés, visionnaires, etc. Bruxelles, Gay et Doucé, 1880. XI-227 p. Disponible sur Gallica.

Réédition : Les fous littéraires : recherches bibliographiques sur les livres excentriques. Paris, Éd. du Sandre, DL 2006. 195 p.

Voir un jugement plutôt sévère sur cet auteur et son livre sur le site  Littéranaute.

Bryen, Camille ; Gheerbrant, Alain

Anthologie de la poésie naturelle, huit photographies de Brassaï. [S.l.], K éditeur, cop. 1949. 170 p.- [8] f. de pl.

Champfleury

Les excentriques. Paris, M. Lévy frères, 1852. 375 p.

Les excentriques. Nouvelle éd. Paris, M. Lévy frères, 1856. 346 p. Disponible sur Gallica.

Delepierre, Octave

 Études bio-bibliographiques sur les fous littéraires. London : C. Whittingham, 1856-1857. 79 p.  (Miscellanies of the Philobiblon society, vol. III. 8.). Disponible sur Google livres.

 Essai biographique sur l’histoire littéraire des fous. London, C. Whittingham, 1857-1858. 135 p. (Miscellanies of the Philobiblon society, vol. IV. 5). Disponibe sur Google livres.

Histoire littéraire des fous.London : Trübner, 1860. Disponible sur Archive.org.

Greil, Louis

Études biographiques. Les fous littéraires du Quercy. 2e éd., revue et augmentée. Cahors, J. Girma, 1886. 70 p.

Justafré, Olivier

Graines de folie : supplément aux « Fous littéraires ». Perros-Guirrec : Éd. Annagrammes, 2011. 282 p.

Larchey, Lorédan

Gens singuliers. Paris, F. Henry, [1867]. XI-204 p. Disponible sur Archive.org et Gallica.

Gens singuliers. Bassac, Plein chant, 1993. 212 p. (Gens singuliers).

Lecercle, Jean-Jacques

La violence du langage, trad. de l’anglais par Michèle Garlati, revue par l’auteur…. Paris, Presses universitaires de France, 1996. VIII-285 p. (Pratiques théoriques)

Meunier, Paul

L’art chez les fous, le dessin, la prose, la poésie… Paris, Société du « Mercure de France », 1907. 238 p.

Nodier, Charles

« Des livres qui ont été composés par les fous », Mélanges tirés d’une petite bibliothèque, ou Variétés littéraires et philosophiques. Paris, Crapelet, 1829, p. 243-248. Disponible sur Archives.org et Google livres.

« Bibliographie des fous », De quelques livres excentriques. Paris, Techener, 1835. 2 fasc. Supplément au Bulletin du bibliophile, n° 21 [et 23]

Reproduit dans : « Les hétéroclites et les fous littéraires ». Bizarre, avril 1956, n.s. n° 4

Réédition : Bibliographie des fous : de quelques livres excentriques, éd. ornée d’un collage d’André Stas. [Paris], aux Éd. des Cendres, cop. 2001. 29 p. (De trois en trois. Fous).

Repris en deux extraits sur le site de Institut International de Recherches et d’Explorations sur les Fous Littéraires : extrait 1 ; extrait 2

Queneau, Raymond

Aux confins des ténèbres : les fous littéraires du XIXe siècle, éd. présentée et annotée par Madeleine Velguth. [Paris], Gallimard, 2002. 428 p. (Les cahiers de la NRF).

Comprendre la folie, éd. ornée d’un collage d’André Stas. Paris, aux Éd. des Cendres, cop. 2001. 25 p. (De trois en trois. Fous).

Les enfants du limon : roman. 2e édition. Paris, Gallimard, 1938. 319 p.

Nouvelle édition :  Les enfants du limon : roman. Paris, Gallimard, 1993. 334 p. (L’imaginaire).

Roman nourri des recherches effectuées pour « L’encyclopédie des sciences inexactes »,oeuvre demeurée manuscrite jusqu’en 2002 (cf. data.bnf.fr).

Voir sur cet ouvrage :

Calame, Alain

« Les enfants du limon et la constellation du chien »,  Europe, n° 650-651, 1983, p. 65-76.

Herschberg Pierrot, Anne

 « De Bouvard et Pécuchet aux Enfants du limon », Les Fous littéraires, nouveaux chantiers, dir. Jean-Jacques Lecercle et Michel Pierssens. Sixième colloque des Invalides 2002, Tusson, Éd. Du Lérot, 2003, p. 179-181. (p. ). Disponible sur ITEM (Institut des textes manuscrits modernes)

Voir sur les travaux de Raymond Queneau sur les fous littéraires

Raymond Queneau et les langages : colloque de Thionville 1992, 9-11 octobre 1992, actes édités par André Blavier et Claude Debon. Verviers, Temps mêlés, 1993. 230 p.

Shiotsuka, Shuichirō

« Raymond Queneau et deux encyclopédies : l’idée de « savoir » chez Queneau »,  Cahiers de l’Association internationale des études francaises,  2001, n°   53,  p. 391-420. Disponible sur Persée.

 Recherches de Raymond Queneau sur les fous littéraires, « L’encyclopédie des sciences inexactes ». Cazaubon ; Paris, Eurédit, 2003. 396 p. Présentation sur le site de l’éditeur.

Voir sur Queneau les liens le concernant dans ma chronique sur l’Oulipo.

Stas, André

Entre les poires et les faux mages. [Paris], Éd. des Cendres, cop. 2008. 168 p. Roman sur la thématique des fous littéraires. Voir la présentation sur le site des éditions des Cendres.

Tcherpakov, Avgoust Ivanovitch

« Les Fous littéraires ». Rectifications et additions à l’Essai bibliographique sur la littérature excentrique, les illuminés, visionnaires, etc., » de Philomneste junior [P.-G. Brunet]. Moscou, W. G. Gautier, 1883. 90 p. Disponible sur Gallica.

Catalogues de libraires

Langlais, Roger.

Hétéroclites et fous littéraires. Paris, Malombra, 1998.

Marchiset, Alain.

Catalogue de livres anciens et modernes d’auteurs excentriques, hétéroclites, agités, fantaisistes, bricoleurs, autodidactes, illuminés, visionnaires, originaux, utopistes, bizarres, niais, précurseurs méconnus, demi-fous, délirants, etc. Paris, L’Intersigne, 1987.

Oberlé, Gérard

Fous à lier (à lire) – Fous à relier (relire) : Catalogue de livres écrits par des hétéroclites, fous littéraires, autodidactes, bizarres et autres. Montigny-sur-Canne, Manoir de Pron, 1985.

Gérard Oberlé rédige des chroniques bibliophiliques – d’abord intitulées « Lettres à Emilie », puis » Livres oubliés ou méconnus » – dans Lire. Il revient souvent sur des fous littéraires.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bizarre, revue littéraire et artistique

En 2009 Jean-Marie Lhôte a fait paraître chez Berg International une Anthologie de textes et de dessins extraits de la revue Bizarre (1953-1968). Je l’ai alors pacourue avec délice.

Sur cette publication inspirée des surréalistes et autres excentriques, je vous invite à lire la présentation qui en est faite dans le Cabinet de curiosités.

Vous trouverez une bibliographie exhaustive de tous les numéros sur l’Alamblog. Une liste complète, à des fins plus mercantiles, en est également donnée sur Art World Books.

Une bonne partie de ces fascicules ont un thème. Par exemple, dans le numéro 4 présenté par Raymond Queneau, Les hétéroclites et les fous litteraires (voir le sommaire).

Plus surprenant, le numéro 21-22,  A-t-on LU Rimbaud ? daté du 4e trimestre 1961. Dans le premier tirage de cette étude sur Rimbaud, le nom de l’auteur est caché et simplement indiqué par ses initiales : R.F. Une deuxième édition sort quelques mois plus tard avec son nom : René Faurisson. Ce dernier est alors un obscur professeur de lycée. Il ne devait gagner sa sinistre réputation de négationniste que 18 ans plus tard. Mais son travail sur le poète aux semelles de vent est déjà un  cas de révisionnisme en histoire littéraire, car il attribue au sonnet « Voyelles », un sens érotique (voir la table des matières). Sa thèse fera grand bruit et le numéro 23 de Bizarre, paru le  2e  trimestre 1962, sera consacré à L’affaire Rimbaud.

Mais oublions ce triste individu pour nous intéresser aux numéros consacrés à la littérature populaire (Tarzan, Gaston Leroux), aux précurseurs du surréalisme (et de l’Oulipo) comme Raymond Roussel, aux dessinateurs (Chaval, qui fait l’objet des numéros 38 et 41, Grandville) et tant d’autres que je vous laisse découvrir.

NB : Ne pas confondre cette revue avec le magazine érotique Bizarre publié de 1946 à 1959 par John Alexander Scott Coutts, alias John Willie …

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts

Bandes-dessinées détournées (2) Substitutions

Dans « Un premier bouquet de contraintes » (Oubapo Oupus 1, 1997), Thierry Groensteen indique, parmi les contraintes transformatrices, la substitution qui peut être soit verbale, soit iconique, ou encore complète, en « double aveugle ». Je ne m’arrêterai pas à ce dernier type, qui nécessite trois intervenants et m’intéresserai aux deux premiers……


Substitution iconique

Principe : garder les textes d’origine et changer les dessins.

Thierry Groensteen donne l’exemple de deux planches de François Schuiten parues en1983 dans le numéro hors série de (A Suivre) en hommage à Hergé. Les dessins évoquent un panorama urbain avant de pénétrer par la fenêtre d’une pièce où un enfant est plongé dans la lecture de L’Etoile mystérieuse. Or le texte d’un dialogue entre Tintin et l’astronome Calys extrait de cet album et annonçant la fin du monde accompagne les dessins de Schuiten, telles deux voix off. Le mouvement des planches nous mène à l’enfant absorbé dans sa lecture :

… nous « écoutions » donc résonner en lui les phrases les plus frappantes de cette scène mémorable, avant qu’il ne nous apparaisse. Dans la dernière vignette, placés derrière son épaule, nous découvrons les images qu’il contemple, entrant ainsi complètement en phase avec le cours de sa lecture. Ces deux pages constituent un hommage émouvant, où la mort d’un auteur inlassablement fréquenté depuis l’âge tendre, est, par le biais d’un adieu à l’enfance, assimilée à la fin d’un certain monde.

En cherchant d’autres exemples, je me suis poser la question suivante : peut-on considérer comme une substitution iconique la reprise d’un album déjà paru avec un autre dessinateur ? Un exemple : les deux pages planches de Chlorophylle contre les rats noirs redessinées par Andreas parues dans parues dans Le Journal de Tintin no 316 en 1981 (NB : l’une d’elles figure dans l’article de Pascal Lefèvre, traduit par… Thierry Groensteen : « Pour une approche sensuelle de la bande dessinée, paru en 1997 dans le n° 2 de 9e Art). Le style et l’atmosphère sont radicalement différents de ceux de l’album de Raymond Macherot. Cependant, je pense que nous avons ici affaire à une sorte de remake, une réinterprétation graphique, plutôt qu’à une substitution iconique proprement dite.


Substitution verbale

Principe : garder la planche et changer les textes.

Cette pratique remonte au moins aux années 1960, avec les créations des situationnistes. Voici ce qu’écrit sur le sujet Thomas Genty dans La critique situationniste ou la praxis du dépassement de l’art (cf. The Situatonist Internationale ou Infokiosques).

La pratique révolutionnaire de la poésie, c’est entre autres le détournement actif du langage. René Viénet ne manque pas d’idées pour le réaliser efficacement : plusieurs mois avant l’explosion de 1968, il propose (et exécute) l’expérimentation du détournement des romans-photos, des photos dites pornographiques et de toutes les affiches publicitaires (par l’emploi de phylactères subversifs). S’inspirant des guérilleros argentins qui avaient investi le poste de commande d’un journal lumineux (en plein air) pour y lancer leurs propres messages et slogans, Viénet vante la promotion de la guérilla dans les mass media et le piratage de ces derniers de manière générale (tout en se référant plus à la propagande par le fait des anarchistes qu’à la guérilla urbaine clandestine de différents groupuscules sud-américains). Viénet lance également l’idée de mise au point de comics situationnistes (déjà réalisée à Strasbourg), les bandes dessinées étant à ce moment la forme de « littérature » la plus populaire, et relance l’idée de la réalisation de films situationnistes (ou plutôt d’usage situationniste du cinéma). Ce sont ces deux dernières propositions que nous allons maintenant étudier.

Le détournement de comics (petites bandes dessinées américaines, pour la plupart) par les situationnistes commence en 1964 en Espagne, sous forme de tracts clandestins (il s’agit en l’occurrence de photos érotiques détournées par des bulles aux messages défiant à la fois la censure politique du régime franquiste et la censure morale des curés). La même année, le même style de détournement provocateur est utilisé dans des tracts distribués lors de manifestations diverses au Danemark. C’est à Strasbourg, en octobre 1966, que Le retour de la colonne Durruti, comics par détournement d’André Bertrand, met le feu aux poudres dans l’Université juste avant la distribution du pamphlet situationniste De la misère en milieu étudiant…. Aussi radicale que ce dernier, la bande dessinée strasbourgeoise en cite quelques passages et annonce l’extension de la critique de l’Université à la révolte contre la société tout entière. Constituée de détournements divers et variés, cette bande dessinée forme un tout sans qu’aucune image ou presque (en tant que représentation picturale) n’ait de rapport direct l’une avec l’autre : dessin du cheval de Troie, photos issues de la revue Positif, de scènes de vie quotidienne d’enfants, de western, gravures anciennes et peinture de la Renaissance, une photo de brosses à dents et une de Ravachol, toutes ces illustrations ont des « choses à dire ». Le retour de la Colonne Durruti, iconoclaste, offense étudiants et hiérarchie de l’Université de Strasbourg, et pas seulement puisque le tract-B.D. sera distribué par la suite dans plusieurs autres Universités de France.

Quelques réalisations sont visibles sur les sites Les inventeurs d’incroyances (voir aussi ici) Rocbo ou de la librairie Lecointre Drouet. Cet héritage est toujours vivant avec par exemple « Celui qui ne connaît pas l’histoire est condamné à la revivre« , substitution verbale à partir d’un extrait de Corto Maltese, dans Ne sauvons pas le monde qui nous broie ! : manifeste pour une désobéissance générale (Le Passager clandestin, 2009).

L’OuBaPo reprend le procédé hors de toutes références au militantisme politique. S’y illustre notamment François Ayroles qui greffe un texte extrait de laTraumdeutung de Freud dans une planche de Little Nemo (cf. Oupus 1 de l’OuBapo, p.42-43), place un  dialogue de Platon dans Placid et Muzo font du judo (cf. Oupus 1 de l’OuBapo, p.4) ou détourne des planches d’un vieux Michel Vaillant, Le 13 est au départ, avec un dialogue sur l’ontologie de la bande dessinée où les personnages se moquent des artifices utilisés par Jean Graton, créateur de Michel Vaillant, pour faire avancer la narration (Oupus 2 de l’OuBaPo, p.43-49).

Hors de l’OuBaPo officiel, les dimanches oubapiens de Phylacterium suivent le même principe avec des textes de romans ou de bandes dessinées placés dans les phylactères de la planche d’un autre auteur.

Jean Stouff

Ancien étudiant d'histoire. Bibliothécaire.

More Posts